dimecres, 23 d’abril de 2014

Joseta Kroner, capitol 26, sason 1.





(c) Fotografias originalas dau Tam a Porto, drechs reservats, 2014.
 





 
Fotografia de Thomas Czarcki



Je t'aime moi non plus  a l'Olympia, Paris, França. L'inversion dei ròtles.



26. L’ostau contemporanèu – l’ostau trevat – femna perduda
Lo taxi cala a l’arrèst João Barros. Rick Leo escampa de bilhetas de 50 euròs au menaire que merceja Dieu. Puei gita sa granda capa sus lo trepador per faire pas marchar Joseta dins una flaca. Dins sa granda cortesia li mòstra un ostau modèrn e meravilhós. Ié ditz a la chut-chut : « l’endrech de tei pantais». Un ulhauç gigant aluca lei parets ròsas : « Se vòls faire de cinèma, un còp de mai, signar de films per totei dos, en escambi te balhe aquel ostau retirat de tot. » L’actritz coneis conèis pas l’ostau Serralves, aquel ostau art deco realizat per leis arquitectes francés : sei bèus espacis, sei veirieras, sei salas de banh bèlas dins l’epura de son mobilier. Lo pargue a l’entorn es gigantàs ambé seis estatuas nusas e anticas que fan contraste. Un aubre jòga l’ilusion dins una gábia de veire. Se sarran dau pargue meravilhós. Lei fònts que semblan a de piscinas, Rick Leo aganta lei detons de La Mosca per la botar, violent, per una pòrta desraubada dins un autre endrech. Ara tot sembla rovilhat dins lo jardin. Leis èrbas banhadas sentisson marrit. Leis estatuas e leis òbras d’art modèrn an desaparegut. L’ostau ven un castelàs abandonat. Un ostau de crisi. La fanga manja lo sòu, lei babaus fan de claquetas. Rick estaca Joseta au tudèu d’un banhador pissós.  Ié balha un bacèu :
- Vaqui l'ostau qu'ameritas, chaupisassa. Ara, se vòls lo modèrn: diga me que m’aimas e que me seguiràs !
-Nani ! Siáu una femna liura !
Segond bacèu.
-Diga me que vas tornar a París e que me marridaràs per ma glòria e mon mestier !
-Nani. Es acabat lo cinèma !
Sa boca ié sagna. Seis uelhs venon blus en causa  dei còps que ié fan un curiós maquilhatge. E de bramar :
-Aime Bru ! E l’aimarai fins a la mòrt ! Aime lo que m'agacha, que m'espèra, que respècta mei silèncis!
Lo tresenc bacèu, pecaire, sembla fatau…



26. Maison contemporaine – Maison hantée – Femme perdue.
Arrêt au quartier João Barros. Rick Léo jette les billets de cinquante euros au chauffeur qui remercie dieu. Puis il étend sa grande cape sur le trottoir pour que Josette évite une flaque d’eau. Avec une grande courtoisie, il lui montre une maison moderne et merveilleuse. Il chuchote : « l’endroit de tes rêves ». Un éclair géant illumine les murs roses : « Si tu veux faire du cinéma, une fois de plus, signer des films pour tous les deux, en échange je te donne cette maison retirée de tout.»  L’actrice ne connaît pas la maison Serralves,  cette maison art déco réalisée par les architectes français : ses grands espaces, ses vitrines, ses salles de bains gigantesques dans l’épure du mobilier. Le parc qui l’environne est gigantesque avec ses statues nues et antiques qui font contraste. Un arbre joue l’illusion dans une cage de verre. Ils s’approchent du parc merveilleux. Les fontaines ressemblent à des piscines. Rick Léo attrape les petits doigts de La Mouche pour la jeter, violemment, par une porte dérobée dans un autre endroit. Maintenant tout semble rouillé dans le jardin. Les herbes humides puent. Les statues et les œuvres d’art moderne ont disparu. La maison devient un manoir abandonné. Une maison de crise. La boue mange le sol, les cafards font des claquettes. Rick attache Josette au tuyau d’une baignoire pisseuse. Il lui donne un coup de poing :
-Voilà la maison que tu mérites, grosse pute. Maintenant, si tu veux la moderne, dis-moi que tu m’aimes. Dis-moi que tu me suivras.
-Non ! Je suis une femme libre !
Second coup :
-Dis-moi que tu vas rentrer à Paris et que tu te marieras avec moi pour ma gloire et ma carrière !
-Non. C’est fini le cinéma !
Sa bouche saigne. Ses yeux bleuissent à cause des coups qui lui font un curieux maquillage. Et de crier :
-J’aime Bru ! Et je l’aimerai jusqu’à la mort ! J’aime celui qui me regarde, qui m’attend, qui respecte mes silences !
Le troisième coup semble fatal.