dijous, 26 de desembre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 9.



9. Lo viatge sus la niva - L'anecdòta que vai ben - L'aparicion (d'esquina) de Joseta Kroner - Una enveja de fugida, una enveja de sèx.

Lo vaicí dins leis èrs surfant sus lei nivas moflas. Rebombís dins cada canton dau cèu gris. Plan planet son còs en apesentor dessenha de regas blancas geometricas que grafinhan l’astre. Causís la non violéncia per se defendre de l’agressivitat dau mond. Tròba la patz dins sa pausicion coma dins un douç pantais. Leis artèus soples tòcan seis artèus de nene que difusan en son dedins una gasolina de sang cauda, regulara, positiva, rasseguranta coma dins lo ventre de la maire. Dins lo cèu, dins l’aura, flauteja, ben dins son èsse. E se l’ivèrn se fa dur, son arma s'acoconís dins un sentit de prima etèrna.
Mai sabèm onte va coma aquò ? Coma e onte s’arrestarà ? Nòstre eròi pacific a finit de se pausar lei molons de questions que li manjan la tèsta. Dins son estat de preguiera, en transa, quau saup ont aquò lo menarà ? De platanas en platanas, d’èuses en èuses, de rores en rores, de pins en pins, escapa a la violéncia deis autres, l’infèrn deis autres coma diriá Jan Sòu Partre lo grand filosòf dei personatges de papier.
Crese que lo radier de l’aguer vist es lo jornau la Provença. Sus una fotografia numerica facha per un jornalista locau convidat a Ate, au Leclerc per la « Granda festa dei cauçaduras. Vint ans de Leclerc au vòstre» aqueu aviá pres son Nikon. S’èran donat rendètz vos sus lo parcatge de quitram. Lo patron dau subremercat, tot en dimenge per lo retrach, e coma atrivat per un corrènt d’èr veguèt lo Bru, mostrèt l’OVNI au jornalista, que, a pron pena, capitèt de capturar un punt, en ombra chinèsa : una siloèta assetada sus una niva coma un fakir sus un tapis voladis. La Provença pensèt a un montatge. Refusèt de lo publicar. La granda glòria dau jornalista fuguèt pasmens  doas cent cinquanta vistas sus Face Book, cinc cent Like, e dos cent comentaris ! E un tweet de Nadina Morano.  Es Miquèu Neumuller dau jornau Aquò d’Aquí que me l’a contat, ten aquò d’un collèga. Mai dempuei lo compte dau jornalista es estat barrat.
Rick Leo tòrna a la caforna. Sona son amorosa : « Joseta ! Joseta ! Jò ! » Dins l’ apartament de la reina de la comedia la sobrietat es au rendètz-vos. Un radassier de cuèr negre ben a sa plaça, fácia a la granda paret de veire. Una taula en fòrma de bana. Un simple ampli Bose per la musica. Pas de television. Pas de tablèus sus lei parets. Un piano a coa sus un desnivelat de fusta. La pintura, un blanc gregau per esclairar lo membre. Quauquei libres. Mai pas de tablèu, pas d’ecran. Pas de drech a l’imatge. Coma se l’imatge teniá au temps passat de Na Kroner. « Joseta ! Joseta ! Jò ! Jò ! » Ges de respònsa.
Quora l’ausís furnar dins la cambra esconduda dins una nicha dau baus, lo jovent vei l’Estèla que recapta sei malas. Forra-borra i resquilha tot lo linge que tròba. Degun li a pas jamai après de faire sei malas, lo netitge, la terralha. Joseta a sempre donat d’èr a la vida vidanta. Faire coire un uòu, plegar son linge, alestir lo fiutre de café… A de lònga jogat. Saup pas lo reau, Joseta. Una vida d’actritz. Li parla d’esquina sensa se revirar:
-T’aviáu ben dich… t’aviáu ben dich de pas me seguir fins a mon ostau. Vòle viure sola, sensa la preséncia de degun. Mai vese qu’es pas possible. Siás un messorguier. As dich de cracas a Bru… Nani… Lo vòle pas amb ieu… Mai tu nimai, te vòle pas… Siás un bòn còp Rick, mai  un còp fa pas puta disiá ma maire ! Alòr, tòrna a París ! Auràs la causida. Audrey Tautou, Cecile de France son encara frescas. T’esperan benlèu.  Siás bèu coma un astre. Traucaràs leis ecrans. Faràs de films en tres D. Mai laissa-me. 
E dins un vam de tragediana, lirica, la man sus lo front  en citant Lo Safir :
-Laissa-me coma òm laissa un vielh disc regat, un gant oblidat, un libre de pòca sus un banc, laissa-me coma una  Vespa sensa motor, laissa me sensa regrets. Laissa. Laissa-me.
Rick, l’ancian dealer, lo rei dau barri de la Zup d’Agradà, lo vendeire e consomator de MDMA, aquela blanca blanca nèu de New-York onte s'escondiá puei lo locatari de sa prison poirrida a  Rikers Island - a l'epòca se fasié sonar James Bloodoon- a en òdi la resisténcia. Vòu sa joguina. Li servirà de carta Golden quora tornarà un còp de mai a la capitala amb èu, sus lo tapis roge, mans dans lei mans, la cogar e lo leonet.  Coma Madonna e Brahim Zaibat, coma Edith Piaf e Theo Sarapo. Joseta es la novèla ersa, a conegut Truffaut, Godard, a jogat dins lei melhors Mocky. Un quicòm per son cinèma de venir. Alòr… l’aurà ! L’aurà !
Se la fòrça dau Bru es dins lo zen, la dau Rick es dins lo sèx… E l'enveja li pren...






9. Le voyage dans les nuages – L’anecdote qui va bien -  L’apparition dorsale de Josette Kroner-  Une envie de fuite, une envie de sexe.


Le voici dans les airs surfants sur les nuages tendres. Il rebondit dans chaque coin du ciel gris. Toujours avec douceur son corps en apesanteur dessine des lignes blanches géométriques qui gribouillent le ciel. Il choisit la non violence pour se défendre de l’agressivité du monde. Il trouve la paix dans sa position comme dans un doux rêve. Ses orteils de bébé souples  et croisés diffusent en lui une essence sensuelle, chaude, régulière, positive, rassurante comme dans le ventre de sa mère. Dans le ciel, dans la bise, il flotte, bien dans son corps. Et si l’hiver se durcit, son âme se réfugie dans un sentiment de printemps éternel.
Mais savons-nous où il se rend ainsi ? Comment et où s’arrêtera-t-il ? Notre héros pacifique a fini de se poser les multiples questions qui le tracassent. Dans un état de prière, en transe, qui sait où cela le mènera ? Des platanes en platanes, de chênes verts en chênes verts, de chênes rouges en chênes rouges, de pins en pins, il échappe à la violence des autres, l’enfer des autres comme dirait Jan Sol Partre le grand philosophe de papier.
Je crois que le dernier à l’avoir vu est le journal La Provence. Sur une photographie numérique faite par un journaliste local invité à Apt, au Leclerc pour la « Grande fête des chaussures. Vingt ans de votre Leclerc », celui-ci s’était saisi de son Nikon. Ils s’étaient donné rendez-vous sur le parking de goudron. Le patron du supermarché, tout endimanché pour le portrait, et comme attiré par un grand courant d’air vit Bru, montra l’OVNI au journaliste, qui, immédiatement, parvint à capturer un point en ombre chinoise : une silhouette assise sur un nuage comme un fakir sur un tapis volant. La Provence pensa à un montage. Elle refusa de le publier. La grande gloire du journaliste fut deux cent cinquante mille vues sur Face Book, cinq cent Like, et deux cent commentaires ! Et un tweet de Nadine Morano. C’est  Michel Neumuller du journal Aquò d’Aquí qui me l’a raconté, il tient cela d’un collègue. Mais depuis le compte du journaliste a été fermé.
Rick Léo retourne à la grotte. Il appelle son amoureuse : « Josette ! Josette ! Jo! » Dans l’appartement de la reine de la comédie la sobriété est au rendez-vous. Un canapé de cuir noir bien à sa place, face à la grande paroi de verre. Une table en forme de corne. Un simple ampli Bose pour la musique. Pas de télévision. Pas de  tableau sur les murs. Un piano à queue sur un dénivelé de parquet. La  peinture, un blanc grec pour  éclairer la pièce. Quelques livres. Mais pas de tableau, pas d’écran. Pas de droit à l’image. Comme si l’image appartenait au passé de Madame Kroner. « Josette ! Josette ! Jo ! Jo ! » Pas de réponse.
Soudain il l’entend farfouiller. Cela provient de la chambre cachée dans une niche de la falaise. Le jeune aperçoit l’Etoile qui fait ses valises. Elle y glisse tout le linge qu’elle trouve, sens dessus-dessous. Personne ne lui a jamais appris à faire ça, le ménage, la vaisselle. Josette a toujours simulé le quotidien. Faire cuire un œuf, plier son linge, préparer le filtre à café… Elle a toujours joué. Elle ne sait pas le réel, Josette. Une vie d’actrice.


Elle lui parle de dos sans se retourner :
-Je t’avais bien dit… Je t’avais bien dit de ne pas me suivre jusqu’ici. Je veux vivre seule, sans la présence de personne. Mais je vois que ce n’est pas possible. Tu es un menteur. Tu as raconté des craques à Bru… Non… Je ne le veux pas avec moi… Mais toi non plus,  je ne te veux pas… Tu n’es pas un bon coup Rick, mais un coup ne fait pas pute disait ma mère ! Alors, rentre à Paris ! Tu auras le choix.  Audrey Tautou, Cécile de France sont encore fraîches. Elles t’attendent peut-être. Tu es beau comme comme un astre. Tu crèveras les écrans. Tu feras des films en trois D. Mais laisse-moi.
Et dans un élan de tragédienne, lyrique, la main sur le front en citant le Saphir :
-Laisse-moi  comme on laisse un vieux disque rayé, un gant oublié, un livre de poche sur un banc, laisse-moi comme une Vespa sans moteur, laisse-moi sans regrets. Laisse-moi. Laisse-moi.
Rick, l’ancien dealer, le roi du quartier de la ZUP d’Agrada, le vendeur et consommateur de MDMA, cette poudreuse new-yorkaise, New-York où il se cachait, locataire de la prison pourrie de Rikers Island à l’époque où il se faisait prénommer James Bloodoon, déteste la résistance. Il veut sont jouet : Josette Kroner. Elle lui servira de carte golden quand elle reviendra sur le tapis rouge, à la capitale, avec lui, main dans la main. La cougar et le lionceau. Comme Madonna et Brahim Zaibat, comme Edith Piaf et Théo Sarapo. Josette est la nouvelle vague, elle a connu Truffaut, Godard, a joué dans les meilleurs Mocky, un atout pour son cinéma à venir. Alors… Il l’aura ! Il l’aura !
Si la force du Bru se trouve dans son zanzen, celle de Rick est dans le sexe… Et l’envie lui prend…