diumenge, 10 de juny de 2012

Sirène de Mytilène



Serena de Mitilena

Ieu, ai lo remembre blu d’una serena

Escaumas encaladas sus l’illa de Mitilena

Son regard delavat e son pòrt de reina

Un poton, una bocada

De reina de Mitilena

M’aprochave, m’aprochave

Leis ersas me butavan

Coma un vielh calendier

Que se pòu pas desfaire

E meis uelhs empegats

A la sau de seis uelhs

Aurián vist s’encalar

Totei meis amors de mar

Aurián vist s’encalar

Totei meis amors de mar


Es un blu tròp quimic aqueu de Mitilena

Una clartat dins seis uelhs, polida arlatenca

Qu’espère de mei vòts

Fau-ti que me n’en sovengue

Fuguère dins seis uelhs

Tròp blus de Mitilina


M’aprochave, m’aprochave

Leis ersas me butavan

Coma un vielh calendier

Que se pòu pas desfaire

E meis uelhs empegats

A la sau de seis uelhs

Aurián vist s’encalar

Totei meis amors de mar

Aurián vist s’encalar

Totei meis amors de mar



Sei mans rojas arrapadas au rocàs de ma pena

Convidavan a nadar

La mar que se desmembra

Alassava, empachava

De pescar ma falena

Mon tristum se negava

Dins lo pès dei cadenas

Mon tristum se negava

S’aprefonda la pena



Quand sus la mar Egèia cante ma seringòla

Coma un marin tròp vielh

Fau-ti que me n’en sovengue

Tancat coma un poèma

Ton còs nus que s’envola

Vironejan mei venas


Quand sus la mar Egèia cante ma seringòla

Coma un marin tròp vielh

Fau-ti que me n’en sovengue

Ton imatge tancat

Tancat coma una poèma

Ton còs nus que s’envòla

E leis èrsas de sang

Oc, dau sang dei serenas

Ieu, ai lo remembre blu, d’una serena…


TAM, estiu de 2011, a Melinda, Grècia. Illa de Mitilena.

Moi j’ai le souvenir bleu d’une sirène
Les écailles échouées sur l’île de Mytilène
Son regard délavé et son port de reine
Un baiser, une bouchée
De reine de Mytilène

Je m’approchais m’approchais
Les vagues me repoussaient
Comme un vieux calendrier
Qu’on ne peut décrocher
Et mes yeux trop collés
Au sel de mes paupières
Auraient vu s’échouer
Tous mes amours d’hier
(Auraient vu s’échouer
Tous mes amours de mer)

C’est un bleu trop chimique ce bleu de mytilène
Une clarté dans ses yeux ma belle arlésienne
Que j’attends de mes vœux
Faut-il que je me souvienne
Que j’étais dans ses yeux
Trop bleus de Mytilène


Je m’approchais m’approchais
Les vagues me repoussaient
Comme un vieux calendrier
Qu’on ne peut décrocher
Et mes yeux trop collés
Au sel de mes paupières
Auraient vu s’échouer
Tous mes amours d’hier
(Auraient vu s’échouer
Tous mes amours de mer)


Ses rouges mains écorchées au rocher de ma peine
M’invitaient à nager
La mer qui se déchaine
M’épuisait, m’empêchait
D’atteindre ma phalène
Mon chagrin se noyait
Sous le poids de mes chaines
Mon chagrin me noyait
Et je coulais sans peine



Je m’approchais m’approchais
Les vagues me repoussaient
Comme un vieux calendrier
Qu’on ne peut décrocher
Et mes yeux trop collés
Au sel de mes paupières
Auraient vu s’échouer
Tous mes amours d’hier
(Auraient vu s’échouer
Tous mes amours de mer)


Quand sur la mer Egée j’égrenne ma rengaine
Comme un marin âgé
Faut-il que je me souvienne
D’une image arrêtée
Figée comme un poème
D’un corps nu envolé
Circulant dans mes veines

Quand sur la mer Egée j’égrenne ma rengaine
Comme un marin âgé
Faut-il que je me souvienne
D’une image arrêtée
Figée comme un poème
D’un corps nu envolé
Et des vagues empourprées
Des sirènes de Mytilène.

TAM, estiu de 2011, a Melinda, Grècia. Illa de Mitilena.