dissabte, 26 de desembre de 2009

rire, jogar, pantalhar

Es una collèga palhassa que me mandèt la video. Faguèt lo viatge. Vaqui ço que n'en vira. Geniau.
Afortis ben l'idèia que lo rire es una filosofia. Lo faire rire es lo faire ensems. Es una idèia simpla. Es la de ma vida. Gramaci N... per aquèsta video. Sabe ara perque siéu dins una chorma de Clown-Tiatre!



Yallah
envoyé par Checktheflosystem. - Voyage et découverte en vidéo.

agendà (fin)


dins l'agenda d'un licean de pescaluna (fin)
















dins l'agendà d'un licean de Pescaluna (seguida)
















Dins l'agendà d'un licean de Pescaluna


Licean faguère meis estudis dins la vila de Pescaluna. Fasiéu de retrachs dei collègas dins mon agendà. Aviéu 18 ans. Ere fort coma un enfant, bèu coma un ome... Ere mens pudic qu'ara, e la difusion de mei dessenhs dabans lo monde, sens vergonha me balhava un succés grand. Una s'enfandèt un jorn de se reconèisser. Leis autres èran contents e morts de rire. Era ben brave! Vos fau partejar meis obras. Vaqui mei fraires de 1993... Lei dessenhs son dau Tam. E lei suports son de personatges vertadiers...

dijous, 24 de desembre de 2009

mon paire, e lo perruquier catalan mai sempre amoros de ma maire

Va te faire couper les cheveux, mon fils!

Va fau dire. Siam polits dins la familha. E lo vielhum nos ratatina pas. Siam de lònga estats modèrns. E vos dise pas, lei filhas, coma mai se sarra dau vielhum, coma lo paire s’aprocha dau fisic de George Clooney. Podètz laissar una com, lei chatonetas, mai mon paire demòra amorós de la maire, qu’a lo fisic de Lolobrigida maugrat sei 70 ans ( e vos dise pas sei popas) mai en mielhs. Se ditz que lo fiu se sarra dau paire. Aki podètz laissar lei koms, lei chatas-women. Cat Women. Jòc de mòt. Doncas, mon paire t’arriba amé la copa a la What-Else. Ié dise :

- Siás polit coma aquò. E modèrn.

(m’estonava de lo veire modèrn per tot dire, me pensave que votava Bayrou…)

Me ditz :

- Vau en cò d’un perruquier qu’arribèt l’an passat en AM. Es tras que ben. Es catalan. Es de Barcelona. Resta sus lo plan dau boladroma. Vai-zi, te vas regalar. E vas veire, es geniau te van ofrir lo café.

Vist l’atge dau paire, me pense de me trobar dabans l’ensinha : « Glaudi, perruquier per òmes (enebit ai chins) ». Mai nom l’endrech se ditz « BARCELONA® COIFFURE ». Amé una escritura brancada en 16/9. Jà m’agrada lo panèu. Es cabrant.Verlan.

Abans de m’i anar, marche per l’aventura. Banga. On y resiste pas. La marcha fa se debanar ma pensada. E me vaquí lo pèu lòng, crebat, frisat que rebica au fiu de mei pensadas. Una capeladura qu’aviáu gardada dins l’esper de semblar a Roman Durís, mai amé la barba dei tres jorns ma maire vei puslèu una semblança amé Jesus. Es de sason. Entre dos trepadors, e doas cagas de chin banhant dins lo rebat de la pluèja, pense justament a ma maire, qu’es per ieu un pauc lo bòn esperit d’Aladin ò lo grilh de Pinòqui. la votz de mei pensadas, lo son de mon cervèu : « Fas migós, anaràs en cò dau perruquier ». Abans de disvorciar d’amé la maire, doncas, per me levar aquèste look coco que farié dire ai gents que participe a la charradissa sus l’idenditat nacionala e catolica de mei doas, per mei levar totei sopçons m’en vau en Catalonha, en cò dau perruquier, sota lei platanas de la vilòta d’AM. Per seguir lo mieu tèxt, podètz anar sus MAPPY.

E t’arribe a un endreh, mon paure, que sembla a tot levat a l’univers de mon paire. Mon paire dins mon idèia de jovent es puslèu lo papet que legis l’« Equipa » e fan montar l’audimat de « Stade Deux ». En dire encara amé Gerard Holtz, en tibant lei dets dabans l’ecran : « Vive le sport sur Antenne deux ! ». Mon paire, per ieu, a pas d’idèias revolucionarias. Siáu restat un etèrne adolescent, sabe, n’en jetez plus. Mai amé l’atge lo vese tras que dubert, mon paire. Espantant. Viatjaire, lector, interessat per tot. M’engane. Deguèt votar Besancenot, finala. Un jorn, lo descubrirai anarquist. Enfin, brèu, contunhe mon istòria en cò dau perruquier catalan.

Alara, es pas un univers que sembla pas an aquèste d’un òme d’un atge cert. Mon paire se congosta de venir aquí ? L’environa es gotica ! Es Halloween tota l’annada! De fius d’aranhas en garlandas (july) de lana per decorar. Lei chatas (totei blondas polidas) an lo pèu en forma de pofre de mangà e lei popas de lolobrigida. Dins lo biais Polly Pocket. Lo quièu tras que rebombit. Lei balons confles e hard candy. Es un endrech, t’assegure, que se pren pas au seriós. Dins un país de bovina e de tradicion, òsca ! Au mitan dei chivaus, dei carris, dei tiatres de la vòta, un endrech particular. Coma un engin espaciau. Ecrans plats, recantons carrats, ecrans bofigas (c’est comme ça qu’on dit « Ecran plasma » ?) que veson desfilar de polidas sus de pilòtis, pèça montada e capèu de guingoi. Lo BARSAS COIFFURE !MDR.

Gigant, geniau, es lo punt g de la vila. En penetrar aquí, ère fòrça d’aise e dins mon element. En luòc de demandar lo café classic que mon paire m’aconselhèt, anave demandar la beguda dei boitas catalanas : un whisky cocà, especialitat regionala ! Lo pieger : mon paire, amé un sonrire gigantàs, me diguèt : « Vas veire, es la musica qu’es simpa ! ». E de qu’èra la musica ? Lo 45 torns d’ « Allez les verts » ? (victoire de saint-étienne à la fin des années 70 avec Rochetaud) Le générique d’« Aliscamp» (Champs Élysée) ? L’integrala de Joni (que mon paire es son conscrit ?)… E ben non ! De la musica electronica, darnier crit. Quora ié fau sei caissetas per son autò radiò, me demanda de causas pas trop violentas per se posquer concentrar sus sa via, papà. E aquí, se gongosta de tecno. Mon paire, lo descubre de lònga. L’aime. Es susprenent.

Arribèt lo perruquier. Dau pichon nom catalan que m’escapa. Ié direm Marti. Originau. Mela me bufèt Ken. Coma per Barbia. Mai sente qu’es pas catalan. MARTI. Capeladura a la garri (pas romain mais ratatouille). E d’un francés pròche d’aquèste de Victoria Abriu. Recomandacion dau papà :

"As doas opcions : siègue lo fas parlar. Te congostaràs. Siègue as pas lo gost, e ié diràs de pas tròp te conflar. S’adaptarà."

Causiguère la promièra opcion. Que lo tipe èra un solèu. Quora parlava me fasiá pensar a Chab. En mai ensolelhat. E sariá èstat damatge de ié levar lo bonjorn, qu’as sempre enveja de respondre a un solèu. Parlava dau nas coma leis estajants d'AM. Un pauqueton coma l’entrenaire de l’OM. La nasala maritima es força afortida. Lei pescaires deguèron seguir lei cors de lenguistic AN3H de l’universitat Pau Valèri amé GG e FV.

M’agradèt son biais de charrar :

"Y je te redéscoupe les pastes, ié lé rédessiné comé ça ? Cé ça que tou veux (me tuteja, es un perruquier, mai avèm pas gardat lei bicas ensems, saique…) Tou lé veux long pero pas trop (es mon costat normand, gerard, je sais jamais choisir même chez les perruquiers)."

Me faguèt la copa de ma vida. Que tenguèt ben dètz minutas sota la pluèja. Abans de me laissar pagar (20 euròs catalans) me diguèt que laissèt Barcelona per la vila de M puèi la vilòta d’AM. Me demande dins ma tèsta perqué quitèt lei ramblas per lo bolodrama. Mai la votz de mon cervèu respondèt pas. Era partida au mercat. E sortiguère ravit dau belem d’aquèste nové 2009 : Un torn magic en cò dau perruquier catalan. Gramaci papà, siás lo melhor. Quora ma maire me veguèt arribar, amé mon pèu frisat mai pas tròp, tombèt amorosa de ieu, tornamai. La masqueta de Jesus – Roman Duris èra tombada, dieu èra amé ieu.

Mon aparéncia èra laica-chic, tornamai. Lo perrruquier catalan es per l’identitat nacionala. Lo sente ben.

ma florista

man dieu
la florista tot ara
que va per liurar lei flors
a una familha
sona la familha per saupre l'ora de liurason
e ditz:
" c'est à quelle heure le décès?"

divendres, 18 de desembre de 2009

fin dei lengas regionalas au licèu

ci dessous analyse snes des derniers documents concernant la réforme des lycées.bonne année quand même! Ara que fasèm?

La réforme du lycée proposée par le gouvernement est une véritable offensive idéologique au niveau des langues vivantes aussi. En effet, partant du principe que ce sont des « langues de communication » dont il faut avoir la maîtrise, le projet propose d'enseigner à tous les niveaux en groupes de compétences (qui n'apparaissent pas dans le CECRL) qui souvent se révèlent être des groupes de niveaux, et d'enseigner la littérature étrangère uniquement en section littéraire (en 1ère, dans le cadre des 2h supplémentaires et en Terminale, sous la forme d'une option, à charge des professeurs de langue). Par ailleurs, cette réforme prévoit un enseignement de LV3 facultatif pour les ES et les S (que peu d'élèves prendront dans les faits, menaçant encore plus une diversité déjà très réduite) et en spécialité ou en option en L. Quant aux langues régionales, elles ne sont même pas citées ! Le projet ne maintient pas non plus les dédoublements de Terminale; en arguant la création des groupes de compétences qui, pourtant, ne garantissent pas des effectifs réduits. En ce qui concerne les épreuves du Bac, quid de la nature des programmes et des épreuves, avec les nouvelles modalités d'enseignement proposées ?

dernières infos:

- la littérature en langue étrangère en Terminale sera finalement à charge des profs de langue.

- les sections europénnes n'existent plus mais les DNL sont encouragées (sans que l'on sache avec quels moyens) à tous les niveaux et toutes les séries.

- les élèves de Première L, en plus de 4h de "langues de communication" dans le tronc commun, bénéficient aussi de 2h de littérature; ce qui symbolise bien la volonté du Ministère de dissocier la langue de la culture dans notre enseignement.

divendres, 11 de desembre de 2009

bertolucci


Siéu a agachar aquèste cap d'obra. Proche de 5 oras. Leis actos son engatjats sens vergonha. Un coratge sublime. E un biais italian enrasigat de filmar, unenc e ligat au pais. Un cinèma altermondialiste abans l'ora que se trufa dei convencions comercialas per sa longor e son trabalh sus lo tèxte e la longor. Un filme italianiste.

dimarts, 1 de desembre de 2009

dijous, 26 de novembre de 2009

E... es talamant polida

(C) Lou Tam-Tam 2009.

Ié dison E....
E... bufa lo bonur. De son pèu blond. De son telefonet blingbling. E... es talament polida. Qu'obra a l'agéncia per intermiténcia mai que pou s'en passar. De sei raubas de marca. De sei perfums Chanèu. Talament granda e fina. Sei sesilhas en co de Jaume Dessange. Fièra de sei drollets peluts coma aquelei de Glaudi Francés sus lei fotos de Podium. Risènta. Risolièra. Trufaira. Un solèu aquela dona. Un solèu. Om imagina aisadament seis ostaus. L'ostau de vacanças en Normandia. L'ostau de familha de la vila de Tam. L'ostau de vacanças. Que son ome, ric industriau, de mon atge, sabèm pas perque, ven d'i laissar sa vida. Penjat a un pomier. Sabèm jamai lei planetas que negrejan a l'entorn dau solèu. Ridèu de fèrre. La riquèssa de la veirina escondié lo laboratori dau fonds. Escur e maluros.

dimecres, 25 de novembre de 2009

administrator

Es pas un filme novèu amé terminator, non, administrator es mon rotle novèu dins una chorma de tiatre. Amé una autora flama que dempuèi que fau lo palhassa frequente de mai en mai d'artistas que m'an reperat per ma bravituda. MDR. Administrator per posquer seguir de professionaus: AKO M'AGRADA. Alara per èstre corrècte dins mon engatjament me demandan... un troç de casier judiciari. AKO M'ESPEVANTA.

madonnassa e leis efiechs especiaus

L'immoble de l'agéncia de viatge de la vila de Tam es un immoble ausmanian. E dessus l'agéncia de viatge, au promier estanci, resta una vièlha que ié direm madonnassa. Es l'estar de la comuna ais idèias embarradas e d'autre temps. Sa tissa es la seguritat. E quora siés lo promier d'arribar a l'obra, croses la marrida madonnassa. Amé sa saca prisu reciuclabla, sa carreta clafida de porris que despassan. Coma metié de prospectus d'un partit sens nom dins lei boitas dei letras pendent leis eleccions de 2007, m'aplique de ié adreiçar pauc la paraula. Uèi me seguis amé sei porris dins lo corredor;"Mèfi, de ben barrar la lorda de l'immoble, la vesina dau recanton se faguèt raubar l'ostau, en una ora, qu''èra au prisu, en una ora, avisatz vos, èra susvelhada, surament, alara, ieu ço que fau, es que barre la promièra porta de fusta, coma aquo, que lo factor la barra mau, sabètz, coma aquo la barre, puèi barre la segonda porta de veire, coma aquo, enfin fau semblant, que l'an jamai reparada aquela seegonda porta, la nuech me leve per faire creire qu'es barrada a clau, coma aquo, vesètz coma aquo". La chauchavièlha, la vièlha. Arribe de la despassar. Monte a l'administracion dau promier. Lo monta davala se dubris. E la vièlha reapareis, entre doas portas automaticas:" E sabètz quora lei van reparar lei portas? perqué sabèm jamai lei vièhei femnas coma ieu, enfin pensatz, la porta, hein, la porta?". M'agradan leis efiechs especiaus. Leis efiechs especiaus coma dins lei concerts de Madonna e de MJJ. 

diumenge, 22 de novembre de 2009

juliette a vauvert



Es lo segond cop amé tu, Julièta. Espère que sarà pas lo dernier. Siés la melhora!

diumenge, 8 de novembre de 2009

Trauc Negre de Charles Burns

Trauc Negre de Charles Burns (Black Hole) sarié segond lo musèu de la Benda Dessenhada de Bruxèu un dei darniers caps d'obra d'aquèstei 20 darnièreis annadas. Es un roman grafic en negre e blanc, publicat en Franchimand ai remirablas edicions DELCOURT.  Conta lo conflicte interior dei jovents pendent l'adolescéncia degut a una malautié (s'agis-ti dau SIDA?). Aquèste conflicte amé se se tradusis per una metamorfosi dei pèus o un perlongament dau cos: coa de limbert en co d'una chata, brega en forma de cicatritz que parla pegada au cou d'un drolle. Es  una BD torturada, clinica, fisicament espeventabla.  Una odissèia de chaucha-vièlha que rementa au lector leis orrors de l'atge adolescent. Fisic e episcologigament desvariat. Una obra malaisada e rica. Graficament siam proche de Freaks, dau teen-moovie, dau Pulp e de Thriller... Mai luenh d'èstre una literatura de gènre aquèu roman es una obra d'autor. En dessus de tot. Cinematografic e literari a l'encop.

dimecres, 28 d’octubre de 2009

Devinhola

Perqué, dissabte passat, una cantaira americana venguèt cantar ais arcèus, lo recanton coquinàs dau Clapàs?

RESPONSA: Perqué John Baise...

ma grand fa de chivau

Ma grand Iolanda es a partir. Es ansin. Es la vida. Es una femna qu'avié la tissa de la propretat. Es lucid pasmens. E se parla soleta. Aièr, tancada dins sei cochas, l'ausiguère faire un monolog. En Occitan. Donava aquo:
"Ma paura Iolanda... quau te vei e quau t'a vist...ara siés sale...ton quieu es sale... èu que lavaves mai sovent que tei dents..."

diumenge, 25 d’octubre de 2009

AFP: On a montré qu'on est présents, qu'on a une voix dans le dialogue entre les cultures

Des milliers de manifestants à Carcassonne pour la défense de l'occitan

CARCASSONNE — Les défenseurs de la langue occitane se sont mobilisés en masse samedi à Carcassonne, de 12 à 14.000 selon la police, plus de 20.000 selon les organisateurs, pour réclamer le développement de l'enseignement de l'occitan et une télévision de service public en langue d'Oc.

Dans une ambiance festive, derrière de multiples banderoles et drapeaux rouge et or frappés de la croix occitane, ils ont défilé tout l'après-midi dans la préfecture de l'Aude et ont tenu meeting sous les remparts de la Cité médiévale avant de se séparer en fin d'après-midi.

Organisée par le collectif d'associations "Anem Oc!" (En avant pour l'Occitanie!) la manifestation réunissait des personnes venues d'une trentaine de départements de la moitié sud de la France, du Piémont italien et du val d'Aran espagnol, régions où la langue d'Oc est parlée.

A côté des familles, des musiciens jouant de fifres et tambourins, on remarquait notamment le député-maire de Carcassonne Jean-Claude Pérez (PS) et le député européen (Verts) José Bové dans le cortège.

"L'Etat français a failli à sa parole en ne traduisant pas dans la loi française la charte européenne des langues régionales, c'est l'Europe des régions que l'on va construire et elle ne s'arrête pas aux frontières des états", a déclaré l'élu des Verts.

"On en a plus qu'assez de ne pas être entendus par un Etat (...) qui ne veut pas entendre les gens qui réclament des écoles, des médias occitans", a déclaré lors d'un point de presse, avant la manifestation, David Grosclaude, président de l'Institut d'études occitanes.

"On a été patients, mais on va peut-être faire plus énergique pour se faire entendre", a-t-il averti.

De son côté, Jean-Louis Blénet, président de la confédération des "Calandretas" (établissements bilingues occitans), affirmait sa volonté de coordination avec les autres langues régionales en France et déclarait: "nous voulons que nos élus définissent des politiques linguistiques, avec un engagement budgétaire, qu'ils fassent pression sur l'Etat".

Les organisateurs ont demandé dans un texte la reconnaissance d'un statut légal des langues régionales, la création d'une télévision et d'une radio de service public en langue occitane et l'instauration d'une "politique linguistique ambitieuse" permettant notamment de développer l'enseignement de l'occitan.

"Il nous faut une loi, un cadre règlementaire", ont-ils insisté, tout en qualifiant de première "victoire" la reconnaissance des langues régionales comme "patrimoine de la France" depuis 2008 dans la Constitution.

Dans le cortège on croisait bon nombre d'allogènes sympathisants, tel Nicolas Barthélemy, enseignant à Bize Minervois, originaire de Grenoble, qui déclarait à l'AFP: "l'occitan c'est un patrimoine culturel à défendre. Pour mes enfants, c'est un bon moyen de s'intégrer à la population locale: ils sont en immersion totale dans l'occitan à l'école Lo Cigal ou ils sont scolarisés".

"On a montré qu'on est présents, qu'on a une voix dans le dialogue entre les cultures", déclarait le soir Alan Roch, occitaniste carcassonnais de 56 ans, un des organisateurs, barbu aux cheveux blancs campé sous une grande banderole jaune arborant en lettres rouges au pied de la Cité: "la lenga que parlam es patrimoni de l'humanitat" (la langue que nous parlons est patrimoine de l'humanité).

Deux manifestations similaires avaient réuni 10.000 personnes en octobre 2005, déjà à Carcassonne, et 18 à 20.000 personnes en mars 2007 à Béziers (Hérault)

AFP: On a montré qu'on est présents, qu'on a une voix dans le dialogue entre les cultures

Des milliers de manifestants à Carcassonne pour la défense de l'occitan

CARCASSONNE — Les défenseurs de la langue occitane se sont mobilisés en masse samedi à Carcassonne, de 12 à 14.000 selon la police, plus de 20.000 selon les organisateurs, pour réclamer le développement de l'enseignement de l'occitan et une télévision de service public en langue d'Oc.

Dans une ambiance festive, derrière de multiples banderoles et drapeaux rouge et or frappés de la croix occitane, ils ont défilé tout l'après-midi dans la préfecture de l'Aude et ont tenu meeting sous les remparts de la Cité médiévale avant de se séparer en fin d'après-midi.

Organisée par le collectif d'associations "Anem Oc!" (En avant pour l'Occitanie!) la manifestation réunissait des personnes venues d'une trentaine de départements de la moitié sud de la France, du Piémont italien et du val d'Aran espagnol, régions où la langue d'Oc est parlée.

A côté des familles, des musiciens jouant de fifres et tambourins, on remarquait notamment le député-maire de Carcassonne Jean-Claude Pérez (PS) et le député européen (Verts) José Bové dans le cortège.

"L'Etat français a failli à sa parole en ne traduisant pas dans la loi française la charte européenne des langues régionales, c'est l'Europe des régions que l'on va construire et elle ne s'arrête pas aux frontières des états", a déclaré l'élu des Verts.

"On en a plus qu'assez de ne pas être entendus par un Etat (...) qui ne veut pas entendre les gens qui réclament des écoles, des médias occitans", a déclaré lors d'un point de presse, avant la manifestation, David Grosclaude, président de l'Institut d'études occitanes.

"On a été patients, mais on va peut-être faire plus énergique pour se faire entendre", a-t-il averti.

De son côté, Jean-Louis Blénet, président de la confédération des "Calandretas" (établissements bilingues occitans), affirmait sa volonté de coordination avec les autres langues régionales en France et déclarait: "nous voulons que nos élus définissent des politiques linguistiques, avec un engagement budgétaire, qu'ils fassent pression sur l'Etat".

Les organisateurs ont demandé dans un texte la reconnaissance d'un statut légal des langues régionales, la création d'une télévision et d'une radio de service public en langue occitane et l'instauration d'une "politique linguistique ambitieuse" permettant notamment de développer l'enseignement de l'occitan.

"Il nous faut une loi, un cadre règlementaire", ont-ils insisté, tout en qualifiant de première "victoire" la reconnaissance des langues régionales comme "patrimoine de la France" depuis 2008 dans la Constitution.

Dans le cortège on croisait bon nombre d'allogènes sympathisants, tel Nicolas Barthélemy, enseignant à Bize Minervois, originaire de Grenoble, qui déclarait à l'AFP: "l'occitan c'est un patrimoine culturel à défendre. Pour mes enfants, c'est un bon moyen de s'intégrer à la population locale: ils sont en immersion totale dans l'occitan à l'école Lo Cigal ou ils sont scolarisés".

"On a montré qu'on est présents, qu'on a une voix dans le dialogue entre les cultures", déclarait le soir Alan Roch, occitaniste carcassonnais de 56 ans, un des organisateurs, barbu aux cheveux blancs campé sous une grande banderole jaune arborant en lettres rouges au pied de la Cité: "la lenga que parlam es patrimoni de l'humanitat" (la langue que nous parlons est patrimoine de l'humanité).

Deux manifestations similaires avaient réuni 10.000 personnes en octobre 2005, déjà à Carcassonne, et 18 à 20.000 personnes en mars 2007 à Béziers (Hérault)

Lu dans le journal Libération: raciste rassis?

20.000 manifestants à Carcassonne: l'Occitan fait son entrée en politique

SOCIÉTÉ. Ils ne pouvaient pas faire moins. La dernière manifestation pour la défense de la langue occitane à Béziers en 2007 rassemblait 20.000 personnes selon les occitanistes. Les mêmes occitanistes en ont donc compté 20.000 ce samedi à Carcassonne.

En occitan comme en français, une manifestation, ça commence toujours par un alignement de chiffres plus ou moins contradictoires:

L'habitude veut que l'on double. Là, les organisateurs se sont retenus d'en rajouter. La police elle-même donne de 12.000 à 14.000 manifestants.

Le rendez-vous bisannuel pour réclamer une reconnaissance de la langue d'Oc par l'État français, une intensification de son enseignement et la création dune télévision et d'une radio occitanophones confirme son succès.

Des drapeaux, bien sûr, mais aussi les moustaches de l'Européen écologiste José Bové et les lunettes du député-maire socialiste de Carcassonne Jean-Claude Pérez. L'occitan fait ainsi son entrée dans le débat politique.

Ce débat est surtout sociétal. Le sujet n'est pas loin d'être épidermique. Comme tout ce qui touche à l'identité. Défendre l'Occitan est-il le fait d'un communautarisme vaguement rassis ou l'expression d'une recherche progressiste de la diversité?

GLv.

dimarts, 20 d’octubre de 2009

sur le site http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php

Cinq raisons d’être à Carcassonne le 24 octobre
jeudi 15 octobre 2009
Laure PESKINE
La manifestation de Carcassonne sera sans aucun doute sympathique et colorée mais elle sera revendicative avant tout.

La situation dans laquelle est maintenue la langue occitane est inacceptable. Elle est scandaleuse au regard des déclarations et promesses qui ont été faites mais aussi au regard de la constitution telle qu’elle a été modifiée en juillet 2008. Si ça continue la reconnaissance des langues dites régionales comme patrimoine de la France risque de déboucher sur un enterrement.
Un patrimoine linguistique cela s’entretient par une politique linguistique ambitieuse qui a pour but de faire en sorte que la langue soit plus parlée, plus écrite, plus utile dans les relations sociales.

Les cinq raisons qui font que nous devons tous être à Carcassonne le 24 octobre :

1) Où est la loi promise par le président de la République et le gouvernement ? Nous voulons que les promesses soient tenues et que se mette en place une législation claire.
2) Que font les collectivités ? Certaines régions font un peu, certains départements et certaines communes aussi ; mais ce n’est pas suffisant. Nous ne voulons plus de lignes budgétaires misérables. Nous voulons une politique linguistique ambitieuse Quant aux collectivités qui ne font rien elles participent par leur passivité à la destruction de la langue occitane qui est le bien commun de tous ceux qui vivent en pays d’Oc.
3) Le service de public de radio et de télévision réduit chaque année la place accordée à la langue occitane. C’est le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel qui le constate. La radio publique Radio France réduit la place de la langue parlée et même celle des chansons en occitan.Nous voulons une radio et une télévision en occitan financée par des fonds publics. Nous payons une redevance : elle doit servir à tous.
4) L’enseignement de l’occitan est sinistré. Dans les collèges et les lycées tout d’abord, rares sont les endroits où l’offre est vraiment organisée.
L’enseignement de l’occitan est systématiquement dévalorisé. La mort de l’enseignement de l’occitan serait-elle programmée ?La mise en place de classes bilingues dans l’enseignement public est trop compliquée et ne tient pas assez compte de la demande des parents. Il y a trop de niveaux administratifs qui ont un pouvoir de blocage l’information donnée aux parents est largement insuffisante pour ne pas dire souvent inexistante.
Pour les écoles Calandreta qui enseignent par immersion, chaque jour nous amène des exemples de difficultés qui entravent leur développement.
5) Nous sommes à six mois des élections régionales. Les candidats doivent s’engager sur la mise en place d’une politique interrégionale en faveur de l’occitan en relations avec les institutions qui représentent les occitans du Val d’Aran et de la Région Piemont en Italie

dilluns, 19 d’octubre de 2009

palhassa! palhassa!

Lei palhassas venon de descrocar lo promier contracte! Vendèm lo nostre promier espectacle e jogarem per una entrepresa! BANKO!

LECTURE DE POEMES EN OCCITAN A LA LIBRAIRIE MOTS ET COMPAGNIE

SAMEDI 24 OCTOBRE
LECTURE DE POEMES EN OCCITAN A LA LIBRAIRIE MOTS ET COMPAGNIE

En préambule à la manifestation du 24 octobre après-midi, les amoureux de la langue d'Oc pourront se retrouver à la Librairie Mots & Cie (35, rue Armagnac) pour une lecture de poèmes à 11 h.
Ce sera l'occasion de découvrir les poèmes du recueil Lo soleu barona descauç (le soleil se promène pieds-nus, édité dans la collection Messatges de l'Institut d'Etudes Occitanes), qui regroupe les textes d'une trentaine d'écrivains d'Oc. Ce recueil a été réalisé sous la direction de Bruno Peyras et Jean-Philippe Joulia. S'y côtoient des auteurs de longue date connus et reconnus de la poésie occitane et d'autres encore peu connus et souvent beaucoup plus jeunes....
Sera également présentée la traduction réalissée par Max Rouquette du Romancero gitan de Federico Garcia Lorca, éditée par Letras d'Òc. La lecture sera assurée par la jeune poète Aurélie Lassaque qui participe au Solelh et vient d'éditer Ombras de luna (Ed. de la Margeride). L'IEO-Aude présentera également les deux récents recueils poétiques d'un auteur reconnu (A la cara del temps, d'Andrieu Lagarda) et d'un nouveau venu (Crits de luta, de Marxelin)..
Un accompagnement musical sera proposé par Joan-Claudi Rousse pour souligner la diversité des textes proposés.

* Lo soleu barona descauç, ouvrage collectif, IEO-IDECO, coll.. Messatges, 15 e (bénéfices reversés au Comité Anem Òc !)
* Romancero gitan, de Federico Garcia Lorca, traduction en occitan de Max Roqueta, ed. Letras d'Òc, 13 €
* Ombras de luna/Ombres de lune d'Aurelia Lassaca, illustré par Robert Loubet, ed. Margeride
* De cara al temps, d'Andrieu Lagarda, IEO-Aude, coll. Vendémias, 10 e
* Crits de luta, de Marxelin, IEO-Aude, coll. Vendémias, e

dissabte, 17 d’octubre de 2009

Une raison de plus pour aller à Carcassonne le 24 octobr

Une raison de plus pour aller à Carcassonne le 24 octobre

Nous le craignions et cela semble se confirmer… Le gouvernement veut enterrer les promesses faites en 2008 d’un projet de loi. Cf. l’article en PJ. Alors, plus que jamais, tous à Carcassonne le samedi 24, pour bien montrer que nous sommes déterminés et que nous ne laisserons pas faire. Les Basques organisent une manifestation à Bayonne le même jour. C’est dans l’unité que nous avancerons. Interpellons nos élus. Appelons-les à se mobiliser, à signer l’appel sur le site http://manifestarperloccitan.com/, à être présents physiquement à Carcassonne, à s’engager sur le terrain comme le font plusieurs d’entre eux (cf. Par exemple, sur le site FELCO, les pages  http://www.felco-creo.org/mdoc/index_fr.php?categ=deputat et http://www.felco-creo.org/mdoc/index_fr.php?categ=collec

Se ne’n dobtaviam e aquò sembla se confirmar… lo govèrn vòu enterrar lo projècte de lei… e renegar sei promessas… Alora mai que jamai totei a Carcassona, dissabte que ven, lo 24 d’octòbre per ben mostrar que siam decidits e que se laissarem pas faire ! Lei bascos organizan una Manifestacion a Baïona,tanben aqueste jorn, en sosten a la nòstra… Es dins l’unitat qu’avançarem. Nos cal sonar nòstres elegits que se mobilizen, que signen la crida sus http://manifestarperloccitan.com/que sián presents fisicament a Carcassona, que s’engatjen sul terren coma o fan mantun (cf. per exemple, sul sit FELCO, http://www.felco-creo.org/mdoc/index_fr.php?categ=deputat ethttp://www.felco-creo.org/mdoc/index_fr.php?categ=collec

divendres, 16 d’octubre de 2009

perfiech

Facia au malaise de l'entreprèsa, malaise degut a mon umor gras (legir leis episodis precedents) me siéu fach pichonet. Jà que siéu pas grand. Microscopic. Per èstre entendut. Mandère de letras, de mail, de fax, loguère un avion amé un messatge de nivas per difusir mon messatge: "Perdon... Desencusatz... Perdon". Una secretaria, que me trobèt pesuc, levèt la tèsta au bon moment, èra a despensar sa paga de setembre e veguèt l'avion. Quora tornèt au burèu me diguèt: "oc, te perdone, mai siés demago pasmens!". Ara, vau assajar de trapar lo biais per me monstrar pas demago. Mamà, coma faire per èstre perfiech?

dijous, 15 d’octubre de 2009

galejadoneta

L'estagiari assaja de s'integrar a la chorma d'obriers vielhs que siam. Alara fa de galejadas. Es bon de rire de cops que i a.
Vesènt la recouta dei taps blus de botilhas de plastic (per lei mai joines, fau explicar que Bigart, lo fadoli dau rei, fasié la reclama dei taps blus per lei reciuclar per leis endecats) ié demande:
- Dequ'es aquo?
Me respond:
- Son de taps per Bigard.
Ieu:
-Perqué faire?
Eu:
-De fautuèlhs per lei malauts.
Ieu:
- Bigard?
Eu:
- Oc, Bigard mai pas aquèste dei steaks hachés.

Sariéu Bigard fariéu un procés per marrida utilizacion dau nom e marrida galejada volontaria. E butariéu defora l'estagiari. N''en parlarai a mon cap.

Victoria dau Sendicat

Osca lo sendicat! La cap volié nos faire signar un papier coma que eriam pas professionaus de se costumar de negre per venir vendre de viatges. Nos falié la camisa blanca amé lo pins (oc! lo pins!) de l'Agéncia: "The Sèmpre Anar Venir Companhia". Era un blame oficiau de l'ostau maire de l'agéncia de viatge que degun a pas vougut signar per solidaritat. Diguèt qu'èra son drech. E lo sendicat que ié sonèt aquèste matin ié diguèt lo contrari. Osca lo sendicat. Ara faudrà se demandar s'es autorizat de rire au burèu amé la patrona e quaqueis emplegats...

dimecres, 14 d’octubre de 2009

Slogan.

RIRE MAI, PER TRABALHAR MIELHS. Tam. 

rire es grèu

ço que m'arriba dempuèi una setmana au burèu me vei triste. Una setmana onte, desvariat coma un palhassa que siéu, fau d'umor un pauc amé tot lo personau. Evidentament, coma de costuma, jogue l'autoderision, l'ironia, la caricatura. Mai es l'autoderision que me joga lo mai de torns. Lei gents prenon la caricatura de ieu coma au promier grad. E la vulgaritat qu'utilize per me trufar de l'obscenitat dau monde nostre me tomba dessus coma un tsunami. Finala, me siéu grasilhat proche d'una collèga que devié intervenir per un viatge. Oc me siéu grasilhat sus una messatjarié en dirècte perque - per la faire rire - ié parlave coma una pagina de Fluide Glaciau que me  pensave pron en fisança am'ela per ié jogar lo cop de l'obsedat sexuau sur internet (rhhaaaa lovely), e dau cop me copèt la conversa en dire: "siés desmascat. Arreste d'obrar amé tu." Cresiéu qu'èra dau segond grad. E ben non. Recebère la resiliacion dau contracte de la femna aquèste matin. Quau va me mandar? Lei prud'omes, ara?...  A. ma fista. Non. Mai. Sens desconejar: Me pren per perver pepere o qué? Pauc de temps après, èra lo meme jorn: Una autra collèga procha de la maquina de café me parla. Ié dise:"è?". Amé lo bruch ause ren. Me ditz que siéu sord coma un topin. E oc, sabètz ço que vau respondre. Alara, responde (tatsaaaan) qu'es en causa de ma man senèstra e qu'ai una entorsa dempuèi aquèsta dimenchada. Classic. Ara me manda un mail en dire que li fau de propausicions malonèstas. Qu'a la debuta aquo la fasié rire. Qu'èra soleta la dimenchada mai qu'avié pas beson de ieu. E qu'ara es en colèra. Au promier grad. Verai que ma galejada èra pas finocha mai bon. Lo gras ( e lo segond grad) me fa rire. Coma leis esketchs dei Nuls a un periode.... Aièr de ser, ma cap m'acusa d'èstre pas professionau en adobant una manif au burèu onte siam totei vestits de negre, amé lei besicles de solèu, e onte disèm que siam a "ensabelir la comunicacion de l'agéncia".  Siam un tropèu de collègas uros  au burèu, totjorn lèsts de desconejar. E ben aquo l'a pas fach rire aquela mèsa en scèna e m'acusa de tiatralizacion. Non, l'a pas fach rire. E m'amenaça d'un "blame". Levarà d'argent sus ma paga.  Conclusion: Vau arrestar lo rire e me faire una carapaça dins mon liech a jamai. M'arrestarai de manjar. Dormirai de tot mon sadol e me trobaràn mort coma un emplegat de França Telecom. Pas mort de fam, mai mort de som. Sus mon tombèu legiràn:" A Tam, lo nostre Calimèro, lo nostre incomprés". 
Moment sendicau: Alara vau faire mon Arlèta: trabalhors, trabalhadoritz, benlèu qu'amé lo rire podriam arrestar lei conflictes sociaus. Cars cambaradas. E lei joineis collègas proceduriers qu'an perdut lo sens de la fèsta e de l'umor adolescent podriam rire mai per trabalhar mielhs.  E lei caps sens dents nos felicitarian.  Desproges, Carette, Sébastien revenez, ILS SONT DEVENUS FOUS. Qué es pas mort patric sebastian?

dimarts, 13 d’octubre de 2009

Entrevista amé un suça-sang

Entrevista amé un suça-sang (ako's de ficcion e pas raport amé la realitat. Pas brica. Fau pas desconejar.)

Lo suça sang segond Florian Vernet – mai benlèu que m’engane – sariá un « vampire » (en francés, un Dracula, una rata-petanada…) Ai sonat mon rescòntre amé Na Lavasalina, ma patrona : Entrevista amé una suça sang. Esperant que dins lo burèu me chuca pas que lo sang. Perque per lo demorant faudriá aguer fam… e ai pas enveja de me faire segar lo berlingo per una man morta de vièlha vo una boca sens dentier. Mai ma maire qu'a de longa rason m'a sempre dich que resquilhava mielhs e qu' es dins lei vièlhei topinas que fasèm lei melhoras sopas. (de seguir).

dijous, 8 d’octubre de 2009

grand organizator

"Veses, fasèm de viatges sota lei piramidas d'Egipta, de pescas de pofres dins la mar egèia, fansèm dançar la dança de la botilha a Taiti... e nos convides au castèu de Carcasona per protegir una lenga de vièlhs?... Desencusa... Mai balha pas enveja..." Me diguèt, en me virant l'esquina, l'intendent barbut que saup tot car coneis lei chifras. Li vau anar solet a la vesita dau castèu. Me tendrai drech. La man arrapada ai ponhadas de caotchoc. Drech coma un aubre. Balin-Balant. Aquo me farà lo ventre a cada vira-vira. Plus cort e plus car que lei sesilhas de muscu de Mèla. Coma sarai bèu quora sortirai dau cari! Lei carcasonèsas me sautarà dessus tre l'arribada. A ma vista, se metràn nusas, sens relambi. Espère que la menaira sarà simpatica e me metrà la caisseta de Shakira nusa sus una iscla sauvatja. Ioupi. Dancem la carioca.

dimarts, 6 d’octubre de 2009

organize una marcha per lo castèu

A l'agéncia de viatge ai logat un carri per lo personau. Per l'amicala dau personau, adobam d'animacions per èstre a l'encop mai soples e competitius dins l'obra. Sempre entre 12 oras e 13 oras.Coma son dos marcats a mon atalhier d'Occitan de la tantossada (ara, siéu concurrençat per lo cors de Zen que son 12, aquestei colhons) siéu oblijat de marcar de causas coma aquo dins lei corredors de l'intrada per estrambordar ma chormeta: "Venez marcher à Carcassonne, journée belle et colorée. Ouverte à tous". Una cagola de secretaritz me diguèt:"Farem lei botigas?" Cagola. Cagola. Cagola. Enfin - vergonha - diguère de Oc. E diguère tanben que podrié, se li agradava, descubrir lo polit Mac Do d'enlai... Fas ta life, ma fista, se t'agrada de pilhar lei botigas rosas Jenifer e lei "restaurants" jaunàs de manja-lèu.... Parlem dardena. Siéu organizaire de viatge. Normalament es mon job. E espère ben rentabilizar lo carri amé de gents que s'en cagan de l'Occitan (ô santi mario! plouras per iéu...). E me dise qu'après lo viatge, vist lo succés de la causa (sarem 30 000, n'en siéu segur) saràn occitanizats fins a la moela. Rahhhhhh! Lovely! Gnak! Gnak! GRRRRRR! Mrlmbreuk! Gnégné! E Aquestei cons parlaràn pas plus Francés, faràn la cauma de fam per sei pichots per crear de collègis e de licèus bilengas dins la vila de Tam. E cramaràn lei Mac DO e lei botigas Jenifer. Se faràn ara-kiri e kamasutra. L'un o l'autre. O lei dos a l'encop. Se tugaràn en faire l'amor per monstrar lo simbole fort de la fin d'una lenga e d'una civilizacion. Un tsunami d'Occitanistas. Bè..... Om pou totjorn pantalhar. Per ara, son dos de s'èstre marcats au desplaçament. (Qu'un es un depressiu, grand responsable dau traucàs de la seguritat sociala. que marcha amé un deambulator per se faire remborsar seis desplaçaments de l'ostau a l'agéncia). A! Marcha joiosa e colorada.Youpi. Dancem la carioca.

dimecres, 30 de setembre de 2009

bilanç dei palhassas

Li avié Parpalhon, Julieta (la capolièra palhassa), Na Loyal, Roseta Alalh, l'Administrativa, e ieu. Eriam la chormeta de faire lo bilanç de la nostra segonda representacion a un café de la vila de Tam esponsorizat per lo jornau MESCLUM. Avèm decidit d'una aficha. Evidentament, lo solet palhassa que remarcam pas: siéu ieu. Sus la fotografia, Parpalhon leva lo braç e ma cara es esconduda per sei grossei patas. Polida aficha. De cops que i a me demande s'existisse vertadirement. O se me congoste pas de pas d'aparèisser un cop l'autre. Coma un clinhotant. Coma la lenga d'oc. Brèu... Alara, parlam de la formula. Disèm qu'es encara bordelic. M'agrada que siegue bordelic. Siéu lo secretari de l'acamp. Prene de notas sus l'ordenador barrutlaire de Julieta, l'ordenador cala, contunhe au quasèrn. La cervèsa es traç que bona. E me ponha la tèsta. Leni Cravitz que brama dins lei nauts parlaires mono de la terrassa. Un café de senèstra. Leni Cravitz - aquèste que biquèt la bobo Paradis - es-ti de senèstra? Tot ara li avié Manu Chao. Se compren... mai un cantaire dau Top 50 dins un endrech obrier de la vila d'Agradà????... Ma fista.... Lei palhassas contunhan de charrar. Sus l'impro qu'an mancat. Sus lei cagants que faguèron de bruch pendent lei lecturas dei contaires.... Sus lei gents e lei proches que fau mens convidar se que non, Tam a mai la caganha que de costuma e l'olor ajuda pas a la bona contunhacion de l'espectacle. Verai que quora veguèt son paire après l'espectacle amé lo sonrire d'un Michel Sardou, se diguèt que son paire èra pas encara lest de lo veire comedian. Fa mens serios que emplegat dins una agéncia de viatge. Verai que quora la maire mediterrana quichèt lei mans dei Palhassetas e que bramèt que son fiu èra lo mai polit de l'espectacle, Tam aguèt la cara de sa vida.  Mei gents m'avian menat un present. Te dise pas. Un burèu pichonet per botar dins lo liech quora regaches l'ordenador per agantar pas leis ondas negativas. Avisa te. Sabiéu pas qu'existissié aquo. Lo sabiés tu?  En plena fin de l'espectacle, t'arriban amé un present dau papier present  blu que li a marcat dessus  dau nom dau magasin"La cadièra longa". Auriam dich qu'èra nové. E ma maire de se desplaçar dins la satla mentre que recaptave la scèna: "Onte siés parcat? Onte siés parcat? " amé son gros colis.  Ma maire va a la mala. Torna amé lo colis. "Ta mala dubris pas. Perqué ta mala dubris pas? Es ta clau? Aquela qu'ai negada dins lo linge amé ton jean Levis? Es per aquo? E perqué marcha pas aquela mala?". E torna a la mala en quichant dessus, au defora. Lo paire, plantat coma un santibèlli, lo present gigantàs entre lei mans. Au dedins, leis autrei palhassas fan mina de  desmontar a uech la gelatina roja d'un projector sens dire mot. Fin dau Flash-Back. Julieta, la capolièra palhassa me demanda s'ai tot ben notat per l'espectacle qu'arrriba e lo ben colectiu de la tropa. Diguère de oc. Mai pas tot. Que fariéu una sintèsi. E que se li avié pas tot de notat es qu'èra la fauta de Leni Kravitz, de la cervèsa e de ma maire. 

crisi de la crisi

Per tornar a ma vertadièra vida de sindicalista, a l'agéncia de viatge onte trabalhe: ara lo problèma es que lei collègas de burèu se volon pas plus sindicar. Me trapan ben polit amé mei pega-solets e meis afichas. Es una rossèla que menèt mielhs que ieu la contèsta; faguèt en comitat redusit de mocions per lei consèus d'administracion en dire qu'èra pas plus possible d'adobar de projèctes en divisant lei personaus. Faguèt signar lo monde. E ieu, penos, siéu a correr après leis adesions dei socis. Leve la voés proche de la maquina de café. Es la maquina que romega dins un silènci geinat. Lei luchas aqui son marginalas, individualas. E capitan. Lo cop que ven cercarai un trabalh de mai au pole de l'emplec: ravi dins la pastorala Maurèu.

dimarts, 29 de setembre de 2009

crisi


De tot biais n’en faliá ben un. L’agéncia de viatge a cambiat de patrona. Autoritaria gorgona. La man moligassa que resquilha de susor quora gausa te dire de bonjorn. Badant de longa e se curant lei dents amé son gredon per passar lo temps. D’òrdres militars. De paraulas d'amarum a còps de leis, de decrets e de leis. Pas de paraulas, justament. De letras dins lo casier de cadun. Per nos rampelar a l’òrdre. Dempuèi qu’es arribada, lo burèu vira l’esquina a la fenèstra e lei cortinas demòran de lònga barrada. Coma lei cortinas dins lei filmes de Scorcèse, entre dubèrtas per pas laissar veire çò que chauchilha la Mafia. Patrona Arpiana plora pendent lei consèus administratius. A paur de son personau. E quora pòu articular doas frasòtas bretoneja : « la lei es la lei, la lei es la lei ». Puta ! Me demande s’es pas lo cònse de la vila de Tam que me l’a recrutada aquèsta. Coneis lei chifras pas lei mòts. La conjugason dau vèrbe aguer e pas aquela dau vèrbe èstre. De tot biais n’en faliá un de delegat sindicau a l’agéncia de viatge. Es com’aquò que me siáu engatjat.

dimarts, 22 de setembre de 2009

quicom.blogspot.com

http://quicom.blogspot.com/ es un polit blog d'art en Occitan. Nos agrada e nos liga per quauquei visions. Un obra grand sus l'imatge. E osca per lei fotografias de Grècia... en negre e blanc! Un blog fraire!

dilluns, 14 de setembre de 2009

Lenga e Pais d'Oc

Le numéro 48 de la revue Lenga e País d’oc vient de paraître.

Lenga e País d’òc

est la seule revue d’occitan destinée aux enseignants de langue et culture occitanes de l’école à l’Université.

Elle se propose de donner des éclairages les plus variés possibles,

  • tant sur les questions théoriques touchant à la langue et à la culture occitanes
  • que sur des méthodes et exercices directement pédagogiques.

L’objectif, voir se développer cet enseignement nouveau sur une réflexion théorique et plurielle de haut niveau.

Dans chaque numéro, trois rubriques présentent des études de fond, des comptes rendus et des analyses de pratiques, des groupements de textes autour d’une période, d’une question, d’un auteur

  • Estudis,
  • Practicas, et
  • Textes.

L’enseignement de l’occitan, présent dans de nombreuses académies, est riche de toutes sortes de projets et de réalisations. La revue qui s’en fait l’écho constitue un outil indispensable d’innovation et de formation.

Dans ce numéro vous pouvez lire:

Enseigner l'histoire, par Philippe Martel, du CNRS.

Deux siècles d'histoire de l'espace occitan, par Philippe Martel.

Une langue choisie par Evelyne Faïsse.

Pense-bête ortographique, par Josiane Ubaud

Le basilic, par Delphine Castaing.

Faire la signalétique du lycée de l'Arc, par Matthieu Poitavin.

Ecrire pour parler, par Clément Céllier

Bibliographie mistralienne, par Philippe Gardy.

Le numéro est à commander à Langue et Pays d'Oc, CRDP, Allée de la Citadelle, CS29003, 34 064 Montpellier Cedex 2.

Le numéro coûte 7 e 50.

Ho! OUIIIIIII! Ho! OUIIIIIIIIIIIII!

WOUUUUUUUUUUUUUUAIS! C'est MELA qui gagne en trouvant le nom de ma kaskette, modèle "rentrée 2010", OUI IL S AGISSAIT BIEN DE LA KASKETTE LASSITGE et se anam au digonau campus ensems, lo cinè proche de la fak dau Klapas, benlèu que ganharà lo drech de me lipar lo sgèg-board o mamé crompa me un sgeg-board après aguer manjat un alholi de pofres setoris. .. Pareis que lo gost de ço qu'as manjat te resta dins lo blanc de tei.... Popeye a gost d'epinarç...

un ensinhaire m'escriu

"Ai lipat lo rebord dau cagador dau collège per anar pas a l'escola
a pas marchat..."

dissabte, 12 de setembre de 2009

Il ne parlait que des Auvergnats, ce n'est pas grave

0h59, le Vendredi 11 Septembre 2009

"Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes", a plaisanté le ministre français de l'Intérieur, Brice Hortefeux, en public alors qu'il était en train de poser pour une photo avec Amin, un jeune d'origine arabe. 

C'est le dernier scandale de la politique française : "Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes", a plaisanté le ministre français de l'Intérieur, Brice Hortefeux, en compagnie de militants de l'UMP lors de l'université d'été du parti à Seignosse. De qui parle-t-il ? Dans la vidéo diffusée jeudi par Le Monde. fr, on devine qu'il plaisante sur l'origine d'un jeune issu de l'immigration. Cette phrase sort de sa bouche alors qu'il est en train de poser pour une photo avec Amin, un jeune d'origine arabe, juste après avoir fait remarquer qu'Amin "ne correspond pas du tout au prototype" ... Sa réplique provoque l'hilarité de plusieurs militants UMP dont Jean-François Copé, chef de file des députés UMP. 



La défense d'Hortefeux ? "les Auvergnats"

Interrogé sur cette vidéo, le ministre a assuré n'avoir voulu faire "aucune référence à une origine ethnique, maghrébine, arabe, africaine et ainsi de suite". Alors qu'il se dirigeait vers la sortie "après avoir pris des dizaines de photos, notamment avec la délégation auvergnate, un jeune m'arrête et me demande une photo", a-t-il expliqué. "Le public, à ce moment là, fait des commentaires sur le fait que l'Auvergne était très présente, et j'ai simplement (tenu les propos cités) en parlant des Auvergnats", a-t-il affirmé, en regrettant que "certains cherchent parfois la polémique à tout prix". 

La bourde d'Hortefeux fait le tour du monde

La tirade de Brice Hortefeux – "quand il y en a un, ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes" - prononcée après qu'il eût posé avec un militant UMP d'origine maghrébine, n'a pas échappé aux journaux étrangers. The New York Times, Le GuardianEl Pais, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, notamment, consacrent des articles à cette affaire.

RTR27P9D_Comp

  "Le ministre de l'Intérieur français Brice Hortefeux fait face à des appels à la démission, ce vendredi, après qu'une vidéo est apparue dans laquelle il fait des commentaires sur les Arabes, jugés racistes par des critiques", écrit le correspondant à Paris du New York Times.

Le Guardian relate toute l'histoire, d'Hortefeux "faisant apparement des plaisanteries insultantes sur l'importante communauté nord-africaine française" jusqu'à l'affaire du préfet Paul Girot "mis à la retraite d'office" par Hortefeux car "accusé d'avoir fait des commentaires racistes à l'aéroport de Paris".

L'article d'El Pais est titré "un arabe dans le parti de Sarkozy" avec comme sous-titre :"Un commentaire raciste du ministre de l'Intérieur sur un militant de l'UMP provoque une violente polémique en France".

Pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, la blogueuse a besoin d'aide car elle ne parle pas l'allemand... Avis aux polyglottes !

divendres, 11 de setembre de 2009

Du clown et contaclown


Cie les piqués du Nez

Tel 06 76 21 14 59
lespiques.dunez@yahoo.fr

Myriam Andréoletti

EN SEPTEMBRE
Propose - des ATELIERS CLOWN-THEATRE pour ADULTES à NIMES

Tous les jeudi soir , cours débutants : 17h - 19h , cours avancés :
19h30 - 21h30
au STUDIO THEATRE, 38 - rue Montaury à Nîmes.
début des cours jeudi 24 septembre 09

il s'agit d'un atelier découverte du clown théâtre, loin du cirque et
proche du théâtre. C'est découvrir ce qu'est ETRE CLOWN et non FAIRE LE
CLOWN ! être en jeu, être en relation, trouver en soi ses ressources
particulières pour improviser, développer sa créativité, dans l'humour,
le burlesque.


- UNE SOIREE CLOWN IMPRO pour tout public à COMBAS

samedi 19 septembre 20H30 au foyer de Combas ( près de Sommières),
soirée clownesque intitulée " CONTACLOWN A L'IMPROVISTE ! ",
sur scène 5 clown(e)s, 2 conteurs et 1 présentatrice ;

Les clowns s'inspirent des contes et à la fin du récit , ils nous
donnent à voir... leur version, leur vision décalée .
Partant de la trame de l'histoire,ils incarnent, à l'improviste, les
personnages avec leur sensibilité, leur regard émerveillé, naïf,
innocent et poétique. Ils vont re-créer le conte et nous entraîner dans
leur univers burlesque. Les héros vont prendre vie sous nos
yeux,métamorphosés par leur imagination débridée. Ils vont inventer des
situations innatendues et drôles et réactiver nos rires d'enfants.

Myriam ANDREOLETTI :
Comédienne, actrice-clowne et formatrice en expression théâtrale et
clown-théâtre depuis plus de 15 ans.
Formatrice au bataclown ( école nationale clown-théâtre), à Clownambule
( Paris).
Co-fondatrice de la revue Culture-Clown, Co-fondatrice du Festival du
clown de Cannes et Clairan ( 30)
Derniers spectacles : " Comme un cheveu sur la soupe", " Contaclown à
l'improviste"

dimecres, 9 de setembre de 2009

Nougaro,

Joc: es lo fracàs

Mei bravei 60 milions d'amics. Avètz totjorn pas trapat lo biais de dire lo nom d'aquèsta casqueta polida que fa impression dins lei belei veirinas de setembre. Pasmens, carga un nom força a la moda:
Es la casqueta L - - - - - - E
A vos de jogar en prepausant letras e mots e passem a quicom mai après...

diumenge, 6 de setembre de 2009

dilluns, 31 d’agost de 2009

dijous, 27 d’agost de 2009

Chaplin: Oscar dau melhor Cacalàs

Aquela scèna tirada de Monsur Verdoux me fa petar de rire. Mr Verdoux es una mena de Landru que mata totei sei femnas, sota diferenteis identitats en prene l'argent de l'ostau. De cops que li a lei donas acaban a la caminèia. La mai malaisada de suprimir es aquèsta cagola que vesètz sota. Una galina parisenca que ten mai que mai a son argent. Sus la barca, avisatz que Verdoux imatgina quicom mai qu'una passejada romantica... E lo crimi es luenh d'èstre perfiech. Lo joc dei dos comedians es remirable. Me fa cacalassar.



Trobère aquèste comentari sus YOUTUBE a prepaus dau filme:
"Martha Raye was the only woman Chaplin ever allowed to play comedy with him like this because he trusted her instincts at physical comedy and had confidence in her ability to adlib. She considered this role the highlight of her career."

Joc: quau es quau?

Consinha: Tampa lei traucs amé ta bona cultura generala e ganha de regardèlas...

La Grècia, ieu e mon lector de DVD. Me permeteguèt de tornar veire un classic per jorn dins l'aeroport, dins la cambra, dins l'avion, tre que li avié una presa procha de ieu. Abans aquela puta de rintrada que te trauca l'estomac, la capolièra clown nos demandèt de revizar lei nostrei classics. Dins ma colleccion DVD, demest lei classics li a un palhassa fort que se ditz C.............. C.......... Es anglés, faguèt sei debutas dins lo circ amé lo paire e la maire. Quora migrèt en America, creèt lo mai grand personatge que lo cinèma coneiguèt. Era The T......... Escampat deis americas pendent "la caça dei mascas" - èra acusat de comunisme - acabèt son mestier sus l'iscla natala. Lo filme que vos prepause sota es................... Conta la vida d'un palhassa en plena cabussada. Es la dançaira qu'ajudèt un temps que lo tornarà botar sus l'enpont. Es una granda soscadissa sus lo mestier d'artista. Lo filme parla e campaneja la fin d'un cinèma mut. La fin d'un periode. Per lo filme, Chaplin que joga aici lo rotle dau palhassa dich "C............................." convida un grand comedian dau cinèma mut, oblidat malastrosament dau mestier perque s'èra pas acostumat a la moda dau cinèma parlaire. Es .......................................... Aquela convidacion esmoganta es presentada sota. Lo tiatre permet la darnièra representacion dau burlesc au cinèma. Lo palhassa defuntarà après aquela scèna. En colissa, evidentament.

dimecres, 26 d’agost de 2009

Joc: Troba lo titre dau filme...


JOC: Lei doas fotografias representan lei cinèmas cabussant sus la mar, l'estieu, dins lei vilatges gregaus, a cèu dubert. Mai podètz trobar lo titre dau promier filme presentat aqui? De ganhar: de regardèlas arcolizadas per oblidar la rintrada...

divendres, 21 d’agost de 2009

es un vilatge


Es un vilatge clafit d'objèctes que te fan pensar a ta reire grand que picava...

Es un vilatge, ton resèu passa pas plus mai la gabina telefonica foncciona... Benlèu la darnièra dau monde...


Es un vilatge, lei reclamas despegadas sus lei congelators te fan pensar que lei estajants partiguèron i a gaire de temps...



Es un vilatge, sus lei cadieràs laissats dins un rebaladis, s'ausis sempre lei vièlhei voés dau ser...


Es un vilatge, sus una musica de l'ome a l'armonicà....














Es un vilatge nus, impudic, que desvela sei rasigas...








Es un vilatge que te fa pensar a un saloon, a un sheriff, a de titèias dançairas, e pasmens, degun, degun i demora...






Es un vilatge, lei pinturas restan sempre frescas, lei ridèus son racomodats pasmens degun, degun i demora...










Es un vilatge, per li anar, fau sota-levar lei portas bluas graulencas ai ponhadas de porcelena...













Es un vilatge gardat per un Rei aubre, la man forta apiejada sus lo braç de son cadieràs reiau...

C'est un village rempli d'objets qui te font penser à ton arrière grand-mère qui piquait...

C'est un village, ton réseau ne passe plus, mais la cabine téléphonique fonctionne... peut-être la dernière du monde...

C'est un village, sur les fauteuils laissés dans un désordre, on entend rire les dernières voix du soir...

C'est un village, sur une musique de l'homme à l'harmonica.

C'est un village, nu, impudique, qui dévoile ses racines.

C'est un village qui te fait penser à un saloon, à un shérif, à des poupées dansantes et cependant personne, personne n'y demeure...

C'est un village, les peintures restent toujours fraîches, les rideaux sont recousus, cependant personne, personne, n'y demeure...

C'est un village, pour y aller, il faut soulever les portes bleues graulennes aux poignées de porcelaine

C'est un village gardé par un roi Arbre, la main forte appuyée sur le bras de son trône royal..


(c) fotografias originalas dau Tam, 09, drechs reservats...