dijous, 24 d’abril de 2014

Joseta Kroner, Capitol 28, Sason 1.



(c) Lo Tam-Tam 2014.  Arquius personaus. Drechs reservats.

28. Lo Zen – L’ome dei claus – Un ami american – La mobileta.
Bru s’asseta sensa colèra sota lo calabèrt que recubrís una botiga d’art modèrn. Lo brave se concentra tant fòrt que capita de focalizar sonque sus lo bruch dei gotàs que lo breçan. Fácia a l’adversitat, lo vuège:

 « Pas qu’una nuech. Deman sarà lo jorn. Deman sarà lo jorn. »
 Dins sa mementa subran ié tòrna una cançon vietnamiana que sa mamà surament li cantava quora lo portava sus son pitre durant lei vendemias de ris en Camarga. 

Ngủ đi Con : « Hò ho ho hó ho hò, con ngủ, ngủ đi con/Đứa con của mẹ da vàng/Ru con ru đạn nhuộm hồng vết thương/Hai mươi năm đàn con đi lính/Đi rồi không về, đứa con da vàng của mẹ/Ngủ đi con. »

Tòrna a son zen. Canta un còp de mai :
« Hò ho ho hó ho hò, con ngủ, ngủ đi con/Đứa con của mẹ da vàng/Ru con ru đạn nhuộm hồng vết thương/Hai mươi năm đàn con đi lính/Đi rồi không về, đứa con da vàng của mẹ/Ngủ đi con. »
 Ara se sentís coma dins una bula de sabon bufada per un dròllet. Dins lei camps de Cailar leis èrbas verdejan. Culhis lei margaridas sauvajas que l’envasisson.

 La cauma dau dimenge. Un òme s'escond darrier sa marquina de prene de fòto. Reconèis lo paire. Vei aqueste caratge que s'èra escafat, i a un briu. Ara sentís sa gauta còntra sa gauta. Fa curiós aquela proximitat. Aquela pròva d’afeccion. Lei bregas d'un potonàs. A pas la costuma au sieu, lo Bru, dau tocar, de l'affeccion. Lo papà sasis son pichòt còs sople. Lo rescaufa de sei mans masclas. Toca sei gautas finòtas de sa boca secada per la sau. La mamà au luènh  sentis lo mèu e la sau. De genteis abelhas se pausan sus èla. La prima inventa lei colors. Mai... pataflòu... la bula de sabon esclata. 
Lo bruch d’una petroleta.
 Una ombra sona plan planet dins la nuech :



-Monsur ! Eu ! Monsur !

Bru se revira. Apueja sus sei besiclas per mielhs veire. L’òme de tot ara. Lo grossàs. Lo reconèis. Se sarra.  Un garri passa, caçat per un cat bòrni. Bru se sarra un pauc mai dau portau rovilhat sensa crenta. Agacha la man de son enemic que vira la clau per lo desliurar. Tres punts tatoats. Artús ! Artús Afonso !

-Vos demande lo perdon, çò ditz. Siáu tornat. Ai de remòrds. Ai en òdi d’embarrar lo mond…. L’ai tant viscut l’embarrament… Que me fa mau… Es pas ma fauta…Vòle protegir ma familheta… Obèisse ais òrdres de...

-Rick Leo ?

-Quau ?

-Rick Leo ?

- … Non… Conèisse pas aqueste nom… Es un vesin de… de…

Tossís, vergonhós. Baissa la votz, a de mau de dire lo mòt :

 -… preson…  Una autre vida passada a Nòva-Iorca… James Bloodoon… Podètz pas conéisser…

Bru, mut coma a lo biais, reflechís. Apasimat. Silenciós se concentra sus sa soscadissa. Compren pas quau pòu èstre aqueste American que ié vòu tant de mau…

-Escotatz Monsur, vos vau ajudar. Vesètz aqueleis autrei claus ? Son aquelei de ma femna. De son ostalàs a João Barros. Es aicí qu’es retenguda la vòstra amiga.

Bru, totjorn silencios mòstra la sortida. Lo Portugués ié ditz amistadosament:

-Anem ! Ma petroleta vos espèra !


28. Le zen – L’homme aux clés – Un ami américain – La mobylette.
Bru s’assoit sans colère sous le préau qui recouvre une boutique d’art moderne. Courageux, il se concentre tellement fort qu’il parvient à se focaliser seulement sur le bruit des gouttes qui le bercent. Le vide face à l’adversité.

«Seulement un nuit. Demain il fera jour. Demain il fera jour. »
Soudain une chanson vietnamienne lui revient en mémoire, une chanson que lui chantait sûrement sa maman quand elle le portait sur sa poitrine pendant les vendanges de riz en Camargue.

Ngủ đi Con : « Hò ho ho hó ho hò, con ngủ, ngủ đi con/Đứa con của mẹ da vàng/Ru con ru đạn nhuộm hồng vết thương/Hai mươi năm đàn con đi lính/Đi rồi không về, đứa con da vàng của mẹ/Ngủ đi con. »

Il revient à son zen. Chante une seconde fois : 
« Ngủ đi Con : « Hò ho ho hó ho hò, con ngủ, ngủ đi con/Đứa con của mẹ da vàng/Ru con ru đạn nhuộm hồng vết thương/Hai mươi năm đàn con đi lính/Đi rồi không về, đứa con da vàng của mẹ/Ngủ đi con. »
Maintenant il se sent comme une bulle de savon soufflée par un enfant. Les herbes verdoient dans les champs du Cailar. Il cueille les marguerites sauvages qui l’envahissent. 
La pose du dimanche. Un homme se cache derrière un appareil photo. Il reconnaît son père. Il voit ce visage qui s’était effacé, il y a longtemps. Maintenant il sent sa joue contre sa joue. Proximité curieuse. Cette preuve d’affection. Les lèvres d’un baiser. Pas habituel chez lui, le Bru, du toucher, de l’affection. Le papa saisit son petit corps souple. Le réchauffe de ses mains mâles. Il touche ses joues fines avec sa bouche séchée par le sel. La maman au loin sent le miel et le sel. D’élégantes abeilles se posent sur elle. Le printemps invente les couleurs. Mais... patatras... la bulle de savon éclate.
Le bruit d’une mobylette. 
Une ombre appelle doucement dans la nuit :
-Monsieur ! Hep ! Monsieur !

Bru se retourne. Il appuie sur ses lunettes pour mieux voir. L’homme de tout à l’heure. Le gros. Il le reconnaît. Il s’approche. Un rat passe, chassé par un chat borgne. Bru s’approche un peu plus du portail rouillé sans crainte. Il regarde la main de son ennemi qui tourne la clé pour le délivrer. Trois points tatoués.  Artús ! Artús Afonso!
-Pardonnez-moi, dit-il. Je suis revenu. J’ai des remords. Je déteste enfermer les gens... Je l’ai tant vécu l’enfermement... ça me fait mal... Ce n’est pas ma faute... Je veux protéger ma famille... J’obéis aux ordres de...
-Rick Léo ?
-Qui ?
-Rick Léo ?
-... Non... Je ne connais pas... C’est une voisin de ... de...
Petite toux gênée. Il baisse la voix, il ne peut prononcer :
-...prison... Une autre vie passée à New-York... James Bloodoon... Vous ne pouvez pas connaître...
Bru, muet comme à son habitude, réfléchit. Apaisé. Silencieux il se concentre sur sa réflexion. Il ne comprend pas pourquoi cet Américain lui veut tant de mal...
-Ecoutez Monsieur, je vais vous aider. Voyez-vous ces autres clés ? Ce sont celles de ma femme. Sa grande maison à João Barros. C’est là qu’est retenue votre amie.
Bru, toujours silencieux montre la sortie. Le Portugais lui dit amicalement :
-Allez ! Ma mobylette vous attend !


Joseta Kroner, capitol 27, sason 1.


(c) Tam, 2014. Porto, lo mercat. Drechs reservats.

27. Bru au mercat - Fugida - Manja terra, chica terra.
Au Mercado do Bolhão leis olors fòrtas de peis trevan la nuech e te balhan lo vòmi. Au sòu, lei sòbras dei patas gigantas de pofres banhan dins de gasolina ò d’òli. Lei garris se passejan au mitan dei sacas entraucadas de bordilhas. Sus de tablèus gigants la merlussa fa l’objècte de totei menas de merças escrichas a la creda fosforessenta. La glaça que servís de conservar lei peis dins la jornada se transmuda dins una aigassa sala e negra.
La pluèia sensa relambi.  Bru sentís lo freg que lo penetra. A rendètz-vos ambé l’Inconegut. Una ombra passeja demest lei caissas. Una capa negra. Un capèu. Es èu ! Segur ! Aqui lo! Lo seguís au promier estanci, lo sona : «  òu ! Tu! Òu! Tu! » Mai lo pichòt òme –gròs mai velòce – coneís totei lei recantons dau mercat per l'enganar. 
Au luènh, charrivari de l'empont sus lo plan principau. Lei Portugués festejan la bòna annada dins un  fuòc d’artifici que s’acaba jamais. Ausissèm lei cridas caudas dei joventas e dei jovents cramats que se potonejan a plena boca. Tap calorós dei botilhas. Veire romput. Son agradiu dei bassas de l’orquèstre tròp fòrt.
Bru, perdut, corrís. La musica tròp fòrta li bolega lo ventre, lo sotaleva. Quora... Pataflòu! Son pè resquilha sus un garri que cacalassa. Se tomba. L’òme de la capa negra barra totei leis intradas e sortidas dau mercat ambé una clau rovilhada… tròp tard. E cric, e crac. Dins l’escurina pudissènta sa siolèta fa una preguièra. Demanda perdon. Bru abriva a la grasilha: « dubrís me ! dubrís me ! ». Presonier.
Una femna mòrta, rompuda en dos… Pas un bruch. Coma la còrda s’es desfacha quora èra tombada de la cadièra au mitan dau banhador es restada tancada aquí una mieja ora, una ora… De la fanga porgís deis aigats. Sota lo pè de son còs, lei tudèus espetan, gisclan coma dei fònts gigantas. Son lei grandeis aigas. Joseta reviscola. S’aubora coma la bèstia dau Vaccarés dins lei paluns. La cara mostafada dau marron de la fanga, dau blu de sei nhacas, dau roge de sa sang. Vei lei dralhas dei cauçaduras de Rick dins la terra trempa dau membre: " Aqueste colhon, a fugit quora m’a vista tombar au sòu ! Me crei mòrta! Meme sa vida d'assessin es un fracàs."
Aflaquida s’asseta sus la cadièra. La cadièra s’escranca. Alòr presa d’un envam e d'una rabia mostruosa, se desliura de sa còrda encara ensucada e lo quieu dolent dau marbre freg se dirigís cap a la pòrta que fai petar d’un grand còp de pè. Lo pèu banhat, lei gotàs mesclats de pluèia e d'aiga de vila resquilhan dins sa boca assecada. A set, pasmens.
Ausís una votz darrier un pin. Rick Leo sona Paris Flash :
-Jan Dufornèu ? Siáu Rick. Rick Leo. Espère qu’auràs mon messatge. Sabe que son pas d’oras per sonar. Ai una fòto per tu… òm a trobat lo…
Crau ! Joseta l’ensuca d’una còp d’estatua: un àngi de pèira au micrò-penis. La tèsta de Rick vira e revira coma un boomerang. Aganta lo telefonet e l’escampa dins la fanga. Dins sa colèra de femna sauta sus l’esquina de l’actor en li rompant leis òssas de tot son pès sautejant coma sus un trampoling. Darnier crit de Rick Leo. La sang mesclada a la terra per una darnièra corrida. 
Revenja d'una femna bastejada. Es tant facil de tugar un òme.


27. Bru au marché – Fuite – Mimologie.
Au Mercado do Bolhão les odeurs fortes de poissons hantent la nuit et donnent envie de vomir. Par terre, les restes des pattes géantes de poulpes baignent dans l’essence et l’huile. Les rats se promènent au milieu des sacs éventrés. La morue fait l’objet de toutes sortes de marchandages écrits à la craie phosphorescente sur des tableaux géants.  La glace qui sert à conserver les poissons dans la journée se transforme en une eau poisseuse et noire.
Pluie sans fin. Bru sent le froid qui lui pénètre les os. Il a rendez-vous avec l’Inconnu. Une ombre passe parmi les cageots. Une cape noire. Un chapeau. C’est lui ! Le voilà ! Il le suit au premier étage, l’interpelle : « Toi là-bas ! » Mais le petit homme – gros mais rapide – connaît tous les recoins du marché pour le piéger.
Au loin, tintamarre sur la scène de la place principale. Les Portugais fêtent la bonne année dans un feu d’artifice qui ne finit pas. On entend le cri des jeunettes et des jeunots ivres qui s’embrassent à pleine bouche. Pschitt ! Le champagne se décapsule. Verre cassé. Son agréable des basses de l’orchestre trop fort.
Bru, perdu, court. La musique trop puissante lui retourne le ventre, le soulève… Quand… Bing ! Son pied glisse sur un rat qui ricane. Il tombe. L’homme à la cape noire ferme toutes les entrées et sorties du marché avec une clé rouillée… trop tard. Cric. Crac. Sa silhouette prie dans l’obscurité nauséabonde. Il demande pardon. Bru se précipite à la grille : « ouvre-moi ! Ouvre-moi ! ». Prisonnier.
Une femme morte, cassée en deux… Pas un bruit. Quand la corde se défait elle tombe de la chaise au milieu de la baignoire, elle reste immobile ici une demie-heure, une heure… De la boue surgit des égouts. Sous le poids de son corps, les tuyaux explosent, jaillissent comme des fontaines géantes. Ce sont les grandes eaux. Josette se réveille. Elle se relève comme la Bête du Vaccarés dans les marais. Le visage recouvert par le marron de la boue, par le bleu de ses coups, par le rouge de son sang. Elle voit les traces de Rick dans la terre humide de la pièce : « Ce connard, il a fuit quand il m’a vue tomber ! Il me croit morte ! Même sa vie d’assassin est un échec. »
Fatiguée, elle s’assied sur la chaise. La chaise se casse. Alors, prise d’un furieux élan et d’une rage monstrueuse, elle se délivre de sa corde encore assommée, son cul lui fait mal à cause du marbre froid, elle se dirige vers la porte qu’elle fait céder d’un grand coup de pied. Les cheveux mouillés, les goûtes mêlées d’eau de pluie et d’eau de ville glissent dans sa bouche sèche. Elle a soif.
Elle entend une voix derrière un pin. Rick Léo appelle Paris Flash :
-Jean Dufournel ? C’est Rick. Rick Léo. J’espère que tu auras mon message. Je sais que ce ne sont pas des heures convenables pour te téléphoner. J’ai une photo pour toi… On a trouvé le…
Bang ! Josette l’assomme d’un coup de statue : un ange en pierre avec un micro-pénis. La tête de Rick tourne et retourne comme un boomerang. Elle attrape le téléphone portable et le jette dans la boue. Emportée par sa colère de femme, elle saute sur le dos de l’acteur en lui cassant les os de tout son poids et sautille comme sur un trampoline. Dernier cri de Rick Léo. Le sang se mêle à la terre pour une dernière corrida.
Revanche d’une femme battue. C’est si facile de tuer un homme.