dissabte, 18 de gener de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 16.



16. La marcha dins una vila en crisi: la botiga dau Ribeiro –  La solesa dau Douro - Nostalgia deis ersas de l'ocean (liric).

Joseta retbala sei blue jean’s dins una vila en crisi. Passeja davant lei botigas istoricas ai davanturas sortidas drech d’un Franquin deis annadas 50. Lo café Ribeiro pinturla sei veirinas d’un blanc triste. Lo temps s’arrèsta.
 Quau viu sempre aquí ? Joseta se sarra dau café tampat. Dins un trauc vueje de pintura remarca lo plafond que tomba, lei tassas a mitat plenas, lei napas dreissadas, lei taulas a l’espèra. Lo bar polit ambé sei pòrtas-mantèus fixats sota lo zinc. La pòrta ai dos batents, balin-balan, coma dins lei oèsterns. Lo café es lèst de reçaupre. Mai non.  Degun, degun vendrà pas. Lei garçons dau gilet blanc e dau nos parpalhon, partits. La vièlha mameta jogaira, envolada. Lo pebron vengut se congostar de sa franceshina per oblidar leis efiechs dau Porto, desaparegut. Nani. Degun vendrà pas. Pasmens sentissèm cadun dins cada objècte vueje e lo passatge de cadun sus lo tapis roge de poussa que marca l'intrada. Lei traças encara caudas. Mai lo temps s’arrèsta. Infiniment. Arrèst sus imatge subte e infinit sus lo café desertat.
 Lo corrier, pas dubèrt, sota la pòrta de l’intrada s’amassa coma de fuèlhas mòrtas dins lo blanc dau gip  en nèu.
 "Aviso"! Avisa! Un avís de tampadura pegat sus una pòrta data de mai de 2013. E siam en decembre. Qué s'es passat? Coma se lei practicas e lei patrons avián fugit un ataca, una chavana, un accident subran. Se son sauvats. Tot en plaça mai sensa degun. 
Aviá ja agut aquela vision apocaliptica  a Atènas, Joseta. Cada an, avans de tornar dins son illa gregala de Lesbos onte escondié sa vida d'artista ambé Bru. Avans que d'èstre retrobada per Paris Flash. Lo paradis èra vengut un infèrn puei. Rai. Pendent seis escalas a Atenas, se rementa dau bar brancat ont anava manjar ambé lei joves de la ciutat. La cogar èra amiga ambé leis arcs-de-seda de la ciutat de Zeus.  Era amiga ambé totei leis arcs-de-seda de totei lei ciutats que traversava, pasmens. En 2006 puei 2007 aquel endrech èra clafit. Musica lounge, cosina ostau. En 2008 : desèrt. E parier : lo meme imatge. Lei dorgas a l’arrèst, lo gip que tomba en nèu, lei tassas plenas, lei sietas qu’esperan lo repais, lei napas ambé lei bonhetas (signe d'une vida videnta), tot a l’espèra. Mai sensa degun. Lo temps s’arrèsta lo jorn que pòs plus continuar coma a passa-temps. Valent-a-dire : subran. Coma un arrèst dau cor. Arquitectura d’una vila en crisi. Quora la vida èra la vida.
Kroner marcha dau lòng dau Rio Douro.  Riu negre. Ambé sei grands pònts. Lo pònt d’Eiffel. En fàcia lei cròtas de Porto. E la capa negra de Sandeman.
 Agacha lo tramway vièlh. Coma dins un episòdi de Quick e Flupke. Aprofiecharà dau soleu per anar veire la mar. L’ocean. Sentir dins l'odor de la sau que son imatge part, s’envòla. Sau garrissaira. Tornar prene son buf. E, perdre lo tot entier de son identitat dins lo large de l'ocean. Ocean mar violènta, mar giganta en causa de seis ersas. Mar poderosa, finala, non pas coma la Miegterrana sus lei sablas dau Grau-dau-Rei. 
Oc, fau anar a l'ocean, que leis ersas saràn pron fòrtas... Fau retrobar l'ocean per començar sa retirada urosa... Fau anar a l'ocean per lo crit exotic dei gabians... Fau anar a l'ocean... Oblidarà ansin lo cracinament dei flashs dei jornalistas...  Fau anar a la mar per... per... per lo sentit, la descubèrta, se dubrir enfin, èstre liure e... e... heu... e... relucar lei joves surfers portugés que sortiràn sei plancas per afrontar leis ersas ambé sei plaquetas de chocolat pegadas au ventre! Lei braç confles de muscles. Rhhaa! Lovely!
 A! Joseta Kroner  tugarà jamai son costat cogar! La jova carn demorarà son pecat polit.
 Fin finala es coma Porto, Joseta Kroner. Es una "cidade invicta".


16. Marche dans une ville en crise : boutique du Ribeiro – Solitude du Douro – Nostalgie lyrique des vagues dans l’océan.
Trainer son vieux blue jean dans une ville en crise. Elle se promène dans les boutiques historiques aux devantures  sorties droit d’un Franquin des années cinquante. Le café Ribeiro peint ses vitrines d’un blanc triste. Le temps s’arrête.
Qui vit encore ici ? Elle s’approche du café fermé. Dans un trou vide de peinture elle remarque le plafond qui tombe, les tasses à moitié pleines, les nappes dressées, les tables à l’afût. Le bar splendide avec ses porte-manteaux fixés sous le zinc. La porte aux deux battants qui se balancent comme dans les westerns. Le café s’apprête à recevoir. Mais non. Personne, personne ne viendra. Partis, les garçons aux gilets blancs et aux nœuds papillons. Envolée, la grand-mère joueuse. Disparu, l’ivrogne venu se délecter de sa franceshina pour éponger les effets du Porto. Non. Personne ne viendra. Cependant on sent chacun dans chaque objet vide et le passage de fantômes sur le tapis rouge empoussiéré qui indique l’entrée. Les traces encore chaudes. Arrêt sur image soudain, infini, nostalgique.
Le courrier, encore fermé, sous la forme d’entrée se ramasse comme des feuilles mortes dans le blanc de la neige plâtreuse.
« Aviso ! Attention ! » Un avis de fermeture sur une porte date de deux-mille-treize. Et nous voilà en décembre. Que s’est-il passé ? Comme si la clientèle et les patrons avaient subi une attaque, une tempête, un accident soudain. Ils se sont sauvés. Tout en place mais sans personne.
Josette avait eu déjà cette vision apocalyptique à Athènes. Chaque an, avant de rentrer dans son île grecque de Lesbos où elle cachait sa vie d’artiste avec Bru. Pendant ses escales à Athènes, elle se rappelle du bar branché où elle allait manger avec les jeunes. La couguar était amie avec tous les arc-en-ciels de la cité de Zeus. En deux-mille-six puis en deux-mille-sept cet endroit grouillait. Musique lounge, cuisine maison. En deux-mille-huit : désert. Identique : la même image. Les braux à l’arrêt, le plâtre qui tombe comme de la neige, les tasses pleines, les assiettes qui attendent le repas, les nappes avec les tâches, tout en attente. Mais sans personne. Le temps s’arrête le jour où tu ne peux plus continuer comme dans le passé. Soudain, sans vieillesse. Comme un arrêt du cœur. Architecture d’une ville en crise. Quand la vie était la vie.
Rêvasser le long du Rio Douro. Fleuve noir. Avec grands ponts. Le pont d’Eiffel. En face, les grottes. Et la cape noire de Sandeman.
Elle regarde le vieux tranway.  Comme dans un épisode de Quick et Flupke. Elle profitera du soleil pour aller voir la mer. L’Océan. Sentir que son image part dans l’odeur du sel, s’envole. Sel guérisseur. Reprendre son souffle. Et perdre la tolalité de son identité au large. Océan, mer violente, mer gigantesque à cause des vagues. Mer puissante, finalement, pas comme la Méditerranée sur les sables du Grau-du-Roi.
Oui, il faut aller à l’océan, dont les vagues seront fortes… Il faut retrouver l’océan pour commencer sa retraite heureuse… Il faut aller à l’océan pour le cri exotique des goélands… Il faut aller à l’océan… Elle oubliera ainsi la turbulence des flashs journalistiques… Il faut aller à la mer pour… pour… pour le sentiment, la découverte, s’ouvrir enfin, être libre et… et… reluquer les jeunes surfers portugais qui sortiront leurs planches pour affronter les vagues aves leurs plaquettes de chocolat collées au ventre. Les bras gonflés de muscles.
La jeune chair restera à jamais son péché joli.
Finalement elle est comme Porto. Une «cidade invicta ».

(c)Fotografia originala dau Tam. Porto. 2013. Drechs reservats.