dilluns, 23 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason 1, capitol 6



6. Lei pantais de la caforna -Lo cabus fatau - La sang.

Vòu perseguir l'òme.  Mai es un pretèxt. L’idèa es d’intrar coma un raubaire.  De faire mina. D’intrar en infraccion. Per trobar Joseta. Per trobar Joseta. Lei pantais se disputan dins la tèsta dau Bru. Trobar Joseta alongada au sòu. Mòrta. O viva. O nusa. Lei cambas dubèrtas sus lo radassier. Lèsta per una segonda aventura. Cauda encara de l’odor dau calinhaire. O regda e mòrta coma un cadabre.

L’idèa es de la retrobar. De li donar un bacèu. O un poton, gostós. L’idèa es de l’aimar subte. O de discutir d’oradas en saupre lo perque de sa desaparicion. Se l’aima encara, Joseta. Dequé pensa d’èu ? E dau libre ? Ai vist de lume, un òme sortir dau tieu, alòr siáu intrat. Desencusa.
Tot se mescla en cò de Bru : l’enveja velòça de la prene dins sei braçs, per son arma. De comprene la debuta ò la fin d’una relacion fòrta.O de la prene en lebreta coma un òme preistoric. La pausicion que li agrada mai. Dins son entier.
Quora dubrís, la pòrta de la veranda resquilha. A pas temps de penetrar dins l’ostau troglodit qu’una granda branca se sasís de sei botilhas e lo fa cabussar. Lo clòsc nus contra lo rocàs se fendiscla. La sang raja sus son nas, coma una ersa roja sus sei besicles redondas…




6. Les fantasmes de la caverne – La chute fatale - Le sang.

Il veut poursuivre l’homme. Mais c’est un prétexte. L’idée est d’entrer comme un voleur. Faire semblant. Entrer en effraction. Pour trouver Josette. Pour trouver Josette. Les fantasmes se mélangent dans sa tête. Trouver Josette allongée par terre. Morte. Ou vivante. Ou nue. Les jambes entrouvertes sur le canapé. Prête pour une seconde aventure. Encore chaude de l’odeur de son amant. Ou raide et morte comme un cadavre.

L’idée est de la retrouver. Lui donner une gifle. Ou un baiser langoureux. L’idée est de l’aimer soudain. Ou de discuter de longues heures en sachant le pourquoi de sa disparition. Si elle l’aime encore, Josette. Que pense-t-elle de lui ? Et du livre ? J’ai vu de la lumière, un homme sortir de chez toi, alors je suis entré. Excuse.
Tout se mélange chez Bru : l’envie véloce de la prendre dans ses bras, pour son âme. De comprendre le début ou la fin d’une relation forte. Ou de la prendre en levrette comme un homme préhistorique. La position qui lui plaît le plus. Entièrement.
Quand il ouvre, la porte de la véranda glisse. Il n’a pas le temps de pénétrer dans la maison troglodyte qu’une grande branche se saisit de ses chevilles et le fait plonger. Le crane nu contre le rocher se fend. Le sang dégouline le long de son nez, comme une vague rouge sur ses lunettes rondes…