dimecres, 29 de setembre de 2010

Diriam Grècia

Victor Hugo ayant lut Mirèio de mistral, lui écrit:
"Je vous remercie Monsieur. Vous m'avez fait lire votre beau livre. Le puissant souffle est dans cette oeuvre charmante. Votre Mireio c'est toute cette Provence qui est presque la Grèce. Votre poésie est mêlée de soleil et de mer.
Cette Crau, ces déserts, ces terres immenses, ces moeurs sauvages et fraîches, toute cette grâce de la grandeur a passé dans votre poeme. La vie y palpite. O y sent Dieu. Soyez glorifié, poète... Vous avez chanté là la grande idylle du Midi.
Je vous serre la main."
Victor Hugo.