divendres, 21 d’agost de 2009

es un vilatge


Es un vilatge clafit d'objèctes que te fan pensar a ta reire grand que picava...

Es un vilatge, ton resèu passa pas plus mai la gabina telefonica foncciona... Benlèu la darnièra dau monde...


Es un vilatge, lei reclamas despegadas sus lei congelators te fan pensar que lei estajants partiguèron i a gaire de temps...



Es un vilatge, sus lei cadieràs laissats dins un rebaladis, s'ausis sempre lei vièlhei voés dau ser...


Es un vilatge, sus una musica de l'ome a l'armonicà....














Es un vilatge nus, impudic, que desvela sei rasigas...








Es un vilatge que te fa pensar a un saloon, a un sheriff, a de titèias dançairas, e pasmens, degun, degun i demora...






Es un vilatge, lei pinturas restan sempre frescas, lei ridèus son racomodats pasmens degun, degun i demora...










Es un vilatge, per li anar, fau sota-levar lei portas bluas graulencas ai ponhadas de porcelena...













Es un vilatge gardat per un Rei aubre, la man forta apiejada sus lo braç de son cadieràs reiau...

C'est un village rempli d'objets qui te font penser à ton arrière grand-mère qui piquait...

C'est un village, ton réseau ne passe plus, mais la cabine téléphonique fonctionne... peut-être la dernière du monde...

C'est un village, sur les fauteuils laissés dans un désordre, on entend rire les dernières voix du soir...

C'est un village, sur une musique de l'homme à l'harmonica.

C'est un village, nu, impudique, qui dévoile ses racines.

C'est un village qui te fait penser à un saloon, à un shérif, à des poupées dansantes et cependant personne, personne n'y demeure...

C'est un village, les peintures restent toujours fraîches, les rideaux sont recousus, cependant personne, personne, n'y demeure...

C'est un village, pour y aller, il faut soulever les portes bleues graulennes aux poignées de porcelaine

C'est un village gardé par un roi Arbre, la main forte appuyée sur le bras de son trône royal..


(c) fotografias originalas dau Tam, 09, drechs reservats...

dijous, 20 d’agost de 2009

dança gregala

Lo dimenche, la familha improvisa una partida de musica e de dança. Es pas vougut. Es pas toristic. Es simplament una vertadièra enveja, una desirança que lei liga subran...

Le dimanche, la famille improvise une partie de musique et de danse. Ce n'est pas voulu. Ce n'est pas touristique. C'est simplement une envie vraie, un désir qui les lie soudain...

(c) Drechs reservats, fotografias originalas dau Tam, O9

coma un sordat


"L'aubre tibat coma un sordat, gardava lo pont roman... "
"L'arbre tendu comme un soldat, gardait le pont romain..."
(c) Fotografia originala dau Tam, 09, drechs reservats.

a l'ubac de l'iscla de mitilèna



A l'ubac de l'iscla de Mitilèna, m'avise que l'aiga es mai fresca. En facia, se descopa precizament la Turquia. Lo cèu fa son rebat dins la mar, lo mirau artificiau fa lo rebat dau camin, e mon uelh saup pas plus onte donar... de la tèsta!

Au nord de l'ïle de Mytilène, je m'aperçois que l'eau est plus fraîche. En face, se découpe précisément la Turquie. Le ciel fait son reflet dans la mer, le miroir artificiel fait le reflet du chemin, et mon oeil ne sait plus où donner... de la tête!

(c) Fotografia originala dau Tam, 09. Drechs reservats.

dimarts, 18 d’agost de 2009

larry mac donald



Un album grand d'un tamborinaire gigant. De mancar pas. Nos agrada lo morcèu "Got Jazz", tot en vocalisas. Sortit en abrieu. D'escotar pron lèu. La fotografia de la pocheta es un polit retrach. De la musica bona.

giorgio diritti


Dimècres 19 d'avost : Salagon (04)
Vesprada cinemà :
«Il vento fa il suo giro / Le vent fait son tour»
(Filme dei Valadas occitanas d'Italia)

Vesprada cinemà defòra. La presentacion dau filme se pòu telecargar en clicant çai-sota :
http://musee-de-salagon.com