dissabte, 10 de novembre de 2007

martine barrat dins Harlem





Lo remembre de Paris: Lo rescontre amé la fotografia de Martine Barrat. L'artista es partida de França per Harlem e fa de retrach remirables de sensebilitat sus lei barris populars d'enlai. La mostra es ritmada per de la musica de Harlem. Co qu'es inedich e força agradiéu, apond Calou.

divendres, 9 de novembre de 2007

ostau dau pais marsilhés

Texaco de Chamoiseau (Folio) es un libre de legir d'urgéncia. Se coma lo Tam lei lengas e lei culturas dau monde vos agradan, lo fau legir lèu. Una revelacion per lo lengatge tanben. A senèstra, una fotografia d'aquèu grand autor. A l'epoca, en letras modèrnas l'obra se trabalhava en gramatica amé Na D..... A l'escansença d'aquo, lo grand Chamoiseau avié rescontrat lo grand Forest, autor occitan, per una conferéncia sus la disglossia a l'Universitat Pau Valèri de Montpelhièr. Un grand moment.

Lo divendres 9 de novembre, l’Ostau dau Pais Marsilhés va aculhir una conferéncia en doas
partidas partent de 19 oras.

* "Lang Kréol : Kosé, ékri, pourkwé ? Parler, écrire le créole,
pourquoi faire ?" qu’es una intervencien de Georges Ah-tiane sus la
necessitat, l’importància et l’oportunitat de parlar e d’escriure lo
creòl uei.

* "Occitan e creòl , lengas de la republica, destins crosats" per
Matieu Castel


Lo dissabte 10 de novembre partent de 21H au Balthazar, Marsilha, se debanarà un
concèrt Kreol e occitan ambé la rescòntre entre la musica occitana de
l’"Ostau Balèti Orchestra" e la musica creòla deis "Iles soeurs de
l’Océan Indien". I aurà tamben lo famós Jagdish & Kréol Konexion!!!

* Jagdish & Kréol Konexion (séga mauricien)
* Les Iles Soeurs et l’OBO

PAF : 5 euros (+3 euros d’adesien au Balthazar).



dijous, 8 de novembre de 2007

un occitan in paris


Lo 4 de novembre de 08... Calou en davalant de sa mezzanina e en escotant la darniera cançon dau fiéu de Francèsa e Jaume sus França Inter, a dich:


"M'agradarié de me faire asticotar la ceriera per tomas dutronc". (Calou)
Dequé pensatz lei chatas ?
Fotografia "lei pensadas de calou" per Lou Tam
(c) Tam 2007

Libres de Nus, una Antologia.

Fotografia: (c) Lou Tam, 07.
Dissabte, Paris, Mostra, Ostau Europenc de la Fotografia, Calou: Livres de nus, une anthologie (libres de nus, una antologia).

Calou, te descope dins lo jornau francés dedicat ai filosofes, lo bel article d'Anne Sauvagnargues sus lei libres de nus. Ditz ben leis impressions qu'ai agudas pendent la vesita.




Parures de nus -

Per ANNE SAUVAGNARGUES
QUOTIDIEN : Liberation jeudi 8 novembre 2007 (frança). Liberacion dau dijous 8 de Novembre de 2007.

L’exposition «Livres de nus, une anthologie», qui présente la collection d’Alessandro Bertolotti, enchaîne en douze stations captivantes les étapes du livre de photographie de nus, des débuts de la photographie à nos jours. Passant de l’académisme aux récits sadomasochistes de la République de Weimar, des nus sportifs androgynes du nazisme aux compositions surréalistes ou à la culture gay, on suit avec stupeur les circonvolutions du désir sur le théâtre de la censure, des clichés stéréotypés aux œuvres de Bellmer ou de Mapplethorpe.
Les images les plus anciennes sont les plus intrigantes. Un monsieur nu, moustache cirée, prend la pose du dieu sur un talus. Deux travailleurs, cariatides improbables, soutiennent de concert un immeuble, révélant de puissantes anatomies dans un face-à-face érotique. Quelques nymphettes, sur une lande poussiéreuse, brandissent des raquettes. Ce commerce entre photographie et peinture montre comment la photographie, humble servante, copiant sans vergogne les puissants charmes de la peinture dans l’espoir de conquérir des lettres de noblesses artistiques, en fait littéralement imploser les codes maniérés. Impossible de ne pas pouffer devant telle jeune fille hiératique tenant par le museau un cheval vivant sur une stèle. Ces recueils de photographies montrent moins l’érotisme palpitant sous le poncif que la limite changeante d’un seuil de tolérance, en même temps un seuil d’excitation : ligne de front fragile, fascinante, où se heurtent et se confortent plaisir du nu et goût de la censure.
Hilarant. Pourtant, n’avons-nous pas conquis depuis les années soixante la libération sexuelle ? Telle est la révélation de cette exposition : rien de moins naturel que le nu. La nudité est un code, aussi bien que l’habit. Elle réclame autant d’accessoires, de conventions et de clichés. La culture gay et les fantaisies les plus contemporaines sont aussi codifiées que l’érotisme de nos grands-parents. Simplement, comme notre code nous est plus familier, nous ne le sentons pas. Il éclate au contraire, tonitruant et hilarant, dans les répertoires plus anciens. Il est donc moins question d’érotisme dans cette collection que de poses, qui cachent et révèlent l’odeur du sexe à reculons dans une farouche provocation puritaine.
Infusant délicatement leur sensualité dans des poses idéalisantes, les photographies de nus permettent de suivre une histoire sociale des mœurs, bien plus clairement que les vêtements. La peau palpite sous l’imprimé. Mais – et c’est le ressort fétichiste de cette exposition – la peau nue affleure sur la surface sensible de la photographie. Car le nu est une surface de contact, d’affleurement, surface sensible qui rappelle opportunément la connivence entre le papier et la peau, la pellicule et la reproduction imprimée. La peau palpite sous l’imprimé.
Voyeurisme. Le ressort de cette collection est le nu tel qu’il se reproduit à fort tirage, non dans un acte sexuel, mais dans la prolifération mécanique des exemplaires de la presse imprimée qui offrent aux visiteurs le grain de leurs reproductions. La pulsion du contact, fétichisme normal du lecteur – tourner les pages, effeuiller le livre – se brise net sur les vitrines de protection. Lire, alors, c’était aussi passer la main et l’œil sur une peau ? Effleurer un chiffon, le soulever, permettre à l’œil de caresser une surface blottie sous l’épaisseur de la feuille précédente : le voyeurisme tactile de cette histoire du nu touche de plein fouet le lecteur.
Par un hasard heureux, s’ouvre samedi prochain à la galerie Guislain-Etats d’art (35, rue Génégaud, Paris VIe, jusqu’au 17 décembre) une exposition du peintre Georgik, dont les nus picturaux répondent à ces photographies. Des nudités criantes cloquent sous la toile. Laissant affleurer l’équivoque d’un déshabillé qui ne s’arrête pas à la peau mais vire à l’écorché, à la surface pelée, jouant avec les pellicules colorées, les dessous, voiles musculaires drapées sur des os en verre. Ces toiles agissent comme des peaux, elles se teintent d’affects, elles foncent sous les images comme la peau bleuit sous les coups. Liberation (Paris, França), dau 8 de novembre, p. 28.

dimecres, 7 de novembre de 2007

dali, disney, hitchcock

Tot aquo me fa pensar qu'a Londres (au musèu de la Tate) se pou veire un filme inedich. Es la mostra DALI E LO CINEMA. O lo crosament remirable entre un dieu catalan e quauqueis americans geniaus...

en laissant ma vila d'Agradà

video

En rota per un viatge nou !

jornau mesclum

Lo jornau Mesclum publiquèt totei lei romans policiers de Florian Vernet en fulhetons. Publica sempre totei leis informacions de l'Occitània tota (television, cinèma, radio, art, rescontres...). Mesclum pareis cada dijous. E fa un prètz de 35 EUROS per leis occitanistas sus un an. Podètz recebre un numero a gratis en mandant un mèl a crodi@lamarseillaise.fr

dimarts, 6 de novembre de 2007

un occitan in paris

(c) Tam, 2007.



Paris, dins un jardin napoleonian, lo quatre de novembre.






Nom d'una mostra: " M'agradan lei militaris!"



un occitan in paris


Paris. Quatre de Novembre. Dins un jardin napoleonian.




Calou m'ensinha l'odor dau Bois.


un occitan in paris

(c) Calou e Tam, 2007



quatre de novembre de 07, paris, a l'ostau de calou, lo clic-clac a costat dau peis roge.


Per se pausar, se relaxar, Calou m'apren que se fau tocar lo ventre amé la man, lo matin. Pausicion empalhada. Lo poce toca lo guinhaire. Aprenguèt aquo en esofrologia. Calou lo fasié dempuèi longtemps. Mai sabié pas qu'aquela pausicion avié de qualitats contra l'estress. Ditz: "cresiéu qu'èra per me protegir lei ovièras".

un occitan in paris


(c) Calou e Tam 2007



Dos de novembre de 2007. Gara d'Agradà.




TGV Agradà/Paris. Solèu. Retard. Viatge ritmat per la musica oestèrn de Bashung Bergman. Virada deis grands espacis.

un occitan in paris

(c) Lou Tam 2007

E es partit per meis aventuras au pais de Calou! De fotografias negras e blancas, coma siatz acostumats, amé de comentaris pres jorns après jorns sus mon barrutlaire... rubrica notas e sms... aviéu oblidat lo suport papier...