dissabte, 28 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason 1 , capitol 11.




Lo sauvaire- Lo porcàs - La corsa perseguida.

L'òme que s'arresta es un gentleman. Un òme vestit de blanc. De la color de sa veitura. Un vielh bèu. Portugués nimesenc bissexuau. S'entòrna a la ciutat dei set còlas per tornar deman, via Marsilha, cap a Porto. Sa vila. Joseta quora vei sa chivalièra, atrivada per tot çò qu'es riquessa monta sensa relambi. Venala. Mai es subretot, lo fau dire, apasimada de s'èstre escapada dau jove missant lop.
Sus la rota escotan Enric Sauvador sus una caisseta cròma de nonanta minutas. Jazz Mediterranée. Per faire mòda e oblidar sa paur, l’actritz vapòta.
Una enveja monta au Portugués. Es espantat. La vista d'aquelei cambas remirablas li empachan l'ajuda dau Viagra. I a un briu que li èra pas arribat... A una ereccion.
Clava lei portièras, totei, de la seguritat nene. Clac. Clac. Clac.
-A! Non! Mai! Non, rena aquela que fuguèt un simbèu de libertat femenina dins leis 60's. Siáu pas d'acòrd! Pas dos còps dins lo jorn! N ´ai mon gonfle dei mascles!
Lei dets d'aur dau pistachier, tot poderós, lo volant espòrt de cuèr que vira solet de la man gaucha, se sarran dei cambas de la cogar. Man drecha.
Joseta fa un gèst a rebors per l'escampar. Mai a pas temps de se defendre...
Un còp de mistrau. Sa perruca s'envòla. L'aranha de la man s'arresta. L'òme la bada:
- Ò! Mai fant de putan! Siatz... Siatz... Siatz...
-Òc, conàs, siáu la Joseta Kroner! Mai se conunhas a menar ta veitura coma un porcàs vau semblar a la Chantal Nobel. Me comprene. Vai drech, putan! Vai drech!
-Ai tot vist de vos! Ai totei vòstrei DVD. Puta bòrnha! Joseta Kroner! Dins ma veitura! Joseta Kroner! A! A! A! 
Joseta reluca a drecha, a gaucha.
Degun sus la rota que lei mena cap a Nimes.
-Bòn... Bòn... L'anatz pas cantar sus lei teulissas, nimai. Assaje d'escapar a ma celebritat.
-Nani, mai vos bade tant e tant! Dequé vos fariá gauj Joseta?
-L'invisibilitat.
Lo gentleman sosca puei:
-A! Siáu pas Majax. Mais vos pòde ajudar a escapar a la violéncia d'aqueste mond.
Subran Joseta blanquineja: 
-O! Fant´ de putan! Abrivatz!
-Qué? Qué?
-Aquí! Ambé sa Fiat! Darrier! Dins lo retrovisor! Lo Rick Leo que nos fa d'apèus
 de lumes!
Lo gentleman s'espanta:
-Rick? Rick Leo? Lo jove actor?
-Òc. Lo jove con.
-A! Mai siam filmats! Es una camera esconduda? Joseta Kroner! Rick Leon puei! Es mon jorn d'astre! 
Joseta esquicha fòrt son talon agulha sus lo pè drecha dau menaire:
-Mai lèu, Enric Sauvador! Mai lèu! Se que non acabarem dins lo jornau de Pujadas, a la rubrica people...
E lo gentleman pivelat per sa diva s'executa. Meme s'a un projècte per ela. S'executa. Quora Rick Leo, la boca clafida d'escupinha, lo nas de MDMA, lei cristaus de MDMA que fan sanhar  lo nas, lei raganta…


Le sauveur – Le gros porc – La course poursuite.

L’homme qui s’arrête est un gentleman. Un homme vétu de blanc.  Comma la couleur de sa voiture. Un vieux beau. Portugais nimois bissexuel. Il revient de la cité aux sept collines pour décoller demain, via Marseille, direction Porto. Sa ville. Quand Josette la vénale aperçoit sa chevalière, elle monte immédiatement. Appaisée d’avoir échappée au jeune méchant loup.
Sur la route ils écoutent Henri Salvador sur une cassette Chrome de quatre vint dix minutes. Jazz Méditerranée. Pour faire mode et oublier sa peur, l’actrice vapotte.
Le Portugais ressent une soudaine envie. Le voilà étonné. La simple vue de ces jambes remarquables lui évitent l’aide du Viaga. Il y a un moment que cela ne lui est pas arrivé… Il a une érection.
Il ferme toutes les portières avec la sécurité bébé. Clac. Clac. Clac.
-Ah ! Non ! Mais ! Non, s’emporte celle qui fut un symbole de liberté féminine dans les années soixante. Pas d’accord ! Pas deux fois dans le même jour ! Marre des mâles !
Les doigts d’or du libertin, puissant, le volant sport en cuir qu’il tourne tout seul de la main gauche, s’approchent des jambes de la cougar. Main droite.
Josette fait un geste de refus pour le rejeter. Mais elle n’a pas le temps de se défendre…
Un coup de mistral. Sa perruque s’envole. L’araignée de sa main arrête sa marche. L’homme reste bouche bée :
-Oh ! Mais putain ! Vous êtes… Vous êtes… Vous êtes…
 -Oui, conard, je suis Josette Kroner ! Mais si tu continues à conduire ta voiture comme un gros porc je vais ressembler à Chantal Nobel. Je me comprends. Va droit, putain ! Va droit !
-J’ai tout vu de vous ! J’ai tous vos DVD. Enfoiré ! Josette Kroner ! Dans ma voiture ! Josette Kroner ! Ah ! Ah ! Ah !
Josette reluque à droite, à gauche.
Personne sur la route qui les conduit à Nîmes.
-Bon… Bon…Vous n’allez pas le chanter sur les toits, non plus. J’essaie d’échapper à ma célébrité.
-Non, mais je vous admire tant ! Qu’est-ce qui vous ferait plaisir Josette ?
-L’invisibilité.
Le gentleman réfléchit puis :
-Ah ! Je ne suis pas Majax. Mais je peux vous aider à échapper à la violence de ce monde.
Josette blêmit soudain :
-Oh ! Putain ! Accélérez !
-Quoi ? Quoi ?
-Là ! Avec sa Fiat ! Derrière ! Dans le rétroviseur ! Rick Léo qui nous fait des appels de phares !
Le gentleman s’étonne :
-Rick ? Rick Léo ? Le jeune acteur ?
-Oui. Le jeune con.
-Ah ! Je comprends maintenant ! Nous sommes filmés ! Est-ce une caméra cachée ? Josette Kroner ! Rick Léo ensuite ! Quel jour de chance !
Josette pousse fort son talon aiguille sus le pied droit du conducteur :
-Plus vite, Henri Salvador ! Plus vite ! Sinon nous finirons dans le journal de Pujadas, rubrique People…
Et le gentleman fasciné par sa diva s’exécute. Même s’il a un projet pour elle. Il s’exécute. Quand Rick Léo,  la bouche pleine de bave, le nez dans la MDMA, ces cristaux de MDMA qui font saigner le nez, les rattrape…

divendres, 27 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason 1, capitol 10.





10. Lo viòu - La fugida en Ate. 

Au sòu. Dins un esnif de MDMA, Rick Leo, triste missionari, la pren coma un rei tiran pren son reiaume. Baissa sei bralhas de jogging, regde. Joseta sota la massa de muscles se pòu pas defendre. Tot en ela se tampa. Se sent mòrta sota lo còs viu. L’ògre, lo gigant, l’escruma ai bregas, l’escupinha ruscosa, de bramar en alenant :
-Siás mieuna ! Siás mieuna !
Buf  bocapudent. La susor regola sus son frònt. Mecanic, sec, se ronflant dins la polsa, fa mau mai pauc-a-cha-pauc mòrta dins son arma ignora la dolor. Aqueu de destacament… es pas lo zazen dau Bru que permet de se destacar dau mond dins un estat confortable e volontari. Nani. Ai periòds lei mai dramatics, l’oblit de la dolor e dau dangier t’environan d’un semblant de proteccion alentida que tòrnan lei causas mens dolorosas quora lei vives. La dolor vendrà just après. Valent-a-dire fins a ta mòrt. Dins la vergonha, lo sale, la culpabilitat. Leis òmes son de putans.
Sa matraca d’acier li trauca lo còs. Entend pas plus. Anar-venir. Fretadís de peus. Rick gausís fòrt. La fin. Aurà durat doas minutas. Rick, òme poirit, pesuc, moligàs escracha la polida. Comença de dormir sus ela, roncant, brusènt e badant. Lo repaus dau sale. Joseta, sensa pena, amb a la boca lo gost dei larmas de sau, reversa lo tiran sus lo costat. Lei bralhas encara baissadas, la quica a l'èr. La femna se rònça cap ai pichòts escaliers, la mala a la man. Mai sei talons agulhas la fan tombar. Rick se desrevelha. S’auborra mai se pren lei pès dins sei bralhas e s’ensuca en tombant contra lo recanton d’un bibliotèca de fèrre.
Es liura. La tantossada d’aqueste decembre de 2013 met en valor la forèst resplendissènta de Buòus dins l’odor dei pins. Es 5 oras. Lo moment onte ja lo soleu a rendètz-vos ambé la luna dins un azur sensa nivas. Amondaut lo Pas dau Reinard s’esclaira de sei mila baus blancas. Darnier agach sus çò qu’auriá poscut demorar un raive. Joseta quita lo paradís que s’es creat. Aqueu de sa retirada egoista que l’aluenhava dei tornatges de cinèma, de la promocion de son libre, dau baujum miserable deis mascles. Luenh deis ondas dei portables, de l’internet onte se cresiá intocabla, un còp de mai dins sa lònga e trista vida de tragediana, renoncia a çò que vòu. Maugrat lei camins de terra malaisats, lo castèu que fa coma una faciada darrier, lo risolet dei valats, l’endrech l’a traida. Ridèu. Encara ridèu. Mai l’actritz saup ja qu’es un acte e non pas lo finau.I a surament un recanton de terra onte l'Ome l'agantarà pas.
Se bota una perruca rossèla e de besicles coma dins leis emissions de tele realitat de Sofia Davant.  Estèla anonima.
Marcha fins a Ate, en se revirant lei botilhas dins l'èrba. Plora que ploraràs. La natura sent lo frescum. Quora una Polo cala pròcha d’ela sus lo ras dau camin…



10. Le viol – La fuite à Apt.
Par terre. Snif de MDMA. Rick Leo, triste missionaire, la prend comme un roi tyran prend son royaume. Il baisse son pantalon de jogging, abrupt. Josette sous la masse de muscles ne peut se défendre. Tout se referme en elle. Elle se sent morte sous le corps vif. L’ogre, le géant brame en halétant, l’écume aux lèvres, la salive rugueuse :
-Tu es à moi ! Tu es à moi !
Haleine fétide. La sueur coule sur son front. Mécanique, sec, s’ébrouant dans la poussière, il lui fait mal mais progressivement morte dans son âme elle ignore la douleur. Ce détâchement… Il ne s’agit plus du zazen de Bru qui permet de se détâcher du monde dans un état confortable et volontaire. Non. Pendant les périodes les plus dramatiques, l’oubli de la douleur et du danger t’entourent d’un semblant de protection au ralenti qui rend les choses moins douloureuses quand tu les vis. Donc jusqu’à ta mort. Dans la honte, le sale, la culpabilité. Les hommes sont des putains.
Sa matraque d’acier lui perfore le corps. Elle n’entend plus. Aller-retour. Crissement de poils. Rick jouit fort. La fin. Ça aura duré deux minutes. Rick, pourriture, lourd, mou écrase la mignonne. Il commence à s’endormir sur elle, ronflant, bruyant, la bouche grande ouverte. Le repos du sale. Josette, sans peine, avec à la bouche le goût des larmes de sel, retourne le tyran sur le côté. Les futales encore baissés, la bite à l’air. La femme se précipite vers les petits escaliers, la valise à la main. Mais elle ne tient pas sur ses talons aiguilles et tombe. Rick se réveille. Il se lève mais s’emmêle les pieds dans son froc et se cogne en tombant contre le coin d’une bibliothèque en fer.
La voilà libre. L’après midi de ce décembre deux mille treize embellit la forêt resplendissante de Buoux dans l’odeur des pins. Cinq heures.  Moment où déjà le soleil a rendez-vous avec la lune dans un azur  sans nuages. Tout là-haut le Pas du Renard s’éclaire de ses mille falaises blanches. Dernier regard sur ce qui aurait pu rester un rêve. Josette quitte le paradis qu’elle s’est créé. Celui de sa retraite égoïste qui l’éloignait des tournages de cinéma, de la promotion de son livre, de la folie misérable des mâles. Loin des ondes des portables, de l’internet où elle se croyait intouchable, une nouvelle fois dans sa longue et triste vie de tragédienne, elle renonce à ce qu’elle veut. Malgré les chemins de terre difficiles, le château qui fait comme une façade d’acier, le murmure des ruisseaux, l’endroit l’a trahie. Rideau. Encore rideau. Mais l’actrice sait déjà que c’est un acte et non le final. Il y a surement un coin sur terre où l’homme ne l’attrapera pas.
Elle se met une perrruque rousse comme dans les émissions de télé réalité de Sophie Davant.  Etoile anonyme.
Elle marche jusqu’à Apt, en se tordant les chevilles dans l’herbe. Pleure infiniment. La nature sent une forte humidité acide et désagréable. Quand une Polo s’arrête près d’elle sur le bord du chemin…



dijous, 26 de desembre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 9.



9. Lo viatge sus la niva - L'anecdòta que vai ben - L'aparicion (d'esquina) de Joseta Kroner - Una enveja de fugida, una enveja de sèx.

Lo vaicí dins leis èrs surfant sus lei nivas moflas. Rebombís dins cada canton dau cèu gris. Plan planet son còs en apesentor dessenha de regas blancas geometricas que grafinhan l’astre. Causís la non violéncia per se defendre de l’agressivitat dau mond. Tròba la patz dins sa pausicion coma dins un douç pantais. Leis artèus soples tòcan seis artèus de nene que difusan en son dedins una gasolina de sang cauda, regulara, positiva, rasseguranta coma dins lo ventre de la maire. Dins lo cèu, dins l’aura, flauteja, ben dins son èsse. E se l’ivèrn se fa dur, son arma s'acoconís dins un sentit de prima etèrna.
Mai sabèm onte va coma aquò ? Coma e onte s’arrestarà ? Nòstre eròi pacific a finit de se pausar lei molons de questions que li manjan la tèsta. Dins son estat de preguiera, en transa, quau saup ont aquò lo menarà ? De platanas en platanas, d’èuses en èuses, de rores en rores, de pins en pins, escapa a la violéncia deis autres, l’infèrn deis autres coma diriá Jan Sòu Partre lo grand filosòf dei personatges de papier.
Crese que lo radier de l’aguer vist es lo jornau la Provença. Sus una fotografia numerica facha per un jornalista locau convidat a Ate, au Leclerc per la « Granda festa dei cauçaduras. Vint ans de Leclerc au vòstre» aqueu aviá pres son Nikon. S’èran donat rendètz vos sus lo parcatge de quitram. Lo patron dau subremercat, tot en dimenge per lo retrach, e coma atrivat per un corrènt d’èr veguèt lo Bru, mostrèt l’OVNI au jornalista, que, a pron pena, capitèt de capturar un punt, en ombra chinèsa : una siloèta assetada sus una niva coma un fakir sus un tapis voladis. La Provença pensèt a un montatge. Refusèt de lo publicar. La granda glòria dau jornalista fuguèt pasmens  doas cent cinquanta vistas sus Face Book, cinc cent Like, e dos cent comentaris ! E un tweet de Nadina Morano.  Es Miquèu Neumuller dau jornau Aquò d’Aquí que me l’a contat, ten aquò d’un collèga. Mai dempuei lo compte dau jornalista es estat barrat.
Rick Leo tòrna a la caforna. Sona son amorosa : « Joseta ! Joseta ! Jò ! » Dins l’ apartament de la reina de la comedia la sobrietat es au rendètz-vos. Un radassier de cuèr negre ben a sa plaça, fácia a la granda paret de veire. Una taula en fòrma de bana. Un simple ampli Bose per la musica. Pas de television. Pas de tablèus sus lei parets. Un piano a coa sus un desnivelat de fusta. La pintura, un blanc gregau per esclairar lo membre. Quauquei libres. Mai pas de tablèu, pas d’ecran. Pas de drech a l’imatge. Coma se l’imatge teniá au temps passat de Na Kroner. « Joseta ! Joseta ! Jò ! Jò ! » Ges de respònsa.
Quora l’ausís furnar dins la cambra esconduda dins una nicha dau baus, lo jovent vei l’Estèla que recapta sei malas. Forra-borra i resquilha tot lo linge que tròba. Degun li a pas jamai après de faire sei malas, lo netitge, la terralha. Joseta a sempre donat d’èr a la vida vidanta. Faire coire un uòu, plegar son linge, alestir lo fiutre de café… A de lònga jogat. Saup pas lo reau, Joseta. Una vida d’actritz. Li parla d’esquina sensa se revirar:
-T’aviáu ben dich… t’aviáu ben dich de pas me seguir fins a mon ostau. Vòle viure sola, sensa la preséncia de degun. Mai vese qu’es pas possible. Siás un messorguier. As dich de cracas a Bru… Nani… Lo vòle pas amb ieu… Mai tu nimai, te vòle pas… Siás un bòn còp Rick, mai  un còp fa pas puta disiá ma maire ! Alòr, tòrna a París ! Auràs la causida. Audrey Tautou, Cecile de France son encara frescas. T’esperan benlèu.  Siás bèu coma un astre. Traucaràs leis ecrans. Faràs de films en tres D. Mai laissa-me. 
E dins un vam de tragediana, lirica, la man sus lo front  en citant Lo Safir :
-Laissa-me coma òm laissa un vielh disc regat, un gant oblidat, un libre de pòca sus un banc, laissa-me coma una  Vespa sensa motor, laissa me sensa regrets. Laissa. Laissa-me.
Rick, l’ancian dealer, lo rei dau barri de la Zup d’Agradà, lo vendeire e consomator de MDMA, aquela blanca blanca nèu de New-York onte s'escondiá puei lo locatari de sa prison poirrida a  Rikers Island - a l'epòca se fasié sonar James Bloodoon- a en òdi la resisténcia. Vòu sa joguina. Li servirà de carta Golden quora tornarà un còp de mai a la capitala amb èu, sus lo tapis roge, mans dans lei mans, la cogar e lo leonet.  Coma Madonna e Brahim Zaibat, coma Edith Piaf e Theo Sarapo. Joseta es la novèla ersa, a conegut Truffaut, Godard, a jogat dins lei melhors Mocky. Un quicòm per son cinèma de venir. Alòr… l’aurà ! L’aurà !
Se la fòrça dau Bru es dins lo zen, la dau Rick es dins lo sèx… E l'enveja li pren...






9. Le voyage dans les nuages – L’anecdote qui va bien -  L’apparition dorsale de Josette Kroner-  Une envie de fuite, une envie de sexe.


Le voici dans les airs surfants sur les nuages tendres. Il rebondit dans chaque coin du ciel gris. Toujours avec douceur son corps en apesanteur dessine des lignes blanches géométriques qui gribouillent le ciel. Il choisit la non violence pour se défendre de l’agressivité du monde. Il trouve la paix dans sa position comme dans un doux rêve. Ses orteils de bébé souples  et croisés diffusent en lui une essence sensuelle, chaude, régulière, positive, rassurante comme dans le ventre de sa mère. Dans le ciel, dans la bise, il flotte, bien dans son corps. Et si l’hiver se durcit, son âme se réfugie dans un sentiment de printemps éternel.
Mais savons-nous où il se rend ainsi ? Comment et où s’arrêtera-t-il ? Notre héros pacifique a fini de se poser les multiples questions qui le tracassent. Dans un état de prière, en transe, qui sait où cela le mènera ? Des platanes en platanes, de chênes verts en chênes verts, de chênes rouges en chênes rouges, de pins en pins, il échappe à la violence des autres, l’enfer des autres comme dirait Jan Sol Partre le grand philosophe de papier.
Je crois que le dernier à l’avoir vu est le journal La Provence. Sur une photographie numérique faite par un journaliste local invité à Apt, au Leclerc pour la « Grande fête des chaussures. Vingt ans de votre Leclerc », celui-ci s’était saisi de son Nikon. Ils s’étaient donné rendez-vous sur le parking de goudron. Le patron du supermarché, tout endimanché pour le portrait, et comme attiré par un grand courant d’air vit Bru, montra l’OVNI au journaliste, qui, immédiatement, parvint à capturer un point en ombre chinoise : une silhouette assise sur un nuage comme un fakir sur un tapis volant. La Provence pensa à un montage. Elle refusa de le publier. La grande gloire du journaliste fut deux cent cinquante mille vues sur Face Book, cinq cent Like, et deux cent commentaires ! Et un tweet de Nadine Morano. C’est  Michel Neumuller du journal Aquò d’Aquí qui me l’a raconté, il tient cela d’un collègue. Mais depuis le compte du journaliste a été fermé.
Rick Léo retourne à la grotte. Il appelle son amoureuse : « Josette ! Josette ! Jo! » Dans l’appartement de la reine de la comédie la sobriété est au rendez-vous. Un canapé de cuir noir bien à sa place, face à la grande paroi de verre. Une table en forme de corne. Un simple ampli Bose pour la musique. Pas de télévision. Pas de  tableau sur les murs. Un piano à queue sur un dénivelé de parquet. La  peinture, un blanc grec pour  éclairer la pièce. Quelques livres. Mais pas de tableau, pas d’écran. Pas de droit à l’image. Comme si l’image appartenait au passé de Madame Kroner. « Josette ! Josette ! Jo ! Jo ! » Pas de réponse.
Soudain il l’entend farfouiller. Cela provient de la chambre cachée dans une niche de la falaise. Le jeune aperçoit l’Etoile qui fait ses valises. Elle y glisse tout le linge qu’elle trouve, sens dessus-dessous. Personne ne lui a jamais appris à faire ça, le ménage, la vaisselle. Josette a toujours simulé le quotidien. Faire cuire un œuf, plier son linge, préparer le filtre à café… Elle a toujours joué. Elle ne sait pas le réel, Josette. Une vie d’actrice.


Elle lui parle de dos sans se retourner :
-Je t’avais bien dit… Je t’avais bien dit de ne pas me suivre jusqu’ici. Je veux vivre seule, sans la présence de personne. Mais je vois que ce n’est pas possible. Tu es un menteur. Tu as raconté des craques à Bru… Non… Je ne le veux pas avec moi… Mais toi non plus,  je ne te veux pas… Tu n’es pas un bon coup Rick, mais un coup ne fait pas pute disait ma mère ! Alors, rentre à Paris ! Tu auras le choix.  Audrey Tautou, Cécile de France sont encore fraîches. Elles t’attendent peut-être. Tu es beau comme comme un astre. Tu crèveras les écrans. Tu feras des films en trois D. Mais laisse-moi.
Et dans un élan de tragédienne, lyrique, la main sur le front en citant le Saphir :
-Laisse-moi  comme on laisse un vieux disque rayé, un gant oublié, un livre de poche sur un banc, laisse-moi comme une Vespa sans moteur, laisse-moi sans regrets. Laisse-moi. Laisse-moi.
Rick, l’ancien dealer, le roi du quartier de la ZUP d’Agrada, le vendeur et consommateur de MDMA, cette poudreuse new-yorkaise, New-York où il se cachait, locataire de la prison pourrie de Rikers Island à l’époque où il se faisait prénommer James Bloodoon, déteste la résistance. Il veut sont jouet : Josette Kroner. Elle lui servira de carte golden quand elle reviendra sur le tapis rouge, à la capitale, avec lui, main dans la main. La cougar et le lionceau. Comme Madonna et Brahim Zaibat, comme Edith Piaf et Théo Sarapo. Josette est la nouvelle vague, elle a connu Truffaut, Godard, a joué dans les meilleurs Mocky, un atout pour son cinéma à venir. Alors… Il l’aura ! Il l’aura !
Si la force du Bru se trouve dans son zanzen, celle de Rick est dans le sexe… Et l’envie lui prend…