dilluns, 7 de juliol de 2014

Joseta Kroner, capitol 33, darnier episòdi, sason 1.




33. Ieu.
Tòrne aqueste ser a la Cauceta. Se Peireta me servís de cantinier, davant mon èr negre gausa pas me parlar. Taste una tapàs ostau.  Sa rolha. Pas tan bòna coma aquela de ma maire. Mai bòna pasmens. Lo Bru me manca. Son gèni, sei confidéncias foscas. Comande lo Mònt de Maria, aqueste bòn roge que presava dins sa revista Veritas. Quant de temps que se siam pas vists ? A renonciat de donar son telefonet a seis amics. Me demande. Benlèu que n’a pas de telefonet. Son ostau d’edicion ven un d’aquelei magasins que vendon de cigaretas electronicas. Deman sarà benlèu una banca. Mai cu es lo maçon qu' a cramat lei libres?
-Tam, te vòle dire quauqua ren. Se un jorn aprenes que desaparèisse, t'en fagues pas. Es que vau ben. Me cerques pas. Sarà lo debanament normau dei causas... Vau desaparèisse... Desaparèisse...
Sa frasa me tòrna un còp de mai. Pague Peireta, a la caissa, ambé de pecetas rojas. Me ditz:
- Lo digues pas encara. Anam barrar l'estanquet. Vòle tornar a mei promiers amors : lo tiatre.
 Ambé lo blues, sensa dire au reveire, jonhe la nuech en me demandar quora aurai lo coratge, Ieu, de desaparéisse. 



33. Moi.
La Chaussette. Ce soir je reviens. Si Pierrette me sert de cantinière, elle n’ose m’adresser la parole ce soir. Je goûte une tapas maison. Sa rouille. Pas aussi bonne que celle de ma mère. Mais bonne cependant. Bru me manque. Son génie, ses confidences floues. Je commande un Mont de Marie, ce bon rouge qu’il louait dans sa revue Veritas. Combien de temps ne nous sommes-nous vus ? Il a renoncé : ne donne plus son téléphone portable à ses amis. Je me demande. Peut-être qu’il n’en n’a pas. De téléphone portable. Sa maison d’édition devient un de ces magasins qui vendent des cigarettes électroniques. Demain elle se transformera peut-être en banque. Mais qui est le maçon qui a brulé les livres ?
-Tam, je veux te dire quelque chose. Si un jour tu apprends que je disparais, ne t’en fais pas. C’est que je vais bien. Ne me cherche pas. Ce sera le déroulement normal des choses… Je vais disparaître… Disparaître…
Cette phrase, à nouveau. Je paie Pierrette, à la caisse, avec mes petites pièces rouges. Elle me dit :
-Ne le dis pas encore. On va fermer le bar. Je veux revenir à mes premiers amours : le théâtre.
Avec le blues, sans dire au revoir, je rejoins la nuit en me demandant quand j’aurai le courage, Moi, de disparaître à mon tour.