divendres, 14 de febrer de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 19.


L’ambulança – La solesa d’un viatge en solitari – Quau se laissa abandonar, abandona.


Bilhetas de trin. Porto. 2013. (c) Fotografia originala dau Tam. Drechs reservats.





Episòdi 19 : L’ambulança – Solesa d’un viatge en solitari- Quau se laissa abandonar, abandona.
Dubèrtura de l’ambulança. Laissa anar Bru a l’espitau per dessaperèisser dins la fola. Dins sei lagremas e son abandon ditz a nauta votz:
- Mon dieu ! Perdonatz me ! Mon dieu ! Perdonatz me !
Fugis per trobar lo tram que la menarà en vila.
Au dedins de l'ambulança. Dins sa cubèrta cauda e blua, l’editor reluca lo plafond blanc. Tòrna prene consciéncia. Se ditz Bru. Fa lo director deis Edicions Bruch.
Son oxigèn es agotat per un lòng fiu.  Un masca tancat sus lo morre. L’infirmièra pròche d’èu li parla plan planet en portugés. Li ten la man. A un sonrire incredible. Que Bru li tòrna. Lei pauralas incomprensiblas rasseguran. Agacha seis onglas longras e negras. Sei vestits traucats. Sentis son olor marrida. Se rementa ara coma venguèt subran un paure SDF. Se rementa pas dau viatge. Nani. Se rementa tanben qu’es au moment de la retrobar, e de retrobar seis esperits, que Joseta a desaparegut dins la fola. L’abandona. Un còp de mai.
Tristum dins l’ambulança. Abandonat coma un chin. Dos còps. Dos còps dins una vida. N’i a pron. Ara, saup que vai tot laissar. Question argent, es sus la palha. L’abandon de son amor lo creba coma una carònha sus l’autorota. Coma Ugolin, li agradariá de se traucar lo còr ambé lo riban de son aimada.
Solesa. Solesa. Aquò dinda coma un trobar portugués. Vòu pas aprene a viure amb ela, amb aquel solesa. Nani. Vòu pas aprene de viure ambé sa solesa. Viure solet ambé se... qué pénible !
Avenir sorne. Se nega dins leis abituds de la vida videnta onte son esperit cabussa. Pensa a tot ço que sarà. Son esperit escriu dins son arma l'avenidor d'un uman perdut: tot recaptar de lònga per se pas perdre. Cronometrat. Minutat. Coma una particion regda. Una vida de garçon vielh ais uelhs de la societat e per pas ren perdre mai (l'idèa es insuportabla) : un metòd per sei claus, per seis oras,  per sei  dos desrevelhs... Sa vida sarà organizada coma un parcament. La plaça per lei cauçaduras, lei sabatas, lei gants de teleta. De biais de vielhs: beure de lònga lo meme gòt per economizar la terralha. Pas caufar qu’una partida de l’ostau. Mai gardar l’ostau grand per signe de dignitat. Pensar. Sempre pensar a se. Se parlar. Sensa enfants. Sensa femna. S’enrabiar. E tot, tot, revira dins lo cap. Oblidarà de manjar. Manjarà drech. Manjarà pas. Per negligéncia. Oblidarà lei cinc liumes e cinc fruchas lo jorn. Assessinarà sa santat. Manjarà cada jorn au restaurant de barri. Au debàs de l’ostau d’edicion. Coma una cantina. Per pas èstre solet. E tanben per manjar ben au mens un còp lo jorn. Botarà lo matin Telematin per ausir la votz de la television, un quauqu’un dins l’ostau. Quora lei matins d’ivèrn an lo negre de la nuech. E lo trabalh d’editor vira e revira dins ta tèsta.  E lo trabalh li parla. Qu’a pas d’interlocutor de mai. 
Solesa. Solesa. Coma un trobar portugués. Vaqui coma sa vida se dessenha au plafond de l'ambulança.
Lo tristum lo transmuda. Se refusa an aquesta vida d'ome solet dins un ostau vuege. Oc. Coma se vei desfuntar solet dins son grand ostau d’edicion vuege onte dormis, onte òbra, Bru lo decidis : acabarà sus lei bancs de Porto. Se farà amic ambé lei chins. França l’oblidarà. Aprendrà la lenga de la carriera, qu’es l’esperanto d’Euròpa. Perque Joseta a causit una vida d’oblit. Causirà la mema vida que Joseta. Mai sensa Joseta. Li sarà fizèu. 
 A ja commençat. Saup lo biais, ara de viure dins la carriera. A l'experiéncia. Dos abandons de Joseta, un abandon dau paire inconegut. Coma la vida lo decidis.
Sortie dins lo lume blu de l’ambulança. Sus lei ròdas de son liech sentis l’eter, lo supositòri. Vei de doctors en masca. Ambé de gants blus. Lei pòrtas, balin, balan coma  a l’intrada d’un marrit trin trevat. Lei pòrtas dubèrtas e sensa pudor laissan veire un vielh, a mitat nus, desbralhat, que manja una compota, de fius dins lo nas e sòna sa maire.  Es la Mòrt. Bru es brancat a de maquinas coma un robocòp. Lo saup : se refusarà de se noirrir. Lei metges, sensa parlar, mai practiquant ja lo  lengatge dei sdf, l’esperanto de la carriera, l’esperanto de l’Euròpa, an previst una noirridura per transfusion. Mai subran, coma per magia, tot s’apasima. Dins lei contravents de la cambra d’espitau. Aquela qu’espèra ... Aquela qu'espèra sus sa cadiera de plastic marron.. amb un boquet de flors... Assetada a costat dau liech... Es... Es... Lo negre de la vida s’avalanis dins lo blanc de coton de l’espitau. Un abandon per un autre.
Quau se laissa abandonar, abandona.



Episode 19 : L’ambulance – Solitude d’un voyage en solitaire – Qui se laisse abandonner, abandonne.
Ouverture de l’ambulance. Elle laisse aller Bru à l’hôpital pour disparaître dans la foule. Dans ses larmes et son abandon elle dit à haute voix :
-Mon dieu ! Pardonnez-moi ! Mon dieu ! Pardonnez-moi !
Elle fuit pour trouver le tram qui la conduira en ville.
A l’intérieur de l’ambulance. Dans sa couverture chaude et bleue, l’éditeur fixe le plafond blanc. Il reprend conscience. Il s’appelle Bru. Directeur des Editions Bruits.
Son oxygène est irrigué par un long fil. Un masque plaqué sur le visage. L’infimière à côté de lui parle doucement en portugais. Lui tient la main. Elle a un sourire incroyable. Bru lui rend. Les paroles incompréhensibles rassurent. Il regarde ses ongles longs et noirs. Ses habits troués. Il sent sa mauvaise odeur. Il se souvient maintenant comment il est devenu soudain un pauvre SDF. Mais pas du voyage. Non. Il se souvient également que c’est au moment de retrouver ses esprits, que Josette a disparu dans la foule. Elle l’abandonne. Une fois de plus.
Tristesse dans l’ambulance. Abandonné comme un chien. Deux fois. Deux fois dans une vie. Assez. Maintenant, il sait qu’il va tout plaquer. Question argent, il est sur la paille. L’abandon de son amour le crève comma une charogne sur l’autoroute. Tel Ugolin, il aimerait se trouer le cœur avec le ruban de son aimée.
Solitude. Solitude. Ça sonne comme un « trobar » portugais. Il ne veut pas apprendre à vivre sans elle, avec cette solitude. Non. Il ne veut pas vivre avec sa solitude. Vivre seul avec soi… Pénible.
Obscur avenir. Il se noie dans les habitudes du quotidien où son esprit plonge. Il pense à tout ce qu’il sera. Son esprit écrit dans son âme l’avenir d’un humain perdu : tout ranger sans cesse pour ne pas se perdre. Chronométré. Minuté. Comme une partition inflexible. Une vie de vieux garçon aux yeux de la société et pour ne rien perdre (l’idée est insupportable) : une méthode pour les clés, les heures, pour ses deux réveils… Sa vie sera organisée comme un parking. La place pour les chaussures, les pantouffles, les gants de toilette. Des habitudes de vieux : boire toujours dans le même verre pour économiser la vaisselle. Ne pas chauffer une partie de la maison. Manger debout.  Ne pas manger. Par négligeance. Il oubliera les cinq légumes et fruits par jour. Il assassinera sa santé. Il mangera tous les jours au restaurant du quartier. Au bas de sa maison d’édition. Comme une cantine. Pour ne pas être seul. Et aussi pour faire un bon repas par jour. Il mettra Telematin le matin pour entendre la voix de la télévision, une présence dans la maison. Quand les matins d’hiver ont le noir de la nuit. Et le travail d’éditeur tourne et retourne dans sa tête. Et le travail lui parle. Car il n’a pas d’autre interlocuteur.
Solitude. Solitude. Comme un « trobar » portugais. Voici comment sa vie se dessine au plafond de l’ambulance.
La tristesse le transforme. Il refuse cette vie d’homme seul dans une maison vide. Oui. Comme il se voit mourir seul dans sa grande maison d’édition vide où il dort, où il travaille, Bru le décide : il finira sur les bancs de Porto. Il sera l’ami des chiens. La France l’oubliera. Il apprendra la langue de la rue qui est l’espéranto d’Europe. Parce ce que Josette a choisi une vie d’oubli. Il choisira la même vie que celle de Josette. Même sans Josette. Il lui sera fidèle.
Il a déjà commencé. Il sait comment vivre désormais dans la rue. Il a l’expérience. Deux abandons de Josette, un abandon du père inconnu. Comma la vie le décide.
Sortie dans la lumière bleue de l’ambulance. Sur les roues de son lit il sent l’éther, le suppositoire. Il voit des docteurs masqués. Des gants bleus. Les portes se balancent comme à l’entrée d’un mauvais train fantôme. Les portes ouvertes et sans pudeur laissent apercevoir un vieillard, à moitié nu, mal fagotté, qui mange des compotes et appelle sa mère. C’est la mort. Bru est branché à des machines comme un robocop. Il le sait : il refusera de se nourrir. Les docteurs sans parler, mais pratiquant déjà le langage des SDF, l’espéranto de la rue, l’espéranto de l’Europe, ont prévu une nourriture par transfusion.  Mais soudain, comme par magie, tout s’appaise. Dans les allées de la chambre d’hôpital. Celle qui attend… Celle qui attend sur sa chaise de plastique marron… avec un bouquet de fleurs… Assise à côté du lit… C’est… C’est… Le noir de la vie s’estompe dans le blanc coton de l’hôpital. Un abandon pour un autre.
Qui se laisse abandonner, abandonne.