diumenge, 9 de gener de 2011

mes lâchetés


Mes lâchetés, je ne pourrais pas les dire en Occitan. Je vous en ferai part donc en français. Dans la langue d’Oc, mon IEU (« ieu » signifie « moi », « je » ou « moi je », l’égo latin et pas légo le jeu), est peut-être un peu plus courageux que mon côté obscur en franchimand. Enfin bref... Dimanche matin, JE sortais de mon supermarché discount, dans la ville de Tam, la ville je travaille. Le pavé était mouillé et se transformait en véritable piscine pour feuilles et boules de platanes, qui frétillaient aux plongeoirs des caniveaux. Quand... Wizzzzzzzzz.... Une silhouette en noir (il faut être courageux ici pour porter cette couleur), doucement posée sur une moto à la Batman s’est envolée toute seule en glissant doucemanette sur le goudron. Je n’avais jamais vu un postérieur glisser aussi loin et aussi longtemps. Comme pour tout accident, les quelques secondes et l'image de la chute durent des heures. Au ralenti.

La motarde – qui n’était pas montée au nez– dans sa combinaison cuir resta plantée quelques minutes-heures, sonnée, la moto sur le flan, immobile. Je me retourne. Je parle au casque noir : « ça va ? ».

Je vois la moto, ensuquée comme un animal blessée. Je ne sais pas relever les motos.

« Ca va ? »

J’entends ma phrase qui résonne.

J’attends que d’autres passants accourent.

Deux costauds relèvent Amora (la motarde).

Et je rentre chez moi.

Les mains agrippées à mes sacs à recycler.

Première lâcheté de l’année.


2 comentaris:

Joan deu Peiroton ha dit...

A non, la cobardia seriá estat de li raubar la moto.

Anònim ha dit...

Je suis d'accord avec Joan deu Peiroton !
Giuseppina