dimarts, 24 de desembre de 2013

Joseta Kroner, sason un, capitol 8.

8. La filosofia dau Zazen - La jovença e l'aprendissatge dau Bru –Fugisse pas, vòle.

Shikantaza. Dins son Shôbôgenzô Bendôwa, mèstre Dôgen escriguèt : "Segon la tradicion autentica de l’escòla nòstra, aquela lei bodica, ensinhada dirècte, es supresma au suspreme gra. Quora consultatz un amic de ben, necita pas de cramar de l’encens, de venerar lei Bodas, d’invocar Amitâbha, de cultivar lo repentir ò de legir lei sûtras. Basta de vos assetar e de despatolhar còs e esperit ! »
Segon lo siti internet inspirat per Mèstre Dôgen, aqueste passatge famós traita de shikantaza (« basta de vos assetar ») e de shinjin datsuraku (e de despatolhar còs e esperit.) Shikantaza  se pòu parafrasar per "metre totalament sa vòia dins l'assetada".
Aquela pausicion  se ditz zazen.
Veniá de l’enfança. Quora la maire de Bru, femna dau ris, venguèt plantar cavilha en Pichòta Camarga, per fugir lo Viet-Nam ambé sei pichòts e rejonher lo paire, aprenguèt qu’aqueste jogava una dobla vida en França, amb una blondeta europenca, e la pauròta, sensa bagatges, sensa ren mai que sei pichonets a cada man, aviá trobat la pòrta barrada de l’ostau promès. Quora poguèt s’instalar dins una cabana abandonada, una cabana de gardian, en plen mistralàs, per alhuènhar Bru de la misèria, la mamà mandèt lo drollet dins aqueste grand monestari escondut dins la montanha onte lo drollet faguèt son aprendissatge de vida.
 Lo pichòt aviá marchat, marchat. Lei veituras lo prenián en estòp. Podiá dormir dins lei granjas encara ruralas d’una Provença d’a passa-temps. E èra estat aculhit per lo grand mèstre Dôgen que li aprenguèt lo zen dins son temple escondut amondaut dei montanhas gigantas. Après son ensinhament, lo Bru qu’apreniá de se destacar deis òmes, fugissiá ambé sa jovença dins lei nuechs artisticas de Berlin.
Mai tard, la vida a l’europenca, l’industria, lei parts de mercats avián manjat l’arma pasibla de Bru. S’èra destacat de sa religion bodista. E cadun ignorava coma aquò li aviá sauvat la vida. Eu parier, l’aviá quasi oblidat, manjat per son òbra cronofaja !
Lo mond dau mestier dau libre, son environa, s’espantavan pasmens coma  Bru se podiá concentrar jorn e nuech, obrar lei matins de festas mentre qu’aviá passat la serada a se bandar a la Cauceta ?
 Bru èra aquela serp freja que ren pertocava. Insensible e fòrt per son educacion bodista.
Pasmens dempuei una bela passa s’alassava de l’esmoguda que li provocava la rompedura. Eu que se destacava de tot. Qu’aviá laissat sa maire, lo mèstre Dôgen  sensa estat d’arma, que sabiá per la filosofia bodista que tot aviá una fin… Sa vida ara preniá lo gost amar de lassitge. L’amor per Joseta lo destimborlava. Èra mai fòrt que non pas una religion. Sol lo vin capitava, de còps que i a, de li donar gost a quauqua ren. Mai lei davaladas, lei retombadas, lei desrevelhs, trobavan son plumon banhat de lagremas.
Cada nom de carriera d’Agrada li rementava Joseta, cada aubre dins lo paisatge, e París, París, li cantava leis oras de glòrias quora jogava l’ombra de l’actritz. Leberon, encara mai fòrt, l’ostau troglodit, l’ostau qu’aviá dessenhat per èla, ambé aquela arquitectura unenca de fusta, de pèira, que resplendiá de modernitat per èla, batiá dins son còr d’òme bauj.
Dins sei moments de solesa se demandava : la femna de sa vida, ela, coma lo podiá sentir tot aquò, èra-ti l’amnesia de son passat que li empachava de plorar, de comunicar, se rementar d’aqueleis annadas confortablas d’amor ? E lo libre ? Lo libre qu’avián fach ensems semblava-ti pas a l’enfant jamai perqué ? Perqué mai perqué aqueste viratge subran ? Joseta Kroner, reina de l’abandon.
A la novèla agression de Rick, Bru se concentra fòrt. Lo missant se sarra. Lei mans dau diable se sarran de sa garganta. Per l’estranglar. L’ombra giganta dau suça-sang sus la paret de la caforna multiplica sei formas d’òme fòrt. Alòr Bru s’asseta plan planet sus lo liech. Quicha leis uelhs. Quicha. Quicha. E son arma ensinhada lo nauça, doçamaneta, dins leis èrs. Òc. Plan planeta. Fa un. E se sotaleva dins una bofiga d’existéncia unenca. Bru retroba son zazen.
  Lo vaicí en patz, la cara enfin apasimada que se dirigís coma una bula de sabon a la cima de la caforna. Rick sauta, enrabiat per agantar aqueste còs qu’es pas plus dins son univers. Braceja, s’atissa. E Bru coma una flor leugièra, una niva de plumas camina cap a la sortida per se fretar ais brancas deis aubres lei mai bèus.


8.  Philosophie du zazen- Jeunesse et apprentissage du Bru– Je ne fuis pas, je vole.

Shikantaza. Dans son Shôbôgenzô Bendôwa,  maître Dôgen écrivit : « Selon la tradition authentique de notre école, cette loi boudique, enseignée directement, est suprème au degré le plus suprème.  Quand vous consultez un ami de bien, il ne suffit pas de brûler de l’encens, de vénérer les Boudas, d’invoquer Amitâbha, de cultiver le repentir ou de lire les sûtras. Il suffit de vous assoir et de distinguer corps et esprit ! » 
D’après le site internet inspiré par Maître Dôgen, ce passage célèbre traite de shikantaza (« il suffit de vous assoir ») et de shinjin datsuraku (« et de distingur corps et esprit. ») On peut paraphraser Shikantaza par « mettre totalement sa volonté dans l’assise ».
Cette position s’appelle zazen.
Cela remontait à l’enfance. Quand la mère de Bru, femme du riz, vint s’installer en Petite Camargue, pour fuir le Vietnam avec ses petits et rejoindre le père, elle apprit que celui-ci menait une double vie en France, avec une petite blonde européenne, et la pauvre femme,  sans bagages, sans rien d’autres que ses petits à chaque main, avait trouvé la porte de la maison promise fermée. Lorsqu’elle put s’installer dans une cabane abandonnée, une cabane de gardian, en plein mistral, pour éloigner Bru de la misère, la maman envoya le garçonnet dans ce grand monastère caché dans la montagne où il fit son apprentissage de vie.
Le petit avait marché, marché. Les voitures le prenaient en stop. Il pouvait dormir dans les fermes rurales d’une Provence passée. Et il avait été accueilli par le grand maître Dôgen qui lui apprit le zen dans son temple caché du haut de ses montagnes géantes. Après son apprentissage, Bru qui apprenait à se défaire des hommes, fuyait avec sa jeunesse dans les rues artistiques de Berlin.
Plus tard, la vie à l’européenne, l’industrie, les parts de marché avaient mangé l’âme paisible de Bru. Il s’était détâché de sa religion boudiste. Et chacun ignorait comment cela lui avait sauvé la vie. Lui aussi l’avait oublié, mangé par son travail chronophage !
La société du livre, son environnenent, s’étonnaient toutefois : comment Bru pouvait-il se concentrer jour et nuit, œuvrer les matins de fêtes tandis qu’il avait passé le soir à s’enivrer à La Chaussette ?
Bru était de ces serpents froids que rien ne touchait. Insensible et fort par son éducation boudhiste.
Cependant depuis un bon moment  il se lassait de l’émotion que lui provoquait sa rupture. Lui qui se détachait de tout. Qui avait abandonné sa mère, le maître Dôgen, sans état d’âme, qui savait par la philosopie boudhiste que tout avait une fin… Sa vie maintenant prenait le goût amer de la fatigue. L’amour pour Josette l’affectait. C’était plus fort qu’une religion. Seul, le vin, parfois, redonnait la saveur des choses.  Mais les descentes, les retombées, les réveils, trouvaient son oreiller baigné de larmes.
Chaque nom de rue d’Agrada lui rappelait Josette, chaque arbre dans le paysage, et Paris, Paris, lui chantait ses heures de gloire quand jouait l’ombre de l’actrice. Le Lubéron, la maison troglodyte, la maison qu’il avait dessinée pour elle, avec cette architecture de planche, de pierre, qui resplendissait de beauté pour elle, battait encore plus fort, dans son cœur d’homme fou.
Pendant ses moments de solitude il se demandait : la femme de sa vie, elle, comment pouvait-elle ressentir tout cela, était-ce l’amnésie de son passé qui l’empêchait de pleurer, de communiquer, de se rappeler de ces années confortables d’amour ? Et le livre ? Le livre qu’ils avaient fait ensemble ne ressemblait-il pas à l’enfant jamais porté ? Pourquoi mais pourquoi ce virage soudain ? Josette, reine de l’abandon.
A la nouvelle agression de Rick, Bru se concentre fort. Le méchant s’approche. Les mains du diable s’approchent de sa gorge. Pour l’étrangler. L’ombre géante du vampire sur la paroi de la caverne multiplie ses formes d’homme fort. Alors Bru s’assoit tranquillement sur le lit. Il ferme les yeux. Ferme. Ferme. Et son âme éduquée le hausse, le hausse, doucement, dans les airs. Oui. Si doucement. Il fait un. Et il se soulève dans une bulle d’existence unique. Bru retrouve son zazen.

Le voici en paix, le visage enfin appaisé qui se dirige comme une bulle de savon au sommet de la caverne. Rick saute, enragé par ce corps qui n’est plus dans son univers. Il gesticule, s’énerve. Et Bru, comme une fleur légère, un nuage de plumes chemine jusqu’à la sortie pour se frotter aux branches des arbres les plus hauts.