dissabte, 15 de febrer de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 20.





20. La convèrsa pudique – Lo roman d’amor – Lo roman d’aventura.
Joseta es coma una joventa, tota timidòta mai fiera de sa resignacion. Lo còs escondut per sei bèlei flors. Lo morre que despassa. Eu l’agacha. La reluca. La bada. Sensa gausar parlar.
Se sarra dau liech. Pren la man dau Bru :
Bru que revira sa tèsta per banhar lo plumon ambé sei lagremas. Pas mostrar que plora. Ten de son educacion regda. L’educacion dei lagremas secas.
-Tòrna me ! Tòrna me, Jò !
- Siás interessat.
E de seis onglas negras e ponchudas:
-Siás tant polida ! M’as tant mancat !
Bru potoneja Joseta. Fremis. Es mai fòrt que non pas la desirança. Es una partida de sa memòria qu’aviá oblidada, lei potons de Bru. Coneis sei bregas, coneis lo ritme lentós per la faire pantaiar, per legir au trefons d’ela. Jamai, jamai, un artista l’a tant mestrejada. Coma s’èra de la terra banhada qu’esculptava de sei dets. Es evident, es èu. L’a tant fugit. Èra tròp simple. De sa fiertat, de sa vergonha, l’aviá tant renegat.  Oblida la marrida odor de l’òme aimat. Oblida sa laidor crassosa. Son marrit buf de tant de jorns d’asard sus lo camin perdut per Porto. Lo crassós, la pissa, l’olor de vòmi. Fa pas mèfi. L’elegit. L’Òme aimat. Lei potons trichan pas.
L’infirmièra intra dins la cambra. Coma dins un film mut, fa signe d’una docha. Ajuda Bru de se levar. Es malaisat mai retroba sei cambas.
Sota l’aiga l’impudica l’ajuda per pas tombar. Sota lo rasador Bru tòrna èstre Bru.
 Joseta l’espèra, dins la cambra, lei flors dins un vasa, legissènt l’organisacion de la chorma de l’Illa Misteriosa. Aquela lectura, aquela aventura que ditz que dins la vida, meme perdut dins la natura, l’òme reinventa tot  per lo simple fach de son intelligéncia.



20. La conversation pudique – Le roman d’amour – Le roman d’aventure.
Josette est comme une adolescente, toute timide mais fière de sa résignation. Le corps caché par ses hautes fleurs. Le museau qui dépasse. Lui, la regarde. L’admire. La déshabille du regard. Sans oser parler.  
 Elle s’approche du lit. Prend la main de Bru.
Il enfonce sa tête dans le traversin pour le mouiller de ses larmes. Ne pas montrer qu’il pleure. L’éducation des larmes sèches.
-Reviens-moi ! Reviens-moi, Jo !
- Tu es intéressé.
Et avec ses ongles, noirs et pointus :
-Tu es si jolie ! Tu m’as tant manqué.
Bru embrasse Josette. Elle frémit. Plus fort que le désir. Une partie de sa mémoire qu’elle avait oubliée, les baisers de Bru. Il connaît ses lèvres, le rythme lent pour  le fantasme, pour lire dans ses profondeurs. Jamais, jamais, un artiste ne l’a autant maîtrisée. Comme si elle était de l’argile qu’il scluptait des ses doigts. C’est évident, c’est lui. Elle l’a tant fui. C’était trop simple. Elle l’avait rénié par fierté puis par honte. Elle oublie la mauvaise odeur de l’homme aimé. Elle oublie sa laideur crasseuse. Son mauvais souffle de tant de jours de hasard sur le chemin perdu pour Porto. La crasse, la pisse, l’odeur du vomi. Elle n’en fait pas cas. L’élu. L’Homme aimé. Les baisers ne trichent pas.
L’infirmière entre dans la chambre. Comme dans un film muet, elle fait le signe d’une douche. Elle aide Bru à se lever. Difficile de retrouver ses jambes.
Sous le jet chaud,  l’impudique l’aide  pour ne pas  qu’il tombe. Sous le rasoir Bru redevient Bru.
Josette l’attend, dans la chambre, les fleurs dans un vase, lisant l’organisation de l’équipage dans l’Ile Mystérieuse. Cette lecture, cette aventure qui dit que dans la vie, même perdu dans la nature, l’homme réinvente tout par le simple fait de son intelligence.