diumenge, 20 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, sason 1, capitol 2.



2. Fin de la comunicacion amorosa - Mestier e  vida de Joseta Kroner ò lo contengut dau libre - Lo divòrci -  Lo telefone ritz.

Bru oblida leis odors dau matin, met la taula per dos, cerca una ombra dins la sala de banh.  Sa tele creba lo silènci. Plora solet dins lei subremercats. Puei fa sa crotz. Lo tristum s'estompa mai arriban lei facturas. Son còr ven una chifra, un calcul, lo mostre dau sovenir. Lo logau, l’electricitat, dessenhan la cara de l’èstre aimat.


 Lo libre sus l’actritz, Joseta Kroner : una vida d'estela sembla una dolor regulara, una plega dubèrta, una robina sensa fond. Cada pagina es perfumada per lo remembre de la femna aimada . Jovença negra e blanca. Un film virat dins lo jardin antic d’Agradà,. Torn de França ambé Annie Cordy. Duò de claquetas. Jerry Lewis ais Americas. L'actritz potoneja  Romy Schneider dins Lo Safir de Claude Sautet.

Joseta partis  mentre que lei cent darnierei paginas son pas escrichas. Lei cent radierei paginas. Lei cent radierei paginas onte Bru, enfangat dins sei deutes per la publicacion,  se dèu petaçar ambé sei vidèos personalas, sei registraments sus l’AudioMemos de son I-Fòne e una documentacion gigantassa que li manja lei parets de l’ostau.

Dissabte. La Cauceta. Baveta de vedèu, sauça campanhòu, fregidas dau biais de ma mameta, gigantassas e mau copadas ambé quauquei bocinons de pèu.  Se fisa, un còp de mai: « Comprenes, çò ditz, pòde pas faire un pas sensa pensar a Joseta. Aqueste libre me perseguís. Lei gents m’arrestan per me parlar. Mai pensas que me parlan dau contengut ? Dau cinèma ? De la bèutat de l’objècte ? Que nani. »
Cala.  S’estona de charrar tan. Glopeja son vin. Tòrna :
« Que nani. Me parlan de mon divòrci. Puta de Paris Flash qu’a tot mediatizat !»

Regola lo vin roge dins sa garganta.
I a de causas que taise. Tirem pas sus lei ambulàncias. Per ajudar fau de reclama dins diferents salons dau libre. Ambé ma mala clafida de prospectus sus l'estand deis edicions Bruch.  Lei promièrei reaccions negativas e violentas dei badaires m'espantan. « Siatz vos que vendètz aquò ? Se pòu dire qu’aprofiechatz dei tabloïds ! Ambé la crisi tot fa venda ! » 
M’agrada mielhs mon mestier de viatjista.
Pas de reclama per Bru. Joseta Kroner parla pas a la television, nimai  a la ràdio.  Signa ren. S’escond.
Bru se fana doncas la promo. Dins l’Agradà Regionau, lo reconèisse ambé son unenc vestit negre de PDG, seis espatletas deis annadas uechantas . Marrit retrach, mau cadrat, au sortir de son ostau. Aquò fa pas vendre. Tf1 convida pas lei provinciaus.
Sariá estat Joseta ! A ! Sariá estat Joseta ! Sus la fotogragia, cargariá surament sa raubeta fendisclada deis annadas setanta, sa rauba simbèu, sa rauba erotica en forma de còr sus lo quieu d’aqueste film famós de Claude Berri, aquela rauba rojassa dei pampalhetas que maugrat sei cinquanta cinc ans, li balha un semblant de serena. Lo det sus sei bregas confladas per lo botox, lo libre resquilha sus lo teissut, entre lei cueissas muscladas. Joseta Kroner fa montar lei tiratges.
 
-Dimenge: Ate.... E diluns...l’orror! ditz Bru, lo nas dins son fromatge blanc, me fau presentar mon trabalh au ciné-club de la vila de Mar-e-Mont.  Carrejar lei libres, instalar leis estands... Siáu tan solet, tan solet per aquò... Se la chauchavilha continua, vau desaparèisser. Vau desaparèisser, Tam.
-Pause mei RTT, diluns. Te seguisse.

Dimenge. Quatre oras de la tantossada. Bru me sòna : « Li siáu anat. Li siáu anat a Ate. Alòr segur aquò pesa. Que creses ? Es la region ont es nascuda. Es surament la region onte s’escond. Mai es la region onte lo potenciau de venda es mai important. Ploviá coma vaca que pissa. E me siáu pas arrestat. Agradà. Avinhon. Apt. Dins ma vièlha gòlf poirrida. La veitura resquilhava sus lo sòu banhat. Sabe ont’es son ostau troglodite, a Buóus, au plus pregond dei terras e dei baumas, a cinc minutas, ai viscut amb ela enlai, mai t’assegure que non. Ai pas assajat de la veire. Non. Non. Non. De tot biais, lo camin de terra es impraticable aquesta passa. Per lo salon dau libre? Me siáu tancat dins la sala polivalenta. I aviá pas de caufatge. Sonque la calor umana. E qunta calor ! Lei femnas de son atge èran aquí. Lei mans encara abimadas per lo trabalh de la terra, lei ventres desformats. E me siáu avisat coma mon actritz fasiá pas son atge. E me siáu avisat parier qu’aviá pas agut d’atge... la sapiéncia d’aquelei femnas... Es una autra vida... Lei femnas me crompavan lo libre... Èran fieras de la pichòta qu’aviá laissat lo país per capitar a París... Sempre polida mentre qu’avián lo pèu gris... Me contavan l’escòla ambé Joseta... Sei bestiesas de dròlla a l’escòla publica...  Catòrze! Tam ! Ne’n vendère catòrze ! Alòr escota... Plòu... Mai me veses content ! Tot ara se sonarem per fixar lo rendètz-vos a Mar-e-Mont. Per deman, siau optimist. »





2.Fin de la communication amoureuse – Métier et vie de Josette Kroner ou le contenu du livre- Le divorce – Le téléphone rit. 
Bru oublie les odeurs du matin, met la table pour deux, cherche une ombre dans la salle de bain.  Sa télé crève le silence. Il pleure seul dans les supermarchés. Puis il fait son deuil. La tristesse s'estompe mais les factures plombent tout.  Son cœur devient un chiffre, un calcul,  le monstre du souvenir. Le loyer, l’électricité, redessinent le visage de l’être aimé.

Le livre sur l’actrice, Josette Kroner : une vie d’étoile, ressemble à une douleur régulière, une plaie ouverte, un fossé sans fond. Chaque page est parfumée par le souvenir de la femme aimée. Jeunesse en noir et blanc. Un film tourné dans le jardin antique d’Agrada. Tour de France avec Annie Cordy. Duo de claquettes. Jerry Lewis en Amérique.  L'actrice embrasse Romy Schneider pour Le Saphir de Claude Sautet.

Josette part  alors que les cent dernières pages ne sont pas écrites. Les cent dernières pages. Les cent dernières pages où Bru, embourbé dans ses dettes pour la publication, se débrouille avec ses vidéos personnelles, ses enregistrements sur l’Audio-Mémos de son IPhone et une documentation géante qui dévore les murs de sa maison. 
 
Samedi.  La Chaussette. Bavette de veau, sauce champignon, frites comme celles de ma grand-mère, géantes et mal coupées avec quelques restes de peau. Le voilà qu’il se confie, encore et encore.  « Tu comprends, dit-il, je ne peux pas faire un pas sans penser à Josette. Ce livre me poursuit. Les gens m’arrêtent pour m’en  parler.  Mais penses-tu qu’ils me parlent du contenu ? Du cinéma ? De la beauté de l’objet ? Bien sûr que non. »  
Il s’interrompt. S’étonne de son élocution. Il lippe son vin pour reprendre :
« Bien sûr que non. Ils me parlent de mon divorce. Putain de Paris Flash qui médiatise tout ! »
Il descend son vin rouge.
Il y a des choses que je tais. On ne tire pas sur les ambulances.  Pour l’aider je  fais de la pub dans divers salons du livre. Ma valise pleine de prospectus sur le stand des Editions Bruit je m'étonne des réactions violentes des passants: « Est-ce vous qui vendez cela ? On peut dire que vous profitez des tabloïds ! Avec la crise tout fait vendre ! »
Je préfère mon job de voyagiste.
Pas de réclame pour Bru. Josette Kroner ne parle ni à la télévision, ni à la radio. Elle ne signe rien. Elle se cache. 
L'éditeur se farcit   la promo. Dans l'Agrada Régional, je le reconnais  avec son  costume gris de PDG, ses épaulettes des années quatre-vingt. Mauvais portrait, mal cadré, à la sortie de sa maison. Cela ne fait pas vendre.  TF1 n'invite pas les provinciaux.


Cela aurait été Josette ! Ah ! Cela aurait été Josette ! Sur la photographie, elle porterait  sa mini-jupe fendue, celle des années soixante et dix, sa robe symbolique, sa robe érotique en forme de cœur sur le cul, celle de ce film connu de Claude Berri, cette robe rougeâtre aux paillettes qui, malgré ses cinquante cinq ans, lui donne un air de sirène.  Le doigt sur ses lèvres gonflées par le botox, le livre glisse sur le tissu entre ses cuisses musclées. Josette Kroner fait monter les tirages.


- Dimanche: Apt... et lundi....l’horreur! dit Bru, le nez dans son fromage blanc, il faut présenter mon travail au ciné-club de la ville de Mar-e-Mont. Transporter les livres, installer les stands… Je suis si seul, si seul pour ça… Si le cauchemar continue, je vais disparaître. Je vais disparaître, Tam.
-Je pause mes RTT, lundi. Je te suis.

Dimanche.  Seize heures.  Coup de fil de Bru.: « J’y suis allé. J’y suis allé à Apt. Alors bien sûr, c’est pesant. Qu’est-ce que tu crois ? C’est la région où elle est née. C’est surement la région où elle se cache. Mais c’est la région où le potentiel de vente reste le plus important. Il pleuvait comme vache qui pisse. Et je ne me suis pas arrêté. Agrada. Avignon. Apt. Dans ma vieille Golf pourrie. La voiture glissait sur le sol trempé. Je sais où se trouve sa maison troglodyte, à Buoux, au plus profond des terres des baumes, à cinq minutes, j’ai vécu avec elle là-bas, mais je t’assure que non. Je n’ai pas essayé de la voir. Non. Non. Non. De toute façon, le chemin de terre est impraticable, actuellement.  Pour le salon du livre? Je me suis installé dans la salle polyvalente. Il n’y avait pas de chauffage. Seulement la chaleur humaine. Et quelle chaleur ! Les femmes de son âge étaient ici.   Les mains abimées par le travail de la terre, les ventres déformés. Et je me suis rendu compte comme mon actrice  ne faisait pas son âge… la sagesse de ces femmes… c’est une autre vie… Les femmes m’achetaient le livre… Elles étaient fières de la petite qui avait quitté le pays… Toujours jolie tandis qu’elles avaient les cheveux gris… Elles me racontaient l’école avec Josette… Ses bêtises de petite fille à l’école publique… Quatorze ! Tam ! J’en ai vendu quatorze ! Alors, écoute… Il pleut… mais je suis content! Tout à l’heure nous nous appellerons pour fixer le rendez-vous à Mar-e-Mont. Pour demain, je suis optimiste. »

(A suivre...)


Dessenhs  dau Tam. - (c) 2014.Stylo bille et IPhone4. Sur cahier Fabriano. A5. 90 feuillets.