divendres, 27 de juny de 2014

Joseta Kroner, capitol 31, sason 1





31. La premsa e lo president liure – Lo fracàs de Paris Flash, la capitada de Poser – La negada de Rick Leò - L'oblit de James Bloodoon - Lo fracàs d'unei vidas famosas. 

Genier a París dins la premsa parisenca se congosta dei maroniers. Mai  aqueste ser lei jornalistas de París Flash son sus lo pont.  Jan Dufornèu s'avisa d’una nòva que dèu  cambiar son jornau e recampa excepcionalament son equipa.
Lo personau, que garda son bloson per partir mai lèu, s'asseta a l'entorn d'una taulassa redonda. Jan baileja, drech. Un estilò a la man davant lo tablèu Veledà. Son lei vacanças de nové. Lo mond an enveja de tornar a l'ostau. 
Un jove pigista, paire de tres enfants, pren la paraula :
-As pas de vida de familha, Jan ?
Una sindicalista ambé provocacion continua:
-E quant nos saràn pagadas aqueleis oras suplementarias, Jan ? Saràn pagadas doblas coma per lei jorns feriats ?
Jan Dufornèu, lo jornalista capitalista, s’alassa d’aquelei Francés que renan de lònga. Se trabalhava en America…
París-Flash Papier es un d’aquelei tabloïds que se vendián au sègle passat. Dempuei l’Internet, leis emplegats manjan de regardelas.
De sa bèla votz, lo jornalista autoritari apasima sa chorma :
-Escotatz ! Escotatz ! Fa un brieu qu’assajam de vendre  leis unas sus Joseta Kroner, sa desaparicion e la desaparicion de son editor. Fasiá de vendas en cò dei dentistas ò dei perruquiers. Mai s’avisèm ben que lo public de Joseta ven vièlh e legís mens. S’es pas mòrt…
La sindicalista s’auborra :
-S’èra per un bilanç financier… me sariáu pas bolegada per venir aicí. Vau sonar un taxi que…
Jan Dufornèu de sa man fòrta la fa assetar e li rauba son telefonet. Son det resquilha sus «armoçar ». Pren un platèu. Vira leis aranges poirridas biò que son estadas crompadas abans lei vacanças de nové per lo personau e demanda a sei jornalistas d’i pausar leis objèctes personaus.
Lei jornalistas, en romegant, laissan partir seis i-phone sus lo platèu.  Pas question d'èstre espiats!
Jan pren la paraula :
- Ai una « sòrga »… una « sòrga » segura…

- Una « sòrga » ? Quau es ? Un de tei collègas dau Marais ? s’espanta lo jove papà.
Jan rèsta drech :
-Carriera dau circ. Barri 8. Paris.
-"Carriera dau circ. Barri 8. Paris." Es lo teaser nòu dau retorn de Joseta Kroner? Galeja la sindicalista.
Lo marrit esperit senhoreja dins la redaccion enrabiada. An enveja de champagne, de jogar ambé lei joguinas dau bàs dau sapin, lei vacanças de nové son fachas per la familha, saique… Sabon que l’an que ven París Flash plegarà. Degun legís pas lo format papier. Lei jornalistas son venguts fotografs e lei fotografs jornalistas. An redusit sus totei lei fonccions. Lo caumatge poncheja. Per lei darniers jorns de paga, sòbra de se crompar de portables ambé de pomas darrier per acabar sa fin de mes. D’aprochiechar dei vacanças sota lo plumon ambé sa femna. L’an que ven sarà la misèria.E dormiràn dins lei cartons dei numèros invenduts.
Jan, d’una votz grèva :
-S’agís dau president nòstre. Auriá una ligason esconduda. E ma « sòrga » a trobat l’endrech onte se tròba. Dins un apartament… carriera dau circ !
-A ! òc ! me parlas d’un circ ! s’espanta la sindicalista.
- Balhe rendètz vos dins lo matin ai jornalistas lei mai socitós e professionuas.... Doncas te parle pas a tu... Me fau au mens tres jornalistas. Acampejarem l’endrech. E lo president e sa calinhaira tombaràn dins la trapela ! Oblidetz pas lei maquinas de prene de fotografias. Amb un bòn zom.
Bramadis dins la redaccion : « Holland? Una ligason ? Un socialista malonèste ? Es pas possible ? Ambé lo poder an lo chichibèli que grata ! Royal a tornat ? Mai dequé li tròban lei femnas ? Lo còp que ven anarai pas votar…  Non... Es pas la Segolena Royal... Pareis qu’es una comediana…. Joseta Kroner ?... Li agradan lei cogars ?.. Patin… cofin… »
Lèva un pauc mai la votz, Jan. La sala cala :
-Se se trobam lei promiers sus l’afaire, lo jornau reviscola ! Leis istòrias de quieu dau president nòstre es nòstre avenidor !
Tres mans en l’èr. Tres volontaris. Lo demorant de l’equipa se retira e vai querre son telefonet. 
- Compte sus la discrecion de cadun e lo professionalisme!
La sindicalista aluca una cigareta electronica dins lo corredor:
-Siam en vacanças, putan! Siam en vacanças!
Lo cap la reluca passar darrier la paret de veire. Capita pas de li faire baissar l'agach.
Es partit per la caça. Jan se crei lo promier. Promier sus la plaça. Va venir lo jornalista dau moment. Es la fin de la crisi. I crei. Se tròban tres Velibs silenciós, lei jornalistas discrets. E se passejan plan planet coma de damisèlas o de parpalhons de nuech dins la carriera dau circ per quichar lo president. Fan la ronda.  Barri dau circ. L’ivèrn es doç. E lei trepadors brilhan coma de miraus escurs.
Subran cambian de tactica. Esconduts luenh luenh cadun sota un portau ausmanian lei jornalistas son a l’agachon. Aquí siam ben.
La pòrta de l’immòble onte lo president s’escond ambé sa galina, son galinier, se dubrís. Lei professionaus son lèsts de mitralhar. Mai... Mai... Mai... Quau es aquela vièlha descolorada a la camisa de la pèu de pantèra ? Seguida de dos òmes balés ? Es ela la calinhaira nòva dau president ? Era doncas Joseta Kroner! Dufornèu ven blanc. Son infò a fugit. Non. Non. Se sarra de la femna. Es pas Joseta Kroner.  Es la cap redactritz dau jornau Poser.  Ven de visitar l'immòble. Acompanhada de sei dos jornalistas, fòrts coma d’atlètes.
L’agacha, èla, d’un èr risolier e provocator :
-E ben ! As de bòns sindicats a l’ostau, tu ! Sabes que nos vendon totei leis infòs per èstre pas convocats lei jorns de congier ? Vengéncia merdosa mai vengéncia fàcia a ton management a l'americana! Tei personaus son de braç cassats, que vols que te digue? Mai es ja partit, ton president ! Zo ! Ambé l’odor dei creissents ! E ieu ai lei fòtos e l’infò ! Viran e reviran ja a la redaccion e sus lo siti internet de Poser. A nosautres lo buzz !
Jan se revira. E, d'efiech, vei la siloèta confla dau president, un saquet de creissents a la man, que s’escapa dins lo negre, sus un escoter adolescent. Lo cap redactor merceja seis emplegats que desaparèisson. N’es acabat de son pantais. Alòr, segur, lo fotograf de Paris Flash, a la lèsta a agut lo temps de prene una fòto dins la nuech. Farà la una, lo cliché sorne. E un dorsier sus lo president prendrà quatre paginas. Mai es pas pron.
 Fin genier de 2014, lo jornau  pausa son bilanç.
Pendent un mes lei nòvas dau president pistachier s’emparan de la premsa encara viva. Poser que ten l’exclusivitat passa sus lei platèus tv, aiga l’Internet. Es coma aquò que morrís lo personatge public de Joseta Kroner. Cadun se ne'n caga. L'istòria dau marrit president fa fremir França. E escafa lo restant. La vida d'estèla es un mocador ronhos, te disiáu. Degun la cercarà jamai.
Quora la poliça tròba lo còs de Rick Leò es confle d’aiga. Sus la plaja sembla lo sosia d’Elvis Presley. L’autopsia remarca lei nhacas, lei pèus que se destacan pauc-a-cha-pauc. De saquets de cocaina dins lei pòcas.
-Sarà un reglament de comptes. Lei dealers l’auràn escampat a l’aiga,  ditz lo comissari.

-Avèm una idèa, cap? Quau pòu èstre ? s'interròga son adjunch.
Alòr l'adjunch sortis lo passapòrt papier de la pòca dau jean dau cadabre. Rick Leò, l’actor de seria B va èstre identificat. Una enquista sarà menada sus Pòrto. Lei dos criminaus identificats. La fin de nòstreis eròis?
-Anem ! Lei paginas son pegadas… Es… Es… Fant de  putan… Un American… James Bloodoon !
-Laissatz tombar… Anam pas perdre de temps amb un american… Quauqua ren me ditz que degun lo reclamarà pas…
E Rick Leò, pecaire, acabarà a la mòrga, puei just un pauc cubèrt de terra dins un cimèteri public de Portugau. Abandonat per sa familha, abandonat per l’America, Paris e son public pichonet, ja passat a quicòm mai. Se la poliça fa son enquista, America lo mercejaràs. Era un dangeiros prisonier que n'avian perdut sei piadas. Lo falia ben tugar un jorn o l'autre. Aquela puta de dealer.
Lo darnier de pensar a Rick Leò es Dufornèu, un mes puei. Dins son burèu vueje de la redaccion de Paris Flash, crompat per una banca, pensa de sonar son amic. Seis afaires dins un carton li fan un sèti. S'asseta dessus. Tomba sus lo respondèire de l'actor. Finalament, se ditz lo cap redactor, èra benlèu aqui mon bòn escop. Auriau degut l'escotar quora... A Pòrto. Abandona l'idèa. Parla pas au respondeire. Es ja tròp tard. Fau passar a una autra vida. Un autre mestier. E s'aluènha dins lo Marais en amorçant lo lume de çò qu'es estat son segond ostau. 




31. La presse et le président libre – L’échec de Paris-Flash, la réussite de Poser- La noyade de Rick Léo – L’oubli de James Bloodoon – L’échec de quelques vies célèbres.
A Paris, en janvier, la presse parisienne se délecte de maronniers. Mais ce soir les journalistes de Paris Flash sont sur le pont. Jean Dufournel s’occupe d’une nouvelle qui doit changer son journal et rassemble exceptionnellement son équipe.
Le personnel, qui garde son blouson pour partir plus vite, s’assoit autour d’une gigantesque table ronde. Jean dirige, debout. Un stylo à la main devant le tableau Véléda. Les vacances de Noël. Les gens ont envie de rentrer à la maison.
Un jeune pigiste, père de trois enfants, prend la parole :
-N’as-tu pas de vie de famille, Jean ?
Une syndicaliste provocatrice continue :
-Et combien nous seront-elles payées ces heures supplémentaires, Jean ? Double comme pour les jours fériés ?
Jean Dufournel, le journaliste capitaliste, est fatigué de ces Français qui ralent sans cesse. S’il travaillait en Amérique…
Paris-Flash Papier est un de ces tabloids qui se vendaient au siècle passé. Depuis l’Internet, les employés sont payés au lance-pierre.
Avec sa belle voix, le journaliste autoritaire appaise son équipe :
-Ecoutez ! Ecoutez ! Cela fait un moment qu’on essaie de vendre les unes sur Josette Kroner, sa disparition et la disparition de son éditeur. Ça faisait des ventes chez les dentistes ou les coiffeurs. Mais on s’aperçoit bien que le public de Josette vieillit et lit moins… S’il n’est pas mort…
La syndicaliste se lève :
-Si c’était pour un bilan financier… je ne me serais pas levée le fion pour venir jusqu’ici. Je vais appeler un taxi que…
Jean Dufournel avec sa main forte la fait assoir et lui dérobe son téléphone portable. Son doigt glisse sur « éteindre ». Il prend un plateau. Jette les oranges pourries et bio qui ont été achetées avant les vacances de noël pour le personnel et demande à ses journalistes d’y déposer tous les objets personnels.
Les journalistes, en ruminant, laissent partir leurs i-phone sur le plateau. Pas question d’être espionnés !
Jean prend la parole :
-J’ai une source… Une source sure…
-Une source ? Qui est-ce ? Un de tes collègues du Marais ? s’exclame le jeune papa.
Jean reste droit :
-Rue du cirque. Quartier huit. Paris.
-« Rue du cirque. Quartier huit. Paris » Est-ce le teaser du retour de Josette Kroner ? Se moque la syndicaliste.
Le mauvais esprit règne dans la rédaction enragée. Ils ont envie de champagne, de jouer avec les jouets au bas du sapin, les vacances de noël sont faites pour la famille, quand même… Ils savent que l’an prochain Paris-Flash fermera. Plus personne ne lit le format papier. Les journalistes sont devenus photographes et les photographes journalistes. On a réduit toutes les fonctions. Le chomage pointe. Pour les derniers jours de paye, il reste à s’acheter des téléphones portables avec des pommes au dos pour dissimuler sa fin de mois. Profiter des vacances sous le duvet avec sa femme. L’an prochain c’est la misère. Ils dormiront dans les cartons des invendus.
Jean, d’une voix grave :
-Il s’agit de notre président. Il aurait une relation cachée. Et ma source a trouvé l’endroit où il se trouve. Dans un appartement… rue du cirque !
-Ah ! Ouais ! Tu me parles d’un cirque ! S’étonne ironiquement la syndicaliste.
-Je donne rendez-vous aux journalistes les plus consciencieux et professionels dansla matinée… Donc, toi, je ne te parle pas… Il me faut au moins trois journalistes. Nous encerclerons l’endroit. Le président et sa maîtresse tomberont dans le piège ! N’oubliez pas vos appareils photos ! Avec un bon zoom.
Brouhahas dans la rédaction : « Holland ? Une liaison ? Un socialiste malhonête ? Est-ce possible ? Avec le pouvoir, ils ont la guitare qui les demange ! Royal est revenue ? Mais que lui trouvent-elles les femmes ? La prochaine fois je n’irai pas voter… Non.. Ce n’est pas Ségolène Royal… Il paraît que c’est une comédienne… Josette Kroner ?.. Il aime les couguar ... Etc… Etc…
Jean lève un peu plus la voix. La salle se tait aussitôt :
-Si nous nous trouvons les premiers sur l’affaire, le journal se fait une seconde jeunesse ! Les histoires de cul de notre président est notre avenir !
Trois mains en l’air. Trois volontaires. Le reste de l’équipe se retire et va reprendre son téléphone portable.
-Je compte sur la disrétion de chacun et sur le professionalisme !
La syndicaliste allume une cigarette électronique dans le couloir :
-On est en vacances, putain ! On est en vacances !
Le chef la regarde passer derrière la baie vitrée. Il n’arrive pas à lui faire baisser les yeux.
Une partie de chasse. Jean se croit le premier. Premier sur la place. Devenir le journaliste du moment. C’est la fin de la crise. Il y croit. Les journalistes discrets se trouvent trois Velibs silencieux. Ils se déplacent avec grace comme des sauterelles ou des papillons de nuit dans la rue du cirque pour serrer le président. Ils font la ronde. L’hiver est doux. Les trottoirs brillent comme des miroirs obscurs.
Soudain changement de tactique. Cachés très loin sous un porche hausmanien les voilà à l’affut. Confortablement installés.
La porte de l’immeuble où le président se cache avec sa poule, son poulailler, s’ouvre. Les professionnels sont prêts pour la mitraille. Mais… Mais… Mais… Qui est cette vieille décolorée à la chemise et à la peau de panthère ? Suivie de deux hommes bodybuildés ? Est-ce elle la nouvelle maîtresse du président ? C’était donc Josette Kroner ! Dufournel palit. Son info a fuit. Non. Non. Il s’approche de la femme. Ce n’est pas Josette Kroner. C’est la rédactrice en chef du journal Poser. Elle vient de visiter l’immeuble. Accompagnée de ses deux journalistes, forts comme des athlètes.
Elle le provoque avec son air moqueur :
-Tiens ! Tu as de bons syndiqués à la maison, toi ! Sais-tu qu’ils nous vendent toutes les infos pour ne plus être convoqués les jours fériés ? Vengeance merdeuse mais vengeance face à ton management à l’américaine ! Tes personnels sont des bras cassés, que veux-tu que je te dise ? Mais il est déjà parti ton président ! Allez ! Avec l’odeur des croissants ! Et moi, j’ai les photos et l’info ! Les photographies circulent déjà à la rédaction et sur le site internet de Poser. A nous le buzz !
Jean se retourne. En effet, il voit la grosse silhouette du président, un petit sac de croissants à la main, qui s’échappe dans le noir, sur un scotter adolescent. Le rédacteur en chef remercie ses employés qui disparaissent.  Fini le beau rêve. Alors, c’est sûr, le photographe de Paris Flash, à la bourre a eu le temps de prendre une photo dans la nuit. Ça fera la une, le cliché sombre. Un dossier sur le président prendra quatre pages. Mais ce n’est pas suffisant.
Fin janvier 2014, le journal pose son bilan.
Pendant un mois les nouvelles du libertin s’emparent de la presse encore vivante. Poser qui garde l’exclusivité passe sur les plateaux télé, arrose l’Internet. C’est comme cela que meurt le personnage public de Josette Kroner. Chacun s’en bat. L’hisoire du mauvais chef fait frissoner la France. Et efface le reste. La vie d’étoile est un mouchoir sale. Plus personne ne la recherchera.
Quand la police trouve le corps de Rick Léo, il est gonflé d’eau. Sur la plage il ressemble au sosie d’Elvis Presley. L’autopsie remarque les coups, les cheveux qui se détâchent peu à peu. Des petits sacs de cocaine dans les poches.
-Ce sera un règlement de comptes. Les dealers l’auront jeté à l’eau, dit le commissaire.
-Avons-nous une idée, chef ? Qui cela peut-il être ? interroge son adjoint.
Alors il sort le passeport de la poche du jean du cadavre.  Rick Léo, l’acteur de série B va être identifié. Une enquête sera menée à Porto. Les deux criminels identifiés.
-Zut ! Les pages sont collées… C’est… C’est… Putain… un Américain… James Bloodoon !
-Laissez tomber… Nous n’allons pas perdre de temps avec un Américain… Quelque chose me dit que personne ne le réclamera…
Rick Léo, le misérable, finit à la morgue, puis juste un peu couvert de terre dans un cimetière public du Portugal. Abandonné par sa famille, abandonné par l’Amérique, Paris et son petit public déjà passé à quelque chose d’autre. Si la police fait son enquête, l’Amérique le remerciera. C’était un dangereux dont on avait perdu les traces. Il fallait bien le tuer un jour ou l’autre. Cette pute de dealer.
Le dernier à penser à Rick Léo est Dufournel, un mois plus tard. Dans son bureau vide de la rédaction de Paris Flash, acheté par une banque, il pense à téléphoner à son ami. Ses affaires dans un carton lui font un  siège. Il s’assoit dessus. Il tombe sur le répondeur de l’acteur. Finalement se dit le rédacteur en chef, il était peut-être là mon dernier scoop. J’aurais dû l’écouter quand… A Porto. Il abandonne l’idée. Il ne parle pas au répondeur. Déjà trop tard. Il faut passer à une autre vie. Un autre métier. Il s’éloigne dans le Marais en éteignant la lumière de ce qui a été sa résidence secondaire.