dissabte, 30 d’octubre de 2010

La bête du Vacarés par Bernadette Lafont

La belle du Vacarés...

Hier l'actrice a lu le livre de d'Arbaud, au Pont du Gard, devant une salle comble. Un grand moment sublime. De par sa voix, l'actrice a reconstitué toute l'horreur du livre. Avec une grande sensibilité et un plaisir de grande conteuse. Aidée par un batteur qui rythmait très bien chaque moment de l'histoire. Surtout quand la bête dévarie tout un troupeau de bêtes...avec sa flute de pan. J'en ai eu les frissons. J'ai récité des morceaux que je connaissais par coeur. Et j'ai retrouvé toute la splendeur de ce livre de chevet. La prochaine fois, c'est sûr elle nous le lit en Occitan. Merci Mme Lafont. C'était du grand Art! Je redécouvre un texte et je suis fier que tant d'enfants et adultes le découvrent par votre interprétation.

divendres, 29 d’octubre de 2010

Baroncelli: Lecturas

VENDREDI 29 OCTOBRE - Rive gauche - Pont du Gard :

-
15h :« Carte blanche à Bernadette Lafont » qui fera une lecture de textes sur la Camargue (Folco de Baroncelli,
Joseph d'Arbaud) avec un accompagnement musical de David Madeveczky, suivie de la projection du film « Crin Blanc » de Colomb de Daunant à 16h.

diumenge, 24 d’octubre de 2010

Archaïque ! Le patrimoine toponymique historique occitan censuré.

Message bilingue


Reborsier! Lo patrimòni toponimic istoric occitan censurat.


Lo tribunau administratiu de Montpelhier condemna lei panèus qu’indican en occitan lo nom d’una comuna.

Invòcan subretot: “le fait de ne pas employer la langue française pour toute inscription ou annonce destinée à l’information du public, apposée ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun”, lo manca de “fondement historique” d’una “traduction en langue occitane” e lo risca per la circulacion rotiera (sic).

Aquò contresta en plen leis escampas dau Ministre e la Cultura quora refusa un quadre legau que garentigue l’emplec dei lengas regionalas de França. Afortissiá fa gaire: “Le cadre légal actuel permet une présence […] des langues régionales dans l’espace public: […] par exemple de signalisation routière ou urbaine, qui du moment qu’ils le sont aussi en français, peuvent être […] en langue régionale.” Engana, sénher Ministre! O ditz clar aquest arrèst, de bada la reglamentacion actuala, una lèi clara e modèrna la fau, es necessària per lei lengas regionalas de França.


Bèn mai, còmpta per ren la chausida politica fòrta qu’an fach de molons de municipalitats que mostran sa lenga regionala ? Lei fau totei derrabar lei panèus? Conoissentas de son patrimòni, en Occitania, au País basco, en Bretanha, en Catalonha ò en Alsaça, lei vilas vòlon rendre a sa lenga, coma a aquelei que lei parlan autanbèn, una plaça jornadiera dins l’espaci public.


Ciutadans, e nòstrei elegits tot particularament, sostem la municipalitat de Vilanòva de Magalona en adoptant per solidaritat un deliberacion que comande una enquista toponimica per fins de restablir la forma autentica dau nom de la comuna. En totei bòn besonh de reclamar un quadre legau per nòstrei lengas.



Archaïque ! Le patrimoine toponymique historique occitan censuré.


Le tribunal administratif de Montpellier condamne des panneaux portant la mention du nom d’une commune en occitan.

Il invoque notamment “le fait de ne pas employer la langue française pour toute inscription ou annonce destinée à l’information du public, apposée ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun”, le manque de “fondement historique” d’une “traduction en langue occitane” et le risque pour la circulation routière (sic).


La contradiction est frontale avec les justifications du Ministre de la Culture pour refuser l’adoption d’un cadre législatif garantissant l’usage des langues régionales de France. Il affirmait récemment: “Le cadre légal actuel permet une présence […] des langues régionales dans l’espace public: […] par exemple de signalisation routière ou urbaine, qui du moment qu’ils le sont aussi en français, peuvent être […] en langue régionale.” CE/1503/LTO. Mensonge, monsieur le Ministre! Ce jugement réaffirme l’insuffisance de la règlementation actuelle et l’impérieuse nécessité d’une loi claire et moderne pour les langues régionales de France.


Outre cela, se trouve désavoué et directement menacé, le choix politique fort de nombreuses municipalités d’afficher leur langue régionale dans l’espace public. Conscientes de leur patrimoine, elles sont très nombreuses parmi les villes occitanes, celles du Pays basque, de Bretagne, de Catalogne nord ou d’Alsace à manifester leur volonté de rendre à la langue, et au-delà aux locuteurs de ces langues, une place quotidienne dans l’espace public.


Nous engageons, nos concitoyens et particulièrement nos élus à manifester leur soutien à la municipalité de Villeneuve les Maguelone en adoptant en signe de solidarité une délibération portant réalisation d’une enquête linguistique à fins de restitution de la forme authentique du nom de leur commune. A tous s’impose l’urgence de réclamer un cadre légal pour nos langues.



Institut d'Estudis Occitans
Ostal d'Occitania
11 carrièra Malcosinat
31000 TOLOSA / TOULOUSE
05 34 44 97 11