dijous, 16 d’agost de 2012

Revène-à-n-iéu

Amy Océane Cros es una joina poèta que rescontrère dins ma vila aquest an. Vos publique un de sei poèmas. Curiosa dei lengas e de la poèsia, fa una literatura romantica e pregonda. Ganhèt lo Concors deis Amisc de Mesclum. M'agrada! Osca Amy!

Revène-à-n-iéu

Bèn lèu li liame de mon esperit
Saran roumpu durènt la niue que vèn,
Quand ma tèsto toumbara dins lou rèn,
E senso autro deliéuranço qu'un crid.
Me fau desfaire ço que me retèn,
Ajudas-me que me sente mouri...

Revène à-n-iéu, alen rauba,
Pos cassa dins la matèri
Li gardian de ma misèri ?
Revène à-n-iéu, alen toumba.

S'enracinon dins moun cors engourdi
De flour emé d'espino empouisounado,
Que fan d'iéu un jardin apourridi,
Liuen d'uno lus jamai assesounado.
Aro sente dins mi mèmbre enredi
Mi forço que se soun abóusounado.

Revène à-n-iéu, alen rauba,
Pos cassa dins la matèri
Li gardian de ma misèri ?
Revène à-n-iéu, alen toumba.

Dins lou desert de mis iue estuba,
Crese vèire un mirau infini
De mounte vole aganta li rebat,
E mounte lou reau es embruni.
Quau siéu, iéu que me pode pas trouba ?
Belèu proun un pantai endemouni...

Revène à-n-iéu, alen rauba,
Pos cassa dins la matèri
Li gardian de ma misèri ?
Revène à-n-iéu, alen toumba.


Inf3kti0n d'Aut0mn3 (16 et 19/01/2012)

Reviens à moi

Bientôt les liens de mon esprit
Seront rompus durant la nuit prochaine,
Quand ma tête tombera dans le néant,
Et sans autre délivrance qu'un cri.
Il me faut défaire ce qui me retient,
Aidez-moi que je me sens mourir...

Reviens à moi, souffle volé,
Peux-tu chasser dans la matière
Les gardiens de ma misère ?
Reviens à moi, souffle tombé.

S'enracinent dans mon corps engourdi
Des fleurs aux épines empoisonnées,
Qui font de moi un jardin gâté,
Loin d'une lumière jamais venue à temps.
Désormais je sens dans mes membres raidis
Mes forces qui se sont écroulées.

Reviens à moi, souffle volé,
Peux-tu chasser dans la matière
Les gardiens de ma misère ?
Reviens à moi, souffle tombé.

Dans le désert de mes yeux enfumés,
Je crois voir un miroir infini
D'où je veux attraper les reflets,
Et où le réel est embruni.
Qui suis-je, moi qui ne peux pas me trouver ?
Peut-être bien un rêve où vit le démon...

Reviens à moi, souffle volé,
Peux-tu chasser dans la matière
Les gardiens de ma misère ?
Reviens à moi, souffle tombé.

2 comentaris:

Amada ha dit...

Gramaci pèr la publicacion ! Es força agradieu


Mercé d'aguer precisit sus FB mon error (la que fau trop de cops) amb "lus" e "lum". Lo me fau corregir dins mon manuscrich lèu. Ah, ai tanben una question qu'a Nimes m'an pas dich se aviai fach d'errors : es-ti possible de dire "pos cassar" sensa lo "ti" per pausa una question ? E per "fan d'iéu" en luoc de "de iéu" ? Cresi que me soi permesa una libertat linguistica un pauc a la Mistral malaurosament. Ai besonh de correccion, es segur. Encara gramaci !

Tam ha dit...

Direm qu es la licencia poetica que senhoreja.