dimarts, 22 d’octubre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 3.

" Aqueste libre es un present d’adieu en papier glaçat..." Enric Dauchan, realizator.

Episòdi 3: lo rdv - lo burèu - lo viatge a Mar-e-Mont- Un festenau de cinèma.

Dimarç de matin. Me desrevelhe ambé lo casco. Tòrne de mon viatge a Mar-e-Mont. Un festenau de cinèma pròche de la Miegterrana. Es aicí que se virèron lei promiers films mariniers occitans dins leis annadas 1880. Per l’escansença l’arquitectura modèrna d’aqueste país fa pròva d’una imaginacion granda : una sala de projeccion en forma de batèu que cabussa.
Bru me fa esperar 20 minutas dins son burèu. Ausisse de bruchs d’escòtchs qu’environan lo libre de Joseta Kroner.  Respond au telefon. Ai temps. Ai mei RTT. Mai ai pas temps. E Bru se mòstra de lònga tardier.  Legisse l’Agradà Regionau que demanda a sei lectors se fau fotre leis estangiers defòra. Lo pòple (soventei fes d’origina castilhana ò catalana dins aqueste país) respond a 80 de cent : òc. Escampe lo jornau per facebookar…

Sus l’autorota que quita Agradà montam dins ma veitura blanca nòva (pagada ambé l’assegurança vida ma ma mameta defuntada a la prima). Bru susa dau clòsc, bufa. A la plaça dau mòrt :
-T’estones pas, Tam, se desaparèisse…

La veitura m’agrada pas. Nimai menar. Mai per sauvar mon amic e l’ajudar a la venda me sacrifique. Coma patissèm totei dos de l’esciatica, es plegats que cargam lei cartonàs de libres dins la mala.  La rota es polida mai rene au dedins que pòde pas escotar la programacion musicala de mon I-Fòne ! Grop Hum, Liza, Monsur T, Massilia… Lo Bru s’arrèsta pas de parlar. De sei relacions ambé la cinematèca de Mar-e-Mont, dei promiers oèsterns virats per Baroncelli, non pas per Folco, mai per son fraire, de Flechet e de son diccionari dau cinèma dins la Vau-Clusa, de l’Orsalher, d’un promier cort-metratge de Truffaut desaparegut qu’a de chança d’escondre dins sa bibliotèca, que li agradariá de vendre Joseta, una vida d’estela au Grand Jornau de Canau Plus… Ieu, m’agradariá que me parlèsse pas. Vòle jogar lo menaire de Miss Daisy.
Lo mete en off. Tòrne escotar lo motor de ma pòlo. Una belòia. La conducha resta talament sopla que sembla que menas un liech. La seguritat Volkswagen. Doas oras sensa lassitge. Lei pins gigants, lei pibolas, lei colors caudas de l’auton banhan l’autorota. Un patchwork provençau ai 1000 colors.
-Lo sentisse mau, afortís lo Bru a l’intrada de la vila onte lei vira-vira possan coma de campanhòus.
D’efiech a 6 oras de la tantossada, lo pòrt, freg, gastat per una architectura modèrna de gip e de quitram es desertic. Au luenh de gruas gigantassas, coma de dinosaurs de Spielberg, se perfilan en ombras chinesas sus de rocàs sensa mesura. Siam gaire esperats a la « sala batèu » (an aquel estadi de l’istòria, vos anoncie Titanic…) onte lei vielhas benevolentas bastejan au concors dau melhor brushing. Lei faussei blondas banhadas de Chanèu n°5 rivalizan de conariá. La serada en omenatge a Joseta Kroner promet. Lei paurei vièlhas peguèron una bandiera sus la radiera comedia de Joseta : L'as pagat lo capèu! (es lo titre): escepeciau Joseta Cronera. En esquintant son nom. Cagòlas ! Nos fan rintrar. L’acuèlh es amador. Siam esperats ? Ieu, lei mondanitats cinematograficas me tiban. Siáu aquí per lei libres e… basta ! Barre, embarrassat per mei cartons, sensa la veire, la pòrta au nas la presidènta dau festenau...

Episòdi 3: le rdv - le bureau - le voyage à Mar-e-Mont- Un festival de cinéma.

Mardi matin. Je me réveille avec la gueule de bois. Je reviens de mon voyage à Mar-e-Mont. Un festival de cinéma proche de la Méditerranée. C’est ici que se tournèrent les premiers films occitans dans les années mille huit cent quatre-vingt. Pour l’occasion l’architecture moderne de ce pays fait preuve d’une grande imagination : une salle de projection en forme de bateau qui se noie.
Bru me fait attendre vingt minutes dans son bureau. J’entends des bruits de scotchs qui enrubannent le livre de Josette Kroner. Il répond au téléphone.  J’ai le temps. J’ai mes RTT. Je lis l’Agrada Régional qui demande à ses lecteurs s’il faut foutre les étrangers dehors. Le peuple (souvent d’origine castillane ou catalane dans cette région,) répond à quatre-vingt pour cent : oui. Je jette le journal pour facebooker…
Sur l’autoroute qui quitte Agrada nous montons dans ma voiture blanche neuve (payée avec l’assurance vie de ma  grand-mère défunte au printemps). Bru transpire de la tête, souffle. A la place du mort :
-Ne t’étonne pas, Tam, si je disparais…                                                                                        
Je n’aime ni les voyages en voiture, ni conduire. Mais pour sauver mon ami et l’aider à la vente je me sacrifie. Comme nous souffrons tous les deux de la sciatique, c’est pliés que nous chargeons les gros cartons de livres dans la male. La route est jolie, mais je râle intérieurement car je ne peux pas écouter la programmation musicale de mon IPhone. Groupe Hum, Liza, Moussu T, Massilia… Bru n’arrête pas de parler. De ses relations avec la cinémathèque,    de Mar-e-Mont, des premiers westerns tournés par Baroncelli, pas de Folco, mais par son frère, de Flechet et de son Dictionnaire du Cinéma dans le Vaucluse, du Dresseur d’Ours, d’un premier court métrage de Truffaut disparu qu’il a de la chance de cacher dans sa bibliothèque, que ça lui plairait de vendre Josette Kroner une vie d’étoile, au Grand Journal de Canal Plus… Moi, ça me plairait qu’il ne me parle plus. Je veux jouer le chauffeur de Miss Daisy.
Je le mets en off. J’écoute le moteur de ma Polo. Un bijou. La conduite souple, j’ai l’impression de diriger un lit. La sécurité Volkswagen. Deux heures sans fatigue. Les pins géants, les peupliers, les couleurs chaudes de l’automne baignent l’autoroute. Un boutis provençal.
- Je le sens mal, ajoute Bru à l’entrée de la ville où les ronds-points poussent comme des champignons.
En effet à dix-huit heures, le port, froid, gâché par une architecture moderne de béton et de goudron est désertique. Au loin des rues géantes, comme les dinosaures de Spielberg, se profilent en ombre chinoise sur des rochers incommensurables. Nous ne sommes guère attendus à la « salle bateau » (à ce stade-là du récit, je vous annonce Titanic…) où les vieilles bénévoles se battent au concours du meilleur brushing. Les fausses blondes baignées de Channel Numéro Cinq rivalisent de connerie. La soirée en hommage à Josette Kroner promet. Les pauvres vieilles ont collé une banderole sur la nouvelle affiche : Turtultutu, Chapeau Pointu (c’est le titre). « Spéciale Josette Crounère ». Elles déforment le nom. Pétasses ! Elles nous font entrer. L’accueil est amateur. Sommes-nous attendus ? Moi, ça me crève les mondanités cinématographiques. Je suis ici pour les livres et… basta ! Je referme, embarrassé par mes cartons, sans m’en apercevoir, la porte au nez de la présidente du festival…