dimecres, 25 de juny de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 30.



30. Una vida plan planeta a Porto.



Visca lo café d'Euròpa!

Te cague.










(c) 2014. Fotografias originalas dau Tam. Drechs reservats. Droits réservés.


30. Una vida plan planeta a Porto.
Febrier. La pluèia cala un matin. Joseta se fa una doseta de café  Delta. La marca dau país, per proteccionisme, s’es pas laissada influençada per George Clooney.

L’actritz agacha la cort grisa. Son òme dormís sus lo ventre,  leis espatlas nusas, lei cambas nosadas dins lei linçòus. La cambra, la nuech, emprisona leis odors de buf e de susor dei calinhaires. La polida dubris la fenèstra per lei desliurar. Saup Joseta que sarà una jornada de trabalh agradiva. A la costuma ara. Li agrada aquela marcha dins lo rosau urban onte totei lei prostituidas la saludan, la pèu grisassa en causa dau tabat e dau plaser foçat: acaban sei jornadas quora lo Portugués mejan la comença. 
En davalant, la femna paga sa renda a Artùs que l’espèra dins leis escaliers. Passa l'escoba.
- La familha vai ben? s'inquièta Jò.
- Lo pichon a tombat una dent!
-Potonejaràs ta femna.
-Es sus lo cantier a João Barros. Siam a faire leis òbras.
- E ben! Aquò rapòrta leis apartaments!
 Dins un cacalàs, nòstra dòna, lo pèu gris mai fòrt, sortís. Rescòntra leis odors de bacalaus e lei pofres semblan cridar « coucou ! babau ! » de sei lònguei patas. Puei  ambé sa pichòta clau nosada au còu dubrís sa caissa clafida de peças e de bilhetas. Music-hall roge,  lo Colisèu. Estile « paquebòt » e « art decò ». I rescòntra leis artistas de tota mena que se mesclan ambé lei gents ordinaris.
Un pòble que viu a sa musica. Lo fadò, manjat per lei fadas de l’antiquitat gregala e de la tragedia, desplaça lei folas. Lei papets, lei minòts, una banasta clafida de liumes e de peis, ò un sac plastic de subremercat au braç,venon crompar  sei bilhetas matin per èstre ben plaçats. Cadun segon sei mejans.
Lo còp passat  plorèron sus la modernitat de Mariza. Lo fado per elei es quauqua ren que demòra dins lo còs. Pregond, sobre, mai que ditz lo patiment de la vida videnta. Lo ser lei femnas son propretas, lei mai mai vièlhas an lo pèu blu,  totei pomponejadas. Leis òmes sentisson l'after shave. Vesèm de chatas ai piercings ponchuts se sarrar de la scèna. Quora lei Hipsters musclats, coifats d'un biais annadas 50, barba estudiada e preciza, un tatoatge sus lo còu, lei tenon per lo braç.
La repeticion es pivelanta. Jò fa  pauseta, vai s’escondre dins la plus nauta rengada. Aquela que toca lo cèu. Lo galinier.  Es lo moment deis esitacions, deis errors e de l’intimitat frontala ambé lei musicians. Aqueste ser la cantaira tornarà l’esquina a sei cròca-nòtas.
E sa votz penetrarà ton pitre, Saphir. Te fa venir tei lagremas negras. Coma una cura, te fa  sortir lo malur deis amors perdudas.
Vaquí tot çò que sentís Jò  quora escota la musica, ambé son arma sensibla. Mai d’aquelei sentits d'artista, Jò lei regreta pas. Laissa l'emocion ais autres. Esconduda darrier la camèra de seis uelhs, passa d’oradas a observar Portugau. Vaqui, ara, lo film de sa vida.
Li fau veire totei dos, Jo e Bru, Bru e Jo, anar lei jorns de mercat au mitan dau bramadis paure mai espitalier. Lo dimenge manjan Chez Lapin, pròche dau riu. Remiran lo pont Eiffel, tan polit mai plus modèst que non pas sa sòrre la torre. Montan e davalan lei caladas labirinticas. Bru s’arrèsta sempre au  Museu das Marionetas do Porto, Rua de Belomonte onte passariá d’oradas ambé lei pichonets a visionar lei vidèos ai mostres gigants e simpatics.
La lectura, lei musèus, lo tiatre, l'amor, Porto, li fan oblidar son mestier d'editor. Sei libres. Libres, l majuscul. Eu que sariá mòrt per elei,  leis oblida, oblida de ne’n faire. Oblida l’enveja que li ponhava lo cervèu sensa relambi  e que li rosigava l'esperit. Oblida leis odors gostosas e lo tocat sedos dau papier glaçat. Lo bòn gost de causir lo bòn caractèr. La bòna cubèrta. La bòna fòto. Lo bòn tèxt. L'intimitat ò lei disputas d'egòs ambé leis autors.
Lei passion oblidadas tòrnan sempre coma un boomerang, Fau lo temps.  L’argent que toca, Bru, es aqueste de son ostau d’edicion qu’a ben vendut. Per l’internet. Sensa jamai tornar au país. 
Quant a Joseta, lo mond mediatic l’oblida. Lei generacions arriban. L’ora es au mocador de papier.  A l’artista que gitas.
La Mosca tornarà. Tornarà ambé una mòda. Dins una amfi. Pendent una retrospectiva dins un club de cinèma. Dins una classa d’art dramatic benlèu… Dins lei colleccions dei films a gratis de Youtube. Un cors sus lo cinèma francés a New-York. Mai l’actritz sarà mòrta, aurà perdut la memòria.Coma perdèm la memòria de l'istòria e dei culturas.
Lo sacrifici a l’Art desaparèis ambé leis ans.
 La tòca egoista ara es de téner la man de l’autre e de niflar l’Ocean.
Lo ridèu roge dau colisèu se tanca dins lo crit dei gabians.


30. Une vie tranquille à Porto.

Février. La pluie stoppe un matin. Josette se fait une dosette de café Delta. La marque du pays, par protectionnisme, ne s’est pas laissée influencée par Georges Clooney.

L’actrice regarde la cour grise. Son homme dort sur le ventre, les épaules nues, les jambes nouées dans les draps. La chambre, la nuit, emprisonne les odeurs de souffle et de sueur des amants. La beauté ouvre la fenêtre pour les délivrer. Josette sait que ce sera une journée de travail agréable. Elle est habituée, désormais. Elle aime cette marche dans la rosée urbaine car toutes les prostituées la saluent, la peau grise à cause du tabac et du plaisir forcé : elles finissent journée quand le Portugais moyen la commence.

En descendant, la femme paie son loyer à Artús qui l’attend dans l’escalier. Il passe le balaie.

-Comment va famille ? s’inquiète Jo.

-Le petit à perdu une dent.

-Tu embrasseras ta femme.

-Elle est sur le chantier à João Barros.  On est en plein travaux.

-Bigre ! ça rapporte les appartements !

Dans un éclat de rire, notre dame, la chevelure grise mais forte, sort. Elle rencontre les odeurs de morue et de poulpes qui semblent lui crier « coucou ! coucou ! » avec leurs longues pates. Puis avec sa petite clé nouée au cou elle ouvre sa caisse pleine de pièces et de billets. Music-hall rouge, le Colisée. Style paquebot et art déco. Elle y rencontre toutes sortes d’artistes qui se mêlent avec les gens ordinaires.

Un peuple qui vit possède sa propre musique. Le fado, mangé par les muses de l’antiquité grecque et de la tragédie déplace les foules. Les grands-pères, les enfants, un panier empli de légumes et de poissons, ou un sac plastique de supermarché au bras, viennent acheter leurs billets au matin pour être bien placés. Chacun selon ses besoins.

La dernière fois ils ont pleuré sur la modernité de Mariza. Le fado pour eux est quelque chose qui reste dans le cœur. Profond, sobre, mais qui dit la souffrance du quotidien. Le soir les femmes mettent la toilette, les plus vieilles ont des reflets bleus, bien pimpantes. Les hommes sentent l’after shave. On voit des jeunes filles aux piercings pointus s’approcher de la scène. Quand les Hipsters musclés, coiffés comme dans les 50’s, barbe étudiée et précise, un tatouage sur le cou, les tiennent par le bras.
Fascinante répétition. Jo fa sa pose, va se cacher dans le gradin le plus haut. Celui qui touche le ciel. Le poulailler. C’est le moment des hésitations, des erreurs et de l’intimité frontale avec les musiciens. Ce soir la chanteuse tournera le dos à ses croque-notes.
Et sa voix pénètrera ta poitrine, Saphir. Tes larmes noires. Comme une cure, le malheur des amours perdues exulte.

Voilà tout ce que ressent Jo quand elle écoute la musique avec son âme sensible. Mais ces sentiments d’artiste, Jo ne les regrette pas. Elle laisse l’émotion aux autres. Cachée derrière la caméra de ses yeux, elle passe ses heures à observer le Portugal. Voilà maintenant le film de sa vie.
Les jours de marché il faut les voir tous les deux, Jo et Bru, Bru et Jo, aller au milieu du brouhaha pauvre mais hospitalier. Le dimanche ils mangent Chez Lapin, à côté du fleuve. Ils admirent le pont Eiffel, aussi fringant mais plus modeste que sa sœur la tour. Ils montent et descendent les calades labyrinthiques. Bru s’arrête toujours au  Museu das Marionetas do Porto, Rua de Belomonte, où il passerait des heures avec les enfants à visionner les vidéos aux monstres géants et sympathiques.
La lecture, les musées, le théâtre, l’amour, Porto, lui font oublier son métier d’éditeur. Ses livres. Livres, L Majuscule. Lui qui serait mort pour eux, il les oublie, oublie d’en faire. Il oublie cette envie qui le démangeait sans cesse et qui lui rongeait l’esprit. Il oublie les odeurs goûteuses et le toucher soyeux du papier glacé. Le bon goût de choisir le bon caractère. La bonne couverture. La bonne photo. Le bon texte. L’intimité ou les disputes d’egos avec les auteurs.
Les passions oubliées reviennent toujours comme un boomerang. Il faut le temps. Bru touche l’argent de sa maison d’édition qu’il a bien vendue. Par internet. Sans jamais revenir au pays.
Quant à Josette, le monde médiatique l’oublie. Les générations changent. L’heure est au mouchoir en papier. A l’artiste que tu jettes.
La Mouche reviendra. Elle reviendra avec une mode. Dans un amphi. Pendant une rétrospective dans un club de cinéma. Dans une classe d’art dramatique peut-être… Dans les collections de films gratuits sur Youtube. Un cours sur le cinéma français à New-York. Mais l’actrice sera morte, aura perdu la mémoire. Comme on perd la mémoire de l’histoire et des cultures.
Le sacrifice à l’Art disparaît avec les ans.
Le but égoiste maintenant est de tenir la main de l’autre et de renifler l’Océan.
Le rideau rouge du Colisée se ferme dans le cri des goélands.