divendres, 27 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason 1, capitol 10.





10. Lo viòu - La fugida en Ate. 

Au sòu. Dins un esnif de MDMA, Rick Leo, triste missionari, la pren coma un rei tiran pren son reiaume. Baissa sei bralhas de jogging, regde. Joseta sota la massa de muscles se pòu pas defendre. Tot en ela se tampa. Se sent mòrta sota lo còs viu. L’ògre, lo gigant, l’escruma ai bregas, l’escupinha ruscosa, de bramar en alenant :
-Siás mieuna ! Siás mieuna !
Buf  bocapudent. La susor regola sus son frònt. Mecanic, sec, se ronflant dins la polsa, fa mau mai pauc-a-cha-pauc mòrta dins son arma ignora la dolor. Aqueu de destacament… es pas lo zazen dau Bru que permet de se destacar dau mond dins un estat confortable e volontari. Nani. Ai periòds lei mai dramatics, l’oblit de la dolor e dau dangier t’environan d’un semblant de proteccion alentida que tòrnan lei causas mens dolorosas quora lei vives. La dolor vendrà just après. Valent-a-dire fins a ta mòrt. Dins la vergonha, lo sale, la culpabilitat. Leis òmes son de putans.
Sa matraca d’acier li trauca lo còs. Entend pas plus. Anar-venir. Fretadís de peus. Rick gausís fòrt. La fin. Aurà durat doas minutas. Rick, òme poirit, pesuc, moligàs escracha la polida. Comença de dormir sus ela, roncant, brusènt e badant. Lo repaus dau sale. Joseta, sensa pena, amb a la boca lo gost dei larmas de sau, reversa lo tiran sus lo costat. Lei bralhas encara baissadas, la quica a l'èr. La femna se rònça cap ai pichòts escaliers, la mala a la man. Mai sei talons agulhas la fan tombar. Rick se desrevelha. S’auborra mai se pren lei pès dins sei bralhas e s’ensuca en tombant contra lo recanton d’un bibliotèca de fèrre.
Es liura. La tantossada d’aqueste decembre de 2013 met en valor la forèst resplendissènta de Buòus dins l’odor dei pins. Es 5 oras. Lo moment onte ja lo soleu a rendètz-vos ambé la luna dins un azur sensa nivas. Amondaut lo Pas dau Reinard s’esclaira de sei mila baus blancas. Darnier agach sus çò qu’auriá poscut demorar un raive. Joseta quita lo paradís que s’es creat. Aqueu de sa retirada egoista que l’aluenhava dei tornatges de cinèma, de la promocion de son libre, dau baujum miserable deis mascles. Luenh deis ondas dei portables, de l’internet onte se cresiá intocabla, un còp de mai dins sa lònga e trista vida de tragediana, renoncia a çò que vòu. Maugrat lei camins de terra malaisats, lo castèu que fa coma una faciada darrier, lo risolet dei valats, l’endrech l’a traida. Ridèu. Encara ridèu. Mai l’actritz saup ja qu’es un acte e non pas lo finau.I a surament un recanton de terra onte l'Ome l'agantarà pas.
Se bota una perruca rossèla e de besicles coma dins leis emissions de tele realitat de Sofia Davant.  Estèla anonima.
Marcha fins a Ate, en se revirant lei botilhas dins l'èrba. Plora que ploraràs. La natura sent lo frescum. Quora una Polo cala pròcha d’ela sus lo ras dau camin…



10. Le viol – La fuite à Apt.
Par terre. Snif de MDMA. Rick Leo, triste missionaire, la prend comme un roi tyran prend son royaume. Il baisse son pantalon de jogging, abrupt. Josette sous la masse de muscles ne peut se défendre. Tout se referme en elle. Elle se sent morte sous le corps vif. L’ogre, le géant brame en halétant, l’écume aux lèvres, la salive rugueuse :
-Tu es à moi ! Tu es à moi !
Haleine fétide. La sueur coule sur son front. Mécanique, sec, s’ébrouant dans la poussière, il lui fait mal mais progressivement morte dans son âme elle ignore la douleur. Ce détâchement… Il ne s’agit plus du zazen de Bru qui permet de se détâcher du monde dans un état confortable et volontaire. Non. Pendant les périodes les plus dramatiques, l’oubli de la douleur et du danger t’entourent d’un semblant de protection au ralenti qui rend les choses moins douloureuses quand tu les vis. Donc jusqu’à ta mort. Dans la honte, le sale, la culpabilité. Les hommes sont des putains.
Sa matraque d’acier lui perfore le corps. Elle n’entend plus. Aller-retour. Crissement de poils. Rick jouit fort. La fin. Ça aura duré deux minutes. Rick, pourriture, lourd, mou écrase la mignonne. Il commence à s’endormir sur elle, ronflant, bruyant, la bouche grande ouverte. Le repos du sale. Josette, sans peine, avec à la bouche le goût des larmes de sel, retourne le tyran sur le côté. Les futales encore baissés, la bite à l’air. La femme se précipite vers les petits escaliers, la valise à la main. Mais elle ne tient pas sur ses talons aiguilles et tombe. Rick se réveille. Il se lève mais s’emmêle les pieds dans son froc et se cogne en tombant contre le coin d’une bibliothèque en fer.
La voilà libre. L’après midi de ce décembre deux mille treize embellit la forêt resplendissante de Buoux dans l’odeur des pins. Cinq heures.  Moment où déjà le soleil a rendez-vous avec la lune dans un azur  sans nuages. Tout là-haut le Pas du Renard s’éclaire de ses mille falaises blanches. Dernier regard sur ce qui aurait pu rester un rêve. Josette quitte le paradis qu’elle s’est créé. Celui de sa retraite égoïste qui l’éloignait des tournages de cinéma, de la promotion de son livre, de la folie misérable des mâles. Loin des ondes des portables, de l’internet où elle se croyait intouchable, une nouvelle fois dans sa longue et triste vie de tragédienne, elle renonce à ce qu’elle veut. Malgré les chemins de terre difficiles, le château qui fait comme une façade d’acier, le murmure des ruisseaux, l’endroit l’a trahie. Rideau. Encore rideau. Mais l’actrice sait déjà que c’est un acte et non le final. Il y a surement un coin sur terre où l’homme ne l’attrapera pas.
Elle se met une perrruque rousse comme dans les émissions de télé réalité de Sophie Davant.  Etoile anonyme.
Elle marche jusqu’à Apt, en se tordant les chevilles dans l’herbe. Pleure infiniment. La nature sent une forte humidité acide et désagréable. Quand une Polo s’arrête près d’elle sur le bord du chemin…