dimarts, 25 de febrer de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 21.






21. L’amic que monta, que monta, que monta – L'infirmièra de l'acuèlh reluca - Flors e armas.
Lei doas pòrtas electricas de veire. L’infirmièra a l’acuèlh, una bruna dei gròssei popas. Un mâle. Una aparicion. 
Se rosiga l’index : " Qu'es polit aqueu!  Mai quau es ? Un amic dau Francés, que demanda ja de sei nòvas?" MMM... Li agrada son costat racalha, li braç nus e conflats que sortisson de son camisòt blanc sota son k-way®  tendéncia.
 La dòna reluca lo ventre plat. Nifla, discrèta coma una china, aquela odor de mascle e de ganjà que lo perseguís. L’òme de la cara manjada per sei daliàs negres. Dei flors dins lei braç. L’òme tant omenàs !
L'òme e lei flors!  Quante contrast erotic!
L’infirmièra sota sa blosa blanca, sensa sei bralhetas, se vòu dubrir coma lei pòrtas electricas. Se vei faire ja de cochonalhas dins lo monta-davala. Mai se resigna : es a l’òbra! Siam pas dins un "soap" portugués, òu !
Eu, atrivat per lei popas de la Portuguèsa, nusa sota la blosan, assaja de parlar. Bretoneja. Eu tanben se la jòga "professionau".  Un ròtle de seguir. Ven vesitar son collèga que malauteja. Se pessuga discrètement lo chichibèli dins son cinc-cent-un per lo faire venir pichòt.
 Tòrna a la rason. Demanda Bru e se mescla ambé lei lengas latinas. A de mau de se faire « intercomprene » coma dison leis occitanistas. Assaja, assaja… Furna dins sa tèsta de piu-piu. Pas un mòt que porgís. Pasmens, l’intercomprenson l’aviá aprèsa quora pichòt aviá seguit lei cors dins l’escòla occitana publica e bilenga de Santa-Africa avans de se faire escampar per l’institucion :
-Amic… Amigo…  Ami… Merda !
Se mòstra dau det.  Tira sus seis uelhs per dire de quau parla e quau cerca. Puei tòrna a l’anglés per se faire comprene :
-Friand, friand!
Çò que vòu dire: “friend, friend !”
-Franceshina friend !
Çò que vòu dire: « French friend » ò quasi…
L’infirmièra de li respòndre d’un francés perfiech :
-Siatz a cercar lo Francés que ven d’arribar ! Son amont, ambé sa femna ! E… bòna nòva : vai ben ! Promier estanci, cambra cent dos.
Joseta ! Se pensa ! Joseta es amb’èu. Lei retrobalhas van èstre fòrtas ! Mai manca d’astre coma lo monta-davala de veire monta ambé lei daliàs negres e l’òme dau K-Way ® un segond monta-davala de veire davala ambé Joseta e Bru. Quora lei pès desaparèisson, descubrissèm lo còs deis amorós.
L’infirmièra a pas dich…
-Arrestatz ! Arrestatz ! Partètz ? Fau signar lo registre ! Avètz pas lo drech… De mai i a quauqu’un que vos…
… qu’es ja tròp tard !
L’amic dei Daliàs, arribat a l’estanci, dubrís plan planet la pòrta :
-Susprèsa !
Lei linçòus au sòu. Lo liech desfach. Lo boquet roge dins le vase. Rick Leo gita sei daliàs negres d’onte resquilha un revòuver.
-Fant de la putan ! M’an colhonat ! Un còp de mai !
Pas lo temps de s’enrabiar. Davala per leis escaliers en bosculant un brancart d’onte tomba un cadabre, de tudèus dins la boca, dins leis aurilhas, dins lo nas. Coma un porpre.
- Bastardo! crida lo personau medicau.
Tornar a la casa despart. Interròga l’infirmièra :
-Ont’ an passat?
L’infirmièra fa signe sus la drecha puei reluca lo pichòt quieu perfiech que rembombís dins sa corsa esportiva e desapareis dins lo gris de la carriera. Discrèta, en faire mina de cerca un estilò dins lo tirador de son burèu, resquilha un det banhat sota sa blosa.


21. L’ami qui monte, qui monte, qui monte – L’infirmière de l’accueil mâte – Fleurs et armes.
Les deux portes vitrées. L’infirmière de l’accueil, une brune aux gros seins.  Un mâle. Une apparition.
Elle se ronge l’index : « Qu’il est beau celui-la ! Mais qui est-il ? Un ami du Français qui demande déjà de ses nouvelles ? » MMM… Son côté racaille la séduit, les bras nus et gonflés qui sortent du t-shirt blanc sous son K-way ® tendance.
La femme mâte le ventre plat. Renifle, discrète comme une petite chienne, cette odeur de mâle et de ganja qui le poursuit. L’homme mangé par les dahlias noirs. Des fleurs dans les bras. Homme si viril !
 L’homme et les fleurs !  Quel contraste érotique !
L’infirmière sous sa blouse blanche, sans culotte, veut s’ouvrir comme les portes électriques. Elle se voit faire des cochoncetés dans l’ascenseur. Mais se résigne : elle est au turbin !  Pas dans un soap portugais, ho !
Attiré par les seins de la Portugaise nue sous la blouse il essaie de parler. Il bégaie. Lui aussi reste « professionnel ». Un rôle à suivre. Il vient visiter son collègue très malade. Il se pince discrètement le zizi dans son cinq-cent-un pour le rendre plus petit.
Revenir à la raison. Il demande Bru et se mélange avec les langues latines. Il a du mal à se faire « intercomprendre » comme disent les occitanistes.  Il essaie, il essaie… Fouille dans sa tête de moineau. Pas un mot n’en sort. Pourtant, l’intercompréhension il l’avait apprise quand il avait suivi les cours de l’école occitane publique et bilingue de Saint-Afrique avant de se faire virer par l’institution :
-Amic…Amigo…Ami…Merde !
Il se désigne.  Tire sur ses yeux pour expliquer de qui il parle et qui il cherche. Puis il revient à l’anglais pour se faire comprendre :
-Friand ! Friand !
Ce qui veut dire : « friend ! friend ! »
-Franceshina friend !
Ce qui veut dire : « French friend » ou à peu près.
L’infirmière lui répond d’un français parfait :
-Vous cherchez le Français qui vient d’arriver ! Ils sont en-haut, avec sa femme ! Et… bonne nouvelle : il va bien ! Premier étage, chambre cent deux.
Josette ! Pense-t-il ! Josette est avec lui. Les retrouvailles seront fortes ! Mais manque de chance comme l’ascenseur de verre monte avec les dahlias noirs et l’homme au K-Way®, un second ascenseur en verre descend avec Josette et Bru. Quand les pieds disparaissent, nous découvrons le corps des amoureux.
L’infirmière n’a pas le temps de dire :
-Arrêtez ! Arrêtez ! Partez-vous ? Il faut signer le registre ! Vous n’avez pas le droit… En plus il y a quelqu’un qui…
…qu’il est déjà trop tard !
L’ami des Dahlias, arrive à l’étage, il ouvre doucement la porte :
-Surprise !
Les draps par terre. Le lit défait. Le bouquet rouge dans le vase. Rick Léo jette ses dahlias noir d’où glisse un révolver.
-Les enfoirés ! Ils m’ont eu ! Une fois de plus !
Pas le temps de d’enrager. Il descend par les escaliers en bousculant un brancart d’où tombe un cadavre, des tuyaux dans la bouche, dans les oreilles, dans le nez. Comme un poulpe.
-Bastardo ! crie le personnel médical.
Retour à la case départ. Il interroge l’infirmière :
-Par où sont-ils passés ?
L’infirmière fait un signe sur la droite puis mate le petit cul parfait qui rebondit dans sa course sportive et disparaît dans le gris de la rue. Discrète, en faisant semblant de chercher un stylo dans le tiroir de son bureau, elle glisse un doigt mouillé sous la blouse.