dissabte, 28 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason 1 , capitol 11.




Lo sauvaire- Lo porcàs - La corsa perseguida.

L'òme que s'arresta es un gentleman. Un òme vestit de blanc. De la color de sa veitura. Un vielh bèu. Portugués nimesenc bissexuau. S'entòrna a la ciutat dei set còlas per tornar deman, via Marsilha, cap a Porto. Sa vila. Joseta quora vei sa chivalièra, atrivada per tot çò qu'es riquessa monta sensa relambi. Venala. Mai es subretot, lo fau dire, apasimada de s'èstre escapada dau jove missant lop.
Sus la rota escotan Enric Sauvador sus una caisseta cròma de nonanta minutas. Jazz Mediterranée. Per faire mòda e oblidar sa paur, l’actritz vapòta.
Una enveja monta au Portugués. Es espantat. La vista d'aquelei cambas remirablas li empachan l'ajuda dau Viagra. I a un briu que li èra pas arribat... A una ereccion.
Clava lei portièras, totei, de la seguritat nene. Clac. Clac. Clac.
-A! Non! Mai! Non, rena aquela que fuguèt un simbèu de libertat femenina dins leis 60's. Siáu pas d'acòrd! Pas dos còps dins lo jorn! N ´ai mon gonfle dei mascles!
Lei dets d'aur dau pistachier, tot poderós, lo volant espòrt de cuèr que vira solet de la man gaucha, se sarran dei cambas de la cogar. Man drecha.
Joseta fa un gèst a rebors per l'escampar. Mai a pas temps de se defendre...
Un còp de mistrau. Sa perruca s'envòla. L'aranha de la man s'arresta. L'òme la bada:
- Ò! Mai fant de putan! Siatz... Siatz... Siatz...
-Òc, conàs, siáu la Joseta Kroner! Mai se conunhas a menar ta veitura coma un porcàs vau semblar a la Chantal Nobel. Me comprene. Vai drech, putan! Vai drech!
-Ai tot vist de vos! Ai totei vòstrei DVD. Puta bòrnha! Joseta Kroner! Dins ma veitura! Joseta Kroner! A! A! A! 
Joseta reluca a drecha, a gaucha.
Degun sus la rota que lei mena cap a Nimes.
-Bòn... Bòn... L'anatz pas cantar sus lei teulissas, nimai. Assaje d'escapar a ma celebritat.
-Nani, mai vos bade tant e tant! Dequé vos fariá gauj Joseta?
-L'invisibilitat.
Lo gentleman sosca puei:
-A! Siáu pas Majax. Mais vos pòde ajudar a escapar a la violéncia d'aqueste mond.
Subran Joseta blanquineja: 
-O! Fant´ de putan! Abrivatz!
-Qué? Qué?
-Aquí! Ambé sa Fiat! Darrier! Dins lo retrovisor! Lo Rick Leo que nos fa d'apèus
 de lumes!
Lo gentleman s'espanta:
-Rick? Rick Leo? Lo jove actor?
-Òc. Lo jove con.
-A! Mai siam filmats! Es una camera esconduda? Joseta Kroner! Rick Leon puei! Es mon jorn d'astre! 
Joseta esquicha fòrt son talon agulha sus lo pè drecha dau menaire:
-Mai lèu, Enric Sauvador! Mai lèu! Se que non acabarem dins lo jornau de Pujadas, a la rubrica people...
E lo gentleman pivelat per sa diva s'executa. Meme s'a un projècte per ela. S'executa. Quora Rick Leo, la boca clafida d'escupinha, lo nas de MDMA, lei cristaus de MDMA que fan sanhar  lo nas, lei raganta…


Le sauveur – Le gros porc – La course poursuite.

L’homme qui s’arrête est un gentleman. Un homme vétu de blanc.  Comma la couleur de sa voiture. Un vieux beau. Portugais nimois bissexuel. Il revient de la cité aux sept collines pour décoller demain, via Marseille, direction Porto. Sa ville. Quand Josette la vénale aperçoit sa chevalière, elle monte immédiatement. Appaisée d’avoir échappée au jeune méchant loup.
Sur la route ils écoutent Henri Salvador sur une cassette Chrome de quatre vint dix minutes. Jazz Méditerranée. Pour faire mode et oublier sa peur, l’actrice vapotte.
Le Portugais ressent une soudaine envie. Le voilà étonné. La simple vue de ces jambes remarquables lui évitent l’aide du Viaga. Il y a un moment que cela ne lui est pas arrivé… Il a une érection.
Il ferme toutes les portières avec la sécurité bébé. Clac. Clac. Clac.
-Ah ! Non ! Mais ! Non, s’emporte celle qui fut un symbole de liberté féminine dans les années soixante. Pas d’accord ! Pas deux fois dans le même jour ! Marre des mâles !
Les doigts d’or du libertin, puissant, le volant sport en cuir qu’il tourne tout seul de la main gauche, s’approchent des jambes de la cougar. Main droite.
Josette fait un geste de refus pour le rejeter. Mais elle n’a pas le temps de se défendre…
Un coup de mistral. Sa perruque s’envole. L’araignée de sa main arrête sa marche. L’homme reste bouche bée :
-Oh ! Mais putain ! Vous êtes… Vous êtes… Vous êtes…
 -Oui, conard, je suis Josette Kroner ! Mais si tu continues à conduire ta voiture comme un gros porc je vais ressembler à Chantal Nobel. Je me comprends. Va droit, putain ! Va droit !
-J’ai tout vu de vous ! J’ai tous vos DVD. Enfoiré ! Josette Kroner ! Dans ma voiture ! Josette Kroner ! Ah ! Ah ! Ah !
Josette reluque à droite, à gauche.
Personne sur la route qui les conduit à Nîmes.
-Bon… Bon…Vous n’allez pas le chanter sur les toits, non plus. J’essaie d’échapper à ma célébrité.
-Non, mais je vous admire tant ! Qu’est-ce qui vous ferait plaisir Josette ?
-L’invisibilité.
Le gentleman réfléchit puis :
-Ah ! Je ne suis pas Majax. Mais je peux vous aider à échapper à la violence de ce monde.
Josette blêmit soudain :
-Oh ! Putain ! Accélérez !
-Quoi ? Quoi ?
-Là ! Avec sa Fiat ! Derrière ! Dans le rétroviseur ! Rick Léo qui nous fait des appels de phares !
Le gentleman s’étonne :
-Rick ? Rick Léo ? Le jeune acteur ?
-Oui. Le jeune con.
-Ah ! Je comprends maintenant ! Nous sommes filmés ! Est-ce une caméra cachée ? Josette Kroner ! Rick Léo ensuite ! Quel jour de chance !
Josette pousse fort son talon aiguille sus le pied droit du conducteur :
-Plus vite, Henri Salvador ! Plus vite ! Sinon nous finirons dans le journal de Pujadas, rubrique People…
Et le gentleman fasciné par sa diva s’exécute. Même s’il a un projet pour elle. Il s’exécute. Quand Rick Léo,  la bouche pleine de bave, le nez dans la MDMA, ces cristaux de MDMA qui font saigner le nez, les rattrape…