dijous, 24 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 4.

Aficha dau radier film d'Enric Dauchan: L'As Pagat lo Capèu ambé Joseta Kroner e lo jove Rick Léo.


4. A l’intrada dau cinèma – Rescòntre amb Enric Dauchan e Rick Leo -  La provocacion de Rick Leo – Lo fracàs de Bru. 

Se demanda coma se pòu trobar dins tala trapela. Un festenau de cinèma per lei piucelas saup pas qu’aquò existís ! ò fant ! Au mens, apren quauqua ren uei... Sei mans susan sus son  grand e bèu libre. Aquelei sepias nos demandan de gaire embarrassar lo corredor. Relucan lo diable e l’escondon sota la taula d’acuèlh. E lei libres... Pecaire, lei libres... Lei recaptan totei sus un mòble de recanton en fàcia dau cagador per lei endecats.  Marcamau se passeja. Quora la diretritz dau cinèma arriba, de cotons dins lo nas, se rementa brica pas que nos convidèt. A la frejor de Catherine Deveneuve sensa la beutat. Doas oras d’autorota per aquò ! Nos vaicí tancats coma dos premsa libres.
Arriba Rick Leo – lo jove protagonista de L’As Pagat lo Capèu de 33 ans qu’a ja fach 10 ans de zonzon -   e son realizaire parisenc, Enric Dauchan.  Dauchan potoneja Bru de sei lagremas : «  Fant de sòrt ! Coma es polit lo present que faguères a Joseta per ton divòrci ! Ai vist ta maquista : es pas que d’amor ! Bru, siás un trobador modèrn ! Aqueste libre es un present d’adieu en papier glaçat ! »
Rick Leo sembla geinat de retrobar Bru aicí. Segon un Paris Flash d’estiu aguèt una ligason corteta mai cauda ambé aquela cogard. Bru es pas insensible a la beutat dau jovent. E compren perque lo bat ai jòcs de l’amor e de l’asard Bautasard.
Ara lo mai cagant : la presentacion dau film e dau libre a un public sortit dau CLUB DEI CHIFRAS E DEI LETRAS. Un concors d’aurilhetas, de pèus gris, e de sentors Yves Rocher. Tene bon. Me dise : siás aquí per l’amistat, siás aquí per l’amistat. Me mossegue leis onglas per me rassegurar.
Lo « protocole » es pas respectat. Lei vielhei sepias nos assetan sus de cadieras plegantas darrier lei fautuèlhs e leis estrapontins roges. Lei plaças que restan. Enric Dauchan garda lo sonrire comerciau. Aqueste ser dèu vendre son film. Quau va au cinèma a l’ora d’ara ? Lei papetas dei CLUB CAMIF ! Pas d’eclandre doncas ! Pas d’esclandre ! Que nani !
Quora la directritz arriba en cabussant la tèsta en arrier per regolar lo sang empresonat (a levat lo coton per parlar en public), nos fa assetar dins de fautuèlhs soples e roges de la promièra rengada, marcats per lo nom dei fraires Lumière. Lo realizator fa un numèro de claqueta, regreta l’abséncia de Joseta, mai compren sa causida de retirada personala, lo mond au cinèma es una granda familha, mai la pression es tan granda que se pòu respectar, e patin, e coffin, e aquesta comedia, Lo Capèu, es aquí coma un omenatge urós a son mestier ! « Tòrna nos lèu Joseta ! Tòrna nos lèu ! » Aplaudiments. Rick Leo acaba per prene lo micro : « Joseta, benlèu que regardaràs aquela vidèo sus YOUTUBE. Vese quauqueis un que filman l’eveniment. Se nos ausisses, Joseta, ve, fau çò que m’as après sus l’empont : jogar ambé leis interdits ! »  Qué vesèm pas ? Lo Leo que se rotla un petard, un bledo, un cachimbèu larg coma mon braç. Bru aurà de mau de vendre son libre après.
La directritz l’apela. Aplaudiments. Me cague. Ai pas plus d’onglas. Lei peluras crassosas son a mei pès. Es un orror. Bru es pas un orator. Bretoneja : « aqueste libre... es ... ma ... granda... fiertat... sabe que... marca... una istòria tris... ta... Perque l’Estela... Joseta... Brèu... Lo libre es en venda dins lo corredor. »
Tornam. Mene la veitura un còp de mai durènt doas oras. E lo Bru de repapiar : « Es un plan com que me fau... òc, un plan com... Tam, t’estones pas se un jorn desparèisse... T’estones pas... » Dise ren. Mai pense : « Aquela puta de Joseta, podriá donar signe de vida, pasmens ! Bru es pas Joseta. Es segur qu’amb èu vendrem de regardelas ! »
Au retour. Je conduis la voiture une fois de plus pendant deux heures. Mon Bru radote : « C’est un plan com qu’il me faut… Ouais, un plan com… Tam, ne t’étonnes pas si un jour je disparais… Ne t’étonnes pas… » Je ne moufte pas. Mais je pense : « Cette putain de Josette, elle pourrait donner signe de vie, quand même ! Bru ce n’est pas Josette. Sur qu’avec lui on ne vendra que dala! »


4. Dans le couloir du cinéma – Rencontre avec Henri Dauchan et Rick Leo-  La provocation de Rick Leo – Bru se plante. 

Il se demande comment il peut se trouver dans un tel piège. Un festival pour les pucelles il ne sait pas que ça existe ! Waw ! Il apprend quelque chose, au moins… Ses mains transpirent sur son grand et beau livre. Ces morues nous demandent de ne pas embarrasser le couloir. Elles toisent notre diable et le cachent sous la table d’accueil. Et les livres… Mon dieu, les livres… Elles les regroupent tous sur un meuble de coin en face des cabinets. Misère. Quand la directrice du cinéma s’avance, du coton dans le nez, elle se souvient à peine de son invitation. Elle a la froideur de Catherine Deneuve sans la beauté. Deux heures d’autoroute pour ça ! Nous voilà plantés comme des presse-livres.
Rick Léo, le jeune protagoniste de Turlututu, Chapeau Pointu ! trente-trois ans, celui qui a déjà fait dix ans de zonzon, s’avance avec son réalisateur parisien, Henri Dauchan. Dauchan baigne Bru de ses larmes : « Incroyable ! Tu as fait un cadeau remarquable à Josette pour ton divorce ! J’ai vu ta maquette : que de l’amour ! Bru, tu es un troubadour moderne ! Ce livre est un cadeau d’adieu en papier glacé ! »
Rick Léo  semble embarrassé de retrouver Bru ici. D’après un Paris Flash d’été il a entretenu une courte mais chaude liaison avec la cougar. Bru n’est pas insensible à la beauté du petit jeune.  Le voilà battu aux jeux de l’amour et du hasard, Balthazar.
Bonjour la merde : la présentation du film et du livre à un public sorti du CLUB DES CHIFFRES ET DES LETTRES.  Un concours d’oreillettes, de cheveux gris, et de senteurs Yves Rocher. Je tiens bon. Je me dis : tu es là pour l’amitié, tu es là pour l’amitié. Je me ronge les ongles. On se rassure comme on peut.
Le « protocole » n’est pas respecté. Les morues nous assoient sur des chaises pliantes, derrière les strapontins rouges. Les places qui restent. Henri Dauchan garde son sourire commercial. Ce soir, il doit vendre son film. Qui va au cinéma à notre époque ? Les papys du CLUB DES CHIFFRES ET DES LETTRES ! Pas de scandale donc ! Pas de scandale ! Ah non!
Quand la directrice arrive en plongeant la tête en arrière pour ravaler le sang emprisonné (elle a retiré son coton pour parler en public), elle nous installe dans des fauteuils rouges et souples de la première rangée, signés par le nom des frères Lumière. Le réalisateur entame un numéro de claquettes, regrette l’absence de Josette, mais comprend son choix de retraite personnelle, le monde du cinéma est une grande famille, mais c’est un choix qui peut se respecter tant il y a une grande pression, etc. etc., et cette comédie, Le Chapeau, c’est – voyez-vous- comme un hommage bienvenu à sa carrière ! « Reviens-nous vite Josette ! Reviens-nous vite ! » Applaudissements. Rick Léo finit par s’emparer du micro : « Josette, peut-être que tu regarderas cette vidéo sur YOUTUBE. Je vois quelques spectateurs qui filment l’évènement. Si tu nous entends, Josette, regarde, je fais ce que tu m’as appris sur les plateaux de tournage : jouer avec les interdits ! » Que ne voit-on pas ? Notre Léo qui se roule un joint, un pétard, un blédo large comme un bras de bébé. Ce sera difficile pour Bru de passer à sa promo.
La directrice l’appelle. Applaudissements. Je me fais littéralement dessus. Je n’ai plus d’ongles. Les pelures crasseuses sont à mes pieds. Une horreur. Il balbutie : « ce livre…c’est… ma…. grande… fierté… et je sais que… ça marque… une histoire… tris… te…parce que l’Etoile… Josette… Bref… Le livre est en vente dans le couloir. »
Au retour. Je conduis la voiture une fois de plus pendant deux heures. Mon Bru radote : « C’est un plan com qu’il me faut… Ouais, un plan com… Tam, ne t’étonne pas si un jour je disparais… Ne t’étonne pas… » Je ne moufte pas un mot. Mais pense : « Cette putain de Josette, elle pourrait donner signe de vie, quand même ! Bru ce n’est pas Josette. Sur qu’avec lui on ne vendra que dalle! »


dimarts, 22 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 3.

" Aqueste libre es un present d’adieu en papier glaçat..." Enric Dauchan, realizator.

Episòdi 3: lo rdv - lo burèu - lo viatge a Mar-e-Mont- Un festenau de cinèma.

Dimarç de matin. Me desrevelhe ambé lo casco. Tòrne de mon viatge a Mar-e-Mont. Un festenau de cinèma pròche de la Miegterrana. Es aicí que se virèron lei promiers films mariniers occitans dins leis annadas 1880. Per l’escansença l’arquitectura modèrna d’aqueste país fa pròva d’una imaginacion granda : una sala de projeccion en forma de batèu que cabussa.
Bru me fa esperar 20 minutas dins son burèu. Ausisse de bruchs d’escòtchs qu’environan lo libre de Joseta Kroner.  Respond au telefon. Ai temps. Ai mei RTT. Mai ai pas temps. E Bru se mòstra de lònga tardier.  Legisse l’Agradà Regionau que demanda a sei lectors se fau fotre leis estangiers defòra. Lo pòple (soventei fes d’origina castilhana ò catalana dins aqueste país) respond a 80 de cent : òc. Escampe lo jornau per facebookar…

Sus l’autorota que quita Agradà montam dins ma veitura blanca nòva (pagada ambé l’assegurança vida ma ma mameta defuntada a la prima). Bru susa dau clòsc, bufa. A la plaça dau mòrt :
-T’estones pas, Tam, se desaparèisse…

La veitura m’agrada pas. Nimai menar. Mai per sauvar mon amic e l’ajudar a la venda me sacrifique. Coma patissèm totei dos de l’esciatica, es plegats que cargam lei cartonàs de libres dins la mala.  La rota es polida mai rene au dedins que pòde pas escotar la programacion musicala de mon I-Fòne ! Grop Hum, Liza, Monsur T, Massilia… Lo Bru s’arrèsta pas de parlar. De sei relacions ambé la cinematèca de Mar-e-Mont, dei promiers oèsterns virats per Baroncelli, non pas per Folco, mai per son fraire, de Flechet e de son diccionari dau cinèma dins la Vau-Clusa, de l’Orsalher, d’un promier cort-metratge de Truffaut desaparegut qu’a de chança d’escondre dins sa bibliotèca, que li agradariá de vendre Joseta, una vida d’estela au Grand Jornau de Canau Plus… Ieu, m’agradariá que me parlèsse pas. Vòle jogar lo menaire de Miss Daisy.
Lo mete en off. Tòrne escotar lo motor de ma pòlo. Una belòia. La conducha resta talament sopla que sembla que menas un liech. La seguritat Volkswagen. Doas oras sensa lassitge. Lei pins gigants, lei pibolas, lei colors caudas de l’auton banhan l’autorota. Un patchwork provençau ai 1000 colors.
-Lo sentisse mau, afortís lo Bru a l’intrada de la vila onte lei vira-vira possan coma de campanhòus.
D’efiech a 6 oras de la tantossada, lo pòrt, freg, gastat per una architectura modèrna de gip e de quitram es desertic. Au luenh de gruas gigantassas, coma de dinosaurs de Spielberg, se perfilan en ombras chinesas sus de rocàs sensa mesura. Siam gaire esperats a la « sala batèu » (an aquel estadi de l’istòria, vos anoncie Titanic…) onte lei vielhas benevolentas bastejan au concors dau melhor brushing. Lei faussei blondas banhadas de Chanèu n°5 rivalizan de conariá. La serada en omenatge a Joseta Kroner promet. Lei paurei vièlhas peguèron una bandiera sus la radiera comedia de Joseta : L'as pagat lo capèu! (es lo titre): escepeciau Joseta Cronera. En esquintant son nom. Cagòlas ! Nos fan rintrar. L’acuèlh es amador. Siam esperats ? Ieu, lei mondanitats cinematograficas me tiban. Siáu aquí per lei libres e… basta ! Barre, embarrassat per mei cartons, sensa la veire, la pòrta au nas la presidènta dau festenau...

Episòdi 3: le rdv - le bureau - le voyage à Mar-e-Mont- Un festival de cinéma.

Mardi matin. Je me réveille avec la gueule de bois. Je reviens de mon voyage à Mar-e-Mont. Un festival de cinéma proche de la Méditerranée. C’est ici que se tournèrent les premiers films occitans dans les années mille huit cent quatre-vingt. Pour l’occasion l’architecture moderne de ce pays fait preuve d’une grande imagination : une salle de projection en forme de bateau qui se noie.
Bru me fait attendre vingt minutes dans son bureau. J’entends des bruits de scotchs qui enrubannent le livre de Josette Kroner. Il répond au téléphone.  J’ai le temps. J’ai mes RTT. Je lis l’Agrada Régional qui demande à ses lecteurs s’il faut foutre les étrangers dehors. Le peuple (souvent d’origine castillane ou catalane dans cette région,) répond à quatre-vingt pour cent : oui. Je jette le journal pour facebooker…
Sur l’autoroute qui quitte Agrada nous montons dans ma voiture blanche neuve (payée avec l’assurance vie de ma  grand-mère défunte au printemps). Bru transpire de la tête, souffle. A la place du mort :
-Ne t’étonne pas, Tam, si je disparais…                                                                                        
Je n’aime ni les voyages en voiture, ni conduire. Mais pour sauver mon ami et l’aider à la vente je me sacrifie. Comme nous souffrons tous les deux de la sciatique, c’est pliés que nous chargeons les gros cartons de livres dans la male. La route est jolie, mais je râle intérieurement car je ne peux pas écouter la programmation musicale de mon IPhone. Groupe Hum, Liza, Moussu T, Massilia… Bru n’arrête pas de parler. De ses relations avec la cinémathèque,    de Mar-e-Mont, des premiers westerns tournés par Baroncelli, pas de Folco, mais par son frère, de Flechet et de son Dictionnaire du Cinéma dans le Vaucluse, du Dresseur d’Ours, d’un premier court métrage de Truffaut disparu qu’il a de la chance de cacher dans sa bibliothèque, que ça lui plairait de vendre Josette Kroner une vie d’étoile, au Grand Journal de Canal Plus… Moi, ça me plairait qu’il ne me parle plus. Je veux jouer le chauffeur de Miss Daisy.
Je le mets en off. J’écoute le moteur de ma Polo. Un bijou. La conduite souple, j’ai l’impression de diriger un lit. La sécurité Volkswagen. Deux heures sans fatigue. Les pins géants, les peupliers, les couleurs chaudes de l’automne baignent l’autoroute. Un boutis provençal.
- Je le sens mal, ajoute Bru à l’entrée de la ville où les ronds-points poussent comme des champignons.
En effet à dix-huit heures, le port, froid, gâché par une architecture moderne de béton et de goudron est désertique. Au loin des rues géantes, comme les dinosaures de Spielberg, se profilent en ombre chinoise sur des rochers incommensurables. Nous ne sommes guère attendus à la « salle bateau » (à ce stade-là du récit, je vous annonce Titanic…) où les vieilles bénévoles se battent au concours du meilleur brushing. Les fausses blondes baignées de Channel Numéro Cinq rivalisent de connerie. La soirée en hommage à Josette Kroner promet. Les pauvres vieilles ont collé une banderole sur la nouvelle affiche : Turtultutu, Chapeau Pointu (c’est le titre). « Spéciale Josette Crounère ». Elles déforment le nom. Pétasses ! Elles nous font entrer. L’accueil est amateur. Sommes-nous attendus ? Moi, ça me crève les mondanités cinématographiques. Je suis ici pour les livres et… basta ! Je referme, embarrassé par mes cartons, sans m’en apercevoir, la porte au nez de la présidente du festival…

diumenge, 20 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, sason 1, capitol 2.



2. Fin de la comunicacion amorosa - Mestier e  vida de Joseta Kroner ò lo contengut dau libre - Lo divòrci -  Lo telefone ritz.

Bru oblida leis odors dau matin, met la taula per dos, cerca una ombra dins la sala de banh.  Sa tele creba lo silènci. Plora solet dins lei subremercats. Puei fa sa crotz. Lo tristum s'estompa mai arriban lei facturas. Son còr ven una chifra, un calcul, lo mostre dau sovenir. Lo logau, l’electricitat, dessenhan la cara de l’èstre aimat.


 Lo libre sus l’actritz, Joseta Kroner : una vida d'estela sembla una dolor regulara, una plega dubèrta, una robina sensa fond. Cada pagina es perfumada per lo remembre de la femna aimada . Jovença negra e blanca. Un film virat dins lo jardin antic d’Agradà,. Torn de França ambé Annie Cordy. Duò de claquetas. Jerry Lewis ais Americas. L'actritz potoneja  Romy Schneider dins Lo Safir de Claude Sautet.

Joseta partis  mentre que lei cent darnierei paginas son pas escrichas. Lei cent radierei paginas. Lei cent radierei paginas onte Bru, enfangat dins sei deutes per la publicacion,  se dèu petaçar ambé sei vidèos personalas, sei registraments sus l’AudioMemos de son I-Fòne e una documentacion gigantassa que li manja lei parets de l’ostau.

Dissabte. La Cauceta. Baveta de vedèu, sauça campanhòu, fregidas dau biais de ma mameta, gigantassas e mau copadas ambé quauquei bocinons de pèu.  Se fisa, un còp de mai: « Comprenes, çò ditz, pòde pas faire un pas sensa pensar a Joseta. Aqueste libre me perseguís. Lei gents m’arrestan per me parlar. Mai pensas que me parlan dau contengut ? Dau cinèma ? De la bèutat de l’objècte ? Que nani. »
Cala.  S’estona de charrar tan. Glopeja son vin. Tòrna :
« Que nani. Me parlan de mon divòrci. Puta de Paris Flash qu’a tot mediatizat !»

Regola lo vin roge dins sa garganta.
I a de causas que taise. Tirem pas sus lei ambulàncias. Per ajudar fau de reclama dins diferents salons dau libre. Ambé ma mala clafida de prospectus sus l'estand deis edicions Bruch.  Lei promièrei reaccions negativas e violentas dei badaires m'espantan. « Siatz vos que vendètz aquò ? Se pòu dire qu’aprofiechatz dei tabloïds ! Ambé la crisi tot fa venda ! » 
M’agrada mielhs mon mestier de viatjista.
Pas de reclama per Bru. Joseta Kroner parla pas a la television, nimai  a la ràdio.  Signa ren. S’escond.
Bru se fana doncas la promo. Dins l’Agradà Regionau, lo reconèisse ambé son unenc vestit negre de PDG, seis espatletas deis annadas uechantas . Marrit retrach, mau cadrat, au sortir de son ostau. Aquò fa pas vendre. Tf1 convida pas lei provinciaus.
Sariá estat Joseta ! A ! Sariá estat Joseta ! Sus la fotogragia, cargariá surament sa raubeta fendisclada deis annadas setanta, sa rauba simbèu, sa rauba erotica en forma de còr sus lo quieu d’aqueste film famós de Claude Berri, aquela rauba rojassa dei pampalhetas que maugrat sei cinquanta cinc ans, li balha un semblant de serena. Lo det sus sei bregas confladas per lo botox, lo libre resquilha sus lo teissut, entre lei cueissas muscladas. Joseta Kroner fa montar lei tiratges.
 
-Dimenge: Ate.... E diluns...l’orror! ditz Bru, lo nas dins son fromatge blanc, me fau presentar mon trabalh au ciné-club de la vila de Mar-e-Mont.  Carrejar lei libres, instalar leis estands... Siáu tan solet, tan solet per aquò... Se la chauchavilha continua, vau desaparèisser. Vau desaparèisser, Tam.
-Pause mei RTT, diluns. Te seguisse.

Dimenge. Quatre oras de la tantossada. Bru me sòna : « Li siáu anat. Li siáu anat a Ate. Alòr segur aquò pesa. Que creses ? Es la region ont es nascuda. Es surament la region onte s’escond. Mai es la region onte lo potenciau de venda es mai important. Ploviá coma vaca que pissa. E me siáu pas arrestat. Agradà. Avinhon. Apt. Dins ma vièlha gòlf poirrida. La veitura resquilhava sus lo sòu banhat. Sabe ont’es son ostau troglodite, a Buóus, au plus pregond dei terras e dei baumas, a cinc minutas, ai viscut amb ela enlai, mai t’assegure que non. Ai pas assajat de la veire. Non. Non. Non. De tot biais, lo camin de terra es impraticable aquesta passa. Per lo salon dau libre? Me siáu tancat dins la sala polivalenta. I aviá pas de caufatge. Sonque la calor umana. E qunta calor ! Lei femnas de son atge èran aquí. Lei mans encara abimadas per lo trabalh de la terra, lei ventres desformats. E me siáu avisat coma mon actritz fasiá pas son atge. E me siáu avisat parier qu’aviá pas agut d’atge... la sapiéncia d’aquelei femnas... Es una autra vida... Lei femnas me crompavan lo libre... Èran fieras de la pichòta qu’aviá laissat lo país per capitar a París... Sempre polida mentre qu’avián lo pèu gris... Me contavan l’escòla ambé Joseta... Sei bestiesas de dròlla a l’escòla publica...  Catòrze! Tam ! Ne’n vendère catòrze ! Alòr escota... Plòu... Mai me veses content ! Tot ara se sonarem per fixar lo rendètz-vos a Mar-e-Mont. Per deman, siau optimist. »





2.Fin de la communication amoureuse – Métier et vie de Josette Kroner ou le contenu du livre- Le divorce – Le téléphone rit. 
Bru oublie les odeurs du matin, met la table pour deux, cherche une ombre dans la salle de bain.  Sa télé crève le silence. Il pleure seul dans les supermarchés. Puis il fait son deuil. La tristesse s'estompe mais les factures plombent tout.  Son cœur devient un chiffre, un calcul,  le monstre du souvenir. Le loyer, l’électricité, redessinent le visage de l’être aimé.

Le livre sur l’actrice, Josette Kroner : une vie d’étoile, ressemble à une douleur régulière, une plaie ouverte, un fossé sans fond. Chaque page est parfumée par le souvenir de la femme aimée. Jeunesse en noir et blanc. Un film tourné dans le jardin antique d’Agrada. Tour de France avec Annie Cordy. Duo de claquettes. Jerry Lewis en Amérique.  L'actrice embrasse Romy Schneider pour Le Saphir de Claude Sautet.

Josette part  alors que les cent dernières pages ne sont pas écrites. Les cent dernières pages. Les cent dernières pages où Bru, embourbé dans ses dettes pour la publication, se débrouille avec ses vidéos personnelles, ses enregistrements sur l’Audio-Mémos de son IPhone et une documentation géante qui dévore les murs de sa maison. 
 
Samedi.  La Chaussette. Bavette de veau, sauce champignon, frites comme celles de ma grand-mère, géantes et mal coupées avec quelques restes de peau. Le voilà qu’il se confie, encore et encore.  « Tu comprends, dit-il, je ne peux pas faire un pas sans penser à Josette. Ce livre me poursuit. Les gens m’arrêtent pour m’en  parler.  Mais penses-tu qu’ils me parlent du contenu ? Du cinéma ? De la beauté de l’objet ? Bien sûr que non. »  
Il s’interrompt. S’étonne de son élocution. Il lippe son vin pour reprendre :
« Bien sûr que non. Ils me parlent de mon divorce. Putain de Paris Flash qui médiatise tout ! »
Il descend son vin rouge.
Il y a des choses que je tais. On ne tire pas sur les ambulances.  Pour l’aider je  fais de la pub dans divers salons du livre. Ma valise pleine de prospectus sur le stand des Editions Bruit je m'étonne des réactions violentes des passants: « Est-ce vous qui vendez cela ? On peut dire que vous profitez des tabloïds ! Avec la crise tout fait vendre ! »
Je préfère mon job de voyagiste.
Pas de réclame pour Bru. Josette Kroner ne parle ni à la télévision, ni à la radio. Elle ne signe rien. Elle se cache. 
L'éditeur se farcit   la promo. Dans l'Agrada Régional, je le reconnais  avec son  costume gris de PDG, ses épaulettes des années quatre-vingt. Mauvais portrait, mal cadré, à la sortie de sa maison. Cela ne fait pas vendre.  TF1 n'invite pas les provinciaux.


Cela aurait été Josette ! Ah ! Cela aurait été Josette ! Sur la photographie, elle porterait  sa mini-jupe fendue, celle des années soixante et dix, sa robe symbolique, sa robe érotique en forme de cœur sur le cul, celle de ce film connu de Claude Berri, cette robe rougeâtre aux paillettes qui, malgré ses cinquante cinq ans, lui donne un air de sirène.  Le doigt sur ses lèvres gonflées par le botox, le livre glisse sur le tissu entre ses cuisses musclées. Josette Kroner fait monter les tirages.


- Dimanche: Apt... et lundi....l’horreur! dit Bru, le nez dans son fromage blanc, il faut présenter mon travail au ciné-club de la ville de Mar-e-Mont. Transporter les livres, installer les stands… Je suis si seul, si seul pour ça… Si le cauchemar continue, je vais disparaître. Je vais disparaître, Tam.
-Je pause mes RTT, lundi. Je te suis.

Dimanche.  Seize heures.  Coup de fil de Bru.: « J’y suis allé. J’y suis allé à Apt. Alors bien sûr, c’est pesant. Qu’est-ce que tu crois ? C’est la région où elle est née. C’est surement la région où elle se cache. Mais c’est la région où le potentiel de vente reste le plus important. Il pleuvait comme vache qui pisse. Et je ne me suis pas arrêté. Agrada. Avignon. Apt. Dans ma vieille Golf pourrie. La voiture glissait sur le sol trempé. Je sais où se trouve sa maison troglodyte, à Buoux, au plus profond des terres des baumes, à cinq minutes, j’ai vécu avec elle là-bas, mais je t’assure que non. Je n’ai pas essayé de la voir. Non. Non. Non. De toute façon, le chemin de terre est impraticable, actuellement.  Pour le salon du livre? Je me suis installé dans la salle polyvalente. Il n’y avait pas de chauffage. Seulement la chaleur humaine. Et quelle chaleur ! Les femmes de son âge étaient ici.   Les mains abimées par le travail de la terre, les ventres déformés. Et je me suis rendu compte comme mon actrice  ne faisait pas son âge… la sagesse de ces femmes… c’est une autre vie… Les femmes m’achetaient le livre… Elles étaient fières de la petite qui avait quitté le pays… Toujours jolie tandis qu’elles avaient les cheveux gris… Elles me racontaient l’école avec Josette… Ses bêtises de petite fille à l’école publique… Quatorze ! Tam ! J’en ai vendu quatorze ! Alors, écoute… Il pleut… mais je suis content! Tout à l’heure nous nous appellerons pour fixer le rendez-vous à Mar-e-Mont. Pour demain, je suis optimiste. »

(A suivre...)


Dessenhs  dau Tam. - (c) 2014.Stylo bille et IPhone4. Sur cahier Fabriano. A5. 90 feuillets.