dijous, 6 de març de 2014

Joseta Kroner, Sason 1, capitol 25





25. Perduda, un còp de mai - L'òme dau capèu negre - Cap a João Barros.
Joseta se freta contra lo paire de familha, tota espelofida, bandada de Brandy Mel. Sortís sus la terrassa, costat pòrt. « Bru ? Bru ? »Mai de Bru… N’i a ges. Agacha lo pònt Dom-Luís qu’escandilha de mila fuòcs banhats e petarejants. Buta lei practicas que fan la coa per pagar. An aqueste moment lo paire de familha sortis dei cagadors, ié pren lo braç e ié vira la lenga dins la boca. L’actritz se laissa faire puei ié balha un còp de genolh dins leis alibòfis en cridant a sa femna : « vaquí çò que fau faire per lei dreiçar ! Aquelei putans d’òmes ! Aquelei putans d’òmes ! » Partis, escampa 160 euròs ai mans dau serviciau puei sola dins l’escurina, se ditz  subran que lo bonur es pas jamai ganhat. Sa darnièra quista ven d’èstre rompuda. Bru l’a laissat. Totei de poirrits ! Visca la solesa !
La colèra la fa desparlar sola sota la pluèia. Marcha que marcharàs en plorant. Coma dins una cançon de Claudi Nougaro.  Tu m’aimes vraiment dis-moi. C’est tout ce qu’elle sait dire… Attends moi.Attends moi.
A freg sota la chavana que ven violènta. L’aiga penetra. Es tibada. Fremis. Cerca pas son camin. Nani. Marcha sensa saupre çò que cerca. Romega. Repapia : lo problèma en França èra doncas pas lo mitan dau cinèma mai leis òmes. Bru a jogat amb’èla coma una venjança. Li agrada pas. Dins son vestit estrech se sentís laidassa. Lei carrieras que montan e davalan a l’entorn son tant torçudas coma son esperit nafrat. Se vei tant perduda qu’a quasí enveja de sonar sa maire, pecaira. Sa maire mòrta sola a l’ostau dei retirats d’Ate mentre qu’ela, aquela egoista, se bicava de joveis actors sus totei leis emponts. Mai aquò, Joseta Kroner, sempre de marrida fe, i vòu pas soscar.
Un man fòrta se sasís d’èla au recanton de la rua Fonte Taurina. Un ombra dau capèu negre, vestit d’una granda capa. Ié tampa la boca. Lo safir paupeja l’opinèu que se tròba dins sa pòca. Dins la lusor arange de la vila, sota lo capèu banhat, reconèis Rick Leo. Rick Leo lèva la man e ditz :
-Susprèsa !
Joseta lo menaça de son cotèu :
-Biu ! Anem ! Biu ! Vai t’en !
La pluèia regoleja sus la lama que poncheja. Rick, plan planet, pren Joseta per l’espatla :
-Escota Jo, apasima-te. Se i a ben quaqu’un que te laissa aquí, siáu pas ieu. Te trompes pas d’istòria, te pregue.  Fagues pas la decebuda, Joseta Kroner. Aqueu de Bru t’a seguida per te faire de mau…
-Mai… Mai… E tu, mena de maufatan, qué fas aquí ?
-Lo vese ben, tu, coma te planta au restaurant. Qunt jobastre. Comprenes ta marrida causida.
- Qué dises ?
-Conèisses, tu, un òme que crei que vòla ? Que perd la memòria ? Qué saup pas çò que fa dins un país estrangier ?  Qué saup pas dire sei sentits ? Viure ambé Bru es un dangier.
-Viure ambé tu es un poison.
-Qué vas faire aicí, Joseta Kroner, a vendre de bilhetas d’espectacle per lei fados portugués mentre que França t’espèra ?
-Vòle una vida modèsta…
-Me fas rire. Veses que capitas pas. Aqueste ser n’es la pròva. Puei quant ganharàs, Joseta Kroner, coma acabaràs quora lo Colisèu sarà en roina ? Coma totei leis estanquets que veses ? Portugau es la mòrt.
La nuech. Lei raissas. Puei la pluèia sensa relambi. Compren, ara. Joseta comença de regretar son ostau troglodit. Alòr l’òme se sasís de l’opinèu, lo plega e ditz:
-Te vau menar dins un endrech meravilhós, mai grand que ton apartament de merda. E t’assegure que dins aquest endrech d’aur, regretaràs ton mestier de cinèma.
Un taxi leis espèra.
 Rick Leo la protegis de sa granda capa coma lo Zorro Sandeman.
 Montan cap a la Rua João Barros. Dins lo taxi que lei mena dins lo barri ric, quichat entre la ciutat e l’Ocean, Joseta fa de nivas contra lo veire ambé son nas. Es la fatalitat : un òme es a decidir per èla.
- Feliz Ano Novo Joseta! galeja Rick Leo.



25- Une fois de plus perdue – L’homme au chapeau noire – Vers João Barros.
Josette se frotte contre le père de famille, toute décoiffée, ivre de Brandy Mel. Elle sort sur la terrasse, côté port. « Bru ? Bru ? ». Pas de bru… Elle regarde le pont Dom-Luís qui brille de mille feux mouillés et pétéradants. Elle repousse les clients qui font la queue pour payer. A ce moment là, le père de famille sort des toilettes, lui prend le bras et lui roule un patin. L’actrice se laisse faire puis lui donne un coup de genoux dans les testicules en criant à son épouse : « voilà ce qu’il faut faire pour les dresser ! Ces putains d’hommes ! » Elle part, jette cent soixante euros aux mains du serveur puis seule dans l’obscurité elle se dit soudain que le bonheur n’est jamais gagné. Sa dernière quête vient d’être rompue. Bru l’a quittée. Tous des pourris ! Vive la solitude !
Elle parle seule sous la pluie, colérique. Elle marche, marche en pleurant. Comme dans une chanson de Claude Nougaro. Tu m’aimes vraiment dis-moi. C’est tout ce qu’elle sait dire. Attends-moi. Attends-moi.
La froideur sous la tempête violente. L’eau pénètre les chairs. La voilà tendue. Elle frissone. Elle ne cherche pas son chemin. Non. Elle marche sans savoir ce qu’elle cherche. Elle rumine. Radotte : le problème français n’est donc pas le milieu du cinéma mais les hommes. Bru a joué avec elle pour se venger. Dans son habit étroit elle se sent abandonnée.  Les rues qui montent et qui descendent autour sont tordues comme son esprit blessé. Elle se sent si perdue qu’elle a envie d’appeler feu sa mère. Sa mère morte seule à la maison de retraite d’Apt, tandis qu’elle, égoiste, se tirait des jeunes acteurs sur tous les plateaux. Mais elle ne veut pas y penser.
Une main forte se saisit d’elle au coin de la rua Fonte Taurina. Un homme au chapeau noir, vêtu d’une grande cape. Paume écrasée sur la bouche.  Le Saphir palpe l’opinel qui se trouve dans sa poche. Dans la lueur orange de la ville, sous le chapeau mouillé, elle reconnaît Rick Léo. Rick Léo retire sa main et dit :
-Surprise !
Josette le menace avec son couteau :
-Dégage ! Allez ! Ouste ! Hors de ma vue !
La pluie ruisselle sur la lame qui pointe. Rick, avec douceur, prend Josette par l’épaule :
-Ecoute Jo, calme-toi. S’il y a bien quelqu’un qui t’abandonne ici, ce n’est pas moi. Ne te trompe pas d’histoire, je t’en prie. Ne joue pas la déception, Josette Kroner. Ce Bru t’a suivie pour te faire du mal…
-Mais…Mais… Et toi, espèce de tortionnaire, que fais-tu ici ?
-Tu le vois bien, toi, comment il te plante au restaurant. Malade mental. Comprends ton mauvais choix.
-Que veux-tu dire ?
-Connais-tu, toi, un homme qui vole ? Qui perd la mémoire ? Qui ne sait pas ce qu’il fait dans un pays étranger ? Qui ne sait pas dire ses sentiments ? C'est un fou. Vivre avec Bru est un danger.
-Vivre avec toi est un poison.
-Que vas-tu faire ici, Josette Kroner, à vendre des billets pour les fados portugais tandis que la France t’attend?
-…
-Ne me fais pas rire. Ne vois-tu pas que tu échoues ? Cette soirée en est la preuve. Puis combien gagneras-tu, Josette Kroner, comment finiras-tu quand le Colysée sera ruiné ? Comme tous les bars ici que tu vois ? Le Portugal, c’est la mort.
La nuit. Les averses courtes. Puis la pluie sans discontinuer. Elle comprend, maintenant. Josette commence à regretter sa maison troglodyte. Alors, l’homme se saisit de l’opinel, le replie et dit:
-Je vais te conduire dans un endroit merveilleux, plus grand que ton appartement de merde. Et je t’assure que dans cet endroit doré, tu regretteras ton métier de cinéma.
Un taxi les attend.
Rick Léo la protège avec sa grande cape comme le Zorro Sandeman.
Ils montent jusqu’à la Rua João Barros. Dans le taxi qui les conduit dans le quartier riche, situé entre la cité et l’Océan, Josette fait des nuages contre la vitre avec son nez. C’est la fatalité : un homme va décider pour elle.
-Feliz Ano Novo Josette ! ironise Rick Léo.