divendres, 7 de febrer de 2014

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 18.




18. La desirança - L'Asiatic – Lei remembres foscs de pluèia e de soleu - La cabussada – Fugir ò ajudar ?
Sentís sa memòria vueja. Cerca l’emocion per reviscolar. La violéncia deis ersas gigantas que naisson mòrtas li banhan la cara mai refrescan pas la mementa. Un imatge va lo desrevelhar.
Es coma una aparicion.
Una femna de vint-e-cinc ans assetada sus lei bancs de la gitada, Blues jeans, sensa maquilhatge, espelofida, una duquessa de porcelana, torna cargar son energia sota la solelhada.
L’inconeguda se tanca a l’espòt dei essurfaires. Darrier ela lei joves esportius se cambian, nus dins la carriera, levon sei grandei combinasons, la talha dins lei toalhons, la pòrta mieg-dubèrta dei veituras coma vestiari.  Son agach s'escond dins sei besiclas negras e fa de gròs plans sus lei blocas d'un metis. Se pensa a la doçor dau ventre musclat. S’imagina ja sa man dins son pèu. Enveja de rugir. A lo ruscle. Flirte.
Fa un signe dau det per lo sonar. Un Bresilian. Parlar lentós :
- Avètz una cigareta ? demanda.
- Nani, dòna. Siatz francèsa ?
- Òc, m’agradan  lei lengas...
L’Asiatic, assetat sus son rocàs banhat per l’ocean, identifica mau la faussa chatoneta (leis anchòias dins leis uelhs, sensa maquilhatge, lo pèu descolorat de blond ambé lo gris ai rasigas mai lei cambas autenticas, muscladas e sexy). Son cervèu reprodusís lo còp de fodre. La coneis pas. Nani. Mai son còr fa tifa- tafa. Animau instinctiu. Jovent que descubrís lo sentit.
 Dempuei qu'es arribat  aici n'a crosat de polidas. Leis a agachadas, segur. Lei joinei mamàs, lei grandas sus lei rollers,  lo quieu bombissènt dins lo jogging, lei popas generosas, bali – balan, dei mamàs joggosas susant de la rega.
Dins sei cartons, lo monin s’empacha de relucar e meme de se paluchar darrier un auciprès. La desirança coma mejan de subrevida. Quora l'esperit es au mai negre, son còs li prusis per se solatjar dau patis uman. Se descarga per oblidar.
 Mai aquí... Es pas parier. I pas de asard. Es coma un rendètz-vos. Pas de coincidéncia.
Coneís aquela femna. Es una evidéncia. Tot bolega. Se sarra d'ela. Li fau parlar. A la petòcha. Se sarra. Quora subran... Sei pas, son còr... Abrivada... La vei, ara, sota la pluèia, sota un parapluèia gigant, marchant sus una plaça giganta de Clapàs, l’èr doç, tres estatuas dins una fònt, una Pizzapapa. E la mema femna passa davans èu. S’amorosís. Durant la marcha son cervèu cala pas plus. Continua son fonccionament. Imatge de la femna sota lo soleu ara. Se ronsa cap an ela. Li va parlar. Fau parlar. Femna de la pluèia sota lo soleu. Mai la tèsta li vira.  Vertigo… Benlèu lo soleu... Calor estranha de decembre… Lo negre se fa... L’òme des cartons, pataflòu, cabussa au sòu.
Una chorma de badaires se recampa a l’entorn de l’òme  quasí mòrt. Joseta oblida leis essurfaires e se sarra dei curiós. Lo Brasilian pren la man de l’òme.
Sarra sa tèsta dau cocha-vestit :
- Sénher... sénher... podètz parlar ? Sénher...
- Ajuda ! Ajuda ! malauteja l’Asiatic.
- A ! Es pas mòrt ! Parla ! Parla ! Monsur ? Monsur ?
- A… A… Ajuda !
- Es de francés ! Parla francés !
Se revira cap a Joseta :
- Dòna ! Nos podètz ajudar !
Joseta Kroner reconeis lo clòsc nus dau Bru. Moviment de recuòu. Que fa-ti aquí ? Perqué aquela olor ? Coma es vengut aicí ? Fau-ti li parlar ò lo laissar ? Agacha sei vestits traucats. A pietat. Mai saup que la pietat se desguisarà pas en amor.  Lei messòrgas son acabats. L’òme,  au sòu es son marrit. Aqueu que saup tot d’ela, que l’espera a l’ostau quora ela, l’estela, pren son pè ambé lei joves realizators, que la protegís, que l’escota recitar sei tèxts, que la pren dins sei braç per la coconar, sa fòrça, son ombra, que laissa, sauvaja, sensa mòt dire après tant d’annadas d’esfòrç... Bomerang. Joseta es pas religiosa. Crei pas en dieu. Mai s’aviá cresegut en dieu auriá pensat qu’aquelei retrobalhas èran la justa punicion.
Leis esitacions ponhan son cervèu : demorar ? ajudar ? fugir ? dire que coneís lo miserable ? ò faire mina de lo pas reconèisser ? La chorma dei badaires resta tancada a sei bregas. 



 18. Le désir – Asiatique – Souvenirs flous de pluie et de soleil – La chute – Fuir ou aider ?
Il sent sa mémoire vide. Il cherche l’émotion pour renaître.  La violence des vagues géantes qui naissent mortes arrosent son visage mais ne rafraichissent pas les souvenirs. Une image va le réveiller.
C’est comme une apparition.
Une femme de vint-cinq ans assise sur les bancs de la jetée, Blues jeans, sans maquillage, décoiffée, une duchesse de porcelaine, recharge son énergie sous le plein soleil.
L’inconnue s’installe au spot des surfeurs. Derrière elle les jeunes sportifs se changent, nus dans la rue, ils ôtent leurs grandes combinaisons, la taille dans les serviettes, la porte des voitures à moitié ouverte, comme un vestiaire. Son regard se dissimule dans ses lunettes noires et fait des gros plans sur les boucles d’un métis. Elle pense à la douceur du ventre musclé. Elle imagine déjà sa main dans ses cheveux. Envie de rugir. Elle a très faim. Flirte.
Elle fait un signe du doigt pour l’appeler. Un Brésilien. Parler lent :
-Avez-vous une cigarette ? demande-t-elle.
-Non madame. Etes-vous française ?
-Oui, j’aime les langues…
L’Asiatique, assis sur son rocher baigné par l’océan identifie mal la fausse jeunette (de la cire dans les yeux, pas de maquillage, les cheveux décolorés en blond avec le gris des racines mais les jambes authentiques, musclées et sexy). Son cerveau reproduit le coup de foudre. Il ne la connaît pas. Non. Mais son cœur bat.  Animal instinctif. Adolescent qui découvre le sentiment.
Depuis qu’il a débarqué il en a vue des jolies. Il les a regardées, certain. Les jeunes mamans, les grandes sur les rollers, le cul bondissant dans le jogging, les poitrines généreuses se balançant, des mamans joggueuses transpirant des fesses.
Dans ses cartons, le singe ne s’interdit pas de mater et même de se caresser derrière les cyprés. Le désir comme moyen de survie. Quand l’esprit se noircit, son corps lui démange pour se soulager de la souffrance humaine. Il se décharge pour oublier.
Mais là… Ce n’est pas pareil. Il n’y a pas de hasard. Il n’est que rendez-vous. Pas de coincidence.
Il connaît cette femme. C’est une évidence. Tout chavire. Il s’approche. Il faut lui parler. Il a peur. S’approche… Quand soudain… Ses pas, son cœur… Accélération… Il la voit, maintenant, sous la pluie, sous un parapluie géant, marchant sur une place géante de Montpellier, l’air doux, trois statues dans une fontaine, une Pizzapapa. Et la même femme le précède. Il tombe amoureux. Pendant sa marche son cerveau ne s’arrête plus. Continue son fonctionnement. Image de la femme sous le soleil maintenant. Il se précipite vers elle. Il va lui parler. Il faut parler. Femme de pluie sous le soleil. Mais la tête tourne. Vertigo… Peut-être le soleil… Chaleur étrange de décembre… Noir… L’homme aux cartons s’écroule.
Une troupe de passants se regroupe autour de l’homme presque mort. Josette oublie ses surfers et s’approche des curieux. Le Brésilien prend la main de l’homme.
Approche sa tête du vagabond :
-Monsieur… Monsieur… pouvez-vous parler ? Monsieur…
-Aidez-moi ! Aidez-moi ! Geigne l’Asiatique.
-Ah ! Il n’est pas mort ! Il parle ! Il parle ! Monsieur ? Monsieur ?
-Aid…Aid.. Aidez-moi !
-Il est Français !
Il se retourne vers Josette :
-Madame ! Vous pouvez nous aider !
Josette Kroner reconnait le crâne de Bru. Mouvement de recul. Que fait-il ici ? Pourquoi cette puanteur ? Comment est-il venu ? Faut-il lui parler ou le laisser ? Elle regarde ses habits troués. Elle a pitié. Mais elle sait que cette piété ne se déguisera plus en amour. Fini les mensonges. L’homme par terre c’est son mari. Celui qui sait tout d’elle, qui l’attend à la maison quand, elle, l’étoile, prend son pied avec les jeunes réalisateurs, qui la protège, qui l’écoute réciter ses textes, qui la prend sans ses bras pour la dorloter, sa force, son ombre, qu’elle abandonne, sauvage, sans mot dire après tant d’années d’efforts… Boomerang. Josette n’est pas religieuse. Elle ne croit pas en dieu. Mais si elle avait cru en dieu, elle aurait pensé que ces retrouvailles étaient sa punition.
Les hésitations poignent son cerveau : rester ? Aider ? Fuir ? Dire qu’elle connaît le misérable ? Ou feindre de l’ignorer ? Les badauds restent suspendus à ses lèvres.





Surfaires sus una plaja de Porto en decembre. (c) Fotografia originala dau Tam. 2013.

Surfaire sus una plaja de Porto en decembre. (c) Fotografia originala dau Tam. 2013.

Ersas gigantas sus una plaja en decembre, a Porto. (c) Fotografia originala dau Tam. 2013.

Leis ersas bacelan lei rocàs. Dedicat a mon paire. Porto. L'Ocean.(c) Fotografia originala dau Tam. 2013.