divendres, 8 d’agost de 2008

grècia; espiçarié dei clichés toristics



grècia: anem! l'espectacle comença


Anem! Es temps de cabussar. De descubrir l'Arquitectura de l'Illa de Mitilena (quora parle "d'arquitectura", parle dau país). Alòr... avisa-te... Siás proche de la Mar Egèia.... I a pas degun... Es la promièra plaja que veses après d'oradas d'avion... e la mar vos aculhís dins un picament de mans... o puslèu un picament de codolets... Ridèu!



video

dijous, 7 d’agost de 2008

grècia: mapa de mitilena


Farai lo viatge tot en veitura sus l'illa. Mei punts de cabussada saràn, la promièra setmana Vatera puei una aubèrga magica entre Vatera e Plomari a Melinda (qu'apareis pas sus la mapa). Es a Melinda que trobère l'endrech ideau. A la fin dau viatge me voliáu crompar un ostau enlai, tot laissar e desaparéisser. Lo rescòntre ambe lo luòc e leis estajants fuguèt fort. Siáu arribat per la vila de Mitilena per avion.

dimecres, 6 d’agost de 2008

grècia: rescontre amé the gorgona




La promièra mission, se l’acceptave, èra de me rendre a Vatera, qu’es a la puncha de l’iscla. Error gròssa de reservar un ostalariá dins una guida que dirai pas lo nom. Era la pension Pony. Amé seis oras de repais, seis oras de desjunar, e sei matelàs a gratis envasits per de toristas sords e vielhs que bramavan en bòb. S’aviáu sachut auriáu reservat per lo Bocanet. Grau dau Rei, riba drecha : finala es la mema resulta. D’oras de trin e d’avions per aquò ! L’ostalariá èra tengut per la maire susperiora, una femna trònc, que sortiá pas jamai d’un burèu de fusta. Que me disiáu qu’èra encastrada aquí dedins. Era Shinning. La femna èra anglèsa. Tant sopla coma Margaret Tatcher. Lo pèu frisat e lòng dei juristas anglés (sabètz lo costat canicha crosat amé Voltaire). La gorgona (siam en Grècia, pòde començar de parlar de mites) aviá una maquina de carcular a la plaça dei mans. Maggi ai mans d’argent. E sovete en degun parièra experiéncia. Lo matin, au levat, abans de te manjar tres poridges e dos uòus durs amé un café canadian de tres litres cinquantas (lo café canadian es un pauc çò que Royco es a la sopa), faliá tornar la clau a la reina maire abans de faire sa reveriéncia. Coma aquò espinchava quau sortiá e quau rintrava de son establiment. Era lo protocotle dau Vatera Beach (que siáu con amé un nom coma aquò, podiá pas que sentir que l’aganta torista, me cresiáu ai vacanças d’agost a la pension de familha de Sant-Agrèva onte me gardavan mei grands, leis estiéus…). Lo segond jorn, qu’ère mai d’aise dins mon Anglés (lenga internacionala per lei viatges dei gens sensa cultura coma ieu) trobère lo mòt per me saludar : « Hello ! ». E aquí ma Maggi de me picar sus lei dets amé una règla en fèrre en me faire baissar lo cap e articular totei lei silabas : « GOOD MORNING ». « Hello » se ditz pas a la reina maire.
Lo challenge fuguèt de laissar aquel castèu trevat abans la fin dau sejorn. Aviáu reservat per dotze jorns e aviá mon numèro de carta, la Miss. E òc ! Es coma aquò! En Grècia te demandan ton numèro per mèl amé lei tres chifras darrier. E lo lendeman, de França, te veses oblijat d’i anar a l’ostalariá, se que non ton banquier es pas gaire content. Doncas, lo mai complicat èra de demandar a la regenta de mon maucòr coma annutlar la cambra. La sola solucion en Grècia èra de me trobar una guida de Nadine de Rothschild Baronne française, per anonciar mon despart. Darrier lei tamarissas grècas, fasiáu d’exercices d’articulacions e de tenguda corporala. Dins ma cambra, marchave drech amé lo Tresor dau Felibritge (practic en viatge ten pas de plaça dins l’avion dins lo bagatge a man) sus lo clòsc per mon manten. A la fin dei tres jorns fuguère lest per li dire ma parténcia : « Ai must go, ai changed mai island » E la reine Maire me desliurèt d’un « I understand » inesperat.

dimarts, 5 d’agost de 2008

grècia: viatge en casqueta...


Non... Non... sarai pas l'ombra dau torista sus la sabla d'Atèna...

grècia: seguir la casqueta


De mon viatge en Grècia sus l’iscla de Mitilèna ai talamament de causas de vos dire. D’endrechs esconduts de vos monstrar. Vos dire que sortirem dei dralhas conegudas luènh dei peiras blancas e dei trapelas dei toristas. Ai cargat ma casqueta per vos. Ai logat una veitureta. Ara es l’ora de me seguir. Grècia, es lo país dau sud pantalhat. Onte m’agradariá de desapareisser un jorn. Per banhar dins lo bonur d’un saupre viure retrobat.

video

dilluns, 4 d’agost de 2008

Mei viatges: rescontres amé de gigants

Lo monde me sabon barrutlaire. Fuguère susprés pendent lo mes de julhet e pendent mei viatges improvisats de rescontres estranhs. Siéu pas Gulliver mai siéu a venir un mite (se! se! vendrà un jorn...). Doncas, dins mon istoria e dins mon persors epic sus lei rotas de l'asard, Dieu me fa rescontrar de gigants. Vos fau part de mei rescontres. Entre Perpinhan e Pont de Gard.
video video

Grècia: en introduccion a mon viatge

La Grèce s’apprête à régulariser ses immigrés de deuxième génération
Libération - De notre correspondante à Athènes EFFY TSELIKAS
QUOTIDIEN : lundi 4 août 2008


La Grèce va enfin reconnaître l’existence de ses enfants d’immigrés. Cette semaine, le Parlement doit examiner un projet de loi attribuant une carte de séjour de cinq ans à plus de 120 000 clandestins d’un genre très particulier. Nés en Grèce de parents immigrés légaux résidant en Grèce depuis de nombreuses années, ayant suivi leur scolarité entière dans des établissements grecs, ils se découvrent illégaux le jour de leurs 18 ans.

Ils sont obligés de partir dans le pays de leurs parents, qu’ils ne connaissent pas en général et dont ils parlent souvent mal la langue. Là-bas, ils doivent faire les démarches, en partant de zéro, pour obtenir un visa de séjour pour la Grèce où demeure leur famille. Cette situation ubuesque est la conséquence du jus sanguinis - droit du sang - qui donne automatiquement la nationalité grecque à tout descendant de Grec, même à la énième génération, même s’il ne parle pas le grec et même s’il n’a aucun rapport avec la réalité grecque d’aujourd’hui ; mais qui ne la reconnaît pas à ceux qui vivent sur le sol hellénique s’ils ne sont pas nés au moins d’un père grec.

Droit du sol. Le gouvernement propose de délivrer une carte de séjour à ces enfants qui, ensuite, pourront être naturalisés. Le pari n’est pas gagné car les conservateurs du parti du Premier ministre, Costas Caramanlis, n’ont qu’une voix de majorité à l’Assemblée. Beaucoup, à gauche et notamment au sein du Pasok, le parti socialiste, voudraient en revanche une réforme beaucoup plus radicale, introduisant un droit du sol avec une citoyenneté automatique dès la naissance ou au moins à 18 ans pour les enfants nés de parents étrangers mais résidant en Grèce.

En tout cas, les conservateurs au pouvoir comme l’opposition sont d’accord sur la nécessité de repenser de bout en bout la politique migratoire du pays, après le cri d’alarme lancé par le professeur Alexandre Zavos, directeur de l’Institut de politique de l’immigration (Imepo). Dans son rapport il demande à la fois une politique plus affirmée pour faire face à l’afflux, en constante augmentation, de clandestins sur les îles proches de la Turquie, en particulier Samos et Chios. En contrepartie il conseille au gouvernement d’avoir une politique d’intégration digne de ce nom, pour ceux qui vivent depuis longtemps sur le territoire grec.

Dans un pays avec un des plus bas taux de fécondité du monde (1,3 enfant par femme), ces fils et filles d’immigrés, souvent excellents élèves et ayant la «rage de réussir», sont l’avenir économique du pays.

Trublion. La plupart des Grecs n’ont jamais voulu voir que leur pays, longtemps terre d’émigration, est devenu, en deux décennies, un lieu d’immigration. Albanais et Roumains, mais aussi Géorgiens, Ukrainiens ou Arméniens sont arrivés après la chute du communisme. Ainsi que tous ceux qui, venant du Proche Orient ou de l’Afrique vers l’eldorado nord- européen, s’arrêtent en route. On estime aujourd’hui à 1 à 2 millions de personnes - sur un total de 11 millions - cette population immigrée. Elle n’a jamais été reconnue.

Le 24 juillet, à la réception officielle du président de la République pour la fête de la démocratie, le trublion Alexis Tsipras, leader trentenaire du parti de gauche Synaspismos, est arrivé tenant par la main une jeune et belle fille, Canditza Sango, née en Grèce de parents sierra-léonais, parlant parfaitement grec en citant les paroles de la chanson Je vis un rêve, du chanteur à la mode Michalis Hatzigiannis. Les médias n’ont cessé de passer en boucle les images et l’interview de la jeune fille, devenue emblématique de toute sa génération.