dissabte, 22 de desembre de 2012

Tragedia de la canilha processonària

Aqueste tèxt es dedicat a ma grand.

Ma vida es un laberint d’agulhas de pin qui pican e de pega pegosa que pega. Soventei fes, vese, d’amondaut  dau pin qu’ai causit, aqueste parèu pichòt d’umans. L’òme monta ambé sa tronçonaidora. Rompt lei brancas. La femna, pichoneta, lo comanda : « Un pauc mai a drecha, mai a senèstra. Aqueste còp ! Copa ! Copa ! Putas de caucanilhas ! » Alòr, ambé son casco blu, sei gants de plastic, l’òma copa. Tròn de dieu que petarada !
 E... Pataflòu ! Mei vesinas cabussan dins de nivas de lana que son sei nis. Desesperadas, s’arrapan un darnier còp coma dins un manège fatau ai ramas onte faguèron un caminolet de vida. Uèi siáu sauvada.  Agache la lònga e dolorosa davalada que dura pas qu’un temps. Mai... Deman... Deman, roleta russa de l’asard, grand uech catastrofic, sarà benlèu per ieu !
 L’òme recapta lei ramas de pins dins una caissa de fusta. Pòde bufar. Leis aucèus fiers de seis alas se trufan de nòstra manca de libertat. Nos dison que nos escampan au fuòc dins la chaminèia interiora, leis òmes. Lei veguèron  faire per la fenèstra dau manjador, un jorn de diseta que la femna aviá laissat lo pan d’ivèrn.  Nosautres, sabèm pas rebecar ai piutaires. Avèm pas leis imatges nimai l’experiéncia de vida per argumentar.
La mòrt. Tancadas amondaut dins lo pin. Acoconidas dins lo nis de lana, quora la nuech tomba podèm pas pensar a quicòm mai.  Repapiam. Pensam a la mòrt que ven. Cada minuta d’una canilha es rosigada per l’idèa de la mòrt. La podèm pas laissar tombar aquela! La chauchavièlha de la canilha. Cresèm çò que dison, leis aucèus. La nòstra vida malurosa, pesa, pesuga, pegosa dau fracàs e dau regret sembla una monstruosa chauchavièlha que nos trauca lo ventre. La paur nos liga leis unas ais autras.  La vida que pica e pega nos a dona pas de crit coma a l'elefant, au cat e au leon. Es una paur muda. Una paur secreta. Pasmens ne parlam jamai entre nautres.  E mai la vida nos copa, mai se reprodusèm. Non, es pas una enveja de vengéncia. Demandam ren, pasmens. Just ! Se podiam evitar de nàisser !
Lo jorn s’aubora e me vaquí, subran, ambé mon còs sus la sabla. Siáu a escriure de mei letras de terra sus l'arena de la fin : « Ajuda ! Vòle èstre quauqu’un mai ! »

 




1 comentari:

Tam ha dit...

Tragédie de la cochenille.
Ce texte est dédié à ma grand-mère.
Ma vie est un labyrinthe d’aiguilles de pins qui piquent et de résine poisseuse qui colle. Souvent, je vois, tout en haut du pin que j’ai choisi, ce petit couple d’humains. L’homme monte avec sa tronçonneuse. Il casse les branches. La femme, toute petite, le commande : « Un peu plus à droite, plus à gauche. Ah ! Voilà ! Coupe ! Coupe ! Putain de cochenilles ! » Alors avec son casque bleu, ses gants en plastique, l’homme coupe. Tonnerre de dieu quel bruit !
E... patatras ! Mes voisines tombent dans les nuages de laine qui sont leurs nids. Désespérées, elles s’accrochent une dernière fois comme dans un manège fatal aux branches où elles ont fait un cheminement de vie. Aujourd’hui je suis sauvée. Je regarde la longue et douloureuse descente qui ne dure qu’un temps. Mais... Demain... Demain, roulette russe du hasard, grand huit catastrophique, ce sera peut-être pour moi !
L’homme range les branches de pin dans un cageot. Je peux souffler. Les oiseaux fiers de leurs ailes se moquent de notre manque de liberté. Ils nous disent que les hommes nous jettent au feu dans leur cheminée intérieure. Ils les ont vus faire par la fenêtre de la salle à manger, un jour de disette où la femme avait laissé le pain d’hiver. Nous, nous de savons pas répondre aux gazouilleurs. Nous n’avons pas les images, ni l’expérience de vie pour argumenter.
La mort. Plantées là-haut dans le pin. Recroquevillées dans le nid de laine, quand la nuit tombe nous ne pouvons pas penser à quelque chose d’autre. On radote. Nous pensons à la mort qui vient. Chaque minute d’une cochenille est rongée par l’idée de la mort. On ne peut pas la laisser tomber, celle la ! Le cauchemar de la cochenille.
Nous croyons à ce que disent les oiseaux. Notre vie malheureuse, pèse, pesante, poisseuse d’échecs et de regrets, ressemble à un monstrueux cauchemar qui nous troue le ventre. La peur nous lie les unes aux autres. La vie qui pique et colle ne nous a pas donné de cri comme à l’éléphant, au chat ou au lion. C’est une peur muette. Une peur secrète. Cependant nous n’en parlons jamais entre nous. Et plus la vie nous coupe, plus nous nous reproduisons. Non, ce n’est pas une envie de vengeance. Nous ne demandons rien, cependant... Juste, si l’on pouvait éviter de naître !
Le jour se lève et me voilà, soudain, avec mon corps sur le sable. J’écris avec mes lettre de terre, dans l’arène de la fin: « Aidez-moi ! Je veux être quelqu’un d’autre ! »