dilluns, 7 de juliol de 2014

Joseta Kroner, capitol 33, darnier episòdi, sason 1.




33. Ieu.
Tòrne aqueste ser a la Cauceta. Se Peireta me servís de cantinier, davant mon èr negre gausa pas me parlar. Taste una tapàs ostau.  Sa rolha. Pas tan bòna coma aquela de ma maire. Mai bòna pasmens. Lo Bru me manca. Son gèni, sei confidéncias foscas. Comande lo Mònt de Maria, aqueste bòn roge que presava dins sa revista Veritas. Quant de temps que se siam pas vists ? A renonciat de donar son telefonet a seis amics. Me demande. Benlèu que n’a pas de telefonet. Son ostau d’edicion ven un d’aquelei magasins que vendon de cigaretas electronicas. Deman sarà benlèu una banca. Mai cu es lo maçon qu' a cramat lei libres?
-Tam, te vòle dire quauqua ren. Se un jorn aprenes que desaparèisse, t'en fagues pas. Es que vau ben. Me cerques pas. Sarà lo debanament normau dei causas... Vau desaparèisse... Desaparèisse...
Sa frasa me tòrna un còp de mai. Pague Peireta, a la caissa, ambé de pecetas rojas. Me ditz:
- Lo digues pas encara. Anam barrar l'estanquet. Vòle tornar a mei promiers amors : lo tiatre.
 Ambé lo blues, sensa dire au reveire, jonhe la nuech en me demandar quora aurai lo coratge, Ieu, de desaparéisse. 



33. Moi.
La Chaussette. Ce soir je reviens. Si Pierrette me sert de cantinière, elle n’ose m’adresser la parole ce soir. Je goûte une tapas maison. Sa rouille. Pas aussi bonne que celle de ma mère. Mais bonne cependant. Bru me manque. Son génie, ses confidences floues. Je commande un Mont de Marie, ce bon rouge qu’il louait dans sa revue Veritas. Combien de temps ne nous sommes-nous vus ? Il a renoncé : ne donne plus son téléphone portable à ses amis. Je me demande. Peut-être qu’il n’en n’a pas. De téléphone portable. Sa maison d’édition devient un de ces magasins qui vendent des cigarettes électroniques. Demain elle se transformera peut-être en banque. Mais qui est le maçon qui a brulé les livres ?
-Tam, je veux te dire quelque chose. Si un jour tu apprends que je disparais, ne t’en fais pas. C’est que je vais bien. Ne me cherche pas. Ce sera le déroulement normal des choses… Je vais disparaître… Disparaître…
Cette phrase, à nouveau. Je paie Pierrette, à la caisse, avec mes petites pièces rouges. Elle me dit :
-Ne le dis pas encore. On va fermer le bar. Je veux revenir à mes premiers amours : le théâtre.
Avec le blues, sans dire au revoir, je rejoins la nuit en me demandant quand j’aurai le courage, Moi, de disparaître à mon tour.



Joseta Kroner, capitol 32, sason 1.





32. Lo travestit que s’anava a la montada. 
Nimes. Carles Corteson davala coma cada matin sus lo baloard Generau Perrier. Perruca, tenís, K-Way e jogging. Li agrada de davalar en femna dins la carriera. Laissa lei faussei mostachas, lei manequins ai tèstas nusas, lei bòas, lei smokings, lei raubas dei palhetas,  lei besicles de plastic, la podra, lo maquilhatge,  lei pincèus, lei fausseis onglas, lei lentilhas per leis uelhs de totei menas de colors que l’esperan forra borra dans la cambra au mitan dei caissetas de Nana Mouskouri e dau grand orquestre de l’Esplendid. Lei fotografias, lei posters, e leis afichas de Joseta Kroner relucan lo membre vueje. Sus la taula de nuech : una carta signada au futre. Remembres de l’aeropòrt de Marsilha au futre negre e gràs. Lei ridèus roges ai fenèstras, coma dins un cabaret polsos, comme au Colisée, empachan lo soleu d’intrar.Sa cambra es un temple dedicat a l’Artista. Ara qu’a son dedicadis, Carles Corteson pòu defuntar.
A son atge li es pas possible de correr. Pensa que la marcha, lo còs embarrat dins son k-way roge, li levarà totei lei toxinas que li rosigan lo fetge. Pensa-ti ja a la mòrt que lo reluca dins lo cèu coma una agla sus la vila ai set còlas ? Carles reluca leis joveis òmes que pòdon jogginejar d’oradas, lo ventre plat, leis espatlas larga.  Fan, çò dison de "cardiò".
Passa lo Mac Donald’s, lo centre comerciau de la Copòla per cambiar de mitan e laissar la polucion urbana. Perlonga lo cais de la fònt onte donava de manjar ai cignes blancs ambé sa grand. Leis aucelàs gigantàs fan un balet majestuós mentre qu’aquelei fenhantàs de canards se laissan carrejar per l’anar de l’aiga. La marcha fa susar sa nostalgia, sei idèas negras dins sei cervèus. Es benlèu lo moment lo mai agradiu de la jornada. La marcha au soleu.
Dins un alen, se socita. Qu’es venguda sa Joseta Kroner ? A assajat de sonar Artús a Porto. Puei s’es ravisat mai d’un còp. "Me sonaràn ben se i  a quauqua ren d’agradiu ò de grèu que se passa. Se me sonan pas, es que siáu dispensabla!"
Comença la montada fins a la Torre Manha. Es acostumat d’aquela granda solesa. Pensa qu’es la definicion de l’umanitat lo cadun per se. Pensa qu’es la vida que s’es causida. Après la Torre Manha li agrada de davalar la carriera de Tira-Quieu per montar puei au camin dei Pompiers. Direccion lo bòsc deis Espeças.
Sentís la transpiracion camina lo còs. Lo buf ven fòrt. Mentre que tot aquò li monta a la tèsta, Corteson quicha quicha per arribar a la fin de la rota. Lo còr abriva. Una ibressa. Corteson es bandat. Leis oliviers, lei pins, lei pibòlas tanben. An pas d’atge. Leis ametliers s’espandisson dins una odor sensa pudor. Leis ulhauç de la jovença  cantan desenant dins son cervèu. La marcha. Maquina de remontar lo temps. Maquina de remontar l'arma. Sei promierei relacions ambé leis òmes, lei filhas. Sa set dau plaser naturala. Sa liberacion dins un sègle blocat. La mòrt deis amics dins leis annadas 80. Joseta, Joseta, estela de papier glaçat que colleccionava lei fòtos, leis articles, aquela preséncia d’artista, que compta per luchar mai fòrt contra l’agach. 
Quora èra pas ben dins son èsse, Corteson, pecaire, pensava a un tròç de film, a un imatge que la balhava combativa, Joseta. Joina, vièlha, bela, laidassa. Ambé lo gost sacrat de la reinvencion.  Tan sexuala, e tan vulgara mai tan politica quora defendiá lei mai fèbles. Lei diferents. Tota sa vida s’idendifiquèt. La respectava tant que se travestissiá pas en ela. Maire-putan intocabla !
Un jorn, Corteson desapareguèt dins un camin que lo menava a la Garriga. Coma totei lei desapareguts d’aqueste racònte, degun lo demandèt pas. L’apartament, carriera Generau Perrier, fuguèt longtemps desertat.  Un jorn, benlèu quauqueis annadas d’après, una fugida d’aiga oblijèt la vièlha dau dessus de davalar per avisar son vesin. Èra una vièlha sepia que donava de manjar ai pijons, que gardava un cat bòrni e que li parlava coma a son òme, un metge qu’aviá fach de preson.
La vièlha dubriguèt l’apartament sensa problèmas. Trobèt totei lei fòtos de Joseta que senhorejavan l’endrech. « Bon dieu ! Joseta Kroner ! Qu’es venguda ara ? » Sonèt Corteson. Lo trobèt pas. Laissèt l’apartament dubèrt et escampèt la fòto.
 Benlèu que se tornas uei a l'ostau de Carles Corteson, trobaràs encara lei perrucas e tot lo rebaladis dau travèsti. Lo poster de Joseta te diriá alòr: «express yourself! Mother fucker!"





32. L’ai-je bien monté ?
Nîmes. Charles Courteson dévale comme chaque matin sur le boulevard Général Perrier. Perruque, tennis, K-Way et jogging. Il aime descendre comme ça, en femme, dans la rue. Il abandonne les fausses moustaches, les mannequins aux têtes nues, les boas, les smokings, les robes à paillette, les lunettes en plastique, la poudre, le maquillage, les pinceaux, les faux ongles, les lentilles pour les yeux de toutes sortes de couleurs qui l’attendent en désordre dans la chambre au milieu des cassettes de Nana Mouskouri et du grand orchestre du Splendid. Les photographies, les posters, et les affiches de Josette Kroner observent la chambre vide. Sur la table de nuit : une carte signée au feutre. Souvenirs de l’aéroport de Marseille au marqueur. Les rideaux rouges aux fenêtres, comme dans un cabaret poussiéreux,  comme au Colisée, empêchent le soleil d’entrer. Sa chambre est un temple dédié à l’Artiste. Maintenant qu’il a sa signature, Charles Courteson peut mourir.
Il ne lui est plus possible de courir à son âge. Il pense que la marche, le corps enfermé dans son k-way rouge, lui ôteront toutes les toxines qui lui rongent le foie. Pense-t-il déjà à la mort qui l’observe dans le ciel comme un aigle sur la ville aux sept collines ? Charles regarde les jeunes hommes qui peuvent jogger des heures, le ventre plat, les épaules larges. Ils font, disent-ils, du « cardio ».
Il passe devant le Mac Donald’s, le centre commercial de la Coupole pour changer de milieu et laisser la pollution urbaine. Il longe le quai de la fontaine où il donnait à manger aux cygnes blancs avec sa mamie. Les oiseaux gigantesques font un ballet majestueux tandis que ces fainéants de canards se laissent bercer par le mouvement de l’eau. La marche fait suer sa nostalgie, ses idées noires dans son cerveau. C’est peut-être le moment le plus agréable de la journée. La marche au soleil.
Dans un souffle, il s’inquiète. Qu’est devenue Josette Kroner ? Il a essayé d’appeler Artús à Porto ? Puis il s’est ravisé, plus d’une fois. « Ils m’appelleront bien s’il y a quelque chose d’agréable ou de grave qui se passe. S’ils ne m’appellent pas, c’est que je suis dispensable ! »
Il commence sa montée jusqu’à la Tour Magne. Habitué par cette grande solitude. Le chacun pour soi, il pense que c’est la définition du monde. Il pense que c’est la vie qu’il s’est choisi. Après la Tour Magne il aime descendre la rue de Tire-Cul pour remonter ensuite au chemin des Pompiers. Direction le bois des Epeisses.
Il sent la transpiration qui chemine sur son corps. Le souffle s’accélère. Tandis que tout cela lui monte à la tête, Courteson force beaucoup pour parvenir à la fin de la route.  Le cœur s’emballe. Une ivresse. Courteson est soûl. Les oliviers, les pins, les peupliers aussi. Ils n’ont pas d’âge. Les amandiers se répandent dans une odeur impudique. Les éclairs de la jeunesse chantent désormais dans son cerveau. La marche. Machine à remonter le temps. Ses premières relations avec les hommes, les filles. Sa soif naturelle du plaisir. Sa libération dans un siècle bloqué. La mort des copains dans les années 80. Josette, Josette, étoile de papier glacé dont il collectionnait les photos, les articles, cette présence d’artiste qui compte pour lutter plus fort contre le regard.
Quand il était mal dans sa peau, le pauvre Courteson, pensait à un extrait de film, à une image qui montrait Josette combative. Jeune, vieille, belle, moche. Avec le goût sacré de la réinvention. Si sexuelle, et si vulgaire mais si politique quand il fallait défendre les plus faibles. Les différents. Toute sa vie il s’est identifié. Il la respectait tant qu’il ne se travestissait pas en elle.  Intouchable mère-putain!
Un jour, Courteson a disparu dans un  chemin qui le conduisait à la Garrigues. Comme tous les disparus de ce récit, personne n’a demandé de ses nouvelles. L’appartement, rue Général Perrier, a été longtemps déserté. Un jour, peut-être quelques années d’après, une fuite d’eau a obligé la vieille du dessus à descendre pour prévenir son voisin. C’était une vieille sangsue qui nourrissait les pigeons, qui avait un chat borgne, qui lui parlait comme à son mari, un docteur en prison.
La vieille a ouvert l’appartement sans problèmes. Elle a trouvé toutes les photos de Josette qui dominaient l’endroit. « Oh ! Josette Kroner ! Elle est devenue quoi maintenant ? » Elle a appelé Courteson. Elle ne l’a pas trouvé. Elle a laissé l’appartement ouvert et jeté la photo.
Peut-être que si tu retournes aujourd’hui dans la demeure de Charles Courteson, tu trouveras encore les perruques et tout le désordre du travesti. Le poster de Josette te dirait alors : « express yourself ! Mother fucker ! »