dilluns, 10 d’agost de 2009

balèti au pont du gard

BALS AU PONT
Une soirée de fête qui renoue avec la tradition des bals du Pont du Gard


SAMEDI 15 AOUT 2009

Au pied du monument en rive droite et en rive gauche
Evénement gratuit

De 19h à 1h

Bal au Pont s’inscrit dans les usages du site du Pont du Gard, un lieu emblématique où l’on venait s’amuser et danser… Mariages, fêtes, communions, bals du 15 août, chaque occasion était prétexte à sortir au « Pont » et à se trémousser sur la musique de l’époque.

Ce troisième rendez-vous de Bals au Pont se donne comme principe de faire danser tout un chacun, des enfants aux grands parents, et de donner envie de goûter aux plaisirs de la fête partagée.

De la rive droite à la rive gauche, en passant par le pont, la musique, les goûts et les couleurs sont au rendez-vous avec des surprises pour le plaisir des yeux. Les invitations à danser et à s’amuser seront multiples. Elles viendront de toutes parts.



Programme

Musique de rue, 19h30 RD-Esplanade
Troupe Grail’oli

Bal Elégant dancing / RD-Esplanade 20h45
Chris Gonzales Band - invités : duo Maquet Chevallier et Sam Karpiénia

Bal électro dance, 19h00 RG-Croisés
MISsMOoN (Dj Set 1 - Nîmes)
Sébastien Thibaud aka Cebb (DJ Set 2 - Montpellier)
DJ Deep (Dj Set 3 - Paris)
Franck Roger (DJ Set 4 - Paris)

Cabaret Tango, 19h RD-Pito
Bal « Tango » avec l’équipe de la Milonga Del Angel.
Orchestre et démonstrations de danseurs.






Les artistes



Musique de rue

En introduction du Bal élégant, une musique de rue métissée aux sons étranges d’une batucada brésilienne et de l’univers des musiques occitanes.

Fruit d’une fusion entre tambours et hautbois, GraiL’oLi est né à St Martial, village du Gard, le jour de la St Blaise. Nourri également de rencontres festives arlésiennes, sétoises et niçoises, GraiL’oLi réunit des musiciens sensibles aux cultures occitanes, aux rythmes syncopés, et à l’esprit carnavalesque.

La Gralla, l’âme de GraiL’oLi, est un hautbois tellement catalan qu’il permet le jeu de toutes les identités musicales. Les percussions, le cœur de GraiL’oLi, sont avant tout brésiliennes, avec ce que le Brésil contient déjà de multiple : rythmes de samba carioca, funk, coco nordestino, samba-reggae bahiano, ou maracatu recifense, la syncope nous mène jusque dans les Caraïbes.

Enfin la voix de GraiL’oLi est celle de tous les possibles : chants traditionnels festifs ou témoignages de cultures minorisées, sa langue est caméléon En cherchant des ponts entre expérimentation et traditions, GraiL'oLi crée une fusion « brasilocatalanoccitane » et devient une fanfare à la fois « festive et érudite ». L'ambiance varie donc d'une écoute attentive à l'hystérie collective… Mèfi à GraiL’oLi !



Le cabaret tango

Un cabaret dans l’esprit d’une milonga de Buenos Aires, ici au Pont du Gard pour découvrir la danse sensuelle et vraie du tango argentin.

Le cabaret Tango est piloté par la Milonga Del Angel (Nîmes) .Il propose de la musique en live et enregistrée avec des démonstrations de tango argentin. Chacun est libre selon sa pratique de la danse de venir tourner sur un air de bandonéon….

La Milonga del Angel a été créé par l'association Madame Ivonne. Un lieu convivial, de rencontres et d'échanges, exclusivement consacré à l'enseignement et à la pratique du tango argentin. Elle y propose des cours collectifs, des pratiques dirigées, des stages avec les plus grands maestros, des soirées ainsi que tout ce qui peut apporter une meilleure connaissance de son environnement culturel.
Sa notoriété internationale attire des danseurs et danseuses venus de tous les continents. Outre la programmation régulière et les moments purement improvisés qu’offre la Milonga del Angel aux passionnés, des événements sont programmés chaque année : conférences, expos, concerts, festivals...



Le Bal élégant

Composé de musiciens exceptionnels, tous reconnus dans pour leur personnalité et leur talent artistique, l’orchestre du Bal élégant est une création de Chris Gonzalès et de Raphaël Lemmonier.

Rencontre de l'Orchesta et des musiques « trad ».
Pour Chris Gonzales et Raphaèl Lemonnier c'était un souhait. Croisement des airs traditionnels et du jazz avec Henri Maquet - chanteur et pluri-instrumentiste (violon, guitaron, flûtes)- et Michel Bachevalier, percussionniste (batterie, berimbaù, tambourins).
Croisement des musiques occitanes et rock-urbaines avec Sam Karpiénia, l'homme à la voix incomparable, forgée au sein des groupes marseillais Dupain et Gacha Empega (avec Manu Théron).
Ils nous proposeront des compositions personnelles et des adaptations trés contemporaines d'airs à danser, tels que gigues, polkas, bourrées et tarentelles...
Nul doute, qu'avec ces trois compères réunis pour l'occasion, et les musiciens de L'Orchesta, la rencontre fasse que « sur le Pont, on y danse »...tous.

Chris Gonzales

En 1958, Chris Gonzales débute des études d’accordéon, de solfège et d’harmonie avec Adrien. Se perfectionnant toujours, il obtient la Médaille d’or au Concours national d’accordéon de Marseille (1963), le Premier Prix et la Coupe au Concours Européen d’accordéon de Paris (1964). Dès 1968, il intègre les orchestres de danse de Dany Germain et de Jo Fernando comme bassiste, accordéoniste et chanteur. Parallèlement, il intervient comme bassiste dans le groupe free jazz de Guy Laborit.

A l'occasion d'un séjour aux Etats-Unis, Chris Gonzales enregistre à Nashville un 30 cms, Till the end of the night, qui lui permet de passer à la télévision américaine en 1985. Il rejoint ensuite en France différentes formations pour des expérimentations musicales et des concerts.

En 1992, il crée le groupe Los Pistoleros au répertoire composé de chansons espagnoles et latino-américaines. Ils enregistrent un album, Bailar, et donnent de nombreux concerts. De 1996 à 2001, il enregistre et sort son album Zipholo avec le Zipholo Orchestra (fff Télérama, *** Monde de la Musique) ainsi que l’album Ab Absurdo, (fff Télérama) en 1999.

En 2002, il signe une nouvelle collaboration, mais cette fois avec le chanteur occitan Marti. L’Orchesta une formation de danse, composée de musiciens de jazz et de musiques latines, naît cette année là dont Chris Gonzales est l’instigateur. Parallèlement, il poursuit ses recherches sur le langage et compose de nouvelles chansons.

Raphaël Lemonnier

Débute le piano jazz au Big Band de Nîmes. En 1992, il rejoint l'orchestre de Guy Labory. Il séjourne à New York en 1996 et 1997, joue dans les clubs de Manhattan et fréquente Jaki Byard, ancien pianiste de Charlie Mingus. En France, il travaille l'arrangement pour orchestre avec Yvan Jullien et se produit sur scène en trio ou avec son Septet Jazz.


Artistes invités :


Michel Bachevalier


Henri Maquet et Michel Bachevalier partagent depuis bientôt 4 ans la trépidante musicalité de leur duo ; cuisine populaire du quotidien, faite devant les amis, tradition d’accueil méditerranéenne oblige, avec des ingrédients puisés dans l’instant, les racines, le terroir et la présence du public. Autour des chants en langues d’Oc et des airs à danser qui traversent toute l’Occitanie, ils "jasent" de leur quotidien. Ils exposent et réexposent les thèmes, les discutent, les critiquent- à bâtons - parfois rompus- les déconstruisent, les reconstruisent, pour finalement les éclairer d’une lumière nouvelle et façonner l’image d’une culture populaire élaborée.Le Duo Maquet-Bachevalier ce sont des instruments de traditions populaires (flûte, pipeau fifre, chalumeau, sounarel, guitarron, violon), …, des percussions ethniques (tarolle, berimbàu, cajon, bachas, tamborin, … ) , des tubes de la musique traditionnelle occitane, de la musique improvisée, un espace sonore rustique à la fois riche de matière et subtil de ses détails, un "jass" pictural populaire et le plaisir inimitable d’une musicalité universelle.


SAM KARPIENIA


De Kanjar'oc à Dupain en passant par Gacha Empega, Sam Karpienia a transfiguré la musique marseillaise lui insufflant une intensité poétique, lui offrant une voix unique. Gemme polie par les forces telluriques qui parcourt la Méditerranée, son chant inoubliable renvoie à l'ivresse du rebetiko comme à la fièvre flamenco ou bien sur à l'insolence joyeuse de cette nouvelle chanson Provençale dont il est un pilier.
Mais l'occitan affirmé se souvient de l'Occident et l'énergie de sa musique se rapproche de celle du rock, mais d'un rock affranchi des rythmes binaires et dans lequel les riffs du luth du chaabi algérois se substituent à ceux des guitares saturées. Partenaire dans Kanjar'oc et Dupain, Daniel Gaglione, ajoute sa mandole à celle de Sam et complète un canevas de cordes souples et puissantes. Bijane Chemirani a grandi dans l'exigeante tradition de la percussion iranienne et forme avec son père et son frère un trio de réputation internationale.

Au fil du temps, cet équilibriste a assemblé un set de percussions inédit (zarb, daf, udu, cajon...) dont il déploie ici les capacités infinies. Ainsi les trois instrumentistes, sans l'aide d'effets ou de technologie, vont à l'essentiel mais redessinent le monde. Cet étonnant tremplin de sons, de rythmes et d'harmonies propulse la voix du chanteur et l'aide à franchir la barrière de pudeur qui le séparait de sa langue maternelle.

Il suspend sa pratique de l'occitan pour l'usage du français, en extrait des mots limpides comme autant de symboles et leur offre des courbes mélodiques dont la beauté crue et sans apprêt exalte la vie A travers les thèmes du voyages, de l'aimée bienveillante, des paroles échangées ou du soleil rédempteur, Sam Karpienia décrit des expériences initiatiques éternelles où l'on reconnaît les instants magiques de nos propres existences.


Le Bal électro

Un bal électro pour découvrir la richesse et la diversité de la musique électronique avec cette année un focus particulier sur la « house ».


DJ DEEP (Deeply Rooted - Paris)

C’est l’initiateur en France d’un véritable mouvement, qui à imposé la House de Chicago il y a 20 ans, comme posant les pilotis d’une nouvelle scène. Loin des sillages de ce qui sonnait « français » disco filtrés, ces dernières années, à l’image des réussites commerciales des Daft Punk, et de l’essor d’une nouvelle french touch incarnée par Institube ou autre Justice. Dj Deep aime encore et toujours à jouer des mélanges New-yorkais comme plus personne n’en fait.
Pris en main par Laurent Garnier, et fort d’avoir fait ensuite ses preuves au Rex et au Boys, il devient rapidement l’ambassadeur de la culture électronique Américaine en France, allant jusqu'à organiser les premières venues d’inspirateur comme Kerri Chandler, qui très peu joué aux Etats-Unis, viendra chercher sa reconnaissance internationale à Paris. Dans l’ombre, à l’époque où il remixe des artistes comme les Masters at work dans la il fait décoller des pointures internationales, mais lance aussi quelques jeunes. L’aisance de monsieur Deep aide rapidement alors à ouvrir quelques portes. Exigeants et complets, les petits nouveaux ne tarderont pas à emboîter le pas. Il n’y a qu’à regarder leurs productivités ces dernières années, pour comprendre que même avec une forte imprégnation, on peut continuer à être créatif sans nier ses influences.

Aujourd’hui à la tête de l’un des labels les plus productif de la Deep/house (Deeply Rooted) celui qui porte le nom de l’un de ses styles musicaux – la Deep – de prédilection, reste encore avec une modestie profonde, l’une des sources d’inspiration les plus influentes, pour tous les dj’s/producteurs de planète.

FRANCK ROGER (DJ Set 4 Paris – Real Tone Record)
To be (house) or not to be… Une devise qui ressemble à s'y méprendre à celle du réputé Lil' Louis (I was born house, I am house and I will die house) et qui symbolise ce qu'a été le parcours de Franck Roger depuis une quinzaine d'années…
Il faut dire que notre homme vient de loin, d'un horizon où la musique n'était qu'accessoire. C'est dire tout son mérite d'avoir, à force de volonté, de travail et d'abnégation, embrassé un destin qui était loin de lui être assuré et qui, sans le moindre doute, explique sa tenacité, comme si chaque apparition derrière les platines ou chacune de ses innombrables productions devait être la dernière…
Révélé sur le label Straight Up aux côtés de Jérôme Battistelli sous le nom de Sun Orchestra, Franck Roger s'impose dans un premier temps comme le chef de file d'une scène house française sans concession, emprunte d'influences soulful venues des Etats-Unis, dont le point d'orgue est le fameux 'No More Believe', sorti sur Kenlou, le label de Louie Vega et Kenny Dope, qu'il produit aux côtés d'Olivier M'Selem et Chris Wonder. Morceau qui lui ouvrira par les suites les portes de nombre de labels parmi lesquels, notamment, BBE…
Mais les influences de Franck vont bien plus loin, le voyant explorer tour à tour et avec le même brio des territoires aussi variés que le groove dit West London où le funk se conjugue avec le jazz, l'électro/disco/pop du début des années 80 sans oublier la techno de Detroit. Toutes ces saveurs conjuguées l'amenant aujourd'hui à composer une musique à l'image de ses sets derrière les platines, dont le côté viscéralement instinctif ramène au souvenir d'une production contemporaine née de mutations successives dont les plus beaux chapitres en restent les premières heures. Ce qui, sans aucun doute, suffit à expliquer l'impact tant des sets que des productions de Franck auprès d'un public initié et exigeant, mais aussi de producteurs en devenir avec qui il collabore sur ses propres labels (Real Tone, Earthrumental, FR Prductions).
Avec Franck, on peut s'attendre au meilleur, à n'importe quel moment. Et c'est d'ailleurs bien pour ça qu'il ne cesse de surprendre et faire la différence…

Sébastien Thibaud aka Cebb (Bambu – Time Has Changed)
"Chef d'orchestre du Barlive pendant plus de huit ans, où il a pu s'épanouir et se forger une solide réputation, Cebb se tourne désormais vers de nouveaux horizons. Dj aux multiples influences, friand de mixes marathons et évolutifs où il peut naviguer entre différents styles, il est aussi producteur. Signé sous son véritable nom Sébastien Thibaud, il dévoile ainsi son univers musical qu'il avoue emprunt de mélancolie, que ce soit à travers une deep house épurée ou encore une techno légèrement "trancey", il met aujourd'hui l'accent sur cette facette de sa personnalité. A suivre donc, les prochains maxis et remixes sur différents labels tels que Bambu, Wohlab ou encore Time Has Changed....".

MISsMOoN (Soulbag – Nîmes)
Dj depuis plus de dix ans Miss Moon fait ses premiers pas derrière les platines dans la région de Nîmes. Inspiré par la techno de Detroit et la house de Chicago, elle trouve enfin a travers ce nouvel art un moyen de s’exprimer. Vouant une vrai passion pour le mix, elle aime partager ces émotions et sentiments avec le public. Son style varie entre deep, house et techno. Elle aime créer des atmosphères, donner du groove et de l’énergie dans ses mix.
C’est en 1999 qu’elle se fait remarquer l’or du réveillon 2000 CONTEST NRJ Arènes de Nîmes, en collaboration avec FUTURIA PROD. Et gagne le privilège de mixer auprès de DJ SPIDER, KIKO, OXIA et surtout un des pilier de Détroit KENNY LARKIN.
Apres une pause (naissances de ces 2 enfants) la passion reste intacte et elle réintègre le milieu du djing entant que membre actif du SOULBAG CREW (collectif de DJ du Sud Est France, crée par Bruno Ingarzia aka Harlem B & Quentin) elle participe aux événements du collectif (soirées, vidéos, photos flyers…) afin de promouvoir cette passion commune du mix et des musiques actuelles dans notre région….
2009 s’enchaîne avec la résidence mensuel « DEEP STUFF » un nouveau concept du Soulbag Crew dédié à la deephouse, qui se jouera pendant 4 mois @ la Cathédral Nîmes.

le tour du monde de l'humour

Analyse Tour du monde de l'humour en soixante-dix pays, par Macha Séry
LE MONDE
08.08.09
13h04
C'est un beau supplément, un tour du monde de l'humour, qu'a sorti le 1er août Courrier international. L'occasion de constater une nouvelle fois que, de l'Inde à l'Argentine, le rire est chose universellement partagée. Il n'est pas sûr toutefois que ce qui amuse ici soit considéré avec autant de jovialité ailleurs. Y a-t-il des humours nationaux ? Quels sont les fondamentaux du comique, au-delà des connivences et références communes propres à un pays ? A cette question récurrente à l'égal du mystère de la naissance des blagues et de leur circulation, Marcel Pagnol répondait, dans Notes sur le rire : les fonctions naturelles du corps, locomotion, respiration, digestion, toutes les perturbations du corps. Après quoi il faisait figurer les différences sociales et culturelles, vivier commun à nombre de contrées.Accédez à l'intégralité de cet article sur Lemonde.fr
Copyright Le Monde 2009
Droits de reproduction et de diffusion réservés