dijous, 24 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 4.

Aficha dau radier film d'Enric Dauchan: L'As Pagat lo Capèu ambé Joseta Kroner e lo jove Rick Léo.


4. A l’intrada dau cinèma – Rescòntre amb Enric Dauchan e Rick Leo -  La provocacion de Rick Leo – Lo fracàs de Bru. 

Se demanda coma se pòu trobar dins tala trapela. Un festenau de cinèma per lei piucelas saup pas qu’aquò existís ! ò fant ! Au mens, apren quauqua ren uei... Sei mans susan sus son  grand e bèu libre. Aquelei sepias nos demandan de gaire embarrassar lo corredor. Relucan lo diable e l’escondon sota la taula d’acuèlh. E lei libres... Pecaire, lei libres... Lei recaptan totei sus un mòble de recanton en fàcia dau cagador per lei endecats.  Marcamau se passeja. Quora la diretritz dau cinèma arriba, de cotons dins lo nas, se rementa brica pas que nos convidèt. A la frejor de Catherine Deveneuve sensa la beutat. Doas oras d’autorota per aquò ! Nos vaicí tancats coma dos premsa libres.
Arriba Rick Leo – lo jove protagonista de L’As Pagat lo Capèu de 33 ans qu’a ja fach 10 ans de zonzon -   e son realizaire parisenc, Enric Dauchan.  Dauchan potoneja Bru de sei lagremas : «  Fant de sòrt ! Coma es polit lo present que faguères a Joseta per ton divòrci ! Ai vist ta maquista : es pas que d’amor ! Bru, siás un trobador modèrn ! Aqueste libre es un present d’adieu en papier glaçat ! »
Rick Leo sembla geinat de retrobar Bru aicí. Segon un Paris Flash d’estiu aguèt una ligason corteta mai cauda ambé aquela cogard. Bru es pas insensible a la beutat dau jovent. E compren perque lo bat ai jòcs de l’amor e de l’asard Bautasard.
Ara lo mai cagant : la presentacion dau film e dau libre a un public sortit dau CLUB DEI CHIFRAS E DEI LETRAS. Un concors d’aurilhetas, de pèus gris, e de sentors Yves Rocher. Tene bon. Me dise : siás aquí per l’amistat, siás aquí per l’amistat. Me mossegue leis onglas per me rassegurar.
Lo « protocole » es pas respectat. Lei vielhei sepias nos assetan sus de cadieras plegantas darrier lei fautuèlhs e leis estrapontins roges. Lei plaças que restan. Enric Dauchan garda lo sonrire comerciau. Aqueste ser dèu vendre son film. Quau va au cinèma a l’ora d’ara ? Lei papetas dei CLUB CAMIF ! Pas d’eclandre doncas ! Pas d’esclandre ! Que nani !
Quora la directritz arriba en cabussant la tèsta en arrier per regolar lo sang empresonat (a levat lo coton per parlar en public), nos fa assetar dins de fautuèlhs soples e roges de la promièra rengada, marcats per lo nom dei fraires Lumière. Lo realizator fa un numèro de claqueta, regreta l’abséncia de Joseta, mai compren sa causida de retirada personala, lo mond au cinèma es una granda familha, mai la pression es tan granda que se pòu respectar, e patin, e coffin, e aquesta comedia, Lo Capèu, es aquí coma un omenatge urós a son mestier ! « Tòrna nos lèu Joseta ! Tòrna nos lèu ! » Aplaudiments. Rick Leo acaba per prene lo micro : « Joseta, benlèu que regardaràs aquela vidèo sus YOUTUBE. Vese quauqueis un que filman l’eveniment. Se nos ausisses, Joseta, ve, fau çò que m’as après sus l’empont : jogar ambé leis interdits ! »  Qué vesèm pas ? Lo Leo que se rotla un petard, un bledo, un cachimbèu larg coma mon braç. Bru aurà de mau de vendre son libre après.
La directritz l’apela. Aplaudiments. Me cague. Ai pas plus d’onglas. Lei peluras crassosas son a mei pès. Es un orror. Bru es pas un orator. Bretoneja : « aqueste libre... es ... ma ... granda... fiertat... sabe que... marca... una istòria tris... ta... Perque l’Estela... Joseta... Brèu... Lo libre es en venda dins lo corredor. »
Tornam. Mene la veitura un còp de mai durènt doas oras. E lo Bru de repapiar : « Es un plan com que me fau... òc, un plan com... Tam, t’estones pas se un jorn desparèisse... T’estones pas... » Dise ren. Mai pense : « Aquela puta de Joseta, podriá donar signe de vida, pasmens ! Bru es pas Joseta. Es segur qu’amb èu vendrem de regardelas ! »
Au retour. Je conduis la voiture une fois de plus pendant deux heures. Mon Bru radote : « C’est un plan com qu’il me faut… Ouais, un plan com… Tam, ne t’étonnes pas si un jour je disparais… Ne t’étonnes pas… » Je ne moufte pas. Mais je pense : « Cette putain de Josette, elle pourrait donner signe de vie, quand même ! Bru ce n’est pas Josette. Sur qu’avec lui on ne vendra que dala! »


4. Dans le couloir du cinéma – Rencontre avec Henri Dauchan et Rick Leo-  La provocation de Rick Leo – Bru se plante. 

Il se demande comment il peut se trouver dans un tel piège. Un festival pour les pucelles il ne sait pas que ça existe ! Waw ! Il apprend quelque chose, au moins… Ses mains transpirent sur son grand et beau livre. Ces morues nous demandent de ne pas embarrasser le couloir. Elles toisent notre diable et le cachent sous la table d’accueil. Et les livres… Mon dieu, les livres… Elles les regroupent tous sur un meuble de coin en face des cabinets. Misère. Quand la directrice du cinéma s’avance, du coton dans le nez, elle se souvient à peine de son invitation. Elle a la froideur de Catherine Deneuve sans la beauté. Deux heures d’autoroute pour ça ! Nous voilà plantés comme des presse-livres.
Rick Léo, le jeune protagoniste de Turlututu, Chapeau Pointu ! trente-trois ans, celui qui a déjà fait dix ans de zonzon, s’avance avec son réalisateur parisien, Henri Dauchan. Dauchan baigne Bru de ses larmes : « Incroyable ! Tu as fait un cadeau remarquable à Josette pour ton divorce ! J’ai vu ta maquette : que de l’amour ! Bru, tu es un troubadour moderne ! Ce livre est un cadeau d’adieu en papier glacé ! »
Rick Léo  semble embarrassé de retrouver Bru ici. D’après un Paris Flash d’été il a entretenu une courte mais chaude liaison avec la cougar. Bru n’est pas insensible à la beauté du petit jeune.  Le voilà battu aux jeux de l’amour et du hasard, Balthazar.
Bonjour la merde : la présentation du film et du livre à un public sorti du CLUB DES CHIFFRES ET DES LETTRES.  Un concours d’oreillettes, de cheveux gris, et de senteurs Yves Rocher. Je tiens bon. Je me dis : tu es là pour l’amitié, tu es là pour l’amitié. Je me ronge les ongles. On se rassure comme on peut.
Le « protocole » n’est pas respecté. Les morues nous assoient sur des chaises pliantes, derrière les strapontins rouges. Les places qui restent. Henri Dauchan garde son sourire commercial. Ce soir, il doit vendre son film. Qui va au cinéma à notre époque ? Les papys du CLUB DES CHIFFRES ET DES LETTRES ! Pas de scandale donc ! Pas de scandale ! Ah non!
Quand la directrice arrive en plongeant la tête en arrière pour ravaler le sang emprisonné (elle a retiré son coton pour parler en public), elle nous installe dans des fauteuils rouges et souples de la première rangée, signés par le nom des frères Lumière. Le réalisateur entame un numéro de claquettes, regrette l’absence de Josette, mais comprend son choix de retraite personnelle, le monde du cinéma est une grande famille, mais c’est un choix qui peut se respecter tant il y a une grande pression, etc. etc., et cette comédie, Le Chapeau, c’est – voyez-vous- comme un hommage bienvenu à sa carrière ! « Reviens-nous vite Josette ! Reviens-nous vite ! » Applaudissements. Rick Léo finit par s’emparer du micro : « Josette, peut-être que tu regarderas cette vidéo sur YOUTUBE. Je vois quelques spectateurs qui filment l’évènement. Si tu nous entends, Josette, regarde, je fais ce que tu m’as appris sur les plateaux de tournage : jouer avec les interdits ! » Que ne voit-on pas ? Notre Léo qui se roule un joint, un pétard, un blédo large comme un bras de bébé. Ce sera difficile pour Bru de passer à sa promo.
La directrice l’appelle. Applaudissements. Je me fais littéralement dessus. Je n’ai plus d’ongles. Les pelures crasseuses sont à mes pieds. Une horreur. Il balbutie : « ce livre…c’est… ma…. grande… fierté… et je sais que… ça marque… une histoire… tris… te…parce que l’Etoile… Josette… Bref… Le livre est en vente dans le couloir. »
Au retour. Je conduis la voiture une fois de plus pendant deux heures. Mon Bru radote : « C’est un plan com qu’il me faut… Ouais, un plan com… Tam, ne t’étonne pas si un jour je disparais… Ne t’étonne pas… » Je ne moufte pas un mot. Mais pense : « Cette putain de Josette, elle pourrait donner signe de vie, quand même ! Bru ce n’est pas Josette. Sur qu’avec lui on ne vendra que dalle! »