divendres, 10 de gener de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 14.


Lo viatge en avion – Bru vòla

Lei viatges en Avion de Ryanair son des corsas. Corsas ai fenestrons. Corsas ai familhas nombrosas que vòlon dermorar assetadas ensems. Corsas per evitar la plaça dau mitan onte lei coides se disputan dins aquela organizacion en rengueta. Que te fa pensar a un carri de vila e non pas a un grand vòu.
Leis escaliers de l’avion tomban sus lo quitram de la pista. Joseta s’escapa lèu-lèu de la coa per trobar una plaça davant. Passa per la segonda pòrta. Dins lo corredor, mescladis d’odors de susor e de bufs umans, lei viatjaires bastejan e bracejan.
Un jove polit e cortés recapta la mala arange de Joseta amondaut dei sètis. Ambé sei gròs braç balés sembla un jogaire de balon portugués. Es fringat a la mòda ciutadana 2013 : boneta fashion, jean sensa cencha coma s’aviá cagat dins sei bralhas, barbeta de tres jorns. Dins l’esfòrç de son movimment, son camisòt se leva, fasènt plaça a un ventre jove e esportiu, clafit de carrats de chocolats. Joseta ne’n fariá ben sei dimenges mai... es desguisada en òme. Gausa pas mai lo relucar.
« La cogar resta cogar ! », acabariá Bigòt dins sei faulas. 
Coide contra coide, la Joseta pausa seis uelhs sus lei mans douças e grandas de l’òme que se bota doas aurilhetas  per la pas veire. Eu, pensa que Joseta es un travestit que lo reluca. Sus son I-Phone 5s (lo detalh es important), sa polida blonda, sa mia, sa regulara, es en fond d’ecran, la tèsta sus son espatla. Joseta agacha, mocada, pren un vent, un rastèu a la vista d’aquela colha de 18 ans que li sembla sortir d’un jòc de tele realitat.
 Alòr l'actritz, oblida lo jogaire de balon cortés, se concentra sus lei cafés a 3 euròs, leis entrepans a 5, e lei mòstras en aur que te còstan un braç dins lo catalòg de l’avion.
 Dins lo Ryanair, lo campion de l’economia, i pas ges de banasta per recaptar tei revistas ò teis objèctes. Joseta, en equilibre, ten dins sei cambas sarradas e sus son pantalon d’òme que li esquicha la pachòla, lei 600 paginas de l’Illa Misteriosa de Juli Vernes. Es pas çò que legís de costuma, mai es tot çò qu’a trobat de raubar en cò de Carles Corteson.
Degun agacha pas la Natacha ostessa de l'èr que fa la mòstra de la gileta sota lo fautuèlh e de signes per lei sords e muts per explicar, l’intrada e la sortida de l’avion en cas de...
E ting. L’Avion monta. Lo jogaire amorça la fòto de sa blonda sus son tactile, d’un det segur e sople. Agacha drech lo clòsc pelut de davant que li pega lo nas per rescontrar pas leis uelhs de Jo. Jo, èla,  fa mina de se concentrar sus la desaparicion dau balon dins la mar de l’Illa Misteriosa. E Zo ! Amondaut ! Dau ! Monta !
Doas oras de viatge. Marsilha-Porto. La vista dei nivas per lo fenestron la confla. Li rementa leis anars-venirs que fasiá quora assajava de conquistar Alhòliod. Ryanair e Natacha prepausan una tombola qu’interessa degun.
Lo viatge continua plan plan. Quora... Subran... Lo lassitge? Leis alucinacions. Qué saupre ? L’acumulacion deis eveninemts passats? La marrida nuech dins lei braç de Carles? Enfin... subran qué te vei pas, la Jo ? Assetat coma un cap indian sus sa niva ? Leis uelhs tancats vers l’azur ? Lei dets crosats en l’èr ? 
Òc ! Lo Bru ! Lo nòstre Bru ! Fant de putan ! Dins sa transa Zen ! Dins sa transa Zanzen ! 
Mai onte vai ? E perqué degun lo remarca pas ? Lei viatjaires dòrmon, legisson, agachan de films mai veson pas l’asiatic que passeja dins lo cèu. L’òme que vòla la perseguís un còp de mai.
 Mai se n’avisa-ti ? 
L’Editor despassa lo fenèstron puei l’avion per desaparéisser dins lei nivas.
Joseta romega.  Pas credible! Belugueja!  Cresiá qu’aviá oblidat son amor. L’ex amor de sa vida. Son escrivan, son editor, son mentor. Cresiá s’escapar e... 
La perruca la prusís. Mai pòu ren faire. Dins l’insconciéncia de sa soscadissa, pren la man dau jove. Que, roge coma un pebron roge, li explica en franco-portuguesh qu’esh pas çò que crei. Qu’aima pas leis òmes.
 Joseta a pas la costuma de se prene de rastèus. Romega un pauc mai. La Natacha distribuís lo radier Paris-Flash ambé sei doas trombinas : aquelei de Bru e d’ela : « Après Joseta Kroner, la desaparicion de son editor ». 
Mai quora, quora oblidarà son istòria ? Quora s’oblidarà èla ? Una enveja de plorar la pren.



14. Le voyage en avion – Bru vole.
Les voyages en Avion de Ryanair sont des courses. Courses aux hublots. Courses aux familles nombreuses qui veulent rester assises ensemble. Courses pour éviter la place où les les coudes se disputent.  Comme dans un car de ville.
La passerelle tombe sur le goudron. Josette s’échappe précipitamment de la queue pour trouver une place devant. Elle passe par la seconde porte. Dans le couloir, mélange d’odeurs de sueurs et de souffles humains, les voyageurs bataillent et gesticulent.
Un jeune homme bien propre sur lui range la valise dans le coffre à bagages. Avec ses gros bras musclés il ressemble à un footballer portugais. Habillé à la mode urbaine  deux-mille-treize : bonnet fashion, jean sans ceinture comme s’il avait chié dans ses pantalons, barbiche de trois jours. Dans l’effort de son mouvement, son t-shirt se soulève, faisant place à un ventre jeune et sportif, plein de carrés de chocolat. Josette en ferait bien ses dimanches mais… elle est déguisée en homme. Elle n’ose plus le reluquer.
« La couguar reste couguar ! », finirait Bigot dans ses fables.
Coude contre coude, elle pose son regard sur les mains douces et grandes de l’homme qui s’enfonce deux oreillettes dans le crane pour ne plus la voir. Il pense que Josette est un travesti qui le mâte. Sur son I-Phone 5s (le détail est important), sa jolie blonde, sa chérie, sa régulière, est en fond d’écran, la tête sur son épaule. Josette regarde, vexée, prend un vent, un râteau à la vue de cette enflure de dix-huit ans qui semble sortir d’un jeu de télé-réalité.
Alors l’actrice oublie le  footballer courtois, se concentre sur les cafés à trois euros, les sandwichs à cinq, et les montres en or qui te coûtent un bras dans le catalogue.
Dans le Ryanair, le champion de l’économie, il n’y pas de corbeille pour ranger tes revues ou tes objets. Josette, en équilibre, tient entre ses jambes serrées et sur son pantalon d’homme qui lui serre le bas-ventre, les six-cent pages de l’Ile Mystérieuse de Jules Verne. Pas ce qu’elle lit habituellement, mais c’est tout ce qu’elle a trouvé à voler chez Charles Courteson.
Personne ne regarde la Natacha qui fait la démonstration de son gilet sous le fauteuil et des signes pour les sourds et muets pour expliquer, l’entrée, la sortie de l’avion, au cas où…
Et ting. L’avion monte. Le joueur éteint la photo de sa blonde sur son tactile d’un doigt sûr et souple. Il fixe droit le crane chauve du passager devant et colle son nez pour ne pas rencontrer les yeux de Jo. Jo, elle, fait semblant de se concentrer sur la disparition du dirigeable dans la mer de l’Ile Mystérieuse. Hisse-et-haut ! Monte-en-l’air ! Courage ! Monte !
Deux heures de voyage. Marseille-Porto. La vue des nuages par le hublot la gonfle. Ça lui rappelle les allers-retours qu’elle faisait quand elle essayait de conquérir Aiolihood. Ryanair et Natacha proposent une tombola qui n’intéresse personne.
Le voyage continue tranquillement. Quand… Soudain… La fatigue ? Les hallucinations ? Que sais-je ? L’accumulation des évènements passés ? Que ne voit-elle pas ? Assis comme un chef indien sur son nuage ? Les yeux fixés vers l’azur ? Les doigts croisés en l’air ?
Oui ! Le Bru ! Notre Bru ! Putain ! Dans sa transe Zen ! Dans sa transe Zanzen !
Mais où va-t-il ? Et pourquoi personne ne le remarque ? Les voyageurs dorment, lisent, regardent des films mais ne voient pas l’Asiatique qui se promène dans le ciel. L’homme qui vole la harcèle une fois de plus.
Mais s’en aperçoit-il ?
L’Editeur dépasse le hublot puis dépasse l’avion pour disparaître dans les nuages.
Josette marmonne. Pas croyable ! Elle hallucine ! Elle qui croyait oublier son amour. L’ex amour de sa vie. Son écrivain, son éditeur, son mentor.
Démangeaisons sous la perruque. Mais elle ne peut rien faire. Dans l’inconscience de sa pensée, elle prend la main du jeune. Qui, rouge comme un poivron, lui explique en franco-portuguech qu’il n’ech pas che qu’elle croit.
Josette ne prend jamais de râteaux. Elle râle plus fort. Natacha distribue le dernier Paris-Flash avec leurs deux tronches : celle de Bru et la sienne : « Affaire Josette Kroner, disparition mystérieuse de son éditeur ».
Mais quand, quand oubliera-t-elle son histoire ? Quand s’oubliera-t-elle ? Une forte envie de pleurer se fait sentir.