divendres, 20 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason 1, capitol 5.


5.La debuta d'un succès mediatic e parisenc - L'ostau escondut dins Leberon - La fugida d'un òme.

Lei medias parisencs recebon lo libre bèu. Regretan pasmens que siága editat en Provença, e non pas a la capitala.
 Lei vendas de la cinematèca creisson. Sensa promocion, la torre Eiffel comença de brandar. Una  analisi flama de França Cultura crea una demanda per "Joseta Kroner, una vida d'Estèla." A  Telematin, ma fista, una cronicaira blonda dei gròssei popas en CDD capita de ne'n faire una presentacion escolara, sota lo rire diabolic dau William Leymergie. Capolier de França Telebritge. Afortis leis vendas.
Se lo libre fa son trin, lo mau que lo rosiga es d’aver pas de nòvas de la Kroner, au Bru.
Testard. Tòrna dins Leberon.
Bru passa lo castèu, dins la nuech, sus lo camin dei calhòus que cracineja. Ara, dins lo vau traucat agacha l’ostalon troglodite dins l’escur. Un lume arange, coma lo punt d’un fanau. Un lume de salon.
Darrier la vitra de sa veranda que fa coma un ecran desira veire la filha. Mai la filha de la veranda la vei pas. Non. La sona. Son portable passa pas. Se son telefon fix dinda, se desrangarà pas per lo descrocar.
Alòr Bru pantalha. L’imatgina ambé sa rauba de seda blanca, aquela de sei promièras nuechs, au Channel Numèro Cinc, coma una treva sus la paret de la caforna.
Bru s’asseta sus un rocàs. Se cala. Lo libre a la man. La veire. Li faire present de l’òbra comuna. Subran, la veranda se dubrís. Un òme sòrt de son ostau! Un òme traversa l'ecran magic! Un òme deis espatlas largas fugís! Un calinhaire, un raubaire. Quau saup ? Ò l’autre òme de sa vida ?
Botat per una gelosia ferra, Bru abriva cap a l’ostau troglodite... Lo còr...Tifa-tafa... Compta a rebors...
Ostau troglodit dins Leberon - Dessenh Originau dau Didier  Jentrain

Ostau troglodit dins Leberon - Dessenh Originau dau Didier  Jentrain






5.Le début d'un succès médiatique et parisien -  Maison cachée dans Lubéron- Fuite d’un homme. 

Les médias parisiens reçoivent le beau livre. Ils regrettent cependant qu’il soit édité en Provence et pas à la capitale. Les ventes de la cinémathèque croissent. Sans promotion, la tour Eiffel commence à frémir. Une sérieuse analyse de France Culture crée une demande pour Josette Kroner, une vie d’étoile. A Télé matin, ma foi, une chroniqueuse blonde aux gros tétés et en CDD en fait une présentation scolaire, sous le rire diabolique de William Leymergie. Chef de France Telechiffon. Ça fortifie les ventes.
Si le livre suit son chemin, le mal qui ronge notre Bru, c’est de  n’avoir pas de nouvelles de la Kroner.
Têtu, il rentre dans le Lubéron.
Bru passe le château, dans la nuit, sur le chemin caillouteux qui craquèle. Maintenant, dans le val béant il regarde la maisonnée troglodyte et obscure. Une lumière orange, coma le point d’un fanal. Une lumière de salon.
Derrière la vitre de sa véranda qui dessine comme un écran il désire voir la fille. Mais la fille de la véranda ne le voit pas. Non. Il l’appelle. Son portable ne passe pas. Si son téléphone sonne, elle ne se dérangera pas pour le décrocher.
Alors Bru fantasme. Il l’imagine avec sa robe de soie blanche, celle de leurs premières nuits Channel Numéro Cinq, comme un fantôme sur la paroi de la caverne.
Bru s’assoit sur un rocher. Il s’installe, bien confortable. Le livre à la main. La voir. Lui faire présent de l’œuvre commune. Soudain, la véranda s’ouvre. Un homme sort de l’habitation ! Un homme traverse l’écran magique ! Un homme aux épaules larges fuit ! Un amant, un voleur. Qui sait ? L’autre homme de sa vie ?
Poussé par un violent accès de jalousie, Bru se précipite vers la maison troglodyte… Le cœur… Boum. Boum. Boum. Boum. Compte à rebours…