dissabte, 18 de gener de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 16.



16. La marcha dins una vila en crisi: la botiga dau Ribeiro –  La solesa dau Douro - Nostalgia deis ersas de l'ocean (liric).

Joseta retbala sei blue jean’s dins una vila en crisi. Passeja davant lei botigas istoricas ai davanturas sortidas drech d’un Franquin deis annadas 50. Lo café Ribeiro pinturla sei veirinas d’un blanc triste. Lo temps s’arrèsta.
 Quau viu sempre aquí ? Joseta se sarra dau café tampat. Dins un trauc vueje de pintura remarca lo plafond que tomba, lei tassas a mitat plenas, lei napas dreissadas, lei taulas a l’espèra. Lo bar polit ambé sei pòrtas-mantèus fixats sota lo zinc. La pòrta ai dos batents, balin-balan, coma dins lei oèsterns. Lo café es lèst de reçaupre. Mai non.  Degun, degun vendrà pas. Lei garçons dau gilet blanc e dau nos parpalhon, partits. La vièlha mameta jogaira, envolada. Lo pebron vengut se congostar de sa franceshina per oblidar leis efiechs dau Porto, desaparegut. Nani. Degun vendrà pas. Pasmens sentissèm cadun dins cada objècte vueje e lo passatge de cadun sus lo tapis roge de poussa que marca l'intrada. Lei traças encara caudas. Mai lo temps s’arrèsta. Infiniment. Arrèst sus imatge subte e infinit sus lo café desertat.
 Lo corrier, pas dubèrt, sota la pòrta de l’intrada s’amassa coma de fuèlhas mòrtas dins lo blanc dau gip  en nèu.
 "Aviso"! Avisa! Un avís de tampadura pegat sus una pòrta data de mai de 2013. E siam en decembre. Qué s'es passat? Coma se lei practicas e lei patrons avián fugit un ataca, una chavana, un accident subran. Se son sauvats. Tot en plaça mai sensa degun. 
Aviá ja agut aquela vision apocaliptica  a Atènas, Joseta. Cada an, avans de tornar dins son illa gregala de Lesbos onte escondié sa vida d'artista ambé Bru. Avans que d'èstre retrobada per Paris Flash. Lo paradis èra vengut un infèrn puei. Rai. Pendent seis escalas a Atenas, se rementa dau bar brancat ont anava manjar ambé lei joves de la ciutat. La cogar èra amiga ambé leis arcs-de-seda de la ciutat de Zeus.  Era amiga ambé totei leis arcs-de-seda de totei lei ciutats que traversava, pasmens. En 2006 puei 2007 aquel endrech èra clafit. Musica lounge, cosina ostau. En 2008 : desèrt. E parier : lo meme imatge. Lei dorgas a l’arrèst, lo gip que tomba en nèu, lei tassas plenas, lei sietas qu’esperan lo repais, lei napas ambé lei bonhetas (signe d'une vida videnta), tot a l’espèra. Mai sensa degun. Lo temps s’arrèsta lo jorn que pòs plus continuar coma a passa-temps. Valent-a-dire : subran. Coma un arrèst dau cor. Arquitectura d’una vila en crisi. Quora la vida èra la vida.
Kroner marcha dau lòng dau Rio Douro.  Riu negre. Ambé sei grands pònts. Lo pònt d’Eiffel. En fàcia lei cròtas de Porto. E la capa negra de Sandeman.
 Agacha lo tramway vièlh. Coma dins un episòdi de Quick e Flupke. Aprofiecharà dau soleu per anar veire la mar. L’ocean. Sentir dins l'odor de la sau que son imatge part, s’envòla. Sau garrissaira. Tornar prene son buf. E, perdre lo tot entier de son identitat dins lo large de l'ocean. Ocean mar violènta, mar giganta en causa de seis ersas. Mar poderosa, finala, non pas coma la Miegterrana sus lei sablas dau Grau-dau-Rei. 
Oc, fau anar a l'ocean, que leis ersas saràn pron fòrtas... Fau retrobar l'ocean per començar sa retirada urosa... Fau anar a l'ocean per lo crit exotic dei gabians... Fau anar a l'ocean... Oblidarà ansin lo cracinament dei flashs dei jornalistas...  Fau anar a la mar per... per... per lo sentit, la descubèrta, se dubrir enfin, èstre liure e... e... heu... e... relucar lei joves surfers portugés que sortiràn sei plancas per afrontar leis ersas ambé sei plaquetas de chocolat pegadas au ventre! Lei braç confles de muscles. Rhhaa! Lovely!
 A! Joseta Kroner  tugarà jamai son costat cogar! La jova carn demorarà son pecat polit.
 Fin finala es coma Porto, Joseta Kroner. Es una "cidade invicta".


16. Marche dans une ville en crise : boutique du Ribeiro – Solitude du Douro – Nostalgie lyrique des vagues dans l’océan.
Trainer son vieux blue jean dans une ville en crise. Elle se promène dans les boutiques historiques aux devantures  sorties droit d’un Franquin des années cinquante. Le café Ribeiro peint ses vitrines d’un blanc triste. Le temps s’arrête.
Qui vit encore ici ? Elle s’approche du café fermé. Dans un trou vide de peinture elle remarque le plafond qui tombe, les tasses à moitié pleines, les nappes dressées, les tables à l’afût. Le bar splendide avec ses porte-manteaux fixés sous le zinc. La porte aux deux battants qui se balancent comme dans les westerns. Le café s’apprête à recevoir. Mais non. Personne, personne ne viendra. Partis, les garçons aux gilets blancs et aux nœuds papillons. Envolée, la grand-mère joueuse. Disparu, l’ivrogne venu se délecter de sa franceshina pour éponger les effets du Porto. Non. Personne ne viendra. Cependant on sent chacun dans chaque objet vide et le passage de fantômes sur le tapis rouge empoussiéré qui indique l’entrée. Les traces encore chaudes. Arrêt sur image soudain, infini, nostalgique.
Le courrier, encore fermé, sous la forme d’entrée se ramasse comme des feuilles mortes dans le blanc de la neige plâtreuse.
« Aviso ! Attention ! » Un avis de fermeture sur une porte date de deux-mille-treize. Et nous voilà en décembre. Que s’est-il passé ? Comme si la clientèle et les patrons avaient subi une attaque, une tempête, un accident soudain. Ils se sont sauvés. Tout en place mais sans personne.
Josette avait eu déjà cette vision apocalyptique à Athènes. Chaque an, avant de rentrer dans son île grecque de Lesbos où elle cachait sa vie d’artiste avec Bru. Pendant ses escales à Athènes, elle se rappelle du bar branché où elle allait manger avec les jeunes. La couguar était amie avec tous les arc-en-ciels de la cité de Zeus. En deux-mille-six puis en deux-mille-sept cet endroit grouillait. Musique lounge, cuisine maison. En deux-mille-huit : désert. Identique : la même image. Les braux à l’arrêt, le plâtre qui tombe comme de la neige, les tasses pleines, les assiettes qui attendent le repas, les nappes avec les tâches, tout en attente. Mais sans personne. Le temps s’arrête le jour où tu ne peux plus continuer comme dans le passé. Soudain, sans vieillesse. Comme un arrêt du cœur. Architecture d’une ville en crise. Quand la vie était la vie.
Rêvasser le long du Rio Douro. Fleuve noir. Avec grands ponts. Le pont d’Eiffel. En face, les grottes. Et la cape noire de Sandeman.
Elle regarde le vieux tranway.  Comme dans un épisode de Quick et Flupke. Elle profitera du soleil pour aller voir la mer. L’Océan. Sentir que son image part dans l’odeur du sel, s’envole. Sel guérisseur. Reprendre son souffle. Et perdre la tolalité de son identité au large. Océan, mer violente, mer gigantesque à cause des vagues. Mer puissante, finalement, pas comme la Méditerranée sur les sables du Grau-du-Roi.
Oui, il faut aller à l’océan, dont les vagues seront fortes… Il faut retrouver l’océan pour commencer sa retraite heureuse… Il faut aller à l’océan pour le cri exotique des goélands… Il faut aller à l’océan… Elle oubliera ainsi la turbulence des flashs journalistiques… Il faut aller à la mer pour… pour… pour le sentiment, la découverte, s’ouvrir enfin, être libre et… et… reluquer les jeunes surfers portugais qui sortiront leurs planches pour affronter les vagues aves leurs plaquettes de chocolat collées au ventre. Les bras gonflés de muscles.
La jeune chair restera à jamais son péché joli.
Finalement elle est comme Porto. Une «cidade invicta ».

(c)Fotografia originala dau Tam. Porto. 2013. Drechs reservats.

diumenge, 12 de gener de 2014

Joseta Kroner, Sason 1 , capitol 15.



      Dins lo tram que te mena a Porto – La trossa e lo cotèu - Lo rescòntre amb Artús – L’apartament –  Coma tornar  a l’anonimat ? - La cantina economica – Estre se.

Dins lo tram vèrd. Dins lo tram vèrd e flame nòu que te mena a Porto, veses de forèst, d’usinas, de forèsts e d’usinas. Es pas un tram preissat. Nani. Lei gents i rintran plan planet. Laissan lei plaças ai vièlhas e agachan  leis usinas, lei forèsts, lei forèsts, leis usinas. 
Leis ostaus paures ò lei pavalhons de bòrd de mar abandonats dins lo biais 1900 son pinturlats de tags coma totei leis ostaus d’Euròpa. Fai freg. Mai lo soleu d’ivèrn seguís ton caminament.
Jo, a la debuta, as un pauc bastejat ambé la maquina dei bilhetas de trin. Mai lei gents – que fasián gentament la coa - an esperat. Ambé sapiéncia. Espantant per una francèsa ! Una paciéncia !
Son de maquinas complicadas. Que refusan e racan lei cartas blavas. Cada país a son fonccionament curiós ; meme ambé lei maquinas quasí mondializadas. Es un agent dau servici public, cortés, que l’ajuda ara de resquilhar la moneda au bòn endrech. Un sens dau servici, de l’escota, de l’espèra e de l’ajuda dins una ciutat dei bèlas.
« A ! Siam pas a París ! Se pensa Joseta. La vila dei pòrcs, deis escòrnas e dei pretenciós. Siam dins una vila normala. Me siáu donada a París per lo cinèma. París en escambi m’a ren tornat. Siáu contenta de m’escapar. De tornar viure dins un mond ric de civilizacion. Fugir. »
D’aise dins son sèti, sus leis afichas Joseta agacha leis informacions de la vila, marcadas en anglés per la toristalha. Quora son pè resquilha sus quauqua ren. Qu’es aquò ? Una trossa ! Joseta demanda a la chorma dau vagon, en mostrar l’objècte. Degun reconeis pas l’objècte ? Alòr l’actritz dubrís la lònga trossa de pèu de pantèra ò de Marsupilami. I tròba un lòng Opinel. Un cotèu francés. Sona l’agent de servici public. Que dins son portugués lentós li explica que li fau gardar amb’èla tot çò que pica, turta, fa mau. I auriá una carta blua.... Una adrèiça... Nani...  Li auriá conselhat de la tornar... Mai un cotèu... Doncas lo cotèu es per èla... Un cotèu francés. Coma una arma. Au Portugau an pas besonh d’aquò. « E aqueu cotèu, vai t’en saupre, es benlèu un signe dau cèu per vos ajudar, cara pichòta dòna ? » ditz l’agent dins un risolet.
Au sortir dau trin, Joseta se dirigís un papier a la man ambé l’adrèiça d’Artús Afonso. Rua Santa Catarina. Que dubrís puei sus lo centre istoric.
Artús a lei punt anarquistas tatoats sus la man. Pasmens aquel òme es un modèu de largueza e d’acuèlhança. Dins l’apartament 102, mofle, pròpre e modèrn, un solet membre fa cosina, cambra e salon. Ben agradiu. Lo climatizator bufa un èr caud e regular a 20. Tot es suau. Lo Portugués li dona lo còdi Wifi. Joseta lo refusa. Paga sei 180 euròs per la setmana en liquid. Pas de traças, mai que mai pas de dralhas. Quora Artús la laissa dins son intimitat, Joseta descopa sa carta blua, la grafinha e l’escampa. Lei bancas oblidaràn son existéncia. A retirat 500 euròs a Nimes. Bastarà.  Dèu trobar puei, sota lo consèu de son amic Corteson, una amiga qu’òbra au Colisèu. Aquesta vièlha sala d’espectacle onte tendrà la caissa. Per i acabar sei jorns.
 Joseta a lo projècte clar de se retirar a Porto. La vila romantica. La vila totjorn dins son chuc.
Per ara cabussar dins l’anonimat, suprimir lo telefonet, desbrancar l’internet. E totei lei vestists d’òmes dins un sac de plastic au recanton de la cambra sensa armari e gita sei kickers de cuèr que lei sarran lei cavilhas. Joseta escampa sa perruca, sei bralhas sus lo liech. Tornar èstre femna. La conèisson gaire au Portugau. Quau conèis leis actritz francèsas dins lo mond? Pas de maquilhatge. Laissar lo pèu espelofit. Laissar veire sei ridas au grand jorn. Estre una femna de 50 ans. Sensa enfants, sensa estaca. Trobar enfin una identitat. Per se. E laissar parlar sa beutat vertadièra. Per un promier còp es malaisat d'assumir.



Quora Artús Afonso, l’òme dei tres punts, sòrt de son immòble, es atirat per un braç balés. Un òme dau K-Way®, encagolat. L’òme, un jove, sent l’èrba.
- Sai pas se me reconèisses Artús Afonso ! li sibla lo missant dins l’aurilha. Mai ieu, òc, te reconèisse !
-James Bloodoon !
-Himself !
Subran lo passat d’Artús Afonso li tòrna a la figura coma una plega  mau tampada. James Bloodoon ié va dubrir en plen.
Assetats l’un fácia de l’autre dins un café umid dins lei nautors dau Douro, bastit dins una antica cròta, glopejan un expresso. Lei batèus de fusta passan plan planet cubèrts de botas de  Porto Tawny. L’umid, l’odor de frescum dau membre, la preséncia de James Bloodoon li rementan seis annadas de prison a  Rikers Island :
-Sabes, James. Ai tot oblidat. Me siáu fach una vida novèla dins mon país. Ai una femna deis enfants. De mon passat, sòbra aqueste tatoatge…S’aviáu poscut me cramar la man… Quora lo vese…Mei pichons demandan çò que significa… Respònde pas… Ai pas talament enveja de me rementar…
-Lo passat es pegós. As assajat de te tornar faire. E ben, quora vese lo pichòt immòble que te siás crompat, Artus. òsca ! Siás un borgés ara !
-Te crese ! Mai es mai aisat de faire d’afaires dins una vila en crisi, mai que mai quora as conegut New-York e qu’as viscut dau mercat de la dròga… Es pas bòn de botar sus un CV aquela merda, mai te fisa una bèla experiéncia… Per Porto… Siáu estat au bòn endrech au bòn moment… Ara per la toristalha europenca, mon immòble, seis estudiòs, leis estudiòs Alfonso es reconegut ... Mai aquí es pas la MDMA que m’a balhat l’argent. Nani. Es mon trabalh. Mon simple trabalh. La susor de mon front e l’ajuda de la maire de meis enfants. Una rica eiretiera. A un ostau vièlh Rua João Barros.
-E ben tot aquò sembla onèste, Artús.  Pasmens… pasmens… Agacha me drech dins leis uelhs : se siás l’òme onèste que dises as pas una deuta de pagar, davans leis uelhs de Dieu, creses qu’as tot complit ?
-?
-!
-Fuck James ! Putan de ta maire ! Me fagues pas aquò ! Lei rendas de mon immòble poiràn jamai te tornar lei 1,2 milions de dollars de Marijuana que te deve.
-Eriam lei reis dau petròle a l’epòca ! Se lo FBI nos aviá pas… Mon fraire…
-Leis ai pas… Vau plorar… Fagues pas aquò a ma familha…L'argent l'ai pas... James... Te suplique...
-Escota, ieu tanpauc ai pas enveja de parlar d’aqueste passat. Eriam joves. Ai cambiat tanben d’identitat e de vida en França puei…
-De qu’as fach ?
-…
- ???
-Que que siága ! Es una autra vida, a un autre endrech. E te demandarai plus ren de ton present, de ton passat, de ton futur, Artús Alfónso, se m'ajudas ara. Vòle just una cambra dins aquest immòble. Es possible? 
-Segur mon amic qu’aquò’s possible ! Coma ta demanda me rassegura. A ! A !
-Escota me ben. Es pas acabat. Vòle la cambra fácia a l’apartament 102 onte ven d’arribar l’òme.
- Segur ! Te pausarai pas de questions mai… Perqué aquel òme t’interessa ?
- Es pas un òme.
- ????
-M’a escapat. Perdon. Digues ren, se tenes a la vida de ta familha. Sabes coma pòde èstre fòrt… Balha me la clau de toteis leis apartaments de ton logament. E laissa me faire çò que m’agrada. E coma li siam, balha me parier lei claus de l’ostau de familha Rua João Barros.
Sensa relambi l’Artús ié balha lo doble de totei lei claus.
-Tarrible. Ara, revira-te. Lei camins nòstres se desseparan aicí.
E sensa regrets, rassegurat, lo consierge de la carriera Santa-Catarina davala dins lo soleu fòrt que banha leis aigas negras sota lei pòntas ferrats.
Quora Joseta sòrt per descubrir la vila, James Bloodoon intra dins l’apartament 102. E la promièra causa que fa es d’anar sentir sei bralhas gitadas sus lo liech.
-Es èla ! Es ben èla ! A ! Coma son odor m’apasima!
E lo caluc, coma un fetichista, comença de se fretar lei cambas contra lo plumon en niflant fòrt lei cauçaduras d’òme que Joseta a oblidat dins un recanton.



Ela, se laissa una setmana de vacanças avans lo trabalh au Colisèu. 500 euròs bastaràn. Se va manjar dins aquela cantina de la carriera Santa Catarina. 
Qunta arquitectura! Lo fau comprene qu’es un restaurant! Lei pòrtas son de fèrre. Lei vitras son ronhosas. Coma dins Portugau tot, leis "estanquets economics" (es coma aquò que se dison) florisson d’en pertot. Per cinc euròs as manjat. Joseta pren una sopa de liumes; una mena de fricòt obrier.
Aquí es una mameta que cosina. Una vila dins son chuc, Porto. Li agrada lo café quichat a Joseta. Se sent confortabla dins lei mòbles en Formicà qu'an pas cambiat dempuei leis annadas 50. E la vièlha tele, 16/9, de 2003, d’una marca chinèse inconeguda que difusís la TNT dau país, brama dins  lo resto tot dins leis odors dau manjar.
Lei cadièras son dispausadas d’un biais que pòs agachar la tv. Coma a l’ostau.
Lei practicas son de vielhs, de sensa dents (la bòna santat d’un país se mesura a la qualitat de sei dents), de paures, d’obriers, de femnas solas (coma Joseta) e quauqueis estudiants. De gulas cansadas. Amistadós. Lei melhors endrechs d’una vila. Poirem dire son còr ?

Quau podriá veire Joseta dins un endrech coma aquò ? Ela qu’aviá sa cosinièra personala, que se fasiá lei restos lei mai grands quora sabiá pas deque manjar ?
Se laissa anar a seis envejas de simplicitat. A crenta que la vida la remarque un còp de mai. Se va marchar. Enfin en patz. Una patz que sembla a l'enfança. Au bonur retrobat. Sensa l'agach crudèu deis autres. 




15. Dans le train qui te conduit à Porto – La trousse et le couteau – La rencontre avec Artur – L’appartement – Comment renvenir à l’anonymat ? – La cantine économique – Être soi.

Dans le tram vert. Dans le tram vert et flambant neuf qui te conduit à Porto, tu vois des forêts, des usines, des forêts et des usines. Ce n’est pas un train pressé. Non. Les gens y entrent tranquillement. Ils laissent la place aux petites vieilles et regardent les usines, les forêts, les forêts, les usines.
Les maisons pauvres ou les pavillons de bord de mer genre mille neuf cent sont  recouvertes de tags comme toutes les maisons d’Europe.  Il fait froid. Mais le soleil d’hiver suit ton cheminement.
Jo, au début, a un peu bataillé avec le distributeur de titres de transports. Mais les gens – qui faisaient gentiment la queue – ont attendu. Avec sagesse. Etonnant pour une Française ! Une patience !
Ce sont des machines compliquées. Qui refusent et vomissent les cartes bleues. Chaque pays a son fonctionnement étrange ; même avec les machines quasi mondialisées. C’est un agent, poli, qui l’aide à glisser la monnaie au bon endroit. Un sens du service, de l’écoute, de l’attente et de l’aide dans une des plus belles cités.
« Ah ! Nous ne sommes pas à Paris ! Pense Josette. »
Bien installée dans son fauteuil, sur les affiches Josette regarde les informations de la ville, inscrites en anglais pour les touristes. Quand son pied glisse sur quelque chose. Qu’est-ce ? Une trousse ! Josette demande au wagon, en montrant l’objet. Personne ne reconnait ceci ? Alors elle ouvre la longue trousse en peau de panthère ou de marsupilami. Elle y trouve un long Opinel. Un couteau français. Elle appelle l’agent de service. Qui dans un portugais très lent lui explique qu’il lui faut garder avec elle tout ce qui pique, frappe, heurte. Il y aurait une carte bleue… Une adresse… Non… Il lui aurait conseillé de la rendre… Mais un couteau… Donc le couteau est pour elle… Comme une arme. Au Portugal on n’a pas besoin de cela. « Et ce petit couteau, allez savoir, c’est peut-être un signe du ciel pour vous aider, ma petite dame ? » dit l’agent dans un beau sourire.
A la sortie du train, Josette se dirige, un papier à la main avec l’adresse d’Artús Afonso. Rua Santa Catarina. Qui ouvre ensuite sur le centre historique.
Artús a leis points anarchistes tatoués sur la main. Cependant c’est un modèle d’ouverture et d’accueil. Dans l’appartement cent-deux, confortable, propre et moderne, une seule pièce fait office de cuisine, chambre et salon. Le climatiseur souffle un air chaud et régulier à vingt degrés. Tout est calme. Le Portuguais donne le code Wifi. Josette le refuse. Elle paie ses cent quatre vingt euros en liquide. Pas de traces, surtout pas de traces. Quand Artús la laisse dans son intimité, Josette découpe sa carte bleue, la griffonne et la jette. Les banques oublieront son existence. Elle a retiré cinq cent euros à Nîmes. Ça suffira. Elle doit trouver ensuite, sous les conseils de son ami Courteson, une amie qui travaille au Colisée. Cette vieille salle de spectacle où elle tiendra la caisse.
Pour l’instant, plonger dans l’anonymat, supprimer le téléphone portable, débrancher l’Internet. Et tous les habits d’hommes dans un sac en plastique dans un coin de la chambre sans armoire et éloigner ses bottes en cuir qui serrent ses chevilles. Josette jette sa perruque, ses pantalons sur le lit. Redevenir femme. Elle n’est pas connue au Portugal. Qui connaît les actrices françaises dans le monde ? Pas de maquillage. Laisser ses cheveux dans le désordre. Laisser voir ses rides au grand jour. Etre une femme de cinquante ans. Sans enfants, sans attache. Trouver enfin une identité. Pour soi. Et laisser parler sa beauté intérieure. Pour la première fois, c’est difficile d’assumer.
Quand Artús Afonso, l’homme aux trois points, sort de son immeuble, il est attiré par un bras très musclé. Un homme au K-Way, encagoulé. L’homme, un jeune, sent l’herbe.
-J’ignore si tu me reconnais, Artús Afonso ! lui siffle-t-il dans les oreilles. Mais moi, oui !
-James Bloodoon !
-Himself !
Soudain le passé lui revient à la figure comme une plaie mal refermée. James Bloodoon va l’ouvrir en plein.
Assis l’un en face de l’autre dans un café humide dans les hauteurs du Douro, bâti dans une grotte antique, ils susurrent un expresso. Les bateaux en bois passent doucement couverts de tonneaux de Porto Tawny. L’humidité, l’odeur moisie de la pièce, la présence de James Bloodoon lui remémorent ses années de prison à Rikers Island :
-Tu sais, James. J’ai tout oublié. Je me suis fait une nouvelle vie dans mon pays. J’ai une femme, des enfants. De mon passé, il ne reste que ce tatouage… Si j’avais pu me brûler la main… Quand je le vois… Mes enfants demandent ce que ça signifie… Je ne réponds pas… Je n’ai tellement pas envie de me remémorer…
-Le passé nous colle à la peau. Tu as essayé de te refaire. Et bien, quand je vois le petit immeuble que tu t’es acheté, Artús, bravo ! Te voilà bourgeois désormais !
-Crois-tu ? Mais c’est si facile de faire des affaires dans une ville en crise, surtout quand tu as connu New-York et que tu as vécu du marché de la drogue… Ce n’est pas bon d’ajouter cela sur un CV cette merde, mais ça t’assure une bonne expérience… Pour Porto… J’ai été au bon endroit, au bon moment… Maintenant pour les touristes, mon immeuble, ses studios, les studios Alfonso c’est bien connu… Mais là ce n’est pas la MDMA qui m’a donné de l’argent… Non. C’est mon travail. Mon simple travail. La sueur de mon front et l’aide la mère de mes enfants. Une riche héritière. Elle a une vielle barraque Rua Joã Barros.
-Hé ! Bien ! Tout cela me semble bien honnête, mon Artús. Cependant… cependant… Regarde-moi droit dans les yeux : si tu es l’honnête homme dont tu parles, n’as-tu pas une dette à payer, devant les yeux de Dieu, crois-tu que tu as tout accompli ?
- ?
- !
-Fuck James ! Ta race ! Ne me fais pas ça ! Les loyers de mon immeuble ne  pourraient jamais te rembourser les 1,2 millions de dollars de Marijuana que je te dois.
- Nous étions les rois du pétrole à l’époque ! Si le FBI ne nous avait pas… Mon frère…
-Je ne les ai pas… Je vais pleurer… Ne fais pas ça à ma famille… L’agent je ne l’ai pas… James… Je t’en supplie…
-Ecoute, moi non plus je n’ai pas envie de parler de ce passé. J’ai changé aussi d’identité et de vie en France puis…
-Qu’as-tu fait ?
-…
- ????
-Quoi qu’il en soit ! C’est une autre vie, à un autre endroit. Et je ne te demanderai plus rien de ton présent, de ton passé, de ton futur, Artú Alfonso, si tu m’aides maintenant. Je veux juste une chambre dans cet immeuble. Est-ce possible ?
-C’est sûr mon ami, sûr que c’est possible ! Comme ta demande me rassure ! Ah ! Ah !
-Ecoute-moi bien. Ce n’est pas fini. Je veux la chambre face à l’appartement cent-deux où vient d’arriver cet homme.
-Sûr ! Je ne te pauserai pas de questions mais… Pourquoi cet homme t’intéresse-t-il ?
-Ce n’est pas un homme.
- ???
-Ça m’a échappé. Pardon. Ne dis rien, si tu tiens à la vie de ta famille. Tu sais comme je peux être fort… Donne-moi la clé de tous tes appartements de ton logement. Et laisse-moi faire ce qu’il me plaît. Et puisque nous y sommes, donne-moi également les clés de la maison de famille Rua Jão Barros.
Immédiatement notre Artús lui donne le double de toutes les clés.
-Terrible. Maintenant, retourne-toi. Nos chemins se séparent ici.
Et sans regrets, rassuré, le concierge de la rue Sainte Catherine descend dans le soleil puissant qui baigne les eaux noires sous les ponts ferrés.
Quand Josette sort pour découvrir la ville, James Bloodoon entre dans l’appartement cent-deux. Et la première chose qu’il fasse est d’aller sentir ses culottes éparpillées sur le lit.
-C’est elle ! C’est bien elle ! Ah ! Putain ! Son odeur ! Son odeur !
Et le fou, comme un fétichiste, commence à se frotter contre l’oreiller en respirant fort les chaussures d’homme que Josette a oublié dans un coin. 
Elle se laisse une semaine de vacances avant le travail au Colisée. Cinq cent euros suffiront. Si elle va manger dans cette cantine de la rue Sainte Catherine.
Quelle architecture ! Faut-il comprendre qu’il s’agit d’un restaurant ? Les portes sont en fer. Les vitres sales. Comme dans tout le territoire portugais, les restaurants économiques fleurissent. On peut y manger pour cinq euros. Josette prend une soupe de légume, une sorte de ragoût ouvrier.
Ici c’est une grand-mère qui cuisine. Une ville dans son jus, Porto. Josette aime le café très serré. Elle se sent bien dans les meubles en Formica qui n’ont pas changé depuis les années cinquante. Et la vieille télé, 16/9, marque chinoise inconnue qui diffuse la TNT régionale, hurle dans tout le resto et les odeurs de mangeaille.
Les chaises sont disposées pour voir la télé. Comme à la maison.
Les clients sont des vieux, des sans-dents (la bonne santé d’un pays se mesure à la qualité de sa dentition), des pauvres, des ouvriers, des femmes seules (comme Josette) et  quelques étudiants. Des gueules cassées. Amical. Les meilleurs endroits de la ville. Peut-on dire son cœur ?
Qui pourrait imaginer Josette ici? Elle qui possédait une cuisinière personnelle, qui se faisait les restaurants les plus grands quand elle ne savait que manger ?
Elle se laisse aller à ses désirs de simplicité. Elle a peur que la vie la remarque une fois de plus. Elle va marcher. Enfin en paix. Une paix qui ressemble à l’enfance. Au bonheur retrouvé. Sans le regard cruel des autres.