dilluns, 23 de desembre de 2013

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 7.









7. Lei punts cordurats - Lo metge inconegut - La violéncia.

Bru sentís l’agulha que li liga sei carns.
- E vaquí… Tres pichòts punts… Lo sabe faire! Ditz l’agressaire a la chut-chut.
L'escur dau membre escond sa cara.
- Ouch! fa lo Bru.
-Bolegues pas! L’ai ja fach per un fulheton american. Una sit-com amorosa dins lo mitan de l’espitau…
-Ouch !  (tornamai)
-Benvenguda dins la caforna Monsur l’Editor !
Lo bel òme  li porgís d’aiga de Colonha per lo desinfinctar, un mocador brodat a seis inicialas R.L. Coma Rick Leo.
Snifa son index.
Bru reluca lei bagosas dau joine balés. Lo jovent, après aguer cordurat la pèu ambé la pèu, fa un poton au clòsc nus. Coma per un jogaire de balon.
-T’admire. T’aime. Òme de l’ombra ! Talentuós autor ! Òme de sa vida !
Un poton de mai de mai sus lo clòsc dau Bru:
-Òm pòu dire que t’ai sauvat la vida !
Bru, de l’esmoguda, vira de l’uelh.
Quora se desrevelha identifica la dubèrtura d’una caforna sus un prat verdàs. Es empalhat sus un liech de pèiras. Un cat fa seis arpias sus son ventre.
-Vira-te d’aquí ! Chauchavièlha ! crida Rick Leo a sa cata. Veses pas que malauteja ?
Bru es pas un òme coratjós, es pas un detectiu, pas un aventurier. E saup pas coma vai se ne’n sortir d’aquela panada. Sei mans son ligadas per una  gròssa còrda.
-Lei nos de marins ! Aquò conèisse tanben ! Tot s’apren a Sing Sing !
Bru, ensucat per son operacion pren la paraula :
-Podètz me desliurar ? Perqué me gardar estacat ?
-Se vos lo dise, Monsur Bru, vos tornarai malurós. Ai d’òrdres. Leis òrdres de... Joseta Kroner !
-Coma ?
-Quora vos veguèt vos sarrar de l'ostau, ère a la patafiolar… s’anèt escondre dins lo recanton que servís de cosina. E me diguèt : Nani. Lo vòle plus veire ! Es de passat ! Vai li parlar ! Lo faire partir ! Zo ! E li parles pas de ieu !
-Qué ?
-Vivèm quasi ensems, Bru! Mai siáu pas un pegós, ieu.  Pas coma tu. Fau dire qu’ai pas l’admiracion facila e bedigassa. L’ostau troglodit aicí es un endrech de libertat. E se vesèm per lei moments agradius ! Joseta fa tot per te faire comprene que la fau laisser! Mai lei silencis, son abandon bastan pas per te faire partir de sa vida. Alòr es oblijada d’utilizar lei mejans fòrts, Bru. Après lo tendrum … la castanha !
L’incredible Rick Leo, en boxer e marcèu, conflat de sei muscles e de sei tatoatges, se sarra de Bru. Passa plan planet sei dets darrier son clòsc. E balha un segond poton.  Ara sa lenga resquilha sus son front. Quora subran, la bela ven bèstia. Sei dets se plegan en gant de bòxa. Rick tusta un còp. Dos còps. Lo clòsc de Bru rembombís. Davant. Darrier. Darrier. Bacèu. Un còp de mai. La tèsta de bofiga de Bru ven un puching bull miserable. Ausís lo sang de sa tèsta cordurada que ponha son cervèu. 
La violéncia sòna la subrevida.
Empacha pas la plaga que se dubris ara. E la sang raja, tornamai s'escracha pesugament sus sei gautas redondas en gròssei flacadas brusentas !




7. Les points de suture – Un mystérieux médecin – La violence.

Bru sent l’aiguille qui lie ses chairs.
- Et voilà… Trois petits points… Je sais y faire ! Dit l’agresseur en chuchotant.
L’obscurité de la pièce dissimule son visage.
-Ouch ! Fait Bru.
-Ne bouge pas ! Je l’ai déjà fait pour un feuilleton américain. Une sit-com amoureuse dans le milieu de l’hôpital…
-Ouch ! (une seconde fois)
-Bienvenue dans la caverne Monsieur L’Editeur !
L’homme musclé lui apporte de l’eau de Cologne pour le désinfecter, avec un mouchoir brodé à ses initiales : R.L. Comme Rick Léo.
Il sniffe son index.
Bru reluque les bagouses du jeune balès. Le jeunot, après avoir cousu la peau avec la peau, embrasse le crane nu. Comme pour un joueur de ballon.
-Je t’admire. Je t’aime. Homme de l’ombre ! Talentueux auteur ! Homme de « sa » vie !
Un autre baiser sus le crane de Bru.
-On peut dire que je t’ai sauvé la vie !
Bru, hyper émotif, tourne de l’œil.
Quand il se réveille il identifie l’ouverture d’une grotte sur un pré vert. Couché sur un lit de pierres. Un chat fait ses griffes sur son ventre.
-Casse-toi ! Vilaine diablesse! crie Rick Léo à sa chatte. Ne vois-tu pas qu’il est souffrant ?
Bru n’est pas un homme courageux, un détective, pas un aventurier. Et il ne sait pas comment il va se sortir de cette panade. Les mains liées par une grosse corde.
-Les nœuds marins ! Ça je connais bien ! On apprend tout à Sing Sing !
Bru, assommé par son opération, prend la parole :
-Pouvez-vous me délivrer ? Pourquoi me garder attaché ?
-Si je te le dis, Monsieur Bru, je te rendrai malheureux. J’ai des ordres. Les ordres de… Josette Kroner !
-Comment ?
-Quand je t’ai vu t’approcher de la maison, on faisait nos affaires, tu vois… Elle est allée se cacher dans ce coin qui sert de cuisine. Et elle m’a dit : Non. Je ne veux plus le voir ! C’est du passé ! Va lui parler ! Va le faire partir ! Allez ! Et ne lui parle pas de moi !
-Quoi ?
-Nous vivons quasiment ensemble, Bru ! Mais je ne suis pas une sangsue, moi. Pas comme toi. Il faut dire que je n’ai pas l’admiration facile et innocente. La maison troglodyte est un espace de liberté. Et nous nous voyons pour les moments agréables ! Josette fait tout pour te faire comprendre qu’il faut la quitter ! Mais ses silences, l’abandon ne suffisent plus à te faire dégager. Alors elle utilise les moyens forts. Obligé. Bru. Après la tendresse… les coups !
L’incroyable Rick Léo, en boxer et marcel, tout en muscle et en tatouages, s’approche de Bru. Il lui passe doucement les doigts derrière le crane. Et lui donne un  second baiser. Maintenant sa langue glisse sur son front. Quand soudain, la belle devient bête. Ses doigts se plient en gants de boxe. Rick frappe un coup. Deux coups. La tête de Bru rebondit. Devant. Derrière. Devant. Derrière. Derrière. Derrière. Gifle. Coup de tête. La tête d’ampoule de Bru devient un punching-ball misérable. Il entend le sang de sa tête cousue taper contre le cerveau.
La violence appelle la survie.  
Cela n’empêche pas la plaie de se rouvrir. Et le sang jaillit, et s’écrase lourdement sur ses rondes joues en grosses flaques bruyantes !