dissabte, 15 de maig de 2010

Lop perdut in NY, episodi dos


Maureen, èla, sabia pas coma sa familha de lops èra venguda a NY. Contrarament au lobatàs, avia gaire viajat. Amorosa de sa ciutat regachava passar lo temps, dins lei jardins esconduts dei carrièras Alfabet (restava carrièra A). Sabia que son paire ié avia dich: gardaràs lo jardin de la carrièra Alfabet. Coma mon paire l'a fach. Coma ton papet l'a fach. Coma teis avis l'an fach. Sens soscar de trop, avia seguit lei consèus. Aquo li assegurava lo manjar, lo dormir. Una obra de nuech. Per susvelhar lei plantas e leis aubres. Aluenhar lei marginaus. E subreviure, un pauc.
(de seguir)

Lop perdut in NY, episodi un

Pè de lop dins lo subway, a NY. Dedicat a la Mela. (c) Lou Tam-Tam 2010, drechs reservats
Parets de subway new-yorkenc. (c) Lou Tam-Tam 2010, drechs reservats.
Treva dins lo subway. (c) Lou Tam-Tam 2010, drechs reservats.
Paret d'una cambra de New-York per Keith Harring. (c) Lou Tam 2010
(c) Nuech espassa e fosca de Ny. Fotografia Lou Tam, 2010. Drechs reservats.

Un cop èra, un Lop. Passejava dins sa negror dei nuechs foscas de New-York. De son perfecto negre e de sei botas de cow-boy, passejava dins la vila quadrilhada, per semenar sa solesa. Venia d'una familha en via de desaparicion per plantar cavilha dins la vila boleganta. Sa chorma èra en minoritat dins lo monde grand. E se pensava qu'a NY, auria poscut se trobar una loba coma èu. De sa familha, de sa chorma, de sa tribu, auria bastit una releva. Per laissar una traça. Venia de la vièlha Europa. E dempuèi la crisi economica, lo pais s'entraucava dins sei paurs: paur de l'autre, de la creacion, dei lengas dau monde e de sei culturas. De paurs qu'esglairavan lo lop. Subran, èra partit sus un cop de tèsta. Prenguèt l'avion blanc ont beguèt totei leis arcous possibles, ofèrts per leis ostèssas de l'èr. Avia rescontrat Natacha, amondaut, pichota otèsta blonda que l'avia fach regalar pendent leis uechs oras de vou, dins lo cagadoret de l'Airbus 380. Leis amors de l'èr, coma leis ostèstas, basta, aquo te dura pas longtemps. Non. A la davalada, dins l'escalator de l'airport Kennedy, lo lop s'apichonijèt per desaparèisser e passar a quauqu'un mai. L'ostèsta s'èra pas amorosida. Pas agut lo temps. Un autre viajaire la manjaria per lo New-York-Cubà. Coma un "croque madame". Aquelei que te servon dins lei garas SNCF.
Lo solitari avia trobat residéncia dins un ostalaria underground. Lei parets èron signats Keth Harring. Lo pintre i avia fach sei debutas. La cambra, l'avia prèsa per economia. Cambroneta de la talha d'un liech king size. Just la plaça d'una porta. Pas de doble vitratge. Lo bramadis de la jungla new-yorkèsa participava a la polucion de l'èr. Avia en odi, lo bruch. E decidiguèt qu'un jorn lucharia contra la polucion sonora dins lei metropolas, coma n'i a que luchan contra lo SIDA, lo cranc, o que se sanhan per protegir lei lengas e culturas ancianas. Mort au bruch.
Per s'apasimar, s'arrestava soventei fes au Vilatge Vanguard per escotar lo jazz, lo blues. I avia sa plaça. Lo bruch e leis idèias dau defora, non. Era lo moment de la pausa.
Sa vida se bastissia au mitan de la vida vidanta. Avia aimat doas anglèsas dins lo metro que li avian balhat abans de tornar a Londras, una carta de metro ilimitada. Fasia sa vida a gratis coma aquo. Per lo plaser dei donas. Mai la bona loba, la de sei pantalhs se presentava pas jamai. Pas jamai.
Sus la terrassa de l'ostalaria, que semblava a una auberga de joinèssa, udolava au mitan dei serenas dei veituras dei policiers:
- Loba i es-tu? Que fas-tu?
Udolava dins sa tèsta. Per geinar pas lo vesinatge dormissent dins lei vapors de New-York. Vapors que s'espandisson per lei grasilhas dei trepadors. La polucion sonora. Cridar dins sa tèsta. Oc. Per limitar lo bruch.

(de seguir)

onte vas?


Devinha onte va l'agéncia de viatge aquèsta setmana?

divendres, 14 de maig de 2010

cultura flamenca



Découvrez Flamenco en Flammes à Nîmes sur Culturebox !

13 mai-31 octobre 2010 - Exposition temporaire "Vaca Bruto, du quotidien au sacré, taureaux d'Afrique Noire."


A Nimes. De la bovina africana a la bovina d'aici, i a pas qu'un pas. Una mostra de pas mancar. La mostra desrevela deis us que son pariers ai nostres. E lo mite dau buou, en Grècia, Africa, Provença, Lengadoc-Rosselhon... es parier. Dins una satla pichona de descubrir: En video: Una dança tribala africana en tenguda de buou. Una mena de gaza (coma lei buous traucan un riu en nadant, coma en Camarga, e coma aquela nada ven una fèsta). Lo libre de la mostra es bèu e editat per l'atalhier Baie (Atelier Baie) de Nimes que fa que de libràs d'un biais artesanau e artistic (es elei qu'editan la famosa revista sus lo vin IN VINO, e mantei libres sus la bovina espanhola). Buou mite universau. All around the world.
Tam
Ps: E tanben d'esperits de dubrir: Sota la pluèia, en arribant au musèu, ause un parèu de nimesencs afecionats que sorton de la mostra: " E dire que leis avèm per la copa dau monde... Ara nos prenon lei tradicions nostras..." Lo parèu parlava pas dei buous... Nimai deis auvernhats...

Darrieussecq Marie

Indépendantiste ne veut pas dire terroriste (Par MARIE DARRIEUSSECQ écrivaine)
vendredi 14 mai 2010 (01h56)


Tribune parue dans Libération le 12 mai 2010

Le 20 février 2003, le seul quotidien existant en langue basque, Egunkaria, a été fermé par la police espagnole, suscitant la plus grande manifestation jamais vue à Saint-Sébastien. La police espagnole (la Guardia civil) a saccagé les locaux, saisi le matériel, et arrêté dix personnes (dont l’une gravement malade). Iñaki Uria, Txema Auzmendi, Joan Mari Torrealdai, Xabier Alegria, Pello Zubira, Xabier Oleaga et Martxelo Otamendi, tous journalistes ou membres du conseil d’administration, ont été accusés de collaboration avec ETA. Ils risquaient de douze à quatorze ans de prison.

Sept ans après, ils ont tous été innocentés. Est-ce parce que leurs noms sont difficiles à prononcer, que la presse française fut spectaculairement silencieuse sur cette fermeture ? Alors qu’un Salman Rushdie s’en était inquiété, ainsi qu’une partie de la presse internationale ? En France, les médias sont plus prompts à dénoncer les atteintes à la liberté d’expression en Chine qu’ici, à un jet de pelote de la frontière.

Egunkaria («le journal») était un quotidien d’opinion nationaliste. Que le Pays basque puisse être indépendant : cette opinion, apparemment, ne peut être tenue ni en Espagne ni en France sans passer pour terroriste. A l’abri de frontières qui semblent aussi naturelles que fleuves et montagnes, les Français, tranquillement assis sur une nation millénaire et jacobine, voient de haut les affres de ceux qui réclament un pays, comme si c’était là un détail, ou une menace. Quand ils n’assimilent pas nationalisme et extrême droite.

Je me fiche, personnellement, de la couleur de mon passeport. A 15 km près, je naissais espagnole. Je ne me battrai pas pour être reconnue basque, et suis totalement opposée à l’usage de la violence. Mais la France n’est pas un Etat immémorial, et on parle basque depuis très longtemps, là-bas en bas, dans l’angle de l’océan.

Egunkaria est mort de l’amalgame récurrent entre indépendantisme et terrorisme. Ce que le verdict d’absolution rendu le 12 avril formule ainsi : «La vision étroite et fausse selon laquelle tout ce qui a trait à la langue et culture basque doit être initié et/ou contrôlé par ETA conduit à une lecture erronée des faits et à des imputations inconsistantes.» Les preuves d’allure paranoïaque avancées par l’accusation y sont qualifiées de «pure spéculation». Ainsi, pour le juge qui a ordonné la fermeture du journal, le fait que rien n’y ressemblait à une complicité terroriste était précisément la preuve d’une activité clandestine - un tel déploiement d’innocence, de la part d’un journal en langue basque, étant un signe de culpabilité…

Quel étrange malaise frappe la presse française dès qu’il s’agit du Pays basque ? Comment se fait-il que des manifestations, qui réunissent des centaines de milliers de personnes à Saint-Sébastien ou Bilbao, y soient si rarement mentionnées ? Le Pays basque, ce n’est pas seulement du tourisme, des prix immobiliers délirants, et des attentats. C’est aussi une opinion démocratique prise en deux violences : celle, inacceptable, du terrorisme, et celle du gouvernement espagnol. Franco est mort, Guernica est paradoxalement plus connue comme œuvre de Picasso que comme ville martyre, et nous n’en sommes plus aux méthodes des commandos du GAL. Mais la tradition de violence survit dans les commissariats espagnols : pour les sans-papiers, et aussi pour les citoyens basques… S’agissant du Pays basque, la torture dans les commissariats est un secret d’Olentzero (le polichinelle local). L’Espagne s’est certes démocratisée. Mais la lutte contre le terrorisme couvre des pratiques dont Amnesty International s’inquiète régulièrement, et dont témoigne Martxelo Otamendi. Mis au secret durant cinq jours à la prison de Soto del Real (près de Madrid), constamment nu et les yeux bandés, tabassé, obligé de tenir des positions insupportables, le directeur d’Egunkaria a subi à deux reprises la bolsa : étouffement dans un sac en plastique. Il témoigne aussi avoir été menacé de mort, et avoir été violé avec un objet. Il a porté plainte contre la Guardia civil. Le père jésuite Txema Auzmendi, secrétaire du conseil d’administration du journal, emprisonné pendant un mois, a été témoin de ces traitements. Iñaki Uria, lui, a perdu un an et demi de sa vie en prison - innocenté, comme les autres. L’acquittement a donné lieu à quelques rares articles en France.

Les journalistes français mettent-ils à ce point en doute la parole de leurs confrères, pour ne se faire aucun écho des tortures, ni des atteintes répétées à la liberté d’expression, depuis tout ce temps, là-bas, tout près ?

http://www.liberation.fr/monde/0101634877-independantiste-ne-veut-pas-dire-terroriste

dimarts, 11 de maig de 2010

dilluns, 10 de maig de 2010

festenau palhassa dins gers



Avèm fach de passejadas vestits en palhassas pendent lo promier festenau de palhassa de Samatan. Eriam en negre blanc e roge. Avèm improvisat sus lei passatges clavelats. E avèm assistit a d'espectacles polits. Coma aquèste de la companhia dau capèu. Lo biais de fargar una tortilha en public. MDR.