dimecres, 26 de febrer de 2014

Joseta Kroner, sason 1, capitol 23.



23. Lo telefon plora -  solesa e vielhum.
-La bòna salut ! M’agradariá de charrar a Jan Dufornèu.
-Rick… Siáu ieu. Qué se passa ?
- Ai pas temps. Nos fau faire lèu.
-Onte siás, putan ?
-Portugau. Pòrto.
-Fant de luna ! Porto ! T’embestias pas, mon colhon !
-Bota, collèga, es pas de mei vacanças que s’agís. Es pas nimai de ieu. Me pense que lo mestier vai ben per ieu e qu’ai ges besonh d’ajuda e…
-Te crese!
 -… e... e... bota... escota un pauc... ai un present per tu... me vas pas creire... ai çò que faudriá per faire vendre un pauc mai Paris Flash, veses… Sabe que te fau un còp d’esclat ! La premsa papier es dolorosa. .. Ai una escop per te faire ganhar un molon d’argent !
-Qu’as la pretencion de saupre coma faire montar lei vendas « papier » de la premsa ? Tu lo pichòt nervi dau cinéma francés ? S'as LA solucion devriás sonar Demorant… A de problèma ambé Libé…
-Escota çò que te vende es de l’aur !
-Acocha còco !
-Sabe onte s’escond l’actritz … Joseta Kroner !
-…
-Es tot çò qu’as de me respòndre ?
-…
- Joseta Kroner ! La femna mai cercada de França ! L’actritz simbèu d’aquelei 40 darnièreis annadas !
-Òc...Ben... Valent-a-dire... Segur, Rick... E... M’auriás sonat i  a una setmana fa… Ben tant ben... T’auriáu pas dich… Mai ara… Qué pèsa Joseta Kroner dins lo mond dei mèdias ara ?
-Enfin Joseta Kroner ! La segonda musa de Sautet ! Lo Safir !
-Bondieu ! La cinefilia sabes… A l’ora d’ara…
-M’enfin es pas possible ! La cogar podriá tornar ambé triomf en França ! Ela qu’a tant mancat au cinèma francés, a França ! I a un tweet de Morano que la disiá mòrta ! Vese ja lei fòtos a l’aeropòrt de Marsilha ! L’arribada ! La nòstra arribada sus leis escaliers ! E per tu : l’exclusivitat ! E mon nom d’actor sus la pagina promièra: Rick Leo : l’òme que sauvèt Joseta Kroner de l’oblit ! Tè ! Vè! Te  la pòde ja la seguir e te prene de fòtos escondudas a Porto ambé mon telefonet ! Demande brica pas d’argent ! Te farai l’òbra ! Puei tu, se me jonhas a Portugau… Trobarem leis arguments e la fòrça per la faire tornar … La farem cantar… Sarà oblijada de donar sei detalhs a ton jornau ! Te donarai leis entresinhas per intrar dins son apartament, l’endrech onte òbra… Pòs tot desvelar !.. Ai lo doble dei claus!
-Escota lo « buzz Kroner » a ja passat. E per te lo dire francament, lo mond se ne’n cagan de Joseta Kroner. Ara l’escop qu’arriba es presidenciau! Presidenciau, mon amic! Va faire tremolar leis Aliscamps! Lo president mai people après Sarkosy va faire petar lei tiratges. Alòr ton estèla flapida, sabes…
-Lo president ? Hollande ? Dequé se passa ?
-Tut ! Tut ! Tut !
-Aqueste chòt ! A racrocat !
La pòrta se dubrís. Rick Leo a just temps de metre son K Way ® sus sa tèsta per escondre sa cara e de virar l’esquina au parèu d’amorós, que totei dos  sortisson, vestits en pingoins. Lo veson pas. Joseta pensa que deman li faudrà crompar quauqua ren coma una rauba. O un blue jean, talha femna. Meme se ne’n vòu plus de sa femenitat, s'estofa dins aquelei bralhas tròp esquichadas. Lei dos siloètas van cap au restaurant sota lei revolums de pluèia que dançan dins la chavana. 
Una fòrta solesa rosiga l’arma de Rick Leo. La preséncia poderosa deis estudiants qu’arriban per nivoladas de dètz ò de vint dins lei carrieras per tugar l’an 2013, la beutat de diable de totei aquelei chatonas, de totei aquelei jovents que davalan dins la carriera, li fa sentir qu’es despassat e se  vei vièlh subran.  Dufornèu a rason : es pas plus bancable. Nani. 
Es ren luenh de son país.  Es lo rebat de la trista realitat perdut dins lei flacas dei pluèias estrangièras.Tant semblablas, e tant disparièras, pasmens.




22. Le téléphone pleure – solitude et vieillesse.
-Bien le bonjour ! J’aimerais parler à Jean Dufornel.
-Rick… C’est moi. Que se passe-t-il ?
-Je n’ai pas le temps. Il nous faut faire vite.
-Où es-tu putain ?
-Portugal. Porto.
-Mazette ! Porto ! Tu ne t’emmerdes pas, mon colon !
-Bon, camarade, ce n’est pas de mes vacances dont il s’agit. Et pas non plus de moi. Je pense qu’au niveau professionnel ça marche fort et que je n’ai pas besoin d’aide…
-C’est évident !
-…et…et…bon… écoute un peu… j’ai un cadeau pour toi… tu ne vas pas me croire… J’ai ce qu’il faudrait pour augmenter les ventes de Paris Flash… Je sais qu’il te faut un coup d’éclat ! Et le coup d’éclat je l’ai... Oui mon ami !.. Un coup à te faire palper de la thune… Un scoop.
-As-tu la prétention de savoir comme faire monter les ventes papiers de la presse ? Toi, le petit voyou du cinéma français ? Si tu l’as, la solution, tu devrais appeler Demorant… Il a des problèmes avec Libé.
-Écoute ce que je te vends : de l’or en barre !
-Accouche coco !
-Je sais où se cache… l’actrice… Josette Kroner.
-…
-Est-ce tout ce que tu as à me répondre ?
-…
- Josette Kroner ! La femme la plus cherchée de France ! L’actrice symbolique de ces quarante dernières années !
-Oui…Bien…C'est-à-dire… C’est sûr, Rick… Et… Tu m’aurais appelé il ya une semaine… Je ne te dis pas… Mais… Mais maintenant… Que pèse Josette Kroner dans le monde des médias ?
-Enfin Josette Kroner ! La seconde muse de Sautet ! Le Saphir !
-Bah ! La cinéphilie tu sais… Actuellement.
-Enfin ce n’est pas possible ! La couguar pourrait revenir triomphale en France ! Elle qui a tant manqué au cinéma français, à la France ! Il y a un tweet de Morano qui la disait morte ! Je vois déjà les photos à l’aéroport de Marseille ! L’arrivée ! Notre arrivée dans les escaliers ! Et pour toi : l’exclusivité ! Et mon nom d’acteur sur la première page : Rick Léo, l’homme qui a sauvé Josette Kroner de l’oubli ! Ecoute ! Ecoute ! Je peux déjà la suivre et te prendre des photos cachées à Porto avec mon téléphone portable ! Ça ne coûte rien ! Je te ferai le travail ! Puis toi, toi, si tu me joins au Portugal… Nous trouverons les arguments pour la faire revenir… Nous la ferons chanter… Elle sera obligée de donner tous les détails à ton canard ! Je te donnerai les renseignements pour entrer dans son appartement, l’endroit où elle travaille… Je peux tout te dévoiler !.. J’ai le double des clés.
-Ecoute le « buzz Kroner », c’est dépassé. Et pour te le dire franchement, les gens s’en foutent de Josette Kroner. Maintenant le scoop qui vient est présidentiel ! Présidentiel, mon ami ! Ça va faire trembler les champs Élysées ! Le président le plus people après Sarkozy va faire péter les tirages. Alors ton étoile fripée, tu sais.
-Le président ? Hollande ? Que se passe-t-il ?
-Tut ! Tut ! Tut !
-Ah ! L’animal ! Il a raccroché !
La porte s’ouvre. Rick Léo a juste le temps de mettre son K-Way ® sur sa tête pour cacher son visage et tourner le dos au couple qui sort, vêtu en pingouin. Ils ne le voient pas. Josette pense qu’il faudra s’acheter quelque chose comme une robe. Ou un bleue jean taille femme. Bien qu’elle ne veuille plus de sa féminité, son corps étouffe dans ces pantalons trop serrés. Les deux silhouettes s’éloignent vers le restaurant sous les  bourrasques de pluie qui dansent dans la tempête.
Une forte solitude mange l’âme de Rick Léo. La présence puissante des étudiants qui arrivent par nuages de dix ou de vingt pour tuer l’année deux-mille-treize, la beauté du diable de toutes ces jeunes filles, de tous ces jeunes qui dévalent dans la rue, lui font sentir qu’il est dépassé. Le voilà vieux. Dufournel a raison. Il n’est plus bancable. Lui non plus.
Il n’est rien, loin de notre pays.  Il est le reflet de la triste réalité perdue dans les flaques des pluies étrangères. Toutes si identiques et si différentes, cependant.