dissabte, 20 de setembre de 2008

Grècia: Lo grand missant Wolf






Ma cambra a 15 euros. En causa deis envasidors fasiéu secar mei bralhas de banh sus lo porta mantèu, dessus lo liech. Lo dacos per se lavar lei mans avié la forma artistica d'una closca en plastic amé de pes. Per la frescor, lo ventilator en flors. Avian lo meme en co de ma bela-maire dins son HLM.

Me balhèron la cambra sola a costat deis estelas. Onte la teulissa de la cambra d’en dessus es pas acabada. A costat, un parèu d’Olandés amé dos dròlles. I a una cafetièra vièlha que me fa lo café cada matin. I a un megòt mòrt sota lo liech. E un roman a l’aiga de ròsa en anglés sus la taula de nuech. Surament oblidat per l’Anglèsa que restava aquí, abans ieu, imagine. Sus la paret, una crosta assaja de reprodusir La Tabèrna Maria, amé de tons de blu graulenc. La terrassa granda perlonga lei cambras improvisadas leis unas a costat deis autras. Unei son d’armaris, d’autrei son d’estudiòs. Sent la frigida de lònga dins lei linçòus. Reste sus lei cosinas. E lei cosinas son reinas dins la cultura mediterrana. Es-ti pas tarrible lo bruch dies èrsas que te breçan e te resquilhan de musicas d’Odissèa, coma dins una còca pegada a ton aurilha ? Dolby-Estereó. Surround THX. Lo gost de la sau e son olor te pegan. Deman, prendrai lo desjunat, vista sus la mar. 15 euròs la nuech. Resterai aquí fins a mon despart a Atènas. Pas de violéncia aquí. Lei conversas amé leis olandés son agradivas. Podriá èstre lo paradis sus tèrras fins a çò que lo grand missant Wolf arribe.
Arribèt en Ray-Ban bling bling, camiseta Lacòsta, tongs Pumà, pèu Dessange, aurilha Black Berry. Cranc Dunhil. Es pas lo país dau sonrire. Parla un alemand dur a tres serenas minoras (de « pissosas » diriá Gainsbourg) alemandas que lo tocan, l’arrapan, l’idolatran, lo respiran, begon sei paraulas que son d’òrdres, d’asseguranças, de certituds, de l’autoritat, de la mesfisança, de l’egoisme, e de cadun-per-se. L’Europa modèrna e capitalista es arribada a la Taberna Maria. Fan de bruch amé lei pòrtas, amé lei pes, son bèus totei coma sus una cuberta de Vogue. Son arribats sus la terrassa coma leis grands actors traversan una scèna de tiatre. Amé velocitat, cargan de sacas elegantas. Bags espòrts vò de viatge, en pèu de cocrodila vò en pèu de coide. Passsan d’un punt de fugida a l’autra de mon agach desvariat. Son a rompre totei mei repèris de plenitud. E me balhan jà lo spleen. Silenciosament, aqueleis anamorfosas renan. Se vei per sei bocas torsudas. Maria, la chata, auriá pas reservat l’estudiò grand per elei. Wolf, lo dirai Wolf a l’Alemand, faliá ben trobar un escais a son attitud, dormirà amé una dei damisèlas dins lo placard a costat dau mieu que podriá semblar a una cambra. Es de papier de cigaleta. Se vei, lei dos apartaments ne son un grand qu’es estat copat en dos. Un fenestron nos dessepara velat per un ridèu de crespon. E çò que s’avison pas es que la sarralha mieuna bada en gròs plan sus lo liech dei calinhaires que s’escambian surament a cada nuech. Wolf e sei wolfetas estudian l’Art. Per marcar lo territòri an semenat de libres sus cada cadièra longa de la terrassa, cada taula de plastic, cada pavat onte se podriá marchar. Wolf es surament prof d’istòria de l’Art. Paure lop que se pren lo clòsc. I de beaufs que son afogats d’art. Me lo fau metre en tèsta. Lo monde es pas maniquean. E lei sensibles e cultivats son pas de lònga lei bòns cowboys dei westerns que, coma lo crese, pòdon sauvar lo monde e seis umanitats.
Lei jorns que seguiràn saràn lei pieger. Impossible d’aprofiechar de la terrassa sens tombar sus un libre sus Picassò, Dalí, Vialat. Impossible de s’assetar sens s’empalar sus la trenca cartonada d’una cuberta en papier glaçat d’un libre bèu. A tot malur, bonur es bòn : Quora son pas aquí pòs niflar lei bralhas de banh dei Wolfetas que s’espandisson sus lei rembardas dei balcons e qu’empachan ara la vista sus la mar. Leis olandés se son crispats. Restan cortesament a un recanton de la terrassa pegats a una taula en plastic, mudaràn quasiment plus per pas laissar la plaça. E la nuech, se levan cadun a torn de ròtle per se faire pas raubar la taula de jardin, lume frontau sus lo clòsc. Dabans la fenèstra de l’estudiò gausan pas plus bolegar. Un dei pichòts fa brom brom amé sei Majokits ®. Mai a la chut chut. Deman, desvariat per l’autoritat de l’agach glaçat dau Wolf (perqué lo bruch de la tuttut l’empacha de legir un article ponchut sus la caracterizacion espaciala dei mòstras moligassas en Catalonha Daliena), jogarà amé la Barbie ® de la Marieta per faire mens de bruch. Cadun s’enebis lo conflicte. Siam en vacanças.
Lo promier matin anèri a la vilòta d’a costat me crompar de cocas gregalas que semblan a la fogassa d’Aigas-Mòrtas talament son aranjadas. Amé lo sucre glaçat que fa la farandola sus una crosta un pauc mai dura pasmens. Me crompère de chocolat en podre un pauc poussós dins una espiçariá que i a pas que ieu per crompar de causas coma aquò en Grècia. Data limita dau produch que remonta a la copa dau monde de 1982 en Espanha. Faguère cramar de lach dins la cafetièra electrica que m’avisère qu’aviáu pas de caiçaròlas. Faguèt una crosta negra au fons de la cafetièra. Lo gost de rabinat balha de gost diriá ma grand. E m’installère, solet, tranquille, a la fresca, ras dau balcon onte Wolf aviá laissat sei cendras mòrtas e grisas, sei sietas salas, e una botilha de rosat au sòu. Coma siáu ninoi e que crese au paratge dau monde me cale sus la cadiera en plastic. E que te banhe un tròç de fogasseta dins lo mug, e que te banhe lei lebras de chocolat, e que te banhe un tròç de fogasseta dins lo mug, e que te banhe lei lebras de chocolat, e que te banhe un… MMM ! Acabat ! Tot d’una te surgís pas lo wolf e sei wolfetas? Tòrnan parier de la fornariá. Son totei en muscles, en botox, en popas grossas. Remarque pasmens leis anchoias pegadas ais uelhs du capolier alemand. Fa signe de levar sa man sus ieu, coma s’ère una mosca. Fau se levar e partir. E dins un anglés alemand me crida : « Breakfeast ! Breakfast ! ». Damatge ai pas trobat lei letras goticas per faire un efich d’autoritarisme. E sabètz çò que faguère?… A vòstrei comentaris per trobar la seguida !

divendres, 19 de setembre de 2008

... e mon oncle Orangino

ours

Vaqui ma cosina Cristina, dicha "Orangina".

Chanson d'Ours ( c'est le nom du chanteur)
sur Inter

refrain:

secouez moi

secouez moi

sinon la pulpe elle reste en bas

moi je dis la chanson française, elle est sauvée

Aquo me rementa lo papet Pèire. Aviéu una cosina moligassa, mai moligassa, e qu'avié meme la broda de parlar. E mon grand li disié "orangina". E es vengut son escais! A l'ironia provençala! MDR!

Siéu pas encara au placard

Non. I a una forest qu'escond quauquaren. Mai ma forest es aqui. Verda e generosa. (non, parle pas de ma pilositat) Un de mei projèctes ven de sortir dau tirador dau capolier. Quora me veguèt leis uelhs tirats, proches deis uelhs d'un chot vo dau papa novèu (et pas le papà nouel) me sortiguèt quauqueis euros per batejar son agéncia d'un nom occitan. En Occitan! L'agéncia de viatge sarié bilinga. Coma lei carrièras de Barcelona. Come lei panèus de Grècia en doas escrituras. A! L'aubre pou me tombar dessus ara! Aurai fach mon obra per leis annadas de venir. La nacion tamtanenca me mercejarà.

Rotlèu Compressor au burèu de l'Agéncia de Viatge

Après mon pan blanc, vaqui mon chichi fregit.

Au burèu de l'agéncia de viatge quora me parlan de mon poste, lei collègas dison: "rotlèu compressor", "chavana" e "revolum". Damisèla Jana - que gausa pas me regachar - me ditz qu'es pas plus aqui per l'uman mai per la chifra. E lo grand patron me parla dau monde dau trabalh coma d'una futura jungle. Quora vese que siéu absent dau fiquier de la presentacion dei noms dau personau, que mei projèctes de viatges son estats ensabalits sabe pas dins quin tirador pousos, me dise a cada minuta qu'es la fin. Lo pessemisme se fa rei. Lei gents, que s'èran crompats una disciplina, tornan tubar. E Lolo, qu'èra lo rai de solèu de l'ostau, rena de longa. Mentre que lo sindicat cala. Anem, me ditz una autra secretaria, siés joine, as un fum de ressorgas. Pos te reciuclar. Te crese. Vau anar vendre de chichis sus la plaja.

dimecres, 17 de setembre de 2008

diversitat culturala en dangier

APPEL A MOBILISATION – CMTRA (Rhône-Alpes)

DIVERSITE CULTURELLE, MUSIQUES DU MONDE, MUSIQUES TRADITIONNELLES, DEMOCRATIE CULTURELLE, CULTURE(S)...

EN DANGER...


NON !


Bonjour,

Par décision conjointe de l’Etat et de la Région Rhône-Alpes (PS) et après 17 années d’existence, le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes ne bénéficie plus de subventions publiques de fonctionnement depuis le 1er juillet 2008. Cette décision condamne le CMTRA en le menaçant de disparition et à l’arrêt total de ses activités dans le domaine des musiques traditionnelles et des musiques du monde au 30 octobre 2008 : information, ressources, organisation de concerts et de festivals, accompagnement d’artistes, ateliers et stages de pratiques artistiques, collectes, éditions, atlas sonores en Rhône-Alpes, publication de lettres d’information, conservation du patrimoine immatériel, archives sonores, …

À l’heure même de la mise en œuvre par la France des conventions internationales visant à la prise en compte des cultures minoritaires et du patrimoine culturel immatériel, alors que la France vient d’inscrire dans le premier article de sa constitution la reconnaissance des langues régionales, alors qu’elle préside l’Union Européenne au milieu de l’année européenne du dialogue interculturel, alors que le Président de la Région Rhône-Alpes fustige lui-même la politique culturelle de l’Etat sous Sarkozy...

Nous considérons que cette décision porte gravement atteinte :


- au DÉVELOPPEMENT des musiques, danses traditionnelles et du monde en région et au-delà, dans leurs dimensions patrimoniales, de transmission des savoirs musicaux, de la création artistique et de l’expression de la diversité culturelle, ainsi qu’à l’ensemble des acteurs qui les font vivre : artistes, facteurs et luthiers, ethnomusicologues, diffuseurs, organisateurs, militants, ...

- à l’exercice de la DÉMOCRATIE CULTURELLE et de la participation des citoyens, à travers le droit d’association, à participer à la gestion de l’intérêt général et à la mise en œuvre d’une action culturelle concertée et partagée.

Par notre signature, nous apportons notre soutien au CMTRA, et demandons à l’État et à la Région Rhône-Alpes de rétablir, de maintenir et de renforcer les missions et les actions du CMTRA de manière durable.

PETITION EN LIGNE : http://www.cmtra.org/spip.php?article3874

TOUTE LA CULTURE EN DANGER – AUTRES APPELS (Blac collectif, Sauvons la Culture, ...)
:
http://www.cmtra.org/spip.php?article3911

REBONDS
:
http://www.cmtra.org/spip.php?article3924
COMPRENDRE LA SITUATION
:
http://www.cmtra.org/spip.php?article3889
REVUE DE PRESSE
:
http://www.cmtra.org/spip.php?article3925
AUTRES MOYENS D’ACTION :
http://www.cmtra.org/spip.php?article3886



MERCI DE VOTRE SOLIDARITE ET DE DIFFUSER CE MESSAGE DANS VOS RESEAUX RESPECTIFS

________________________
Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

77 rue Magenta 69100 Villeurbanne Tél. 04 78 70 81 75 / Fax. 04 78 70 81 85 / E-mail :
cmtra@cmtra.org

dimarts, 16 de setembre de 2008

Ana-Laura Thiéblemont

Ven d'espelir un polar sus lo mitan de la fotografia sota la forma d'una enquista. S'agis de La Mouche d'Alexandrie (La Mosca d'Alexandria) ais edicions Liana Levi. De notar dins aquèu roman saboros una reviradura en Provençau dins un pichot dialog! Vos aconselhe aqueu bon libre. Ana-Laura Thieblemont es una jornalista especializada en art e gemolog de formacion, mena d'enquistas sus lo trafic d'objèctes e de pèires preciosas. Es creatitz de beloias, e viu a Marsilha. La Mosca d'Alexandria es son segond roman. La reviradura en Occitan es estada facha per un collèga.

Anne-Laure Thiéblemont, La Mouche d'Alexandrie, Edicions Liana Levi
1, plaça Paul -Painlevé
Paris 5ena
França
www.lianalevi.fr
Lo libre sortirà en octobre. Es en pre-comanda dins lei bonei librariés.

diumenge, 14 de setembre de 2008

Una passejada mediterranèa dins l'Art



Pèire Schwartz, Buts, 2008, Monde.
Yael Bartana, A Declaration, 2006
, Israèu.

Jumana Emi Abboud, The Pomegranate, 2005, Jerusalem.



Carrat d'Art. Nimes. Lo dimenche promier dau mes es a gratis. Alara, de cops que i a li vau. E veguère de causas meravilhosas. La mostra temporaria prepausa un viatge dins l'art contemporanèu mediterranèu. La promièra obra que m'agradèt fuguèt aquela miugrana. Es pas la "miugrana entre duberta" (La miougrano entre duberto) d'Aubanèu, sexuala e amorosa, non aqui sembla a l'arma, aquela qu'om "desgopilha". L'autor levèt cada grana, una per una. Puèi, lo "joc" fuguèt de tornar metre cada grana a sa plaça. Reconstituir la miugrana, que! La vida coma un eterne reviscolament.
La segonda obra ( A Declaration) fuguèt la d'un Israelian, qu'obra e vieu entre Tel Aviv e Armsterdam. Es una videoneta - pas trapada sus you tube, damatge! - d'un pescaire sus una barca que carreja un olivier. E lo viatge en mar dura. Rama que ramaràs. Sabèm pas a déqué sert l'olivier. Montatge. L'iscla. Lo batèu. L'iscla. Lo batèu. Lo tipe que trima. T'arriba puèi sus l'iscleta (aqueste cop!) que semblarié au dessenh de la planeta dau Princilhon de Sant Exupèri (Avèm lei referéncias que podèm...). Sus l'iscleta, te planta lo drapèu. Mais pas d'un cop de bagueta magica. O! Non pas! Pecaire! Es pas un Walt Disney. Es Stromboli. Derraba lo drapèu per plantar l'aubre. Lo simbole es aisat, me diretz. E ben non. Perque es dins la longor dau filme, e lo patiment, que se bastis lo simbole de patz. Cada cop de ramas, lo biais de montar sus l'iscla, de laurar la terra, de carrejar l'olivier, aqueu temps podrié èstre pesuc. Mai non. Dins una simplicitat granda que fa lei grands artistas (que siéu bon), Yael Bartana fai navigar son marin sus una mar d'oli, sota un cèu de paradis que te fan regretar tei vacanças, putan qu'ères ben a la Taberna Maria, a Mitilena. Mai es pas un agach narcissic sus tu que te prepausa, bogre de con d'Europenc Tamtanenc. Mais un polit messatge universau. Es pas deman que siéu critica d'art.

A la librarié trobère de libre que posquère pas me pagar en causa de ma perda de mon poder de crompas. Lo libre se ditz Buts. E a pas gaire de raport amé lo demorant. Mai es la librarié de Carrat d'Art. E èra la mema jornada. Es per aquo que n'en parle. Enfin... Buts es un libre de fotografias pres a travers l'encastre dei barras de balon. L'encastre dei barras cambia pas jamai es lo fons que cambia. Coma una mesa en abime dei luocs riches vo paures onte se pou jogar au balon. Esport dau pople. Es ben fach, mai costa un braç. E es força ben vist. Pierre Schwartz, Buts, Edicion Ville Ouverte, 2008.

E es tot per aujornd'uèi.







Carrat d'Art - Plan de l'Ostau Carrat - Nimes - França - Occitània.

lei mistèris de lisbona

" Dijous 11 de Setembre. Resister. (...) Le seul espoir pour l'Europe est d'assumer son identité spécifique, y compris dans l'origine et le sens de son code moral, puis de résister. Il faut résister tous les jours, sous des formes aussi diverses que le refus de laisser mourir des populations et des langues, ou le refus de boire du sirop de cocaïne, lourd ou léger. Tout acte de création contre la stérilité, de vie contre la mort, de civilisation contre la barbarie, est une forme de résistance".

Eugèni Green: "Les mystères de Lisbonne" in Liberation dau dissabte 13 e dimenche 14 de setembre de 2008. Version papier.

Eugèni Green es un meteire en scèna conegut per son grand obra sus lo tiatre e la paraula baroca e per son cinèma singular: "Toutes les Nuits"(2001) (Totei lei nuechs), prèmi Lois Delluc, "Le Pont des Arts"(Lo pont deis arts) (2004). Es l'autor d'obras teoricas: La Parole Baroque (La paraula baroca), Présences, essai sur la nature du Cinéma (Desclée de Brouwer-Cahiers du Cinéma, 2003)( Preséncias, ensaj sus la natura dau cinèma), d'un recuelh de contes, La Rue des Canettes (La Carrièra dei Canetas).... Promier roman en co d'Acte Sud: La Reconstruction (Lo Reviscou) ven d'espelir. Es a virar un filme ara au Portugau: A Religiosa Portuguesa. Dins l'article escrich dins lo jornau francés Liberation, sota la forma d'un diari, l'artista ditz sa causida de virar au Portugau:" Portugau es estat generos amé ieu. Mentre que, dempuèi 5 ans, lo CNC rejita totei mei projects de long metratge, aqueu paison, riche en cineastes mai non pas en mejans, me balhèt la possibilitat de realizar un project nou. Espère que Portugau s'identificarà au filme".



Vos escrive de Madrid



Madrid e son arquitectura mondializada. Fotografias originalas dau Tam.

Aqui, un article legit dins lo Libe de la dimenchada:

Je vous écris de… Madrid - Vos escrive de Madrid
La guerre des langues- Guèrra dei lengas
Per: Vicente Molina Foix - Traduit du Castillan par Claude Bleton - Rerirat dau Castilla per Glaudi Bleton.
QUOTIDIEN : samedi 13 septembre 2008 - Liberation, p.30

Mes parents se disputaient en catalan, et comme c’était un ménage bien assorti, ni mes frères ni moi n’avons appris cette langue. Si mes parents avaient été moins heureux, ou si j’avais grandi dans un pays sans dictature fasciste, il aurait peut-être fallu traduire ce texte du catalan, très parlé (dans sa variante lexicale valencienne) non seulement par mes parents, mais par la plupart des habitants d’Elche, la ville proche d’Alicante où je suis né. Mais dans les années 50, quand j’étais encore un potache, en Espagne la seule langue possible («la langue de l’Empire», disaient nos généraux) était le Castillan (l’espagnol). Et ce n’est qu’en Catalogne, et dans certains recoins de la Galice et du Pays basque, qu’a persisté, sous Franco, l’usage dans la sphère privée des langues autochtones.

Manifeste. A partir de 1975, avec l’instauration progressive de la démocratie, les Espagnols ont pu voter, voir des films auparavant censurés, être ouvertement communistes ou homosexuels. Et aussi parler, lire et faire des études en catalan, en galicien, en basque. Depuis le début de l’été, on discute beaucoup du risque que court la langue majoritaire, le Castillan, de perdre sa place dans certaines régions. Un manifeste pour la langue commune, rendu public en juin, fait l’objet d’une vive polémique, et il ne se passe pas de jour sans que le sujet soit abordé dans les médias ou les conversations. Défendu ou attaqué, il est utilisé comme arme de destruction massive par certains commentateurs et journaux traditionnellement de droite. Rappelons que les principaux signataires sont des gens de gauche et qu’ils n’ont pas grand-chose en commun avec l’idéologie ultraréactionnaire - encore impériale - de l’ex-chef du gouvernement Aznar et de ses alliés de l’Eglise catholique.

Pluralité. Le texte a été rédigé par le philosophe Fernando Savater, et on compte parmi ses instigateurs de grands noms de la littérature et de la pensée espagnoles, comme les romanciers Félix de Azúa, Alvaro Pombo et Mario Vargas Llosa (qui a la nationalité espagnole) , les essayistes José Antonio Marina et Carlos Castilla del Pino, ou Albert Boadella, qui dirige la compagnie théâtrale Els Joglars.Certains d’entre eux sont basques ou catalans de naissance, quoique d’expression castillane, et aucun n’est suspect de vouloir réimplanter le monolinguisme obligatoire. Ils dénoncent l’attitude des partis nationalistes au pouvoir en Catalogne, au Pays basque ou en Galice, responsables, selon eux, de dicter des lois qui réservent à la langue commune de l’Espagne une place infime dans l’enseignement général et universitaire. Des lois qui empêchent les «castillanophones» de ces régions autonomiques d’être pris en considération ou de recevoir des communications officielles dans leur langue, qui favorisent, pour les postes administratifs ou d’enseignement, les candidats qui, bien que moins qualifiés, parlent le catalan, le galicien ou le basque.

A Madrid, où j’écris cette lettre dans la langue que j’ai apprise à l’école et à l’université, et faite mienne dans mes livres, ce sujet épineux est regardé de loin et déformé par les intérêts locaux. En qualité de Valencien né dans une ville et une famille où on parle le catalan, je suis très sensibilisé à ce problème et naturellement en faveur de la pluralité linguistique, et de l’extension de ces langues autrefois interdites. Mais j’ai été très déçu par la plupart des arguments négatifs (voire insultants), le plus souvent repris par des intellectuels de grande valeur également, opposés aux auteurs de ce manifeste. Lesquels ont été accusés de «faire de la politique», comme si c’était honteux pour le citoyen non-élu, d’exagérer la fragilité d’une langue parlée par quatre cents millions de personnes réparties sur trois continents et, bien entendu, de faire le jeu de l’extrême droite.

Charité. Toute pression dans le domaine du parler des gens me semble odieuse, comme il le serait d’amputer une langue «forte» de ses richesses pour en donner à ceux qui en auraient «besoin», par une sorte de charité verbale égalitaire. Parmi tout ce qui a été lu et entendu ces derniers mois, l’avis le plus sensé à mon sens a sans doute été émis par l’excellent poète basque (qui écrit en euskera) Kirmen Uribe, lequel, après avoir demandé que l’on respecte les droits des parents qui préfèrent élever leurs enfants en castillan en Catalogne ou au Pays basque, où lui-même habite, donnait ce conseil : «Laissez la question linguistique en dehors des luttes partisanes.»




Videoneta originala dau Tam. Escotatz lo bruch dau trafic de la vila. Coma m'agrada!