diumenge, 6 de març de 2011

Esperar la prima dins un pargue a Roma


Esperar la prima dins un pargue. Roma, sens relambi, me fa presènt de sa pluèia. Pròche dei banhs antics me perde dins un òrt poblat per de rares religiós, militaris e esportius. Lo buf ritma la marcha. La raissa s’apasima sus de nivas conflas, penjadas dins l’èr. Lei fònts son esculptadas d’aur. Contunhan l’òbra musicala de l’aiga. Lei leons escupisson sus lo blason de la vila. Fau s’arrestar subran per ausir, aquí sus aqueste banc, la dicha deis aucèus, lei plumas banhadas e qu’esitan a secar.

Attendre le printemps dans un parc romain. Rome, sans arrêt, me fait cadeau de sa pluie. Près des bains antiques je me perds dans un jardin peuplé par de rares religieux, des militaires et des sportifs. Le souffle rythme la marche. L’averse s’apaise sur des nuages gonflés et suspendus. Les fontaines sont sculptées d’or. Elles continuent l’œuvre musicale de l’eau. Les lions crachent sur le blason de la ville. Il faut s’arrêter soudain pour entendre, là sur ce banc, le discours des oiseaux, les plumes trempées et qui hésitent à sécher.