diumenge, 15 de juny de 2014

Joseta Kroner, capitol 29, sason 1.





29. L’afrontament finau – La negada dins la mar – Lo temps suau.
Lei vaicí bombissant sus lei rotas banhadas. Sensa crenta de resquilhar. L’èr de l’Ocean dins lo morre. Tot Porto se dessenha dins la negra nuech.
L’ostau contemporanèu de la musica jòga de claquetas dins lei gotàs de la pluèia. Leis ostalets dau bòrd de mar, decòr de cercaire d’aur, ploran la crisi.
Leis ostaus bòrnis. Lei cabanons abandonats. Lo barri borgés de João Barros dins lo bruch deis èrsas.
Ostau Serralves. Artús tròba lo portau dubèrt. Bru passa davant. S’engana de rota. D’un rocàs rompt una dei parets de veire(l’esquina ié dòu). Una serena dins la nuech. La serena de seguritat. Bru se ne’n caga. Intra dins aquel endrech pur. Es espantat per tant de banhadoras dins un solet ostau. Lo manjador : un segond castèu dins lo castèu.
“Joseta? Joseta? Crida”. Votz sorda dins lo corridor. D’un membre a l’autre. D’un estanci a l’autre. D’una cambra a una cambra. Bru lo tan suau perd la rason. Davant lo vuege borgés sentis venir la mòrt. Òc. La crei mòrta. L’esmoguda lo despassa. Panica coma una mosca dins un gòt d’eau. Artús li aganta lo braç:
“Òu! Bru! Qué vos arriba?” Li quicha lei ponhadas e lo sortis. L’editor plora coma una nene. Lo lassitge, tròp de resèrvas dins sa vida. “Es pas lo moment! Bru! Despechatz-vos que  la poliça pòu arribar d’un moment l’autre!”
Passan davant leis anges. Leis èrbas s’arrapan ai cavilhas. Sentís lo frescum. Siblament dins lei bartàs. Joseta. Drecha coma una madona que plora, lo cadabre a sei pès. Dins sei films a tugat tant de mond, mai aicí s’avisa qu’es dins la relitat. Rick Lèo s’enfanga. Bru sasís l’actritz dins lei braç. Escond sei lagremas. La potoneja.
La poliça avisada alestis sei camions. Lei lumes blus que viran e reviran.
Dins lo bruch de l’alarma e de la pluèia que raja, un ulhauç aluca lo cèu. Venon de diables. L’urgéncia es de faire desaparéisser lo mòrt. Avau rondina l’Ocean. “A tres arribarem ben de lo negar !” prepausa Bru. Artús refusa. A ja tot donat.
Coma de fadòlis, Bru e Jò, acostumats per lei traisons umanas, tiran lo mòrt fins au trepador. Seis vestits s’estrifan. Sa tèsta tusta contra lei darniers calhòus dau jardin. Qué pesuc! La rota es ben en penda coma fau. Lo faràn rotlar coma un jòc de cercèu. Te, tu, te, ieu. Un còp l’un, un còp l’autre. Binga. Banga. Lo tiran. Lo sotalevan. De còps que i a, Bru lo tira sus seis espatlas. Lo carga quauquei mètres. Puei l’escampa sensas posquer plus faire abans. Lo missant rotla un pauc mai s’arrèsta de tot son pes. Lo secoan coma una ensalada. Joseta assaja la broeta. Mai la tèsta rotla pas. Urosament: pas de testimònis. Degun viu pas dins lei barris borgés, la nuech. Lo tròn, e leis ulhauç, fan petar tota l’electricitat de la ciutat. Pas un lume. Pas una camèra de susvelhança.Crespinats. Clafit de blus e de nhacas, ausissèm lo bruch dei dents que tomban de la boca badanta dau Rick bèu. Ausissèm leis òssas. Un pè que se desolidariza dei botèus. Crau! Lo pèu gràs e banhat que s’arrapa au quitram. La vista dei girofaras blus que montan, que montan, que montan e que montan l’autre mand de la carriera fa abrivar lo moviment. Quant de temps… Quant de temps… Retbalan aqueste mòrt? Lo cargar, lo retbalar, lo trainassar, lo desfigurar. L’ensalada. La broeta. Leis espatlas. Lei còps de pès. Subran… la penda ven mai regda! Lo mòrt se fa mai leugier! Marrit pantin! L’odor de la sau sauvatritz desrevelha lo parèu. Desliurats enfin d’aquela preséncia escampan lo còs luenh dins la mar negra. Mai lei doas fòrças bastan pas. Lo cadabre tomba coma una merda dins lo bàs dei rocàs onte sei mans violetas de Frankenstein racomodat semblan s’arrapar. Coma s’anava reviscolar, s’auborrar e montar per lei perseguir. Mai una èrsa benesida dei dieus, una tant gròssa que fa nàisser leis espòts deis essurfaires, pren lo cadabre dins sei braç. Lo sotaleva, lo tsunami, d’una nautor de grata-cèu. Puei lo revira, lo còs, lo cabussa, e l’estofa dins  la frejor per un mond sota-marin que degun coneis pas.
Lei còs fan tifa-tafa. Leis amorós se fan de lengas. Amont-naut lei serenas bluas continuan de cantar.
Dins lei lumes, Artús ven au rescòntre dei policiers. Mòstra lei papiers qu’es proprietari de João Barros. Fa lo susprés. Es pas lo promier còp que lo patrimòni se tròba vandalizat. Que la serena lo desrevlha. Lei policiers, acostumats fan una ronda. Prenon lo còp dau veire fendisclat coma l’acte d’un vanegaire. Mercejan Artús de son acuèlh. Li demandan de tornar dormir au sieu, sensa s’avisar que l’ostau vesin, pecaire, a pas de cambra dempuei l’an pebre. Inabitable. Sonaràn leis monuments istorics per saupre quau portarà planh contre X dins aquel afar.
Joseta e Bru partisson dins la nuech. Man dins la man. S’en tòrnan dins l’apartament polit de Santa Catarina.


29. Affrontement – Noyade – Le temps clair.
Les voilà bondissant sur les routes trempées. Sans peur de glisser. L’air de l’Océan dans la gueule. Tout Porto se dessine dans la nuit noire.
La maison contemporaine de la musique joue des claquettes sous les gouttes de pluie. Les pavillons du bord de mer, décor de chercheur d’or, pleurent la crise.

Les maisons borgnes. Les cabanons abandonnés. Le quartier bourgeois de João Barros dans le bruit des vagues.

Maison Serralves. Arthur trouve le portail ouvert. Bru passe devant. Se trompe de chemin. A l’aide d’un petit rocher qui lui rompt le dos il brise  une des cloisons de verre. Une sirène dans la nuit. La sirène de sécurité. Bru s’en fout. Il entre dans l’endroit épuré. Il est étonné par la présence nombreuse de toutes ces baignoires dans une seule maison. La salle à manger : un second château dans le château.

« Josette ? Josette ? » Crie-t-il. Voix sourde dans le couloir.  D’une pièce à l’autre. D’un étage à l’autre. D’une chambre à une chambre. Bru le sage perd la raison. Face à ce vide bourgeois il sent venir la mort. Oui. Il la croit morte. L’émotion le dépasse. Il panique comme une mouche dans un verre d’eau. Artus l’attrape par le bras :

« Et bien ! Bru que vous arrive-t-il ? » Le serre par les poignets et le sort. L’éditeur pleure comme un enfant.  La fatigue, trop de réserves dans sa vie. « Ce n’est pas le moment ! Bru ! Dépêchez-vous que la police peut arriver d’un moment à l’autre ! »

Ils passent devant les anges. Les herbes s’accrochent aux chevilles. Odeur forte d’humidité et de chien mouillé. Sifflement dans les buissons. Josette. Droite comme une madone en pleurs, le cadavre à ses pieds.  Dans ses films elle a tué tant de monde mais elle réalise la réalité. Rick Léo s’embourbe. Bru saisit l’actrice dans ses bras. Il cache ses larmes. Il l’embrasse.

La police alertée prépare les camionnettes. Les gyrophares bleus tournent. Tournent.

Dans le bruit de l’alarme et de la pluie qui dégouline, un éclair allume le ciel. Ils deviennent des diables. L’urgence est de faire disparaître le mort. L’Océan rouspète. « A trois, nous arriverons bien à le noyer » propose Bru. Artús refuse. Il a déjà tout donné.

 Comme des fous, Bru et Jo, habitués par les trahisons humaines, tirent le mort jusqu’au trottoir. Ses habits se déchirent. Sa tête cogne contre les derniers cailloux du jardin. Quel lourdaud ! La route est bien en pente comme il faut. Ils le feront rouler comme un jeu de cerceau. Ploum, ploum. Ce sera toi qui le rouleras. Bing. Bang. Ils le soulèvent. Parfois Bru le tire sur ses épaules. Il le porte pendant quelques mètres. Puis il le rejette car il ne peut plus avancer. Le méchant roule un peu mais s’arrête de tout son poids. Ils le secouent comme une salade. Josette essaie la brouette. Mais la tête ne roule pas. Heureusement : pas de témoins. Personne ne vit dans les quartiers bourgeois, la nuit. Le tonnerre et les éclairs font disjoncter la cité. Pas un lampadaire. Pas une caméra de surveillance. Chanceux. Recouvert de bleus et de coups, on entend le bruit des dents qui s’entrechoquent et qui tombent de la bouche béante du beau Rick. Craquement d’os. Un pied se désolidarise des chevilles. Crac ! Les cheveux noirs et gras s’accrochent au goudron. La vue des girophares bleus qui montent, qui montent de l’autre côté de la rue accélère le mouvement. Combien de temps… Combien de temps… Trainent-ils ce mort ? Le charger, le trainer, le trainasser, le défigurer. La salade. La brouette. Les épaules. Les coups de pied. Soudain la pente devient plus raide ! Le mort se fait plus léger ! Mauvais pantin ! L’odeur du sel salvateur surprend le couple. Délivrés enfin de cette présence ils jettent le corps loin dans la mer noire. Mais les deux forces ne suffisent pas. Le cadavre tombe comme une merde dans le bas des rochers où ses mains violettes de Frankenstein recousu semblent se raccrocher. Comme s’il allait rescussiter, se relever et monter pour les poursuivre. Mais une vague bénie des dieux, une de celles qui font naîtres les spots des surfers, prend le cadavre dans ses bras.  Le tsunami le soulève à une hauteur de gratte ciel. Puis il le retourne, le corps, le plonge, et l’étouffe dans la froideur d’un monde sous-marin que personne n’explore.

Les cœurs palpitent. Les amoureux se roulent des patins.  Plus haut, les sirènes continuent leur chant.

Dans les lueurs des phares, Artús vient à la rencontre des policiers. Il montre les papiers qui prouvent qu’il est propriétaire de João Barros. Il joue l’étonné. Ce n’est pas la première fois que le patrimoine voisin se trouve vandalisé. Que la sirène le réveille. Les policier, habitués, font une ronde. Ils considèrent les bris de vitrine brisée comme l’acte d’un vagabond. Il  remercient Artús pour son accueil. Ils lui demandent de se rendormir, ne s’aperçoivent pas que la maison n’a pas de chambre depuis des siècles. Ils appeleront les monuments historiques pour savoir qui portera plainte contre X dans cette affaire.

Josette et Bru se retirent dans la nuit. Main dans la main. Se dirigent vers le coquet appartement de Santa Catarina.