dimecres, 24 de gener de 2007

pas lo goust

Aqueste ser deviéu ana en Agradà. Onte i a moun bar preferi: Lo Sarko (vèire li article sus lou bar Lo Sarko) e escouta de Flamenco. Mais bon, siéu pas plus l'Indiana Jones qu'ère à passa-tèms. I a de nèu d'en pertout e espère la Melo que me dèu parla sus MSN. Pièi l'auto-vio me fa pau emé lou marri tèms. E faudra encaro paga.
La journado de reunioun à l'agènci de viage m'a creba. An evouca lou pagamen de cadun. Pas lou miéu. Siéu uno planto verdo aro. Li coulego dou sendica me diguèron que cridave pas proun pèr faire escouta mi dré. Mai va sabe pas faire en publi. E pièi quouro la patrouno me diguè à la pauso cafè: "Faudra pensa de souna à l'agènci maire, sabes que siés vacatàri, faudra belèu, coume cad'an demanda ounte ne sian pèr toun poste". Aco me geino pas, aro, ai la coustumo. L'agènci maire - que se trobo à Paris - couneis moun mestié: li jungle, lou Tibet, lou Canada... Couneis moun book de cor e tourno nouvela moun poste emé, de cop que i a, d'ouro suplementàri. Mais l'agènci de viage couneis pas ma paur pregoundo di vilo negro dins li niue escuro. Dis auto-vio naciounalisado que te coston un bras e que te menon jamai à un endré agradiéu, calourous emé de lume. Vo. Aquelis autorouto emé li bras autoumati, coume se vivian dins lou mounde de Robocop. Lou lume, la calour, la troubes belèu dins "un restoroute", un "4 pentes" que se passejo à l'asar sus toun camin. Es un lume artificiau que te vèn de la carno roujo, goustouso, pèr te rassegura de sabe pas que. Emé uno famiho bloundo e urouso estampado sus lou menu coume sus un paquet de Kinder. Mai l'auto-vio es un mounde sens lume, pas de lume, pas de refleissioun.
Aqui dins la vilo de Tam, pèr countunia de parla dou lume e de sis efié, la paur dou negre e la perdo de la carto blavo (lou blau es la coulour preferido di Francés) es ounipresento. Soun lis estajan que l'an decidi coume aco. Coume uno poulitico fino e rasounado... Es aquelo paur que m'empacho de sourti dou miéu. Dins la vilo de Tam, sote pas. Qu'ai paur di gènt que fan regna la paur... Prefere la jungle, li boua, li caïman, li fèbro cartano à l'odi dis estajan de Tam.
Verai aco. Vau pas jamai faire li courso dins la vilo de Tam. Mancon de lume dins li subremerca. Li bar, à sèt ouro, fan lou cacho-rimbaud. Qué creses? Vau rescontra aquelo chourmo de vièi ome blanc sens coulour en croumpa ma carno? E coume siéu courtés e un pau fau quiéu de qué vau dire???? "Bon-Jour, adessias, vous tène la porto, vous carreje la vostro saco?", mentre que sabe pèr quau e coume an vouta aqui li gènt? Anen! Es pas de ma fauto! Aqueste ser passarai pas la frountièro delemitado pèr lou Flume Grand, que prèn de coulour negro tambèn quouro la nieu li toumbo dedins. Demourarai sus lou soufa (rouge) e esperarai que lou marri tèms (gris) passe. Faudra oublida d'agacha pas la televisioun, que, durènt lis eleicioun, me manjarié tout crus coume un mounstre indefinissable e sens coulour. Demourarai tanca, l'esquino tibado pèr lou clic-clac en fèrri, mau asseta, mau dispausa, assajarai d'agacha un filme en negre e blanc e ma councentracioun - manjado pèr ma journado de trabai - me menara au som.
E lou plus tarrible, lou plus esfraian sara ma tengudo sus lou soufa. Aquéu Jouging gris ounte moun cos fa balin-balan, en trin de manja de ravioli roujas en bouito.
O! Restarai à l'oustau . Anarai pas au lume dou Sarko. E esperarai deman.

Tam (me dison tambèn I.A, inteligènci artificialo vo Indiana Jones, coume vous agrado...)

Aile Noire: Episode 3


Episode trois : Où l’on se dévore

Et il l’embrassa avec des talents de faussaire. Pas de plaisir, de la technique ! Elle, cependant, succombait à ses caresses. Sur le chemin qui les amenait à l’atelier, il s’arrêtaient parfois. Il l’attirait dans un coin. Elle gémissait naturellement. Sous le bec à gaz le gentleman remontait longuement sa main le long de ses jambes glabres. Il caressait son sexe à travers la robe excentrique. Avec son bel accent il disait tout pour l’exciter. Il lui susurrait : « Ecoutez ! Vous m’inspirez déjà… Je vais vous dire le début de ma chanson : Vous êtes… Heu… Ma muse… Ma muse… Ma muse… La muse qui m’amuse ». Et, trouvant ces mots dérisoires et géniaux, Aile Noire miaulait comme un chaton. Elle rencontrait enfin un artiste… Un vrai !… Cette façon de vous caresser, de vous parler, cette façon de s’habiller… Cet homme sentait le riche, le bourgeois, le puissant… comme c'était bath cette façon dont il lui attachait de l’importance !… Ah ! Elle ne lui résisterait pas longtemps ! … Il savait poser ses gestes et sa voix douce était une chanson…

Pendant la nuit, il l’amena là où son plaisir voulait¨aller, il la captura. Elle serait sa protégée et son souffre douleur, l’argument de ses pêchés refoulés, une fée, une reine, une victime, un prétexte, une couverture, une protection face au grand monde et à ses rumeurs. Aile, envahie par le plaisir, convaincue par son expérience de jeune femme qui de l’amour fait son métier pensait que des mains aussi agiles et une langue qui embrassait parfaitement ne mentaient pas. Quand elle découvrit , le soir même, l’atelier entouré de toiles vierges et de sofas nappés de draps blancs, elle défaillit. Le lieu restait secret et mystérieux, il correspondait à son fantasme le plus fort : l’antre d’un artiste. La fillette se disait : « C’est là où tout se passe, l’acte de création dans le doute, la lumière, la peinture et la poussière. Là où l’Homme se débat avec sa toile, qu’il s 'ébroue avec sa peinture et lui-même comme pour un acte charnel. » Non. Ce parolier ne pouvait mentir. C’est lui qu’elle attendait.

A suivre…

dimarts, 23 de gener de 2007

Aile Noire: Episode deux


Episode deux: Où l'on se rencontre...

Aile exhibait ses longues jambes de flamants roses. Il la remarqua. Elle chantait une chanson populaire : « Allons où qu’tu voudras, Nicolas !/ T’en auras pas / L’étrenne ». Il se dit que cette petite gamine qui chantait bien, qui vendait l’amour au bord du trottoir serait la victime idéale. Il se mit en scène. Il admira son corps d’un regard insistant et théâtral puis la siffla. Il écoutait cette voix haut perchée qui roulait ses R sur « Voudrrras, aurrras, étrrrrenne» et comme dans ces vaudevilles qui font le plein le soir, il attira son attention en chantant. Il reprit le refrain : « Allons où qu’tu voudrrrras, Nicolas !/ T’en aurrrras pas / L’étrrrrenne », il se détacha du troupeau en haut de forme qui attendait la fin de l’entracte sur le trottoir, l’accosta puis la flatta. Avant la conversation, il lui glissa un gros billet entre les seins. Ils s’embrassèrent mais l’envie ne venait pas, alors il lui parla d’une voix douce. Il loua les qualités de son timbre qu’il pensait envoûtant. Il lui parla en caressant sa gorge d’enfant. Et Aile Noire qui n’osait prendre la parole finit par rougir. Il la lâcha. Ils discutèrent encore. La gamine lui dit son désir de chanter. Elle l’affirmait : « La Chanson c’est ma vie, ma liberté, ma façon d’être au monde ». Pendant la conversation le chasseur la cernait. Cette proie aurait tué sa mère pour devenir célèbre. Il se présenta : « Je suis Andréa Bianconne, le plus grand parolier de la capitale. Je suis plus connu sous le nom d’Il Parigiano Sensuale ». Et pour la titiller, il dût l’embrasser encore. S’éloignant du corps qu’il serrait trop à son goût, il fit cette promesse : « Vous, je vais vous faire chanter. Il y a un moment que je vous observe du coin de l’œil, avec mes camarades. J’ai une idée de chanson pour vous. J’habite un atelier d’artiste où je peins et écris un peu, si vous m’accompagnez nous pourrions créer de grandes choses ensemble… Vous me suivez ? »


A suivre...

Au Sarko


Mai dequé fasia Woody Allen au Sarko? Coma de costuma, amé lei collègas ( e subretot amé ieu), jogaviam au joc dei "Sosies". Fau trobar lo quidam que sembla lo mai a una celebritat. Coma siau fin e observator, te vese arribar Woody Allen e coma ère fresc disiau en cadun en tapant dau coide: " Ve! Es Woody Allen! Ve! Es Woody Allen!". Lei collègas èran a rire... heu... mejan. E coma trobave aquo traç que risolier, tornave dire: "Ve lo! Es Woody!". M'agrada pas quora mon public me seguis pas. E torne dire mei galejadas. Brubru, qu'es un asiatic, me faguèt comprene qu'ère pesuc. De son agach de cat, en dire rèn, que ieu me fau dire lei causas, me faguèt calar. A un costat "manga" (dins la mena d'un goldorack que te fa la patz sus tèrra e qu'as ren de dire, ren, se que non te tua d'un ralhon laser dins son ciberlab) e son agcha de cat me diguèt ma "pesituda" (lo mot es de Segolo) d'ome dau miedjorn. Leis uelhs de Brubru disian: "arrèsta de faire de bruch" (de legir en mistralenc, sona melhor). Bon, me siau fach mon film, en virant lo coca dins mon wisky, amé la palha, ai rosigat ma palha. Ieu, ère dins Manatan vo sabe pas dins quin filme. Coma dins lei versions francèsas, Woody Allen èra mau doblat. Me parlava lèu que compreniau que chti. Bon èra pas la doblura qu'èra marrida... Eron leis efiechs de l'arcol. Manatan!!! T'ai esperat Diane Keaton... T'ai vist arribar Jana Catassa, la femna dau patron . Me diguèt d'arrestar de me trufar dau monde e me comparèt - en causa de ma talha de Napoleon - a Simplet dins Blanca Nèu.
Boarf. Me siau partit mai luenh. Ai cambiat de filme. E me siau lançat dins la cançon. Au fonds, dins lo negre, una femna tubava la pipa, una pipa vertadiera, amé de tabac. (Precise. Sabèm jamai). La pipa desformava sa boca de guingoi. E me vaqui dins mei comparasons tarriblas e missantas (siau pas missant, es l'arcol) : "Ve! Patricia Kaas! Ve Patricia Kaas!". E puèi, regde sus mei doas cambas, ai vertadierment calat. T'ai vist arribar un Yannick Noah qu'avia pas enveja de me jogar l'ambient de la brossa. La saga foguèt pas africana e me siau dich:" A mon paure Tam! Ca va finir en Chenille! Ils vont m'envoyer la bande à basile pour te tabasser !". Car Yannick Noah èra l'ome de la Patricia en question e un pilier de bar. Au Sarko, avia sa plaça tota. "Sabes ço que te ditz Patricia Kaas?" Abans d'ausir la votz douça dau Yannick, sortiguère la carta blava per lo café tot. "Virada per totei!" cridère de ma votz de Minipousse.
E lei collègas de dire: " Ve! Ve lo! Milton Friedman! Diriam Milton Friedman". Eran missants mai se perdona: Avian trop begut!

Uno vilo de Schuiten e Peeters

Vaqui a de que semblarié belèu la vilo de Tam, se la poudian dessegna. Li teulisso de Schuiten e Peeters, soun aquiteituro manlevado à la rego claro d'Hergé. Perqué pas... E sèmpre dins la negritudo (coume dirié Cesaire vo Royal)...
Quauquis album que m'agradon:
L'archiviste, edicioun Casterman.
Brusel, edicioun casterman (mencioun especialo de la jurado, aquelo bd me ramento un viage pèr li 100 an de la bd dins aquelo poulido vilo de Belgico)
Mary la penchée, casterman
L'enfant Penchée, casterman
L'ombre d'un homme, idem
La frontière invisible, idem

De legi la biblo de Benoît Peeters:
Le Monde d'Hergé, Lou libre que fau legi sus lou mèstre.

dilluns, 22 de gener de 2007

Anem dansar au Sarko!


Dins ma vila preferida, la vila Agradà onte vau m'apasimar quora lo trabalh es acabat, quora pode laissar ma masca e mon vestit d'ome sociau, quora pode tornar èstre lo Tam que siau, dins ma vila preferida, i i a un bar. Se ditz lo Napoleon. Disèm pas "anam bèure un cop au Napoleon". Disèm anam bèure un cop au "Napo". Fa mai d'jeun coma diria Tam junior, lo pichot de ma veisina que me sembla. Aquo significa doncas una certa filiacion, una amistat pregonda per aquel ome istoric per quau vau m'oblidar dins lei vapors dau Wiski Coca vo d'una Margarida (coma sabon pas faire la margarida te meton un pauc tot ço que podon dedins...). Enfin. Enlai, lo dj es traç que bon. Te met de cançons qu'an pas d'atge e que te rementon l'atge qu'as. A! lo pijama esponga dei dissabtes dau ser a agachar leis aliscamps e lei pampalhetas dins leis emissions de varietassa a passa-temps! Alara, au Napo, ieu vese que lei gents que dançan son populars qu'es pas de dire. I a totjorn un tipe que te sembla au Woody Allen en mai grand. E un Josèu Bovet que te sert amé la pelha per la terralha dins la boca coma s'èra son dodo. Sarà surament pas lo public que te votaria per Napo se se presentava ais elections. Es doncas un public d'ibronhàs coma ieu
que van dançar au Napoleon per l'ironia dau nom dau cafè. Siam totei intelligents au Napo. Ara, per geinar pas lei gents que frequentan lo bar, per melhor racontar meis istorias de cafè, dirai pas plus "anam dançar au Napo", mai anam dançar au "Sarko". E santat!