divendres, 3 de gener de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 13.


Òme-femna, femna-òme – La nuech d’amor sensa amor – La fugida a Marsilha – Lo desguisament mascle - Lo desguisament de Joseta – Lo present d’un despart.
Michel Fau per Renaud Monfourny, in Les Inrockuptibles n° 106,  dau 28 de mai de 2014, p. 106. 


« Fau lo transfomista dins França pregonda, ditz Carles Corteson dins lo ritme d’una cançon telecargada sus son I-Phone 4, lo pèu pegat en arrier per la susor mentre que Joseta li ten son coton e sei cremas. Mon espectacle s’acaba per una imitacion D’Enric Sauvador. Comence en Johny. Tot es comic dins çò que prepause. Mai siáu quauqu’un de tragicament tragic. Mon espectacle s’acaba dins lo sorne ambé la cançon Jardin d’Ivèrn. Puei... negre dins la sala... E desaparèisse. Es mon radier rampèu.»
Dins l’armari dubèrta, Joseta vei forra-borra lei perrucas de M, Dalida, Mylène Farmer, Johny, lo bandanà de Renaud, lei bralhetas de Madonna, la mostacha de Marti, la mostacha de Cabrel, la berreta de Monsur T, la salopèta de Coluche, la rauba en còr de Joseta Kroner.
Ara l’artista, en camisòt marcèu sent lo pròpre e lo sent-bòn.    
« Siáu programat dins totei lei salas polivalentas d’Occitània. Conèisse totei lei Formulas Un dau país. Leis ostaus de retirats me demandan fòrça. Ai començat en cò de Michou, a París. Ara acabe solet, a Nimes. Ma solesa, Joseta, l’ai causida. Dins l’incertitud de l’èstre aimat. Ai talament aimat la vida, Joseta. Talament. Qu’ai pas jamai poscut faire una vertadièra causida dins çò que sonatz l’amor ò la vida a dos. Siáu surament nascut tròp tardier per assegurar una tala identitat. Una vida a tres: Òme-femna, femna-òme?  Una vida especiala. Fin finala, lei gents son talament solets. Solets. Meme normaus, son solets. Solets. Solets dins l’arma. Solets dins la tèsta. Ansin... Me fau una filosofia : siáu solet ambé leis autres. Mei gents comprenguèron jamai, avans que de morir, perque aquela solesa... Partiguèron sensa saupre mon secret de mau-aimat. La carn e l’arma de cadun m’agradavan tròp per m’endralhar sus lo drech camin. Sarai jamai paire. Sarai jamai maire. E lo bon dieu, ara, per me castigar me leva totei meis envejas. Siága tròp òme, siága tròp femna, a mon atge Dieu me leva tot. Ai perdut lo plàser. Pasmens a vòstra vista... Aier... Dins la veitura... Lo cant dau cigne... Sensa dobte... Ai agut lo ruscle...»

Passa la nuech. Joseta dins la mezzanine. Corteson, en marcèu blanc e en eslip, dins son liech dins l’umide dau membre onte lo freg penetra. Sensa l’isolacion requesida deis ostaus modèrns. Joseta resta pertocada, lo blanc deis uelhs tancats au plafond. Carles, parier, sent leis escaliers de la mezzanine contra sa gauta quora se revira, butat per lei sòbras d’una jornada ritmada per la cafeina dau trabalh, de l’espectacle, dau rescòntre, de la perseguida en veitura. 
Subran, leis escaliers de fusta cracinejan. Joseta davala. Pausa son còs nus, dins una pausicion plegada coma un nena. Se rebala plan planet sus lo matelas, coma una serp per faire pas de bruch, s’acoconis, tota plegada, en arrier contra lo ventre generós dau tranformista. L’umide de l’èr fa plaça a la calor dau plumon roge e a carrèus. La femna bota l’aranha de sa man drecha (la mai biassuda per lei jòcs de l’amor) dins lei bralhas de l’artista. Mai ren tòrna. Alòr es mielhs ansin. E quora lo buf de l’un se mescla ambé lo buf de l’autre, es ja finit. Arriba lo matin. Una amistat fòrta òme-femna, femna-òme espelís. Una Amistat de liech partejat sensa identitat definida. Coma de jovents.

Lo lendeman. De matin. Sus lo camin que lei mena dins l’auba freja e negra de decembre. Nimes. Rota d’Arles.  Aeropòrt de Marsilha. Lo silènci fa part bela ai paisatges. Joseta coneis la rota de còr. E quora, plan planet, lo jorn s’auborra enfin, lo desèrt de la Crau planta son decòr de oestèrn vueje. Dins un travelling d’autorota. 
Carles Corteson rompt lo silenci. França Inter. Istòria de Dieudonné e la quenela, coma vendre sei presents de nové sus Amazon, Françafrica, Holland Bashing. L’amarum dau café fa de repròches a Joseta. L’ansia dei desparts. 
Leis paisatges cambian lèu. Lei vendeires de gasolina Totau. Lo pònt ambé Ippotamus, Quick. Lei pins torçuts sus lo costat. L’autorota e son ambient fosc e regde. La paur de mancar l’avion.
 Puei l'aeroport. lei pas preissats de cadun, lei gents, lei vielhs, lei pocetas, lo bruch dei talons, dei basquets, dei bòtas, lei ròdas blocadas dei cadièras per endecats dins lei montas-davalas, la femna de la mala tròp pesuga, la mameta perduda, lei femnas veladas que s’entòrnan au país per un radier au reveire au radier avi dau bled, leis olors artificialas dei cafés e dei creissents « en batariá » que fan semblant de sortir dau forn.
Ara, dins l’escorreguda d'un cagador per femnas, Joseta pausa sei faus cius espès de mascle, la perruca bruna e corteta de dròlle que Carles li dona per la protegir. Dins lo mirau bèu, sembla a la fotografia de l’ID de Carles. Ven son sosia. Una badaira agacha aquel omet sortir d'aquest endrech reservat. 
 Lei dos bessons cercan lei pòrtas, l’actritz seguís la pichòta mala arange dau tranformista. Au MP2, l’envòu per lo Ryanair. Dins una mena de garatge glaçat. Lei gents son pegats leis uns deis autres. N’i a que resquilhan. Lei familhas an crenta de se desseparar dins l’avion. Dins lei Low-Cost lei plaças son pas numerotadas. Es una coa sola per totei lei vòus, totei lei destinacions. Lei gents registran sei bagatges sur l’Internet. E lo personau de Ryanair a pas la classa d’Air França. Son de robòts rendables.
-Se laissam aquí Joseta, ditz Corteson. Vaquí lei bilhetas per mon apartament per Porto. Trobaràs enlai mon amic Artùs que te balharà lei claus de mon ostau. Oblides pas : t’aime Joseta. Siás una artista, t’aime. 
Quora se tròba dabans la Natacha dau Ryanair, Joseta leva sei bòtas, sa cencha, la moneda de sei pòcas, la mòstra LIP nòva. E s’avisa de la larguesa de son amic portugués que rescontrèt un jorn. Un jorn per la vida. 


















13. Homme –femme, femme-homme – La nuit d’amour sans amour – La fuite à Marseille – Le déguisement mâle – Le déguisement de Josette - Le cadeau d’un départ.
« Je suis transformiste dans la France profonde, dit Charles Courteson sur le rythme d’une chanson téléchargée sur son I-Phone 4, les cheveux collés en arrière par la sueur tandis que Josette lui tend son coton et ses crèmes. Mon spectacle s’achève par une imitation d’Henri Salvador. Je commence en Johnny. Tout ce que je propose est comique. Mais je suis quelqu’un de tragiquement tragique. Mon spectacle s’achève dans l’obscurité avec la chanson Jardin d’Hiver. Puis… noir dans la salle… Et je disparaîs. C’est mon dernier rappel. »
Dans l’armoire ouverte, Josette voit sens-dessus dessous les perruques de M, Dalida, Mylène Farmer, Johnny, le bandana de Renaud, les culottes de Madonna, la moustache de Marti, la moustache de Cabrel, la casquette de Moussu T, la salopette de Coluche, la robe en cœur de Josette Kroner.
Maintenant l’artiste, en Marcel sent le propre et le sent-bon.
« Je suis programmé dans toutes les salles polyvalentes d’Occitanie. Je connais tous les Formules Un du pays. Les maisons de retraite me demandent beaucoup. J’ai commencé chez Michou, à Paris. Maintenant je finis seul, à Nîmes. Ma solitude, ma solitude, je l’ai choisie. Dans l’incertitude de l’être aimé. J’ai tellement aimé la vie, Josette. Tellement. Que je n’ai jamais pu faire un choix dans ce que vous appelez l’amour ou la vie à deux. Je suis sûrement né trop tôt pour assurer une telle identité. Une vie à trois : homme femme, femme homme ? Une vie spéciale. Finalement les gens sont tellement seuls. Seuls. Même normaux ils sont seuls. Seuls. Seuls dans l’âme. Seuls dans la tête. Ainsi… Je me fais une philosophie : je suis seul avec les autres… Mes parents n’ont jamais compris, avant de partir, le pourquoi de cette solitude… Ils sont partis sans connaître mon secret de mal-aimé. La chair et l’âme de chacun me plaisaient trop pour m’orienter sur le droit chemin. Je ne serai jamais père. Je ne serai jamais mère. Et le bon dieu, maintenant, pour me punir, m’enlève tous les désirs. Soit trop homme, soit trop femme, à mon âge. Dieu me vole tout. J’ai perdu le plaisir. Cependant lorsque je vous ai vue… Hier… Dans la voiture… Le chant du cygne… Sans soute… J’ai eu très faim… »
Passe la nuit. Josette dans la mezzanine. Courteson, en Marcel blanc et slip kangourou, dans son lit, dans l’humidité de la pièce où le froid pénètre. Sans l’isolation requise des habitations modernes. Josette reste touchée, le blanc des yeux fixé au plafond. Charles, également, sent l’escalier de la mezzanine contre sa joue quand il se retourne, poussé par les restes d’une journée rythmée par la caféine du travail, du spectacle, de la rencontre, de la poursuite en voiture.
Soudain, l’escalier en bois craque. Josette descend. Elle pose son corps nu, dans une position fœtale. Elle se traine doucement sur le matelas, comme un serpent pour ne pas faire de bruit, elle se recroqueville, toute pliée, en arrière contre le ventre généreux du tranformiste. L’air humide fait place à la chaleur de la couette rouge à carreaux. La femme pousse l’araignée de sa main droite dans les pantalons de l’artiste. Mais rien ne revient. Alors c’est mieux ainsi. Et quand le souffle de l’un se mêle avec le souffle de l’autre, c’est déjà fini. Arrive le matin. Une amitié forte homme-femme, femme-homme nait. Une amitié de lit partagé sans identité définie. Comme des adolescents.
Le lendemain. Au petit matin. Sur le chemin qui les conduit dans l’aube fraiche et noire de décembre. Nîmes. Route d’Arles. Aéroport de Marseille. Le silence fait part belle aux paysages. Josette  connaît la route par cœur. Quand, doucement, le jour se lève enfin, le désert de la Crau plante son décor de western vide. Dans un travelling d’autoroute.
Charles Courteson rompt le silence. France Inter. Histoire de Dieudonné et la quenelle, comment vendre ses présents de noël sur Amazone, Françafrique, Holland bashing. L’amertume du café fait des reproches à Josette. L’angoisse des départs.
Les paysages changent vite. Les vendeurs d’essence Total. Le pont avec Hippopotamus, Quick. Les pins tordus sur le côté. L’autoroute et son ambiance obscure et sévère. La peur de manquer l’avion.
Puis l’aéroport. Les pas pressés de chacun, les gens, les vieux, les poussettes, le bruit des talons, des baskets, des bottes, les roues bloquées des fauteuils pour handicapés dans les ascenseurs, la femme à la valise trop lourde, la grand-mère perdue, les femmes voilées qui retournent au pays pour un dernier au revoir au bled, les odeurs artificielles des cafés et des croissants « en batterie » qui font semblant de sortir du four.
Maintenant, dans l’obscurité d’un chiotte pour femmes, Josette pose ses faux cils épais de mâle, la perruque brune et courte de garçon que Charles lui donne pour la protéger. Dans le grand miroir, elle ressemble à la photographie de l’ID de Charles. Elle devient son sosie. Une passante regarde ce petit homme sortir de l’endroit réservé.
Les deux jumeaux cherchent les portes,  l’actrice suit la petite male orange du transformiste. Au MP2, l’envol pour le Ryanair. Dans une sorte de garage glacé. Les gens sont collés les uns contre les autres. Il y en a qui se faufilent. Les familles ont peur de se séparer dans l’avion. Dans les Low-Cost les places ne sont pas numérotées. Une queue unique pour tous les vols, toutes les destinations. Les gens enregistrent leurs bagages sur internet. Et le personnel de Ryanair n’a pas la classe d’Air France. Ce sont des robots rentables.
-On se quitte ici Josette, dit Courteson. Voilà les billets pour l’appartement à Porto. Tu trouveras là-bas mon ami Arthur qui te donnera les clés. N’oublie pas : je t’aime Josette. Tu es une artiste, je t’aime.
Quand elle se trouve devant la Natacha du Ryanair, Josette ôte ses bottes, sa ceinture, la monnaie de ses poches, la montre LIP neuve pour mettre tout dans une caisse en plastique qui passe au scanner. Et elle prend conscience de la générosité de son ami portugais qu’elle a rencontré un jour. Un jour pour la vie.

Impressions d'aéroport. Dessin original du Tam. Stylo bille.

Joseta Kroner, sason 1, capitol 12.


Fin de la corsa perseguida – L’apartament nimesenc – Lo caratge vertadier d’Enric Sauvador.

Lo lop dau leberon, lo Rick Leo, sona lo parèu ambé seis apèus de lume puei,  après un viratge, copat drech per lo dessenh de la montanha que trenca la rota... desapareis !
-Ma maire mon dieu ! S’espanta Joseta, lo vese pas plus dins lo retrò !
-Sariá-ti tombat dins lo vuege ?
E contunhan lo viatge cap a Nimes. Silenciós. De punts d’interrogacion sus la tèsta.
En fach, Rick Leo es restat en arrier. Arrestat per lei condes en motobileta, espantats per la velocitat de son carri dins lo radar. L’arrestan. La corsa perseguida es acabada per èu !
Après l’etilotèst e quauqueis autografs signats ai condés lei mai cultivats, Rick Leo saup ja coma se venjarà.
Dins la carriera Generau Perrier onte resta l’òme de blanc, l’immòble ausmanian sembla a un decòr de tiatre. Lei faciadas minçorletas coma de carton pasta fan coma un aganta-l’uelh : en reliu sus lo davant, platas en arrier. Au dedins, lei cortinas rojas dei fenèstras afortisson lo roge dei tometas au sòu. Tablèus roges de corridà. Dessenhs d’Edith Pons, discs de Pépé Linarés,  Nimes es un país ambé sei personatges. Defòra lei  nauts-parlaires  comerciaus dau centre vila braman de cançons de Christmas en american que te balhan lo raca-vòmi. Joseta dormirà dins la mezzanine quora Carles  Corteson (es lo nom d’Enric Sauvador) roncarà dins son liech doas plaças. 
Abans de s'empalhar... Lo vaquí davant son mirau. Amb un coton se leva lo fonds de tencha marronàs que li fa la pèu maurela. L’òme, pron efeminat se cònta a Joseta...



12. Fin de la course poursuite – L’appartement nîmois – Le vrai visage d’Henri Salvador.
Rick Léo, le loup du Lubéron, appelle le duo de ses appels de phare, après un virage, coupé droit pas le dessin de la montagne qui tranche la route, il disparaît.
-Oh ! Mon dieu ! S’étonne Josette, je ne le vois plus dans le rétro !
-Serait-il tombé dans le vide ?
Et ils continuent le voyage vers Nîmes. Silencieux. Des points d’interrogation sur la tête.
En fait, Rick Léo est resté derrière. Arrêté par les condés en mobylette, énervés par la vitesse de sa voiture dans le radar. Ils l’arrêtent. La course poursuite s’achève ici pour lui !
Après l’éthylotest et quelques autographes signés aux poulets les plus cultivés, Rick Léo sait déjà comment il se vengera.  
Dans la rue Général Perrier où habite l’homme en blanc, l’immeuble haussmannien ressemble à un décor de théâtre. Les façades minces comme du carton font comme un trompe-l’œil : en relief sur le devant, plates en arrière. A l’intérieur, les rideaux rouges des fenêtres renforcent le rouge des tomettes par terre. Tableaux rouges de corrida. Dessins d’Edith Pons, disques de Pépé Linarés, Nîmes est un pays avec ses personnages. L’ensemble de la pièce est un musée, un mausolée consacré à nos plus grandes stars de variété. Dehors, les hauts parleurs de la cité chantent des chansons de Christmas en américain qui te donnent envie de vomir. Josette dormira dans la mezzanine quand Charles Courteson (c’est le nom d’Henri Salvador) ronflera dans son lit matrimonial.
Avant de se coucher… Le voilà devant son miroir. Il enlève son fond de teint marron qui lui fait la peau brune. L’homme, assez efféminé, se raconte à Josette…

dimecres, 1 de gener de 2014

Bòna annada


Tam, Bru e Joseta Kroner vos sovetan una annada polida. Mesclada de viatges, d'aventuras de totei menas. Per la vida que rebombís a cada minuta!