diumenge, 13 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1,capitol 1

La confidéncia dau Bru - Un sentit de desaparicion.


 La Cauceta, l'estanquet novèu de Jaume e Peireta.

Confidéncia de fin de serada. Podèm pas dire qu'espère aquò dau Bru. Editor reservat, tot en dedins, que mena son entrepresa solet en assegurant capitadas e desfachas.
Peireta barra lo ridèu de fèrre.  Bevèm a l'uelh e  tubam a l'interior dau membre. Sensa desrevelhar lei condés.
Sus lo còp de doas oras dau matin  Bru desparla. Un projècte editoriau malaisat. Un retrach d'actritz ... Un afaire pas risolier... Un problèma de drech. S'es amorosit de l'artista que lo quitèt d'un biais curiós.  Còp de poker: i jòga sa vida. Rompedura.  Saup pas plus se continua la difusion dau retrach. Bru a longtemps gardat aquò per èu. Dins lo lume jaunàs de la rampa que cabussa sus son clòsc nus m'agacha subran:
-Tam, te vòle dire quauqua ren. Se un jorn aprenes que desaparèisse, t'en fagues pas. Es que vau ben. Me cerques pas. Sarà lo debanament normau dei causas... Vau desaparèisse... Desaparèisse...
Gause pas respòndre tan son ton sembla grèu. Crese qu'an aquestei moments seis uelhs redonds coma doas olivas rojas an la paraula.
Aqueste matin aquela conversa me ponha lo cervèu. Ambé dins la boca un repròche de Pastis amar.



1     La confidence de Bru- Un sentiment de disparition.

  La Chaussette, le nouveau bar de Jacques et Pierrette. 
 
Confidence de fin de soirée.  On ne peut pas dire que j’attends ça de la part de Bru. Éditeur réservé, très introverti qui dirige son entreprise en solitaire et assure réussites et défaites.
Pierrette ferme le rideau de fer.  Nous buvons à l’œil et fumons à l’intérieur de la pièce. Sans réveiller les condés.
Sur le coup de deux heures du matin Bru déraisonne. Un projet éditorial difficile. Un portrait d’actrice… Une affaire pas rigolote… Un problème de droit. Il est tombé amoureux de l'artiste qui l’a quitté d’une façon curieuse.  Coup de poker: il y joue sa vie. Rupture. Il ne sait plus s’il continue la publication du portrait. Bru a longtemps gardé ça pour lui. Dans la lumière jaunâtre de la rampe d’éclairage qui plonge sur son crane nu, il me regarde soudain :
-Tam, je veux te dire quelque chose. Si un jour tu apprends que je disparais, ne t’en fais pas. C’est que je vais bien. Ne me cherche pas. Ce sera le déroulement normal des choses… Je vais disparaitre… Disparaitre…
Je n’ose répondre tant son air semble grave.  Je crois que pendant ces instants ses yeux ronds comme deux olives rouges ont la parole
  Ce matin cette conversation me donne la migraine. Avec dans la bouche, un renvoi de pastis amer.