divendres, 27 de juny de 2014

Joseta Kroner, capitol 31, sason 1





31. La premsa e lo president liure – Lo fracàs de Paris Flash, la capitada de Poser – La negada de Rick Leò - L'oblit de James Bloodoon - Lo fracàs d'unei vidas famosas. 

Genier a París dins la premsa parisenca se congosta dei maroniers. Mai  aqueste ser lei jornalistas de París Flash son sus lo pont.  Jan Dufornèu s'avisa d’una nòva que dèu  cambiar son jornau e recampa excepcionalament son equipa.
Lo personau, que garda son bloson per partir mai lèu, s'asseta a l'entorn d'una taulassa redonda. Jan baileja, drech. Un estilò a la man davant lo tablèu Veledà. Son lei vacanças de nové. Lo mond an enveja de tornar a l'ostau. 
Un jove pigista, paire de tres enfants, pren la paraula :
-As pas de vida de familha, Jan ?
Una sindicalista ambé provocacion continua:
-E quant nos saràn pagadas aqueleis oras suplementarias, Jan ? Saràn pagadas doblas coma per lei jorns feriats ?
Jan Dufornèu, lo jornalista capitalista, s’alassa d’aquelei Francés que renan de lònga. Se trabalhava en America…
París-Flash Papier es un d’aquelei tabloïds que se vendián au sègle passat. Dempuei l’Internet, leis emplegats manjan de regardelas.
De sa bèla votz, lo jornalista autoritari apasima sa chorma :
-Escotatz ! Escotatz ! Fa un brieu qu’assajam de vendre  leis unas sus Joseta Kroner, sa desaparicion e la desaparicion de son editor. Fasiá de vendas en cò dei dentistas ò dei perruquiers. Mai s’avisèm ben que lo public de Joseta ven vièlh e legís mens. S’es pas mòrt…
La sindicalista s’auborra :
-S’èra per un bilanç financier… me sariáu pas bolegada per venir aicí. Vau sonar un taxi que…
Jan Dufornèu de sa man fòrta la fa assetar e li rauba son telefonet. Son det resquilha sus «armoçar ». Pren un platèu. Vira leis aranges poirridas biò que son estadas crompadas abans lei vacanças de nové per lo personau e demanda a sei jornalistas d’i pausar leis objèctes personaus.
Lei jornalistas, en romegant, laissan partir seis i-phone sus lo platèu.  Pas question d'èstre espiats!
Jan pren la paraula :
- Ai una « sòrga »… una « sòrga » segura…

- Una « sòrga » ? Quau es ? Un de tei collègas dau Marais ? s’espanta lo jove papà.
Jan rèsta drech :
-Carriera dau circ. Barri 8. Paris.
-"Carriera dau circ. Barri 8. Paris." Es lo teaser nòu dau retorn de Joseta Kroner? Galeja la sindicalista.
Lo marrit esperit senhoreja dins la redaccion enrabiada. An enveja de champagne, de jogar ambé lei joguinas dau bàs dau sapin, lei vacanças de nové son fachas per la familha, saique… Sabon que l’an que ven París Flash plegarà. Degun legís pas lo format papier. Lei jornalistas son venguts fotografs e lei fotografs jornalistas. An redusit sus totei lei fonccions. Lo caumatge poncheja. Per lei darniers jorns de paga, sòbra de se crompar de portables ambé de pomas darrier per acabar sa fin de mes. D’aprochiechar dei vacanças sota lo plumon ambé sa femna. L’an que ven sarà la misèria.E dormiràn dins lei cartons dei numèros invenduts.
Jan, d’una votz grèva :
-S’agís dau president nòstre. Auriá una ligason esconduda. E ma « sòrga » a trobat l’endrech onte se tròba. Dins un apartament… carriera dau circ !
-A ! òc ! me parlas d’un circ ! s’espanta la sindicalista.
- Balhe rendètz vos dins lo matin ai jornalistas lei mai socitós e professionuas.... Doncas te parle pas a tu... Me fau au mens tres jornalistas. Acampejarem l’endrech. E lo president e sa calinhaira tombaràn dins la trapela ! Oblidetz pas lei maquinas de prene de fotografias. Amb un bòn zom.
Bramadis dins la redaccion : « Holland? Una ligason ? Un socialista malonèste ? Es pas possible ? Ambé lo poder an lo chichibèli que grata ! Royal a tornat ? Mai dequé li tròban lei femnas ? Lo còp que ven anarai pas votar…  Non... Es pas la Segolena Royal... Pareis qu’es una comediana…. Joseta Kroner ?... Li agradan lei cogars ?.. Patin… cofin… »
Lèva un pauc mai la votz, Jan. La sala cala :
-Se se trobam lei promiers sus l’afaire, lo jornau reviscola ! Leis istòrias de quieu dau president nòstre es nòstre avenidor !
Tres mans en l’èr. Tres volontaris. Lo demorant de l’equipa se retira e vai querre son telefonet. 
- Compte sus la discrecion de cadun e lo professionalisme!
La sindicalista aluca una cigareta electronica dins lo corredor:
-Siam en vacanças, putan! Siam en vacanças!
Lo cap la reluca passar darrier la paret de veire. Capita pas de li faire baissar l'agach.
Es partit per la caça. Jan se crei lo promier. Promier sus la plaça. Va venir lo jornalista dau moment. Es la fin de la crisi. I crei. Se tròban tres Velibs silenciós, lei jornalistas discrets. E se passejan plan planet coma de damisèlas o de parpalhons de nuech dins la carriera dau circ per quichar lo president. Fan la ronda.  Barri dau circ. L’ivèrn es doç. E lei trepadors brilhan coma de miraus escurs.
Subran cambian de tactica. Esconduts luenh luenh cadun sota un portau ausmanian lei jornalistas son a l’agachon. Aquí siam ben.
La pòrta de l’immòble onte lo president s’escond ambé sa galina, son galinier, se dubrís. Lei professionaus son lèsts de mitralhar. Mai... Mai... Mai... Quau es aquela vièlha descolorada a la camisa de la pèu de pantèra ? Seguida de dos òmes balés ? Es ela la calinhaira nòva dau president ? Era doncas Joseta Kroner! Dufornèu ven blanc. Son infò a fugit. Non. Non. Se sarra de la femna. Es pas Joseta Kroner.  Es la cap redactritz dau jornau Poser.  Ven de visitar l'immòble. Acompanhada de sei dos jornalistas, fòrts coma d’atlètes.
L’agacha, èla, d’un èr risolier e provocator :
-E ben ! As de bòns sindicats a l’ostau, tu ! Sabes que nos vendon totei leis infòs per èstre pas convocats lei jorns de congier ? Vengéncia merdosa mai vengéncia fàcia a ton management a l'americana! Tei personaus son de braç cassats, que vols que te digue? Mai es ja partit, ton president ! Zo ! Ambé l’odor dei creissents ! E ieu ai lei fòtos e l’infò ! Viran e reviran ja a la redaccion e sus lo siti internet de Poser. A nosautres lo buzz !
Jan se revira. E, d'efiech, vei la siloèta confla dau president, un saquet de creissents a la man, que s’escapa dins lo negre, sus un escoter adolescent. Lo cap redactor merceja seis emplegats que desaparèisson. N’es acabat de son pantais. Alòr, segur, lo fotograf de Paris Flash, a la lèsta a agut lo temps de prene una fòto dins la nuech. Farà la una, lo cliché sorne. E un dorsier sus lo president prendrà quatre paginas. Mai es pas pron.
 Fin genier de 2014, lo jornau  pausa son bilanç.
Pendent un mes lei nòvas dau president pistachier s’emparan de la premsa encara viva. Poser que ten l’exclusivitat passa sus lei platèus tv, aiga l’Internet. Es coma aquò que morrís lo personatge public de Joseta Kroner. Cadun se ne'n caga. L'istòria dau marrit president fa fremir França. E escafa lo restant. La vida d'estèla es un mocador ronhos, te disiáu. Degun la cercarà jamai.
Quora la poliça tròba lo còs de Rick Leò es confle d’aiga. Sus la plaja sembla lo sosia d’Elvis Presley. L’autopsia remarca lei nhacas, lei pèus que se destacan pauc-a-cha-pauc. De saquets de cocaina dins lei pòcas.
-Sarà un reglament de comptes. Lei dealers l’auràn escampat a l’aiga,  ditz lo comissari.

-Avèm una idèa, cap? Quau pòu èstre ? s'interròga son adjunch.
Alòr l'adjunch sortis lo passapòrt papier de la pòca dau jean dau cadabre. Rick Leò, l’actor de seria B va èstre identificat. Una enquista sarà menada sus Pòrto. Lei dos criminaus identificats. La fin de nòstreis eròis?
-Anem ! Lei paginas son pegadas… Es… Es… Fant de  putan… Un American… James Bloodoon !
-Laissatz tombar… Anam pas perdre de temps amb un american… Quauqua ren me ditz que degun lo reclamarà pas…
E Rick Leò, pecaire, acabarà a la mòrga, puei just un pauc cubèrt de terra dins un cimèteri public de Portugau. Abandonat per sa familha, abandonat per l’America, Paris e son public pichonet, ja passat a quicòm mai. Se la poliça fa son enquista, America lo mercejaràs. Era un dangeiros prisonier que n'avian perdut sei piadas. Lo falia ben tugar un jorn o l'autre. Aquela puta de dealer.
Lo darnier de pensar a Rick Leò es Dufornèu, un mes puei. Dins son burèu vueje de la redaccion de Paris Flash, crompat per una banca, pensa de sonar son amic. Seis afaires dins un carton li fan un sèti. S'asseta dessus. Tomba sus lo respondèire de l'actor. Finalament, se ditz lo cap redactor, èra benlèu aqui mon bòn escop. Auriau degut l'escotar quora... A Pòrto. Abandona l'idèa. Parla pas au respondeire. Es ja tròp tard. Fau passar a una autra vida. Un autre mestier. E s'aluènha dins lo Marais en amorçant lo lume de çò qu'es estat son segond ostau. 




31. La presse et le président libre – L’échec de Paris-Flash, la réussite de Poser- La noyade de Rick Léo – L’oubli de James Bloodoon – L’échec de quelques vies célèbres.
A Paris, en janvier, la presse parisienne se délecte de maronniers. Mais ce soir les journalistes de Paris Flash sont sur le pont. Jean Dufournel s’occupe d’une nouvelle qui doit changer son journal et rassemble exceptionnellement son équipe.
Le personnel, qui garde son blouson pour partir plus vite, s’assoit autour d’une gigantesque table ronde. Jean dirige, debout. Un stylo à la main devant le tableau Véléda. Les vacances de Noël. Les gens ont envie de rentrer à la maison.
Un jeune pigiste, père de trois enfants, prend la parole :
-N’as-tu pas de vie de famille, Jean ?
Une syndicaliste provocatrice continue :
-Et combien nous seront-elles payées ces heures supplémentaires, Jean ? Double comme pour les jours fériés ?
Jean Dufournel, le journaliste capitaliste, est fatigué de ces Français qui ralent sans cesse. S’il travaillait en Amérique…
Paris-Flash Papier est un de ces tabloids qui se vendaient au siècle passé. Depuis l’Internet, les employés sont payés au lance-pierre.
Avec sa belle voix, le journaliste autoritaire appaise son équipe :
-Ecoutez ! Ecoutez ! Cela fait un moment qu’on essaie de vendre les unes sur Josette Kroner, sa disparition et la disparition de son éditeur. Ça faisait des ventes chez les dentistes ou les coiffeurs. Mais on s’aperçoit bien que le public de Josette vieillit et lit moins… S’il n’est pas mort…
La syndicaliste se lève :
-Si c’était pour un bilan financier… je ne me serais pas levée le fion pour venir jusqu’ici. Je vais appeler un taxi que…
Jean Dufournel avec sa main forte la fait assoir et lui dérobe son téléphone portable. Son doigt glisse sur « éteindre ». Il prend un plateau. Jette les oranges pourries et bio qui ont été achetées avant les vacances de noël pour le personnel et demande à ses journalistes d’y déposer tous les objets personnels.
Les journalistes, en ruminant, laissent partir leurs i-phone sur le plateau. Pas question d’être espionnés !
Jean prend la parole :
-J’ai une source… Une source sure…
-Une source ? Qui est-ce ? Un de tes collègues du Marais ? s’exclame le jeune papa.
Jean reste droit :
-Rue du cirque. Quartier huit. Paris.
-« Rue du cirque. Quartier huit. Paris » Est-ce le teaser du retour de Josette Kroner ? Se moque la syndicaliste.
Le mauvais esprit règne dans la rédaction enragée. Ils ont envie de champagne, de jouer avec les jouets au bas du sapin, les vacances de noël sont faites pour la famille, quand même… Ils savent que l’an prochain Paris-Flash fermera. Plus personne ne lit le format papier. Les journalistes sont devenus photographes et les photographes journalistes. On a réduit toutes les fonctions. Le chomage pointe. Pour les derniers jours de paye, il reste à s’acheter des téléphones portables avec des pommes au dos pour dissimuler sa fin de mois. Profiter des vacances sous le duvet avec sa femme. L’an prochain c’est la misère. Ils dormiront dans les cartons des invendus.
Jean, d’une voix grave :
-Il s’agit de notre président. Il aurait une relation cachée. Et ma source a trouvé l’endroit où il se trouve. Dans un appartement… rue du cirque !
-Ah ! Ouais ! Tu me parles d’un cirque ! S’étonne ironiquement la syndicaliste.
-Je donne rendez-vous aux journalistes les plus consciencieux et professionels dansla matinée… Donc, toi, je ne te parle pas… Il me faut au moins trois journalistes. Nous encerclerons l’endroit. Le président et sa maîtresse tomberont dans le piège ! N’oubliez pas vos appareils photos ! Avec un bon zoom.
Brouhahas dans la rédaction : « Holland ? Une liaison ? Un socialiste malhonête ? Est-ce possible ? Avec le pouvoir, ils ont la guitare qui les demange ! Royal est revenue ? Mais que lui trouvent-elles les femmes ? La prochaine fois je n’irai pas voter… Non.. Ce n’est pas Ségolène Royal… Il paraît que c’est une comédienne… Josette Kroner ?.. Il aime les couguar ... Etc… Etc…
Jean lève un peu plus la voix. La salle se tait aussitôt :
-Si nous nous trouvons les premiers sur l’affaire, le journal se fait une seconde jeunesse ! Les histoires de cul de notre président est notre avenir !
Trois mains en l’air. Trois volontaires. Le reste de l’équipe se retire et va reprendre son téléphone portable.
-Je compte sur la disrétion de chacun et sur le professionalisme !
La syndicaliste allume une cigarette électronique dans le couloir :
-On est en vacances, putain ! On est en vacances !
Le chef la regarde passer derrière la baie vitrée. Il n’arrive pas à lui faire baisser les yeux.
Une partie de chasse. Jean se croit le premier. Premier sur la place. Devenir le journaliste du moment. C’est la fin de la crise. Il y croit. Les journalistes discrets se trouvent trois Velibs silencieux. Ils se déplacent avec grace comme des sauterelles ou des papillons de nuit dans la rue du cirque pour serrer le président. Ils font la ronde. L’hiver est doux. Les trottoirs brillent comme des miroirs obscurs.
Soudain changement de tactique. Cachés très loin sous un porche hausmanien les voilà à l’affut. Confortablement installés.
La porte de l’immeuble où le président se cache avec sa poule, son poulailler, s’ouvre. Les professionnels sont prêts pour la mitraille. Mais… Mais… Mais… Qui est cette vieille décolorée à la chemise et à la peau de panthère ? Suivie de deux hommes bodybuildés ? Est-ce elle la nouvelle maîtresse du président ? C’était donc Josette Kroner ! Dufournel palit. Son info a fuit. Non. Non. Il s’approche de la femme. Ce n’est pas Josette Kroner. C’est la rédactrice en chef du journal Poser. Elle vient de visiter l’immeuble. Accompagnée de ses deux journalistes, forts comme des athlètes.
Elle le provoque avec son air moqueur :
-Tiens ! Tu as de bons syndiqués à la maison, toi ! Sais-tu qu’ils nous vendent toutes les infos pour ne plus être convoqués les jours fériés ? Vengeance merdeuse mais vengeance face à ton management à l’américaine ! Tes personnels sont des bras cassés, que veux-tu que je te dise ? Mais il est déjà parti ton président ! Allez ! Avec l’odeur des croissants ! Et moi, j’ai les photos et l’info ! Les photographies circulent déjà à la rédaction et sur le site internet de Poser. A nous le buzz !
Jean se retourne. En effet, il voit la grosse silhouette du président, un petit sac de croissants à la main, qui s’échappe dans le noir, sur un scotter adolescent. Le rédacteur en chef remercie ses employés qui disparaissent.  Fini le beau rêve. Alors, c’est sûr, le photographe de Paris Flash, à la bourre a eu le temps de prendre une photo dans la nuit. Ça fera la une, le cliché sombre. Un dossier sur le président prendra quatre pages. Mais ce n’est pas suffisant.
Fin janvier 2014, le journal pose son bilan.
Pendant un mois les nouvelles du libertin s’emparent de la presse encore vivante. Poser qui garde l’exclusivité passe sur les plateaux télé, arrose l’Internet. C’est comme cela que meurt le personnage public de Josette Kroner. Chacun s’en bat. L’hisoire du mauvais chef fait frissoner la France. Et efface le reste. La vie d’étoile est un mouchoir sale. Plus personne ne la recherchera.
Quand la police trouve le corps de Rick Léo, il est gonflé d’eau. Sur la plage il ressemble au sosie d’Elvis Presley. L’autopsie remarque les coups, les cheveux qui se détâchent peu à peu. Des petits sacs de cocaine dans les poches.
-Ce sera un règlement de comptes. Les dealers l’auront jeté à l’eau, dit le commissaire.
-Avons-nous une idée, chef ? Qui cela peut-il être ? interroge son adjoint.
Alors il sort le passeport de la poche du jean du cadavre.  Rick Léo, l’acteur de série B va être identifié. Une enquête sera menée à Porto. Les deux criminels identifiés.
-Zut ! Les pages sont collées… C’est… C’est… Putain… un Américain… James Bloodoon !
-Laissez tomber… Nous n’allons pas perdre de temps avec un Américain… Quelque chose me dit que personne ne le réclamera…
Rick Léo, le misérable, finit à la morgue, puis juste un peu couvert de terre dans un cimetière public du Portugal. Abandonné par sa famille, abandonné par l’Amérique, Paris et son petit public déjà passé à quelque chose d’autre. Si la police fait son enquête, l’Amérique le remerciera. C’était un dangereux dont on avait perdu les traces. Il fallait bien le tuer un jour ou l’autre. Cette pute de dealer.
Le dernier à penser à Rick Léo est Dufournel, un mois plus tard. Dans son bureau vide de la rédaction de Paris Flash, acheté par une banque, il pense à téléphoner à son ami. Ses affaires dans un carton lui font un  siège. Il s’assoit dessus. Il tombe sur le répondeur de l’acteur. Finalement se dit le rédacteur en chef, il était peut-être là mon dernier scoop. J’aurais dû l’écouter quand… A Porto. Il abandonne l’idée. Il ne parle pas au répondeur. Déjà trop tard. Il faut passer à une autre vie. Un autre métier. Il s’éloigne dans le Marais en éteignant la lumière de ce qui a été sa résidence secondaire.





Linha de vida


dimecres, 25 de juny de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 30.



30. Una vida plan planeta a Porto.



Visca lo café d'Euròpa!

Te cague.










(c) 2014. Fotografias originalas dau Tam. Drechs reservats. Droits réservés.


30. Una vida plan planeta a Porto.
Febrier. La pluèia cala un matin. Joseta se fa una doseta de café  Delta. La marca dau país, per proteccionisme, s’es pas laissada influençada per George Clooney.

L’actritz agacha la cort grisa. Son òme dormís sus lo ventre,  leis espatlas nusas, lei cambas nosadas dins lei linçòus. La cambra, la nuech, emprisona leis odors de buf e de susor dei calinhaires. La polida dubris la fenèstra per lei desliurar. Saup Joseta que sarà una jornada de trabalh agradiva. A la costuma ara. Li agrada aquela marcha dins lo rosau urban onte totei lei prostituidas la saludan, la pèu grisassa en causa dau tabat e dau plaser foçat: acaban sei jornadas quora lo Portugués mejan la comença. 
En davalant, la femna paga sa renda a Artùs que l’espèra dins leis escaliers. Passa l'escoba.
- La familha vai ben? s'inquièta Jò.
- Lo pichon a tombat una dent!
-Potonejaràs ta femna.
-Es sus lo cantier a João Barros. Siam a faire leis òbras.
- E ben! Aquò rapòrta leis apartaments!
 Dins un cacalàs, nòstra dòna, lo pèu gris mai fòrt, sortís. Rescòntra leis odors de bacalaus e lei pofres semblan cridar « coucou ! babau ! » de sei lònguei patas. Puei  ambé sa pichòta clau nosada au còu dubrís sa caissa clafida de peças e de bilhetas. Music-hall roge,  lo Colisèu. Estile « paquebòt » e « art decò ». I rescòntra leis artistas de tota mena que se mesclan ambé lei gents ordinaris.
Un pòble que viu a sa musica. Lo fadò, manjat per lei fadas de l’antiquitat gregala e de la tragedia, desplaça lei folas. Lei papets, lei minòts, una banasta clafida de liumes e de peis, ò un sac plastic de subremercat au braç,venon crompar  sei bilhetas matin per èstre ben plaçats. Cadun segon sei mejans.
Lo còp passat  plorèron sus la modernitat de Mariza. Lo fado per elei es quauqua ren que demòra dins lo còs. Pregond, sobre, mai que ditz lo patiment de la vida videnta. Lo ser lei femnas son propretas, lei mai mai vièlhas an lo pèu blu,  totei pomponejadas. Leis òmes sentisson l'after shave. Vesèm de chatas ai piercings ponchuts se sarrar de la scèna. Quora lei Hipsters musclats, coifats d'un biais annadas 50, barba estudiada e preciza, un tatoatge sus lo còu, lei tenon per lo braç.
La repeticion es pivelanta. Jò fa  pauseta, vai s’escondre dins la plus nauta rengada. Aquela que toca lo cèu. Lo galinier.  Es lo moment deis esitacions, deis errors e de l’intimitat frontala ambé lei musicians. Aqueste ser la cantaira tornarà l’esquina a sei cròca-nòtas.
E sa votz penetrarà ton pitre, Saphir. Te fa venir tei lagremas negras. Coma una cura, te fa  sortir lo malur deis amors perdudas.
Vaquí tot çò que sentís Jò  quora escota la musica, ambé son arma sensibla. Mai d’aquelei sentits d'artista, Jò lei regreta pas. Laissa l'emocion ais autres. Esconduda darrier la camèra de seis uelhs, passa d’oradas a observar Portugau. Vaqui, ara, lo film de sa vida.
Li fau veire totei dos, Jo e Bru, Bru e Jo, anar lei jorns de mercat au mitan dau bramadis paure mai espitalier. Lo dimenge manjan Chez Lapin, pròche dau riu. Remiran lo pont Eiffel, tan polit mai plus modèst que non pas sa sòrre la torre. Montan e davalan lei caladas labirinticas. Bru s’arrèsta sempre au  Museu das Marionetas do Porto, Rua de Belomonte onte passariá d’oradas ambé lei pichonets a visionar lei vidèos ai mostres gigants e simpatics.
La lectura, lei musèus, lo tiatre, l'amor, Porto, li fan oblidar son mestier d'editor. Sei libres. Libres, l majuscul. Eu que sariá mòrt per elei,  leis oblida, oblida de ne’n faire. Oblida l’enveja que li ponhava lo cervèu sensa relambi  e que li rosigava l'esperit. Oblida leis odors gostosas e lo tocat sedos dau papier glaçat. Lo bòn gost de causir lo bòn caractèr. La bòna cubèrta. La bòna fòto. Lo bòn tèxt. L'intimitat ò lei disputas d'egòs ambé leis autors.
Lei passion oblidadas tòrnan sempre coma un boomerang, Fau lo temps.  L’argent que toca, Bru, es aqueste de son ostau d’edicion qu’a ben vendut. Per l’internet. Sensa jamai tornar au país. 
Quant a Joseta, lo mond mediatic l’oblida. Lei generacions arriban. L’ora es au mocador de papier.  A l’artista que gitas.
La Mosca tornarà. Tornarà ambé una mòda. Dins una amfi. Pendent una retrospectiva dins un club de cinèma. Dins una classa d’art dramatic benlèu… Dins lei colleccions dei films a gratis de Youtube. Un cors sus lo cinèma francés a New-York. Mai l’actritz sarà mòrta, aurà perdut la memòria.Coma perdèm la memòria de l'istòria e dei culturas.
Lo sacrifici a l’Art desaparèis ambé leis ans.
 La tòca egoista ara es de téner la man de l’autre e de niflar l’Ocean.
Lo ridèu roge dau colisèu se tanca dins lo crit dei gabians.


30. Une vie tranquille à Porto.

Février. La pluie stoppe un matin. Josette se fait une dosette de café Delta. La marque du pays, par protectionnisme, ne s’est pas laissée influencée par Georges Clooney.

L’actrice regarde la cour grise. Son homme dort sur le ventre, les épaules nues, les jambes nouées dans les draps. La chambre, la nuit, emprisonne les odeurs de souffle et de sueur des amants. La beauté ouvre la fenêtre pour les délivrer. Josette sait que ce sera une journée de travail agréable. Elle est habituée, désormais. Elle aime cette marche dans la rosée urbaine car toutes les prostituées la saluent, la peau grise à cause du tabac et du plaisir forcé : elles finissent journée quand le Portugais moyen la commence.

En descendant, la femme paie son loyer à Artús qui l’attend dans l’escalier. Il passe le balaie.

-Comment va famille ? s’inquiète Jo.

-Le petit à perdu une dent.

-Tu embrasseras ta femme.

-Elle est sur le chantier à João Barros.  On est en plein travaux.

-Bigre ! ça rapporte les appartements !

Dans un éclat de rire, notre dame, la chevelure grise mais forte, sort. Elle rencontre les odeurs de morue et de poulpes qui semblent lui crier « coucou ! coucou ! » avec leurs longues pates. Puis avec sa petite clé nouée au cou elle ouvre sa caisse pleine de pièces et de billets. Music-hall rouge, le Colisée. Style paquebot et art déco. Elle y rencontre toutes sortes d’artistes qui se mêlent avec les gens ordinaires.

Un peuple qui vit possède sa propre musique. Le fado, mangé par les muses de l’antiquité grecque et de la tragédie déplace les foules. Les grands-pères, les enfants, un panier empli de légumes et de poissons, ou un sac plastique de supermarché au bras, viennent acheter leurs billets au matin pour être bien placés. Chacun selon ses besoins.

La dernière fois ils ont pleuré sur la modernité de Mariza. Le fado pour eux est quelque chose qui reste dans le cœur. Profond, sobre, mais qui dit la souffrance du quotidien. Le soir les femmes mettent la toilette, les plus vieilles ont des reflets bleus, bien pimpantes. Les hommes sentent l’after shave. On voit des jeunes filles aux piercings pointus s’approcher de la scène. Quand les Hipsters musclés, coiffés comme dans les 50’s, barbe étudiée et précise, un tatouage sur le cou, les tiennent par le bras.
Fascinante répétition. Jo fa sa pose, va se cacher dans le gradin le plus haut. Celui qui touche le ciel. Le poulailler. C’est le moment des hésitations, des erreurs et de l’intimité frontale avec les musiciens. Ce soir la chanteuse tournera le dos à ses croque-notes.
Et sa voix pénètrera ta poitrine, Saphir. Tes larmes noires. Comme une cure, le malheur des amours perdues exulte.

Voilà tout ce que ressent Jo quand elle écoute la musique avec son âme sensible. Mais ces sentiments d’artiste, Jo ne les regrette pas. Elle laisse l’émotion aux autres. Cachée derrière la caméra de ses yeux, elle passe ses heures à observer le Portugal. Voilà maintenant le film de sa vie.
Les jours de marché il faut les voir tous les deux, Jo et Bru, Bru et Jo, aller au milieu du brouhaha pauvre mais hospitalier. Le dimanche ils mangent Chez Lapin, à côté du fleuve. Ils admirent le pont Eiffel, aussi fringant mais plus modeste que sa sœur la tour. Ils montent et descendent les calades labyrinthiques. Bru s’arrête toujours au  Museu das Marionetas do Porto, Rua de Belomonte, où il passerait des heures avec les enfants à visionner les vidéos aux monstres géants et sympathiques.
La lecture, les musées, le théâtre, l’amour, Porto, lui font oublier son métier d’éditeur. Ses livres. Livres, L Majuscule. Lui qui serait mort pour eux, il les oublie, oublie d’en faire. Il oublie cette envie qui le démangeait sans cesse et qui lui rongeait l’esprit. Il oublie les odeurs goûteuses et le toucher soyeux du papier glacé. Le bon goût de choisir le bon caractère. La bonne couverture. La bonne photo. Le bon texte. L’intimité ou les disputes d’egos avec les auteurs.
Les passions oubliées reviennent toujours comme un boomerang. Il faut le temps. Bru touche l’argent de sa maison d’édition qu’il a bien vendue. Par internet. Sans jamais revenir au pays.
Quant à Josette, le monde médiatique l’oublie. Les générations changent. L’heure est au mouchoir en papier. A l’artiste que tu jettes.
La Mouche reviendra. Elle reviendra avec une mode. Dans un amphi. Pendant une rétrospective dans un club de cinéma. Dans une classe d’art dramatique peut-être… Dans les collections de films gratuits sur Youtube. Un cours sur le cinéma français à New-York. Mais l’actrice sera morte, aura perdu la mémoire. Comme on perd la mémoire de l’histoire et des cultures.
Le sacrifice à l’Art disparaît avec les ans.
Le but égoiste maintenant est de tenir la main de l’autre et de renifler l’Océan.
Le rideau rouge du Colisée se ferme dans le cri des goélands.