dimarts, 25 de febrer de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 22.





















22. Bonjorn lei amorós - La bibrariá Lello -  Rick Leo.
Amorós, man dins la man. Centre de Porto. La pluèia de decembre, pluèia oceanica banha lei cauçaduras. Butats per la violéncia dau vent freg dins lei flacas e l’aiga que penetra lei carns intran dins la librariá Lello. Una librariá de fusta onte senhorejan d’escaliers roges coma dessenhats per Jules Verne.
 Lo temps suspend son vòu. Arrestat au sègle 19. Libres de totei menas, de totei lengas . L’istòria de l’Euròpa, aquela ingrata, dau sègle 17  au sègle 21, recampa dins aqueste membre de cuèr, de fusta, de papier, de pega e de letras d’aur tota son istòria de receptas de cosinas, de viatges, de descubèrtas e de ficcions. Un endrech enciclopedic que canta, etèrne,  un país qu’anava a la conquista dau mond per se negar puei dins la misèria modèrna de la mondializacion. Una librariá fòrta que resistís ai serenas d’Amazone. Mai quau pòu dire que la librariá s’acabarà pas coma lo café dau Ribeiro ? Mai quau pòu dire que LEI librariás s’acabaràn pas coma lo café dau Ribeiro ?
Sentisses l’odor dei libres ? Un pantais per un editor. Lei libres e seis odor maduran coma de bòn vin. Bru es un onològ  mai es un librològ, parier. Sotalèva, careça, pesa cada obratge. Nifla. Soventei fes pivelat per lei letrinas e l’òbra de religadura. Vei coma evoluan lei dessenhs de cubèrtas dins leis atges.
Es mocat : tròba brica pas seis òbras sus lei laissas esculptadas de musas, de ròsas, de fuèlhas de vinha.
 Quauquei tauletas prepausan un café ostau onte se craman lei bregas. Bru carga sempre sei ronhas mai coma es pròpre e barbejat, sembla mai presentable. Joseta fa mina de lo badar d’un agach d’amor. Au dedins sei sentits esitan, trantalhan. Es-ti segura de demorar aquí e de lo voler gardar ?  Es-ti de la pietat ?
Prepausa :
-Vendràs a l’apartament. Ai de vestits d’òmes…
L’interròga de l’agach.
Sonrís:
-Un Nimesenc, un artista m’a prestat sei vestits avans de m’envolar per aicí. Es un amic sieu que nos presta l’apartament. Veiràs i a de vestits de totei menas.
La pluèia, la pluèia de decembre te perseguís d’en pertot a Porto. Es un mostre, una serp, una aranha que rosiga tei vestits, tei caucetas, tei narras, teis aurilhas, per pertocar ton còr. Joseta sota la pluèia que rinceja tot, neteja son arma, tòrna trobar sei trachs de femna. Pensa pas qu’a lo pèu plat, que frisa. Pensa pas que sa color part. Se caga ara de l’agach, l’agach de la camèra. Es sa retirada. Son imatge francés es tròp luènh. E dins sa deta pensa pas d’aguer un imatge de tornar a Bru. Oblida de viure, enfin, per l’agach de l’Autre.
Quora tòrnan a l’apartament la climatizacion a tròp bufat. Bru, de sei gautas rojas en causa dau contraste entre lo freg e lo caud, se pren la saca de plastic onte se recampan lei desguisaments. Tròba un ensems de pingoin. Li agradà.  Aqueste ser es revelhon. un an nòu aquò se festeja.Ben oblijats.
Joseta a la vista de son òme ben vestit cacalassa. Puei lo rire ven tendrum. Se sarra de sei bregas encara secadas per l’espròva dau viatge, dau temps e dei nuechs de sau pròche de l’Ocean. Per lo promier còp de sa vida, Joseta se sent pas redevable d’un poton sus la boca. Seis uelhs sensa maquilhatge disent: es pas plus de cinéma ! Es coma un poton d’adolescenta : novèu e freg. Au gost naturau de Malabar. Una descubèrta.
Sabon pas que Rick Leo,  s’asseta au sòu dins lo corredor. Leis a seguits, furiós, manjat per sa set de revenja e per sa testosteròna.  Son plan medià : lo retorn deis amorós sota leis ulhauç deis aparèus fòtos. Una publicitat giganta per : « l’òme qu’a sauvat lo sordat Kroner ! » S’avisa ja deis unas. Dei unas de Paris Flash.
Agacha son revòuver que garda dins sa pòca drecha; puei son telefonet qu’a dins sa pòca de senestra. Saup ara l’arma que vòu causir. La bòna arma, aquela que farà tornar Joseta a l’ostau, sarà la premsa francèsa. Pòca de senestra.
Mai Bru ? Tornarà-ti amb èla ? Nani monsur. Pas question. Bru es lo passat. L’a signada per un libre. Un libre embarra un personatge dins lo has been. Pòca de drecha A pas de familha   sarà aisat de s’en desbarrassar e de l’escampar dins lo Rio Douro. Dins l'oblit dau pòrt que negreja  lei remembres.
Davala sus lo lindau dau pichòt immòble e sona un jornalista francés… Lo grand Jan Dufornèu...
 Au dedins de l’apartament, dins lo nis caud caufat per la clim reversibla, sota lo lum d’un alogèn Bru e Jo se banhan de lagremas, de potons, de susor e de còs  breçats per lo bruch de la pluèia d'ivèrn contra lei fenèstras. Defòra dins l'encastre d''una fenêtre grisa sensa vis-a-vis.  Pas una sason per secar ton linge sus lei fius de Portugau.


22. Bonjour les amoureux – La librairie Lello – Rick Léo.
Amoureux, main dans la main. Centre de Porto. La pluie de décembre, pluie océanique qui mouille les chaussures. Poussés par la violence du vent froid dans les flaques et l’eau qui pénètre les chairs, ils entrent dans la librairie Lello. Une librairie en bois où les escaliers rouges dominent, comme dessinés pour Jules Verne.
Le temps suspend son vol. Arrêté au dix-neuvième siècle. Livres de toutes sortes, de toutes langues. L’histoire de l’Europe, cette ingrate, du dix septième au vingt-et-unième siècle, regroupe dans cette pièce de cuir, de planches, de papier, de colle et de lettres d’or toute son histoire de recettes de cuisine, de voyages, de découvertes et de fictions. Un endroit encyclopédique qui chante, éternel, un pays qui allait à la conquête du monde pour se noyer ensuite dans la misère moderne de la mondialisation. Une librairie forte qui resiste aux sirènes d’Amazone. Mai qui peut dire que la librairie ne finira pas comme le café du Ribeiro ? Mais qui peut dire que LES librairies ne finiront pas comme le café du Ribeiro ?
Sens-tu l’odeur des livres ? Un rêve pour un éditeur. Les livres et leurs senteurs murissent comme du bon vin. Bru es un œnologue, mais aussi un livrologue. Il soulève, caresse, pèse chaque ouvrage. Hume. Souvent fasciné par les lettrines et le travail de reliure. Il observe l’évolution des dessins de couverture à travers les âges.
 Il se vexe : il ne trouve  ses œuvres sur les étagères sculptées avec les muses, les roses et les feuilles de vigne.
Quelques tablées proposent un café maison où se brûlent les lèvres. Bru porte toujours ses haillons mais comme il est propre et rasé, le voilà plus présentable. Josette fait semblant de l’admirer d’un regard d’amour. Ses sentiments tremblent, hésitent au plus profond de son être. Est-elle sûre d’habiter ici et de le vouloir garder ?  Est-ce de la pitié ? Cependant, être réunis ici autour d’un bon café, comme un vieux couple tranquille, est-ce de l’amour ?
 Elle propose :
-Tu viendras à l’appartement. J’ai des habits d’homme…
Il l’interroge du regard.
Elle sourit :
-Un Nîmois, un artiste m’a prêté ses habits avant de m’envoler pour ici. C’est son ami qui nous prête l’appartement. Tu verras il a des tenues de toutes sortes.
La pluie, la pluie de décembre te suit partout à Porto. C’est un monstre, un serpent, une araignée qui grignote tes vêtements, tes chaussettes, tes narines, tes oreilles pour toucher ton cœur. Josette sous la pluie qui rince tout, nettoie son âme, retrouve ses traits de femme. Elle ne pense pas qu’elle a les cheveux plats, qu’elle frise. Elle ne pense pas que sa couleur part. Elle s’en moque du regard, du regard de la caméra. C’est sa retraite. Son image française s’éloigne. Elle oublie de vivre à travers le regard de l’Autre.
Quand ils rentrent dans l’appartement la climatisation souffle trop. Bru, avec ses joues rouges à cause du contraste entre le froid et le chaud
, saisit le sac en plastique où se mêlent les déguisements. Il trouve un ensemble de pingouin. Ça lui plaît. Ce soir c’est réveillon. Le nouvel an ça se fête. Bien obligés.
Quand Josette voit son homme si bien habillé, elle éclate de rire. Puis le rire devient tendresse. Elle s’approcha de ses lèvres encore séchées par l’épreuve du voyage, du temps et des nuits de sel près de l’Océan. Pour la première fois de sa vie, Josette ne se sent pas redevable d’un baiser sur la bouche. Ses yeux sans maquillage disent : ce n’est plus du cinéma ! C’est un baiser d’adolescente nouveau et frais. Au goût naturel de Malabar. Une découverte.
Ils ne savent pas que Rick Léo s’assoit par terre dans le couloir. Il les a suivis, furieux, mangé par sa soif de revanche et par sa testostérone. Son plan média : le retour des amoureux sous les éclairs des appareils photos. Une publicité géante pour : « l’homme qui a sauvé le soldat Kroner ! » Il imagine déjà les unes. Les unes dans Paris Flash.
Il regarde son révolver qu’il garde dans sa poche droite ; puis son téléphone portable qu’il a dans sa poche de gauche. Il sait maintenant l’arme qu’il va choisir. La bonne arme, celle qui fera rentrer Josette à la maison, sera la presse française. Poche de gauche.
Mais Bru ? Reviendra-t-il avec elle ? Négatif. Pas question. Bru c’est le passé. Il l’a signée pour un livre. Un livre enferme son personnage dans le has been. Poche de droite. Il n’a pas de famille,  facile de s’en débarrasser et de le jeter dans le Rio Douro. Dans l’oubli du port qui noircit les souvenirs.
Il descend sur le perron du petit immeuble et appelle un journaliste français… Le grand Jan Dufournel.
A l’intérieur de l’appartement, dans le nid chauffé par la climatisation réversible, sous la lumière d’un halogène Bru et Jo se baignent de larmes, de baisers, de sueur et de corps bercés par la pluie d’hiver contre les fenêtres. Dans le cadre d’une fenêtre grise sans vis-à-vis. Pas une saison pour suprendre son linge sur le fils du Portugal.